AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Caresses de chat donnent des puces ♥ [pv. Endid]
Humain
avatar
Messages : 27
Date d'inscription : 02/07/2017

Description
Avatar: Sonia Nevermind - Danganronpa
Pouvoir/Hybridité:
Âge: 17 ans
Mer 19 Juil - 19:51
Caresses de chat donnent des puces

L’Aurore brillante et vermeille
Prépare le chemin au soleil qui la suit ;
Tout rit aux premiers traits du jour qui se réveille,
Retirez-vous, démons, qui volez dans la nuit.


Le soleil baignait de ses doux rayons matinaux les feuillages du parc, teintant l’atmosphère d’une couleur jade. La fraîcheur de la nuit laissait petit à petit place à la douce chaleur de la journée estivale, faisant remonter des odeurs de terre humidifiée de rosée et de fleurs sur le point d’éclore. Sur le chemin pavé qui serpentait entre les arbres, une princesse aux cheveux d’or avançait doucement. Ses pas et son souffle au rythme de la nature, elle se fondait au milieu de la verdure, magnifique fleur à la corolle immaculée.

Elizabeth s’octroyait de temps à autres une promenade sous la voûte protectrice des grands arbres du parc. Le jardin du manoir Elvenlake lui suffisait la plupart du temps, avec ses bassins d’eau cristalline et ses massifs chatoyants, mais elle aimait aussi la fraîcheur du parc d’Ariesten, sa spontanéité et son mystère. Ses pas la menèrent bientôt à l’orée du petit bois, face à une étendue verdoyante d’herbe parsemée de gouttes de rosée. Sans quitter le petit chemin, elle se dirigea vers un petit banc en bois vernis. Sciemment, elle ignora plusieurs autres sièges, entourés de massifs fleuris. Bien évidemment, la blonde aurait aimé s’installer au milieu de fleurs, humer leur doux parfum en lisant un roman, laissant les rayons du soleil caresser sa peau d’albâtre. Mais elle attendait un compagnon, et elle craignait que les pollens ne l’incommodent.

Un peu plus tôt dans la matinée, lorsque les habitants de la ville dormaient encore à poings fermés pour la plupart, l’héritière avait déambulé à l’aveuglette dans les rues étroites, sans but apparent. En réalité, peu importait la destination, c’était le fait d’être présente qui comptait, car en arpentant ainsi le dédale de ruelles, elle laissait derrière elle son odeur florale. S’il voulait la voir, il n’aurait qu’à suivre la fragrance. Assise sur son banc, l’altesse se demandait s’il viendrait ou s’il préférerait rester loin d’elle. Elle avait déployé un stratagème des plus ingénieux pour l’attirer, mais peut-être viendrait-il de lui-même, sans même avoir la moindre idée qu’elle serait là à l’attendre, ou peut-être ne viendrait-il tout simplement pas. Résignée à patienter, bien que la patience ne soit pas son fort, Elizabeth sortit de son sac à main en cuir blanc un roman qu’elle se mit à lire.

L’astre solaire, imperturbable, continuait son ascension de la voûte céleste, baignant le parc d’une douce chaleur. Autour de la princesse, des badauds se promenaient, parlant à voix basse, s’extasiant sur les parterres de fleurs. Ils ne l’approchaient pas, respectant sa tranquillité. Sous son large chapeau blanc orné d’un ruban couleur lilas, ses yeux azur dévoraient lignes après lignes, pages après pages. D’ordinaire, elle aurait dû être imperturbable, toute à sa concentration, mais aujourd’hui, elle relevait les yeux au moindre bruissement d’herbe, dans l’espoir de voir une ombre approcher.

Aujourd’hui encore, comme la dernière fois, elle était seule. Elle voulait garder tout cela secret, une cachotterie faite à ses parents, ses gens, tous les habitants de l’île. Après ce qui s’était passé, on aurait pu croire que la jeune fille n’aurait pas tenté de réitérer l’expérience, mais elle était curieuse. Puis, si elle était vouée à l’enfer pour son erreur, autant se damner avec application. Elle voulait en savoir plus sur lui, sur sa vie, sur ses habitudes, ses goûts. Elle n’aurait jamais plus la chance d’étudier un hybride de si près, elle ne se laisserait pas cette chance. Un écart, un impur, était déjà largement suffisant. Fermant son livre qu’elle rangea, elle lissa du plat de la main ses jupons blancs aux broderies lilas, commençant à perdre patience.

ft. Endid Lahiye
Caresses de chat donnent des puces ♥ [pv. Endid]
Top-voteur
avatar
Messages : 83
Date d'inscription : 20/06/2017
Age : 17

Description
Avatar: Shintaro | Kagerou Project
Pouvoir/Hybridité: Chat
Âge: 17
Jeu 20 Juil - 2:19

Caresses de chat donnent des puces


C’était une douce matinée, moi qui normalement dormais à cette heure. Mais, depuis ma rencontre avec cette magnifique princesse, il m’était impossible de dormir correctement dû à l’excitation de la revoir. Et oui je scionnais tous les jours les rues d’Ariesten, à la recherche d’information à son égard pour la retrouver au plus vite. J’étais très fatigués, alors en ce moment je favorisais ma forme de chat pour limiter mes efforts.
J’errais dans les rues à la recherche d’espoir, en ne trouvant rien mais je ne perdais pas espoir. Les ruelles étaient dessertes et le sol était encore légèrement mouillé par la brise matinale.

Une fois toutes les rues explorées, je m’abandonnais enfin dans un parc. Je savais pertinemment que les dames de haute classe sociale aimaient s’y rendre pour la tranquillité.
La douce odeur des fleurs m’enivrait et le bruit des arbres m’appelait, le parc d’Ariesten était magique.
Je me laissais emporter par mes envies, je dansais dans les hautes herbes comme un petit gamin en oubliant presque mon but.

Après quelques minutes de folie, je me stoppais pour faire une pause. Je m’abandonnais contre un arbre, fermant mes yeux de félin en pensant à la princesse qui m’avait charmé. Ses caresses et son sourire gracieux me manquaient énormément. Mais des interrogations m’envahissaient l’esprit. Voulait-elle me revoir ? Et même si je la revois je doutais qu’elle veuille me parler.
Que m’arrivait-il, moi qui suis normalement si optimiste et qui ne baisse jamais les bras pourquoi avais-je ses idées ?
Bref de toute façon c’était une peine perdue alors pourquoi ne pas profiter un peu du parc. J’avais totalement perdu l’idée de la retrouver, et m’amusais à renifler chaque fleur pour savoir les odeurs enivrantes de chacune.

En me baladant une douce odeur marquait hautement mon attention, c’était une odeur agréable et peu commune. Il fallait absolument que je trouve cette fleur qui ressemblait fortement au parfum de la déesse couronnée.
Je changeais de rythme en courant de toutes mes forces, en me disant : ‘’C’est peut-être la princesse’’ ‘’Vite va voir ce que c’est’’.
J’étais loin de cette chose, mais je voyais une silhouette humaine se dessiner. Et la minute qui suivait je reconnaissais enfin l’humaine qui était de dos. Mon cœur battait comme jamais, un grand sourire de gaieté s’affichait sur mon petit visage poilu, et mes yeux étaient emplis de larme de joie.
J’utilisais mes dernières forces pour cueillir un bouquet rapidement, pour enfin foncer en direction de l’ange aux cheveux blonds.
C’est bon j’étais devant elle, avec la même attitude. Elle n’avait pas changé, ses yeux étaient d’un bleu azur unique, et ses cheveux toujours soigneusement coiffés sous son chapeau blanc parsemé de fleur, et sa grâce angélique ne l’avait pas abandonnée.

Une fois que j’avais fini d’être ankylosé par sa beauté, je déposais le bouquet à ses pieds en lâchant un mignon miaulement. Je ne savais pas encore si elle était contente de voir ma bouille de chaton, mais moi en tout cas j’étais très heureux.
J’aurais aimé me frotter à elle, mais je préférais ne pas m’aventurer à ça pour le moment.
Même si je l’avais déjà vu une fois, j’étais toujours étonné que ce soit une humaine.
Dans cette journée, j’allais lui délivrer ce qui me pesait sur mon pauvre cœur depuis le jour de notre rencontre, mais pas maintenant, c’est encore trop tôt.


Enfin, tu es là !
RP - Elizabeth/Endid
Caresses de chat donnent des puces ♥ [pv. Endid]
Humain
avatar
Messages : 27
Date d'inscription : 02/07/2017

Description
Avatar: Sonia Nevermind - Danganronpa
Pouvoir/Hybridité:
Âge: 17 ans
Dim 23 Juil - 22:42
Caresses de chat donnent des puces

La douce brise faisait voler les rubans de sa robe, bruisser les feuillages des arbres, onduler l’herbe verte, danser les fleurs. Le parc était calme, seuls les chants des oiseaux brisaient le silence. Elizabeth se tenait droite, les yeux fixés droit devant elle, dans une posture princière acquise à force d’années d’entraînement. Baissant les yeux, elle le vit, petite boule de poils noirs, qui se tenait assis là, un bouquet devant lui. Evidemment, elle ne l’avait pas entendu approcher, dû aux coussinets. Rien n’aurait pu trahir sa présence, si ce n’était le miaulement qu’il émit. L’altesse le détailla, mais il n’avait pas changé, il ressemblait toujours à un chat sans rien de particulier. Elle tendit une main fine vers lui, frôlant sa tête, puis se saisit des fleurs. Elles étaient colorées, le mélange de leurs parfums était enivrant, c’était un superbe assortiment. Avec un petit sourire, elle le remercia.

Une bourrasque de vent faillit faire s’envoler la capeline de l’héritière, ébouriffant quelques peu ses cheveux d’or. Elle remarqua alors qu’il n’y avait presque plus personne dans le parc, quelques badauds flânaient de-ci de-là cependant. Abaissant son regard bleu vers l’animal, elle ne pût retenir un sourire mitigé. Elle était heureuse de le voir malgré tout, elle l’avait tout de même attiré ici, même si ce n’était peut-être pas grâce à cela qu’il était là, et il avait lui aussi l’air heureux de la voir. Cependant, il incarnait le plus gros faux pas de l’Elvenlake et cela la gênait. Le voir, être en sa compagnie, était un rappel constant qu’elle avait failli, qu’elle trahissait les préceptes qu’on lui avait transmis, qu’elle n’était plus celle qu’elle semblait être. Dans un souci de paraître, et de secret conservé, elle s’adressa au félin à voix basse, un murmure semblable à celui du vent.

- S’il vous prend l’envie de vous transformer, ayez je vous prie la bonté d’aller le faire à l’abri des regards, je n’aimerais pas que la rumeur de nos entrevues ne s’ébruite.

Anxieuse, elle lança un coup d’œil alentour pour s’assurer qu’aucune oreille indiscrète ne traînait vers eux. Après leur confrontation quelques temps auparavant, la jeune fille était rentrée chez elle et s’était efforcée de faire comme si de rien n’était. Elle avait  conservé son air fier, s’était adressée à ses gens comme à l’accoutumée et n’avait donné aucun signe d’un quelconque déroutement. Mais il fallait avouer que depuis lors, elle se sentait différente. Elle espérait qu’près cette matinée, elle parviendrait à s’expliquer ce singulier sentiment.

Se déplaçant de quelques centimètres vers la gauche, elle laissa à sa droite une place suffisante pour que le chat, ou l’humain qu’il était en réalité, puisse s’y installer. Ne sachant trop quoi dire, elle préféra observer le silence. Ne connaissant pas d’hybrides, elle se demandait si ces derniers pouvaient s’exprimer sous leur forme animale. Mais comme lors de leur dernière rencontre, il l’avait attirée à part de la foule pour se transformer et ensuite seulement s’adresser à elle, elle supposait que c’était impossible. Dans ce cas, elle devrait attendre qu’il daigne changer de forme pour pouvoir entamer une discussion avec lui. Dans un premier temps, il faudrait bien évidemment qu’ils se présentent, car la fois précédente, les événements s’étaient  enchaînés de telle sorte que ni l’un ni l’autre n’avaient eu le temps de donner son nom. Ensuite, elle avait bien évidemment quelques questions à lui poser, et quelques requêtes à lui faire, comme garder pour toujours le silence, mais elle souhaitait surtout l’écouter. Car sa vie, si différente de celle princière de la jeune fille, devait avoir l’air d’un conte de fée, ou plutôt d’une pièce tragique. Elle était avide d’en découvrir les détails, assoiffée de connaître le monde extérieur dans ses plus sombres aspects.

ft. Endid Layihe
Caresses de chat donnent des puces ♥ [pv. Endid]
Top-voteur
avatar
Messages : 83
Date d'inscription : 20/06/2017
Age : 17

Description
Avatar: Shintaro | Kagerou Project
Pouvoir/Hybridité: Chat
Âge: 17
Mar 25 Juil - 19:38

Caresses de chat donnent des puces


Je me sentais plus que bien, le doux parfum de ma magnifique princesse me faisait frissonner, et dans la douce mélodie qu’était le vent à cet instant, elle me fit une petite caresse sur la tête avec sa main droite. Ses mains douces comment pouvais-je les oublier, elle était unique et brisait la solitude habituelle que je ressentais.
D’ailleurs je ressentais toujours cet étrange sentiment de liberté, c’était surement la princesse des fleurs qui me rendait ainsi.
La déesse saisissait ensuite mon bouquet, que j’avais soigneusement confectionné pour qu’il s’approche un maximum des couleurs de son cœur.
J’étais heureux, elle rendait ma bonté d’un merveilleux sourire, et après cette bénédiction elle me remercia dignement.

Un petit coup de vent venait délicatement soulever les cheveux de la princesse, laissant les rayons du soleil m’éblouir.
Elle était ravissante, ses doux yeux bleus me transportaient vers un océan de bonheur, oubliant tous mes malheurs quotidiens.
J’étais surement avec elle, le plus heureux de tous les hybrides d’Ariesten.

La douce brise me prenait, me laissant trembloter. Je n’attendais pas quelque chose en particulier, je ne pouvais te toute façon pas faire grand-chose sous ma forme de chaton appart quelques miaulements d’amour. Mais la princesse, m’aborda avec sa douce voix, à voix basse.

« S’il vous prend l’envie de vous transformer, ayez je vous prie la bonté d’aller le faire à l’abri des regards, je n’aimerais pas que la rumeur de nos entrevues ne s’ébruite. »

Elle me ramenait à la réalité, c’était vrai, je n’étais qu’un petit hybride, je ne devais en aucun cas montrer mon hybridité lorsque que j’étais avec la déesse, je voyais bien de toute façon, elle était toute paniquée regardant de droite à gauche pour s’assurer que personne ne l’avait vu.
Mais, elle devait vraiment m’apprécier, car pour qu’une dame de son statut se déplace pour un misérable minou comme j’étais, j’en étais bien évidemment honoré.

Elle se décalait vers la gauche, me laissant une petite place adaptée à ma taille. Je me montais rapidement sur le banc, et poursuivais mon élan pour frotter ma tête délicatement ma tête à la cuisse de l’ange, tout en miaulant.
Je restais un court instant car je voulais tout de même lui parler, et j’en étais malheureusement incapable sous cette forme.
Alors je courus le plus loin possible pour être à l’abri des regards. Je faisais mon maximum pour ne pas la disgracier.

Une fois isolé de tous, je pris forme humaine en poussant de multiples soupirs. J’étais épuisé de ma course mais, je n’avais pas le temps de me reposer, le temps m’était conté, je ne pouvais pas perdre une seule seconde avec cette princesse.
Je pris le temps de cueillir une rose, m’abimant un peu les mains. Je revenais tranquillement à ma position initiale, laissant mes traces de pas sur l’herbe fraiche.
C’était bon, j’étais enfin arrivé à la hauteur de la douce déesse.
Je l’abordais comme une rencontre des plus basiques.

« Bonjour, merci de m’avoir guidé jusqu’à vous. Cela faisait depuis notre dernière rencontrer que je vous cherchais. Je m’excuse encore pour notre dernière rencontrée Princesse. »
Je profitais de cet instant pour venir laisser un baiser sur la main d’Elizabeth. Oui, je connaissais son long à force d’avoir écouté des rumeurs sur une héritière au trône.
Je m’asseyais ensuite à ses côtés, la regardant avec mes yeux verdâtres. Mon accoutrement était bien sûr bien médiocre par rapport au sien, un sweat, un jeans rien de plus basique.
J’attendais souriant, affalé sur le banc tout en regardant la magnifique princesse, pouvant maintenant définir chaque centimètre de son corps.


All of Me.
RP - Elizabeth/Endid
Caresses de chat donnent des puces ♥ [pv. Endid]
Humain
avatar
Messages : 27
Date d'inscription : 02/07/2017

Description
Avatar: Sonia Nevermind - Danganronpa
Pouvoir/Hybridité:
Âge: 17 ans
Mer 26 Juil - 23:12
Caresses de chat donnent des puces

Le félin n’hésita pas à prendre la place que la blonde lui laissa. Souplement, avec toute la grâce que lui conférait son animalité, il sauta à ses côtés, frottant sa tête contre sa cuisse dans le même mouvement. Sous les rayons du soleil, son poil noir était brillant, attirant la main caressante comme une étoffe de soie. Elizabeth ne résista pas à l’envie de plonger ses doigts dans la fourrure soyeuse. Mais elle n’eut pas le loisir de le faire longtemps car, comme pris de folie, l’animal sauta au bas du banc et se précipita au loin. Un peu abasourdie, la princesse se douta qu’il avait suivi son conseil et ne l’avait pas purement et simplement abandonnée, et entreprit de retirer les poils sombres qui s’étaient déposés sur sa jupe immaculée et son corset blanc au lacet lilas. Croisant les jambes, elle n’eut pas à attendre bien longtemps avant qu’il ne revienne.

Son intuition ne l’avait pas trompée, il était à présent sous forme humaine et portait des vêtements banals, détonnant avec la tenue de l’altesse. Il avançait d’un pas rapide, trahissant son empressement, une rose magnifique à la main. Intérieurement, Elizabeth se fit la réflexion qu’à ce rythme là, le parc allait se retrouver privé de toutes ses fleurs. Amusée, elle imagina qu’elle serait la réaction de Léon, le jardinier du domaine Elvenlake si tout un chacun venait impunément s’y servir en fleurs tandis que le garçon avançait dans sa direction. Arrivée à sa hauteur, il prit la parole.

- Bonjour, merci de m’avoir guidé jusqu’à vous. Cela faisait depuis notre dernière rencontre que je vous cherchais. Je m’excuse encore pour notre dernière rencontre Princesse.

Délicatement, il saisit la main de l’héritière et y posa ses lèvres. Une attitude très distinguée qui plut beaucoup à la jeune fille, et l’étonna. Ce garçon semblait avoir le même âge qu’elle, mais n’avait semblait-il pas reçu la même éducation. Une attention comme celle-ci était inattendue, cet hybride était vraiment surprenant. Elle le gratifia d’un de ses sourires éclatant alors qu’il prenait place à ses côtés, et ajouta la rose au milieu du bouquet qu’elle avait déjà, tel un diamant ornant une bague en or blanc. De ses iris émeraude, il la détaillait, ce qui eut le don de la faire relever le nez. C’était une diva, elle aimait que l’on l’admire, et l’affirmation selon laquelle il l’avait cherché pendant plusieurs jours ne l’aida pas à ester humble. Confiante, elle prit la parole, sur un ton plus clair cette fois.

- Je me prénomme Elizabeth Anna-Mary Diana Elvenlake, héritière de la famille Elvenlake.

Elle se dit un instant que ces présentations étaient superflues, car il devait déjà très bien savoir qui elle était, comme tout le monde sur Ariesten. Mais il fallait bien commencer quelque part, et c’était là le meilleur moyen pour pousser l’hybride à se présenter lui aussi. Le détaillant, elle attendit patiemment sa réponse. Sous le soleil, ses cheveux bruns rendaient exactement comme son pelage de chat, et la blonde dut se retenir d’y passer les doigts pour vérifier s’ils étaient tout aussi doux. Ses yeux verts étaient superbes, donnant à son visage un petit quelque chose d’énigmatique. Il avait un air mélancolique, mais à la fois étrangement exalté. Était-ce la présence d’Elizabeth qui le rendait ainsi heureux ? Elle n’aurait pu le dire, mais sa vanité la poussa à croire que c’était le cas.

ft. Endid Layihe
Caresses de chat donnent des puces ♥ [pv. Endid]
Top-voteur
avatar
Messages : 83
Date d'inscription : 20/06/2017
Age : 17

Description
Avatar: Shintaro | Kagerou Project
Pouvoir/Hybridité: Chat
Âge: 17
Jeu 27 Juil - 2:10

Caresses de chat donnent des puces


Quelle belle journée quand même. Je me sentais bien ici, avec elle. J’étais détendu sur ce banc, qui malgré la rudesse, était confortable. La princesse me regardait de ses yeux bleus, et avec une assurance pas des moindre, elle utilisait sa douce voix mélodieuse pour me donner des informations.

« Je me prénomme Elizabeth Anna-Mary Diana Elvenlake, héritière de la famille Elvenlake. »

Houlà, c’était compliquer pour moi, ce n’était pas exactement pareil qu’une présentation normale. La princesse, me donnait là ses trois noms ? Moi qui en avais qu’un seul, je ne savais pas trop à quoi ça servait mais bon.
Ses noms, était tout de même jolie, rassemblant tout ce qu’elle représentait à mes yeux. La grâce, la force, le courage, la bonté était chose sûrement chose courante pour une déesse, m’enfin ça ne m’empêchais pas de lui parler n’est-ce pas ? Enfin, je l’espérais de tout mon cœur, car il fallait bien se l’avouer, mais je l’aimais terriblement beaucoup.
Mais au fait, c’était un début de conversation non ? Les dames de haute classe agissaient comme cela pour les présentations en tout cas.

Après avoir délaissait mon air pensif, je la regardais souriant, et d’une voix des plus joyeuse je lui répondis.

« Euh, moi s’est Endid, enchanté de faire connaissance avec vous Elizabeth Anna-Mary Diana Elvenlake. Je ne sais pas trop par quoi commencer, mais puis-je vous appelez Eli ? »

Elle devait sûrement me prendre pour un idiot, mais bon, c’était long à dire tous ses prénoms, et je préférais lui demander plutôt que de la contrarier.
Je me demandais réellement, si les princesses vivaient exactement comme les contes de fées le disaient, ou si c’était juste des préjugés que l’on avait à propos des princesses.
Il était impossible pour moi de garder mon calme et de cacher mon bonheur. C’était quand même fous, qu’un Hybride tel que moi parle à une déesse, vous ne trouviez pas ?

Comme, je ne connaissais pas bien les coutumes des dieux, je me laissais guidé par mon instinct d’adolescent ignorant.
Alors, guidé par moi-même, ignorant les règles de ce royaume, je posais ma douce main sur la sienne. Il me fallait un contact physique avec elle, ça me calmait et me permettais de lui parler un peu.

« Et sinon, ces comment les châteaux, et la vie là-bas ? Je suis désolé, j’ai vraiment du mal avec les filles, surtout quand elles sont comparables à des déesses, comme vous. »

Je m’en étais plutôt bien sorti, moi qui normalement panique à l’approche d’une fille.
Je lui souriais, et la regardais encore et encore, pour ne jamais oublier un centimètre d’elle. J’aurais aimé, être toujours à ses côtés. Mais je savais très bien que c’était tout simplement impossible pour un hybride, alors encore moins pour moi.
Je n’avais d’ailleurs vu un château de ma vie, c’était interdit aux personnes de ma société.
Je commençais un peu à stresser, réalisant que la princesse prenait énormément de risque à venir me voir.
Je ne devais absolument pas la disgracier, ou quoi que ce soit d’autre. Je m’inquiétais, regardant de droite à gauche pour regarder si des pions nous espionnaient.
Je ne pouvais me retenir, de lui demander. Alors avoir une voix pleine d’angoisse, je lui disais.

« Vous ne prenez pas trop de risque en venant parler à un hybride tel que moi ? Je vous aime beaucoup, donc je m’inquiète vraiment pour vous. »

Après avoir crié au secours, je restais la regarder, avec un regard triste et pensif, ne laissant aucun détail m’échapper.
J’avais peur, peur pour elle, une fille aussi bien. Je ne voulais surtout pas qu’elle se retrouve comme moi. Seul, détesté de tous, devant mendier pour vivre, et tout de même gardé le sourire, et avancer, malgré la difficulté.



Triste passé.
RP - Elizabeth/Endid
Caresses de chat donnent des puces ♥ [pv. Endid]
Humain
avatar
Messages : 27
Date d'inscription : 02/07/2017

Description
Avatar: Sonia Nevermind - Danganronpa
Pouvoir/Hybridité:
Âge: 17 ans
Mer 2 Aoû - 2:44
Caresses de chat donnent des puces

- Euh, moi c’est Endid, dit-il d’un air joyeux, enchanté de faire connaissance avec vous Elizabeth Anna-Mary Diana Elvenlake. Je ne sais pas trop par quoi commencer, mais puis-je vous appelez Eli ?

- Je préférerai Elizabeth si cela ne vous ennuie pas.


La voix de la blonde claqua comme un fouet, plus sèche qu’elle ne l’aurait voulu. Mais elle ne s’excusa pas, après tout c’était ce garçon qui avait fait preuve de rudesse à son encontre. Jamais de sa vie quiconque, même pas ses propres parents, ne s’était permis de lui donner de diminutifs. Ses gens l’appelaient mademoiselle, ses parents l’avaient prénommée Elizabeth et s’en tenaient à ce patronyme, les habitants de l’île céleste préféraient le titre de princesse, en bref, personne n’était assez intime avec elle pour oser l’appeler Eli, Beth, Zaza ou autre surnom ridicule de la sorte. Une fois ce petit moment d’incompréhension passé, la jeune fille se radoucit. Après tout, cet Endid devait se comporter avec elle comme il pensait être le mieux, nul besoin de lui en vouloir pour cela. Endid d’ailleurs était un nom peu commun, à la sonorité spéciale.

Soudain, le brun posa sa main sur celle de l’altesse, contact physique inattendu et absolument pas autorisé. Elizabeth était tellement abasourdie qu’elle faillit en rater la question incongrue de son interlocuteur. Brutalement encore une fois, elle retira sa main. Elle acceptait de le revoir, c’était déjà un bon début, il faudrait qu’il se contente de cela et qu’il apprenne à réfréner ses ardeurs tactiles sous peine de ne plus jamais la revoir. Bien sûr, elle ne réfléchit pas un seul instant au fait que lorsqu’il était sous sa forme de chat, elle n’hésitait presque pas à le caresser, mais sous forme humaine c’était totalement différent. Alors que l’hybride s’inquiétait de son image, qu’elle mettait en péril en venant le voir, l’héritière tenta de reprendre constance. Les réactions de ce garçon étaient vraiment inattendues et déstabilisantes, il fallait qu’elle fasse en sorte de ne pas se laisser émouvoir pour si peu.

- Je prends quelques risques assurément, mais votre comportement beaucoup trop familier est ce qui risque de nous faire repérer.

Elle espérait malgré tout que sa sécheresse ne ferait pas fuir le garçon. S’il évitait d’être trop familier, il pourrait être d’agréable compagnie, alors pourquoi ne pas tenter de passer un bon moment. De son côté, elle ne s’inquiétait pas vraiment d’être vue par qui que ce soit. Après tout, il faudrait que les gens qu’ils seraient susceptibles de croiser ici les connaissent tous les deux, ce qui était fort peu probable vu les mondes très différents auxquels ils appartenaient. Se tournant à demi vers lui pour lui faire face, espérant qu’il ne prendrait pas cela comme une invitation à lui sauter dans les bras ou quoi que ce soit dans le genre, elle reprit, plus douce cette fois ci.

- Pour répondre à votre question, la vie de château est agréable, mais je ne vois pas vraiment que dire de plus à ce propos, j’y suis habituée. Parlez-moi plutôt de vous.

ft. Endid Lahiye
Caresses de chat donnent des puces ♥ [pv. Endid]
Top-voteur
avatar
Messages : 83
Date d'inscription : 20/06/2017
Age : 17

Description
Avatar: Shintaro | Kagerou Project
Pouvoir/Hybridité: Chat
Âge: 17
Ven 4 Aoû - 3:02

Caresses de chat donnent des puces.


Le ciel coloré, commençait à se réveiller levant son doux soleil des abysses. Le doux vent murmurait ses secrets aux saules, décorant le magnifique paysage qui se hisser devant mes yeux égayés.
Toujours bien accompagné par cette princesse de lumière, attirant les oiseaux chantant des histoires en son nom. Elizabeth quel jolie prénom tout de même. Cela, lui correspondait parfaitement, elle possédait cette puissance en elle, et surtout une grâce omniprésente.
Mais, ce n’était pas la douce voix habituelle qui me sortait cette fois-ci de mes pensées futiles. C’était une voix froide, très sèche.

« Je préférerai Elizabeth si cela ne vous ennuie pas. »

Ah, je l’avais importuné. Je comprenais totalement sa réaction, j’étais encore qu’un gamin vide de manière. Un jeune orphelin, une nouvelle fois abandonnée triste n’est-ce pas. Je l’observais, dans ses pensées, le visage froid jamais je n’aurais cru que cette facette d’elle existait. J’avais vraiment dû faire une grande erreur, mais j’avais retenu la leçon. Plus jamais Eli, plus jamais ce surnom à l’oral compris petit chat. Je m’encrais ça dans le crâne, on ne savait jamais. Le stresse montait en moi, j’avais déjà du mal avec les filles, mais là j’étais borné. Comment une saleté d’hybride pouvait-il remonter le moral d’une princesse déshonoré. Je ne le savais pas réellement, me questionnant incessamment sur le sujet.
Mais, sans avoir rien fait de spécial, sauf pensée. Les traits du visage d’Eli s’adoucissaient, retrouvant peu à peu son allure d’ange.

Malheureusement, ce n’était pas la seule erreur que je commettais, et en l’espace de quelques secondes ayant tenté un contact physique avec elle. La princesse retira brutalement sa main, laissant la mienne tomber sur le banc froid sur lequel on était assis. C’était bon, j’étais fini, la jolie blonde repris une attitude défensive avec un air abasourdit. J’étais vraiment extrêmement mal éduqué, cela se voyait que j’étais un maudit chat abandonné.
Reprenant la même voix ardue que la dernière fois, j’avais peur de ce qu’elle allait dire.

« Je prends quelques risques assurément, mais votre comportement beaucoup trop familier est ce qui risque de nous faire repérer. »

Oui, c’est vrai que j’avais beaucoup trop familier, ne connaissant pas réellement les manières de grande personne. Et, je ne voulais surtout pas que ce soit notre dernière rencontre, alors je ferais mon maximum pour cogiter à chacun de mes faits et gestes.
Mais, l’ange me laissa une chance de rédemption se tournant vers moi, laissant apparaître ses yeux azur et son visage féerique. Il ne devait n’y avoir de contact physique n’y de mot vulgaire, je me répétais ses mots pour éviter l’importuner une nouvelle fois. Alors je plongeais mes yeux dans les siens, penchant très légèrement ma tête, comme pour lui demander ce qu’elle voulait. Et la réponse ne prit pas beaucoup de temps à te quérir. Elle reprit de sa voix mélodieuse cette fois, la parole.

« Pour répondre à votre question, la vie de château est agréable, mais je ne vois pas vraiment que dire de plus à ce propos, j’y suis habituée. Parlez-moi plutôt de vous. »

C’est vrai, sa vie de grande dame était basique pour elle. Les couturiers, les servantes et autres faisaient partie intégrante de son quotidien. Je posais vraiment des questions vide de sens, m’enfin.
Eli était curieuse, elle voulait savoir ma pitoyable vie ennuyante. Mais bon, elle me l’avait demandé si gentiment. Alors je commençais mon long discours.

« Vous voulez vraiment savoir ma triste vie. Très bien Elizabeth, je vais aller dans l’ordre des choses. Je suis orphelin de naissance, c’est-à-dire que mes parents mon abandonné dès que je suis née. Et selon mon analyse, c’est fort probable que mon paternel soit terrien et humain. Ma mère avait dû se faire violer par mon père, alors… Elle ne voulait sûrement pas d’un hybride ou plutôt monstre tel que moi et m'a finalement abandonné et pas tué, elle était gentille au fond, je pense.

Ensuite, l’orphelinat m'a trouvé sous forme humaine au milieu d’une allée et mon accueillis. Bien sûr quand ils ont su pour mon hybridité, ils m'ont jeté à la porte, me disant gentiment d’ailler ailleurs. Alors malgré mes dix-sept ans je travaille en tant que serveur dans un restaurant, pour gagner un peu d’argent et pouvoir payer mes études.
Mais, n’ayant plus d’argent pour me loger, nourrir. Je profite de la gentillesse des gens, usant de ma forme chat, comme ça, je peux survivre un peu plus longtemps…

Je sais, c’est horrible comme façon de faire, mais… Je n’ai pas le choix que d’être un monstre sous cette mignonne boule de poil. Voilà excusez-moi, c’est un peu long et éprouvant. »


J’abaissais le regard, pensant plus profondément à ma misérable vie d’hybride. Mon sourire, m’avait abandonné, laissant pratiquement des larmes couler. Mais, la princesse était là, je ne devais pas craquer.
Je soufflais tentant de reprendre mon calme habituel, c’était la première fois que je livrais ma vie à quelqu’un.
Les oiseaux, brisaient le petit silence qui s’était installé. Et au bout de quelques minutes, je me décidais enfin de réengager une petite question.

« Et vous Elizabeth, comment avez-vous fait pour ressembler à une déesse ? Et une question me torture l’esprit, vous avez déjà un prince attitré ? Ou vous avez un frère près destiné au trône ? J’aimerais vraiment en apprendre plus moi aussi sur votre vie. »

Une fois la série de questions posé. M’étant assuré que personne ne nous observait, je repris ma forme de chaton. Me roulant en boule sur le banc, aux côtés de la magnifique princesse.


Révélation.
RP - Elizabeth/Endid
Caresses de chat donnent des puces ♥ [pv. Endid]
Humain
avatar
Messages : 27
Date d'inscription : 02/07/2017

Description
Avatar: Sonia Nevermind - Danganronpa
Pouvoir/Hybridité:
Âge: 17 ans
Jeu 10 Aoû - 18:38
Caresses de chat donnent des puces

La réponse à sa question ne se fit pas attendre. Elizabeth observa un silence attentif tandis que l’hybride lui détaillait sa triste vie. Evidemment, elle s’attendait à entendre une histoire bien moins agréable que la sienne, ce garçon n’avait de toute évidence pas vécu dans le cocon luxueux où elle-même avait évolué. Mais elle ne s’attendait sûrement pas à une histoire aussi triste, digne d’une tragédie grecque au rabais. Ce récit ne lui donna assurément pas une meilleure image des terriens, loin de là, ce peuple de barbares était une véritable peste. Savoir qu’un viol avait donné lieu à la naissance d’un hybride n’arrangeait pas non plus l’avis bien tranché que la princesse entretenait envers ces derniers. L’héritière n’aurait pas employé le mot monstre, après tout la fin justifiait les moyens, mais elle devait avouer qu’elle n’avait plus énormément de considération pour le brun en cet instant.

Il avait d’ailleurs l’air assez secoué, rien d’étonnant lorsque l’on racontait de genre d’horreurs après tout. La blonde respecta sa douleur et le laissa un moment pour reprendre ses esprits. Soucieuse que son regard saphir ne rende encore plus difficile ce moment pour son interlocuteur, elle reprit son livre un instant. C’est alors qu’elle se rendit compte que ce qu’il venait de lui être raconté ne la touchait pas plus que cela. En effet, elle avait pris les évènements comme étant les péripéties d’un personnage de roman dramatique, et non comme les épreuves de la vie d’un être vivant. Mais même confrontée à cette constatation, elle ne parvint pas d’avantage à ressentir de la compassion. Sans doute que l’écrin de soie dans lequel elle avait été élevée l’empêchait d’appréhender réellement les choses de la vie, ce qui ne lui était jamais arrivé personnellement. Cette observation l’amusa presque. Soudain, Endid reprit la parole.

- Et vous Elizabeth, comment avez-vous fait pour ressembler à une déesse ? Et une question me torture l’esprit, vous avez déjà un prince attitré ? Ou vous avez un frère prédestiné au trône ? J’aimerais vraiment en apprendre plus moi aussi sur votre vie.

Elizabeth, sourit, flattée que le garçon s’intéresse ainsi à sa vie. Sourire qu’elle perdit en une fraction de seconde lorsqu’il se transforma sans prévenir en chat. Affolée, l’altesse jeta autour d’elle des regards paniqués, mais ils étaient seuls dans le parc. La mine boudeuse, elle rangea son roman dans son sac. Cet hybride allait finir par la rendre folle. La position du félin, roulé en boule, ne rendait pas évident le fait qu’il était attentif, mais la blonde décida de lui répondre malgré tout. Elle s’éclaircit la gorge et commença.

- Merci du compliment, et j’ai pris les meilleurs traits des deux côtés de ma famille, simple question de génétique, dit-elle en repoussant une mèche de cheveux dorés derrière son épaule. Je suis fille unique, j’ai donc vocation à succéder à mon père sur le trône.

Elle s’arrêta un instant pour reprendre son souffle, mais aussi car elle ne savait quoi répondre à la dernière question de l’hybride. Elle n’avait pas encore de prince consort, bien que nombre de prétendants se soient présentés pour voler son cœur et gagner sa main. Elle n’avait pas encore trouvé son bonheur, le prince charmant qu’elle méritait, un homme beau et intelligent, et surtout Humain. Car Elizabeth ne se pardonnerait jamais de devenir celle qui rendrait impure sa lignée. Le regard perdu dans le vide, elle répondit alors.

- Je n’ai as encore de prince, mais je pense que ça ne saurait tarder.

ft. Endid Layihe
Caresses de chat donnent des puces ♥ [pv. Endid]
Top-voteur
avatar
Messages : 83
Date d'inscription : 20/06/2017
Age : 17

Description
Avatar: Shintaro | Kagerou Project
Pouvoir/Hybridité: Chat
Âge: 17
Mer 16 Aoû - 17:52

Caresses de chat donnent des puces.


J’étais là, assise à ses côtés. J’aimais bien me laissais bercer par son odeur efféminée, certes beaucoup de fille sentait la rose, mais elle s’était tout autre. Son parfum m’animait, comme ses yeux animaient mon cœur d’hybride perdu. Je le savais très bien, un chaton comme moi n’était pas bien différent des autres. Triste ? Non, je ne l’étais pas, impossible avec une si charmante princesse.
Je posais mes émeraudes sur son visage, lisant les quelques émotions qu’elle ressentait à l’égard de mon histoire. C’était vide, un visage vide bien que gracieux, il ne traduisait aucune émotion lisible. Peut-être que mon histoire n’était pas assez dramatique pour la toucher, et puis de toute façon je m’en fichais quelque peu, tant que je ne l’importunais pas.

L’histoire d’un instant, je m’étais laissé bercer par la douce symphonie des moineaux, m’assoupissant intérieurement. Le vent, normalement porteur de bonne nouvelle, lui non plus n’apportait rien à mes oreilles dressées de félin. Je plissais légèrement les yeux, me laissant porté par mes sombres pensées. J’avais tout de même bien changé depuis la dernière fois, la vie me semblait moins rose, plus grise, plus triste. D’ailleurs, j’avais lâché une petite larme de mon œil droit, traduisant la faiblesse qu’était mon passé. Non finalement, la vie n’était que rose pour les déesses comme elle, pas pour un pion telle que j’étais. En tout cas, c’était ce que mes aventures passé m’avaient démontré, on ne pouvait compter que sur soit même, essayer tant bien que mal de survivre et surtout il fallait garder le sourire, sinon la vie venait t’écraser sans bruit. Oui ce n’était pas facile, au temps pour moi, que pour les autres.

Je sortais de mes futiles pensées, quand j’apercevais le magnifique sourire de la princesse Elizabeth, oui c’était ça ma joie, oui c’était mon réconfort de la voir sourire. Souriait-elle pour mes interrogations à son égard ? Je n’en savais que trop rien, et puis à quoi bon savoir tant qu’elle était heureuse tout m’importait que trop peu. Alors, je lui souriais moi aussi, d’un sourire des plus véritable, traduisant mon immense joie qui me submergeait.
Mais, ma seule transformation véritable avait l’air de l’avoir quelque peu tourmenté, regardant perturbé les alentours de la prairie aux mille saules. Ce n’était que trop compliqué pour moi, de ne pas faire de gaffe chaque fraction de secondes.

J’écoutais avec attention, la réponse de la jolie blonde sans un bruit, tout en la fixant avec mes pupilles de jade. Elle me remerciait tendrement, tout en justifiant sa beauté divine. Elle assumait totalement sa beauté en tout cas, mais bon, je la comprenais que trop bien, elle avait tout, je n’avais rien. Même son sourire, je ne l’avais pas si je puis dire. Que de mot compliqué pour moi, j’essayais tant bien que mal à déchiffrer son langage royal. La déesse allait donc être à la tête du royaume, c’était là où j’avais compris que je n’avais rien à faire ici. Au mieux, j’étais un horrible fardeau, au pire j’étais la bombe qui aillait là faire dégoupiller du trône.

Et pour le prince me diriez-vous ? Ce n’était que chose très simple, non elle n’en avait pas encore, une déesse comme elle devait avoir ses préférences, une chose était sûr, ça n’allait pas être un chaton comme moi, au mieux je pouvais être son larbin attitré, chose que j’aurais tout bonnement apprécié. Il faut dire, que c’était une place bien haute par rapport à la triste situation que j’avais. Seule, dans la rue, cherchant désespérément à manger, venant supplié les pauvres gens, tout en usant de leurs innocences pour manger des restes de plats ou autres bêtises.
Bref, ce n’était pas vraiment la joie.

Sans crier garde, j’avais frotté doucement la cuisse de la princesse, de ma petite tête de chaton, avant de venir descendre du banc. Mes regards teintés émeraude était plonger dans son océan bleuté, et tant bien que mal, je réussissais à m’en libérer. Je lui avais laissé le temps de faire de trois mouvements superficiels, avant de m’évader vers un autre océan fleuri. J’avais cueilli une rose de mes crocs acéré, pour venir peu de temps après me cacher derrière un de ces chênes. Je soufflais longtemps reprenant forme humaine, venant sortir un papier et un crayon. Je laissais mes émotions me transpercer, telle un enfant abandonné, je venais écrire sur ce qui servait de papier. Impossible de savoir, si elle m’entendait, je n’étais pas bien loin alors sûrement le pouvait-elle. Et de ma plus belle écriture, laissant quelques larmes tomber sur le papier, je venais rédiger ces quelques mots de ma plus fine écriture.

« Ô tendre princesse, j’espère qu’un chevalier ne tardera pas à percer votre cœur ébahi et fleuri, d’une sublime flèche de cupidon. J’espère que vous ferais meilleure héritière que votre père ne l’a jamais été, même si je n’en doute pas une seule seconde. C’est avec regret que je vous laisse poursuivre votre vie pleine de promesse. Et quant à moi, je vous remercie, et je vais avec miséricorde demander une place dans le cœur du bon dieu, si celui-ci me permet une faveur… Ce n’était que plaisir de vous avoir rencontré, j’en garderais un bon souvenir, et maintenant, je vous regarderais des cieux semblables à vos yeux. Car ce monde n’est pas fait pour des gens inutiles comme moi. Et à mon plus grand regret, je vous dis, adieu ! »

Je pleurais bien sûr, reprenant pour la dernière fois ma forme de chaton. Je prenais soin de saisir la lettre et la rose comme la première fois où j’avais eu l’unique occasion de la rencontrer. J’avançais au rythme du magnifique couché du soleil d’une démarche des plus gracieuse. Et tranquillement, je venais déposer à ses pieds la lettre et son ami la rose. Je restais figé devant elle, mes yeux braqués dans les siens. Oui, je ne voulais pas la déranger trop longtemps, mais je tenais tout de même à voir si quelque chose pouvait modifier mon triste jugement.


La fin d'un petit chat ?
RP - Elizabeth/Endid
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Activer le chat
» Invitation au Chat
» Chat a gogo
» Le petit chat m'aimait
» Le réveil du chat

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ariesten :: Ville :: Le Parc-
Sauter vers: