AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

[MISSION] Horror in the Shell (ft. Endid) [Terminé]
Rang Eos
avatar
Messages : 169
Date d'inscription : 05/07/2017
Age : 21

Description
Avatar: 2A : Nier Automata
Pouvoir/Hybridité: Overclocking
Âge: 19 en apparence
Ven 1 Sep - 19:18

HORROR IN THE SHELL[FT. ENDID]

ft. Endid
Lieu : Rues & Ruelles
Difficulté : ★★★✩✩
Récompenses : 1050 pièces d'or + gain de la catégorie "Entrepôt" (seulement disponible via cette mission)
Nombre de mots minimum : 1000 mots

L'astre solaire descendait à l'horizon, et bientôt, il serait camouflé par les bordures de l'île flottante, Ariesten. Déjà, la plupart de ses ruelles reculées étaient plongés dans la pénombre. Cet endroit, bien écartés par rapport à la cité, était vide de vie. Personne dans les environs, et mes pas, bien que je fasse en sorte de les rendre les plus silencieux possibles, étaient audibles dû au silence qui régnait dans ses lieux. Arriver à un embranchement, je pris à droite, et quelques plus tard, au suivant à gauche, avant de m'infiltrer dans une petite ruelle. Un regard extérieur pourrait certainement penser que j'étais perdu, où que je vagabondais, mais il en n'est rien. Mon objectif était précis et claire, après avoir discuté longuement avec un autre passionné dans la technologie dans le lieu de rencontre que j'avais l'habitude de côtoyer. Cette personne m'a parlé de ce lieu, cet entrepôt ne servait plus que de stockage de nos jours, mais à une époque, c'était une usine dédiée à la fabrication des premières machines, des premiers robots… Des premiers cyborgs.

C'était donc une piste viable pour ce que je recherchais. Qui sait, peut-être trouverais-je un lien entre ce lieu et le Projet ? Ou peut-être ça ne serait qu'une perte de temps ? Ou encore, peut-être des plans pour améliorer mon corps, qui commence clairement à daté, ce corps qui à plus de sept ans. En tout cas, ça pouvait être aussi instructif qu'inutile, mais comme l'a dit une personne un jour… Qui ne tente rien n'a rien.

Finalement, après de longues minutes, alors que la luminosité ambiante diminuait toujours d'avantage, me faisait regretter de ne pas avoir pensée à apporter des éclairages divers, j'arrivais à ma destination. L'entrepôt était devant moi. Entrepôt qui ne semblait pas être utilisé depuis quelque temps désormais… Était-il abandonné ? Où servait-il que de décharge pour toutes les fabrications défectueuses ou dépassées ? Je le découvrirais bien vite… Avec d'autre vérité je l'espère. Vérifiant une dernière fois mes environs avant d'entrée, je fis glisser la porte rouiller d'acier qui fermait l'entrepôt. Décidement, c'est vraiment un vieil entrepôt, s'il avait encore ce type de porte. Heureusement que mon corps mécanique est capable de bien plus de prouesse qu'un corps organique, sinon j'aurais mis quelques minutes à poussée ce qui scellait cet entrepôt avant de pouvoir y entrer. Alors que la porte se bloquait sous un lourd grondement, qui résonna dans les abysses de l'entrepôt, je regardais ce que je venais de déverrouiller. Aucune lumière, et la nuit qui prenait place peu à peu n'aidait rien à la luminosité. Regrettant amèrement d'avoir compté sur les systèmes électroniques qui semblait défectueux de l'endroit, et ne souhaitant pas faire demi-tour, surtout qu'il est peu probable que je trouve un magasin de bricolage pour y acheter une lampe à cette heure, je m'avançais dans les ténèbres. Après tout, qu'est ce qui peut m'arriver ? Au pire, des terriens ont pris possession du lieu, et je les remettrais aux autorités, ce n'est pas comme si j'aurais du mal… J'ai été créer pour cela après tout.

Cependant, je m'attendais à une embuscade sur le lieu, à la crasse et à la rouille, mais certainement pas à l'activation d'un système de sécurité. En effet, des lampes rougeâtres s'allumaient un peu partout et ce, probablement dans le complexe entier, qui certes éclairait légèrement les lieux, donnant au moins une indication des endroits à suivre mais en même temps… Le lieu paraissait bien plus sombre et lugubre ainsi, comme si un mal y était terrés depuis bien longtemps. Mais si ce n'était que ça, cela ne m'aurait pas inquiété pour le moins du monde. Les endroits sombres, ça me connaît maintenant. Non, plusieurs autres faits qui ont lieux en même temps ont eut pour conséquence de me faire questionner sur l'abandon de cette installation. En effet, la porte d'acier blindé derrière moi que je venais d'ouvrir de force se renferma d'un coup, seule. Et le son de la sirène d’alarme, distordu, fini par se faire couper dans des grésillements des plus dérangeants. Puis, il semblait que certaines machines ont aussi reprit leur fonctionnement, signaler par les bruits sourds qui s'élevait des profondeurs de l'entrepôt. Ainsi, l'électricité était toujours active dans ce lieu. Cela m'arrangeait en vrai, comme ça je pouvais voir où je m'étais les pieds dans cette faible lumière rougeâtre omnisciente qui éclairait les lieux.

Par réflexe, je me tournai pour aller vers la porte et tentez de l'ouvrir, mais, cette fois-ci, elle ne bougeait plus. Il n'y avait plus aucun doute, j'étais piégée à l'intérieur de cette usine soi-disant abandonnée. La porte devait être verrouillé par un système électronique et magnétique, la maintenant ainsi sur place malgré toute la force que j'y mettais. Un soupir sorti de mes lèvres, alors que je regardais les noirceurs de l'entrepôt. On dirait qu'un nouvel objectif venait d'apparaître à l'improvise. En plus de chercher des informations, je devais maintenant soi coupé le système d'alarme, soit l'électricité du secteur. Et potentiellement savoir si c'était un système automatiser ou bien une personne qui avait activé cela. Sans hésiter une seconde, je pris la direction inverse, et commença à m'enfoncer dans les ténèbres. Ayant prit la grande entrée, ce n'était pas une surprise que je semblais être dans l'endroit où était stockés toutes les fabrications du secteur. Stockés pour être ensuite acheminer vers l'extérieur. Malgré la faible luminosité, je pouvais apercevoir, grâce aux LED rouges, quatre points de sortie de cette salle.

Après une courte réflexion, alors que j'avançais dans leur direction, je décidais de prendre la première à droite. Marchant lentement, sans un bruit, j'écoutais les sons qu'émanait l'usine, tout en vérifiant où je m'étais les pieds, après tout, le lieu était rempli de pièces détachées, comme si quelqu'un les avait bougés récemment. Finalement devant la porte, j'ouvris cette dernière, qui grinçait et fit un écho épouvantable dans l'entrepôt, bruit qui à dû être entendu dans tout le complexe, encore une fois. S'il y avait quelqu'un ici, je venais de le prévenir par deux fois de ma présence. Je m'enfonçai donc dans la porte pour atterrir dans ce qui semblait un couloir de service, et, patiemment, je me mis à observer les environs, pour savoir si quelqu'un, ou quelques choses, allait approcher dans ma direction. Entre les bruits de fonds et les ténèbres omniprésentes, j'étais extrêmement sous alertes au moindre bruit ou mouvement inhabituelle. Peur ? Non, je prévoyais juste le pire.
[MISSION] Horror in the Shell (ft. Endid) [Terminé]
Top-voteur
avatar
Messages : 88
Date d'inscription : 20/06/2017
Age : 17

Description
Avatar: Shintaro | Kagerou Project
Pouvoir/Hybridité: Chat
Âge: 17
Sam 2 Sep - 1:35
Horror in the Shell.



La journée avait suivi le rythme de tes battements de cœur. Le ciel se teintait d'une couleur carmin, similaire à celle circulant dans tes veines. Oh oui c’était beau, tu pouvais le témoigner, toi qui adorais les douces après-midis d’été. La symphonie des saules emporté par le court du vent pour arriver droit dans tes haliotides que rêver de mieux. Tu ouvrais tes yeux ébène pour admirer la beauté des environs. Un papillon aux mille couleurs avait su attirer ton attention, alors tu le regardais tout en fantasmant sur son dégradé unique. Il était impossible pour toi de recenser toutes les couleurs, et surtout quand tu voyais ce genre d’insecte, tu préférais imaginer la façon dont il voyait le monde. Oui, c’était l’un de tes rêves impossibles, touché les moutons volants, seul ce genre de créature pouvait se le permettre. Et puis, tu avais déjà eu la chance de les voir de plus près, grâce à ta fidèle compagnonne d’aventure Aiko. C’était vraiment une expérience qu’il fallait vivre, et d’y avoir repensée t’avais fait frissonner de la tête aux pattes.

Quelques minutes plus tard, alors que la vie prenait une teinte sombre, tu t’étais relevé dans l’espoir de trouver un refuge éclairé pour la nuit. Alors, tu t’étais mis en marche, écrasant les nombreuses fleurs qui se dressaient sur ton passage. Tu n’avais pas eu le temps de les détailler, trop occupé par ton objectif principal. Tu n’avais pas le choix que de te rendre en ville pour trouver une personne prête à accueillir un chaton tel que toi. Mais, il fallait faire vite, car la nuit tu devenais quasiment invisible. Et oui, c’était un de tes atouts, tu étais dur à cerner lorsque l’obscurité sabbat sur la petite île Aristen. C’était lié à ton pelage court qui avait les mêmes nuances que tes pupilles noires. D’ailleurs une légende disait que le chat noir portait malheur, et dans ton cas c’était plutôt vrai. Ta vie était triste, et à chaque fois qu’une petite lumière se présentait à toi, celle-ci t’abandonnait lâchement. En soit, tu n’étais qu’un fardeau pour les autres, et un fardeau aussi pour toi. Tout ceci était sûrement lié à ton âme délabrée, qui ne souhaitait depuis ta première inspiration que d’être purgé. D’ailleurs, tu soufflais longuement, marquant un petit temps de pause pour essayer de reprendre des pensées positives.

Deux trois inspirations t’avaient suffi pour te remettre en marche. Tu voyais se dessiner la ville d’Ariesten, cet ville que tu pouvais omettre vu que c’était le fameux endroit ou ta vie avait pris une tournure tragique. Laissant dans ton esprit une certaine incertitude, des questions qui résonnaient dans ton esprit tourmenté et qui restaient à jamais sans réponse. Pourquoi t’avait-il abandonné ? Qui étais-tu réellement ? Pourquoi ne t’avait-il pas laissé un message avec noté la raison ? Tu avais bien des théories, mais ça ne pouvait jamais être des certitudes. Après de nombreuses recherches, tu avais tout de même discerné que tu étais issu d’un viol entre deux espèces, enfin c’était ce qui te semblait le plus logique.

À peine le temps de réfléchir une énième fois sur ta misérable vie, que tu arrivais dans les ruelles sombres de la cité. Mais, alors que tu continuais à marcher, tu t’étais stoppé en repensant à ta matinée. Miséricorde tu avais totalement oublié le pari perdu de ce matin, qui t’obligeais à te rendre dans un entrepôt à la pénombre. Tu étais vraiment bête d’avoir visé sur tes capacités en bras de fer, mais bon ce n’était pas grave, une nuit dans le froid tu avais l’habitude. Mais bon, heureusement tu y avais repensé maintenant, car là, tu étais à un embranchement. Si tes souvenirs étaient exacts, il te fallait aller vers la droite. Aussitôt pensée aussitôt fait, alors tu commençais à t’aventurer dans la petite ruelle plongée dans la pénombre. Tu ne savais pas grand-chose de ce lieu, et encore moins pourquoi il avait été laissé à l’abandon, mais bon si l’endroit et confortable pourquoi pas y habiter.

Tu avais marché, marché et encore marché, tout en faisant attention de respecter les indications que t’avais donné ton adversaire. Puis, après avoir persévéré comme tu l’avais fait toute ta misérable vie, tu finissais vers un lieu dominé par la nature. Tu détaillais rapidement l’endroit de tes yeux transparent. Le moins que tu puisses dire de ce lieu, c’était qu’il était malgré lui bien conservé, et surtout bien protégé. Ça devait sûrement être un lieu sous haute surveillance vu les matériaux utilisés. Mais, plus tu te rapprochais de cet endroit, plus l’endroit devenait macabre. L’ambiance te rappelait étrangement la mauvaise soirée que tu avais passée avec Nyx. D’ailleurs ça y ressemblait tellement que tes pas en devenaient lourds, comme si une nouvelle fois tu traînais un lourd fardeau. Oui, la peur prenait possession de toi, et tu te voyais bientôt cloué sur place. Tu regrettais réellement le pari que tu avais fait, et tu étais prêt à donner n’importe quoi pour fuir cet endroit. Les cris stridant des corbeaux ne faisait qu’amplifier ce sentiment indescriptible. Tu tremblais telle une feuille, tenant à peine sur tes quatre pattes. Tu essayais tant bien que mal de reprendre ton calme, soufflant longuement pour évacuer ta peur.

La tête haute, tu laissais de côté ce traumatisme pour avancer avec beaucoup de mal vers le bâtiment. Tu voyais à ta grande surprise une entrée se situant au plus à gauche de l’entrepôt. Une fois à l’intérieur, tu t’effondrais au sol heureux d’y être enfin parvenu. Mais, ce moment de satisfaction n’avait duré qu’un temps, car bientôt une alarme insupportable inondait les nombreuses pièces. Tu miaulais instinctivement, car les bruits fort t’étais insupportable dû à ton ouïe fine. Tu t’étais retourné, essayant de foncer vers la sortie, mais la porte blindée c’était immédiatement fermé.
Tu n’avais réellement pas de chance, une nouvelle fois livrée à toi-même, la panique commençait rapidement à déteindre sur toi. Respire, il fallait que tu respires, chose que tu avais faite, fermant pendant quelques instants tes paupières pour méditer sur la situation. Il fallait que tu trouves l’endroit pour désactiver la sécurité, ou en dernier recourt le courant même si c’était un peu plus périlleux.

Tu réouvrais donc les paupières marchant silencieusement vers la seule entrée visible que tu avais en visuel. Bien évidemment les lumières rouges, et l’horrible bruit n’amélioraient en rien tes sens, mais bon tu faisais avec. Puis, en avançant, tu tombais nez à nez avec ce qui semblait être une humaine, quelqu’un de la sécurité ? Tu n’en savais rien, tu restais donc caché dans l’obscurité, essayant tant bien que mal à discerner ses intentions. Elle n’avait pas l’air bien méchante, et c’était peut-être le seul espoir pour toi de quitter les lieux sains et sauf, du coup tu t’approchais d’elle doucement. Une fois à sa portée, tu venais te frotter affectueusement contre sa jambe droite, pour montrer que tu n’étais pas agressif. Tu t’étais ensuite un peu écarté de celle-ci et en un miaulement tu avais repris forme humaine.

« Euh… Salut, je ne suis pas méchant ne t’inquiète pas. Mon nom c’est Endid, j’ai été obligé à venir ici et je me suis retrouvé enfermé. Tu connais un moyen de sortir toi ? Et si je peux te demander ton nom par la même occasion. »


Tu usais d’un ton amical, tentant tant bien que mal à ne pas faire paraître la peur qui te rongeait. Tu espérais réellement que tu ne t’étais pas trompé à son égard.

HRP:
 


Eos/Endid
[MISSION] Horror in the Shell (ft. Endid) [Terminé]
Rang Eos
avatar
Messages : 169
Date d'inscription : 05/07/2017
Age : 21

Description
Avatar: 2A : Nier Automata
Pouvoir/Hybridité: Overclocking
Âge: 19 en apparence
Sam 2 Sep - 15:29

HORROR IN THE SHELL[FT. ENDID]

ft. Endid
Lieu : Rues & Ruelles
Difficulté : ★★★✩✩
Récompenses : 1050 pièces d'or + gain de la catégorie "Entrepôt" (seulement disponible via cette mission)
Nombre de mots minimum : 1000 mots



Mes yeux, cherchant toujours un signe de mouvement autre que le mien, tombèrent à une vitesse fulgurante sur ma jambe droite. En effet, je venais de sentir un contact, alors que je n'avais rien observé deux secondes auparavant. La cause de ce contact… Un chat au pelage noir. Pas étonnant que je ne l'ai pas aperçu, malgré les lumières rouges qui éclairaient faiblement les lieux, ses poils lui donnaient un avantage certain dans le type d'environnement qu'on était. Cependant, je ne baisais pas encore ma garde… Après tout, sur Ariesten, bien des choses peuvent prendre l'apparence d'un chat, comme bien des choses peuvent prendre l'apparence d'un humain… Ça se trouve, c'est une machine lui aussi…

Cependant, mes doutes furent bien vite fixé, en effet, le chat miaula, et, l'instant d'après, ce n'était plus un petit être qui se tenait en face de moi, mais un adolescent humain… un hybride donc. Cheveux noirs ébouriffés, de la même taille que moi, yeux sombres. Un adolescent des plus banals en soi. Rien de particularité, si ce n'est son hybridité de chat. Du moins, en apparence. Néanmoins, je baissais légèrement ma garde. Je ne sais pas ce que faisait le garçon ici, mais, au vu d'où il vient, il est peut-être entré dans le bâtiment dans le même laps de temps que moi.

Il se présenta ensuite, en signalant bien qu'il n'était pas méchant… Je ne pus empêcher un sourire en coin à sa déclaration de non-hostilité. J'hésitais entre le croire car c'était la première chose qu'il à dites, ou ne pas le faire, car justement c'est la première chose qu'il signalait. Mais je laissai glissé, ça se trouve, il c'est retrouver au mauvais endroit au mauvais moment… Enfin surtout au mauvais endroit, le système de sécurité semblait s'activer dès qu'une personne entrait dans le complexe. Mais c'est tout ce que je savais pour le moment, ni comment sortir, ni où se trouve quoi que ce soit au fait. Personne n'avait de plan de ce lieu, ce qui est très étrange en soi. Je fis un signe de tête pour saluer l'hybride prénommée Endid avant de lui répondre.

« Je connais deux moyens de sortir d'ici, mais les trouver, c'est une autre histoire. Soit ou coupe le courant dans le complexe, ou peut-être le rétablir, ça peut-être une mesure de sécurité de fermer les issues quand le courant devient faible, soit on désactive le système de sécurité via le panel. Si tu veux venir avec moi à leurs recherches, tu peux, sinon tu peux rester ici, c'est ton choix. »

Je me retourne pour faire à la direction opposée de laquelle Endid venait, qui était probablement la même que la mienne. Malgré la faible luminosité cramoisi qui éclairait les environs, on pouvait distinguer deux portes qui ne menait à aucune des positions qu'aucun de nous deux avaient déjà exploré. Décidant de m'enfoncer plus profondément dans les ténèbres de cette installation, je tournais ma tête vers Endid pour le regarder de nouveau avant de continuer ma réplique.

« Sinon, tu peux aussi explorer à ta guise, c'est pas comme s'il y avait quelques choses d'autres ici à part nous. C'est un endroit abandonner après tout. Fait juste attention où tu mets les pieds... »

J'avançais de quelques pas avant de finir.

« Éos… C'est mon nom. »

Une fois cela fait, j'allais dans la direction que je le souhaitais, en marchant à une vitesse assez faible dans le couloir abandonné. Non par précaution, mais en même temps que je marchais, je scannais mon environnement. J'étais ici, après tout, pour chercher des indices, quels qu'ils soient. Je devais donc faire attention à ne rien louper. Malgré le bruit de fond constant de machine en fonctionnement, mes pas résonnaient dans le couloir bien vide. Très vite, malgré tout, j'arrivais devant la porte que je souhaitais empruntée, mais je m'arrêtai un temps pour écouter les bruits qui provenaient de la deuxième porte…

CLINK CLINK CLONK

Des bruits de métallique provenait de derrière la porte, comme si quelques choses à l'intérieur étaient en mouvement. Soupirant légèrement devant l'absurdité de ma pensée, je continuais mon chemin vers où je souhaitais allez. Ce n'était pas possible qu'ici, dans une des premières usines de robotiques, qu'il y est des automates… Et même si c'était le cas, c'est impossible qu'ils aient tenues toutes ses années. Même moi j'ai besoin de me recharger toutes les deux semaines, et je ne suis pas peu fier de la technologie qui m'habite. En tout cas, j’avançai, et admirait le portique… Qui me comprenait pas de porte. Plus exactement, la porte était à mes pieds, défoncés, et vu son état, c'était il y à bien longtemps. Mes yeux se perdirent un temps sur les traces présentes sur le débris. Clairement, la porte à dû est forcé, par quelqu'un. Notant ça dans un coin de ma puce de donnée, pour plus de sécurité, j'arrivais finalement dans la salle convoitée. Quelques machines étaient en train de fonctionner dans le vide. Cette salle devait probablement être l'atelier de retouche ou de finitions des produits. Ce n'était probablement pas la plus grande salle de l'entrepôt, mais elle en restait pas moins impressionnante… Ah moins que ce soit l'ambiance dans laquelle est plongée l'entrepôt qui donne cette sensation. Mais je ne m'arrêtai pas là, suivant la ligne de montage, j'approchais d'une autre porte, cette fois-ci fermer, et j'en saisis la poignée… Poignée, qui ne bougea pas. J'avais beau forcer, elle refusait de bouger. Système de sécurité ou bien… Quelque chose l'empêchait de se mouvoir ?

Soudain, un grincement lourd ce fit entendre, comme une porte qui s'ouvrait, ou qu'un objet métallique était bouger à même le sol. Je fis volte-face pour regarder mes environs, et voir si c'était Endid, s'il était avec moi, qui avait ce bruit… Mais… Ce ne fut pas le cas…

CLINK CLINK CLONK

CLINK CLINK CLONK

CLINK CLINK CLONK


Le bruit devenait de plus en plus clairs dans mes capteurs auditifs, quelque chose approchait, quoi que ce soit. Ne pouvant pas faire grande chose d'autre que regarder la porte d'où je venais, le lieu de possédant pas d'autre sortie à part celle sceller derrière moi, j'attendais, mon regard concentrer, sur ce qui faisait se boucan…

CLINKCLINKCLONK
CLINKCLINKCLONK

Le bruit s'accélera en un instant, comme si cette chose avait enfin un objectif, et cette chose, sous une lumière bleue aveuglante, apparus devant moi. C'était une machine, sans aucun doute… Mais comment ? Comment faisait-elle pour continuer a fonctionné alors qu'elle date de plusieurs années, d'après les informations que j'ai récoltées ?! De plus… Cette machine… Pouvait-on appeler sa une machine et non pas un monstre ? En apparence, elle était humanoïde, mais… Entre l'oxydation de certaines de ses parties, ce châssis instable, probablement car c'est un des premiers châssis humanoïde, et est donc maintenant par deux appendices supplémentaires qui soutiennent les jambes,  les quatre bras longs et fins additionnels à ses deux plus normaux, et à des sortes de tentacules de ferrailles qui sortaient de son “menton”, avec cette unique lampe bleue qui faisait office de capteur oculaire très probablement, cette machine donnait l'impression de sortir d'un conte pour effrayer les enfants. Il était à la fois grotesque et ridicule. Mais… Qu'est-ce que c'était ces genres de réserves sous des deux avant-bras principaux ?

Je plissais mes yeux, refusant de croire qu'un humain pouvait être aussi dérangée pour construire une machine de la sorte… Prototype militaire peut-être ? Ratée en tout cas. En tout cas, il fallait faire attention. Alors que la machine s'était arrêté, comme moi, pour observer les environs et en particulier moi, elle émit une sorte de râle mécanique qui pouvait en faire trembler plus d'un, avant de s'élancer sur ma position. J'aurais pu combattre… J'aurais le semer… Mais… Mon regard se dirigea temporairement à côté de moi, pour voir si j'y retrouvais Endid… En effet, s'il m'avait suivit… Ou même s'il était parti explorer lui seul les environs, si cette machine est dans les parages alors… Qui dit que d'autres ne l'était pas ? Et même si ce n'est pas le cas… Cet adolescent ne pourrait se défendre… Je devais donc prendre sur moi, et attirer son attention, pour permettre au chat de s'enfuir. Ainsi je restais sur place, prête à confronter ses immondes créations qui fait honte à toute machine existante.
[MISSION] Horror in the Shell (ft. Endid) [Terminé]
Top-voteur
avatar
Messages : 88
Date d'inscription : 20/06/2017
Age : 17

Description
Avatar: Shintaro | Kagerou Project
Pouvoir/Hybridité: Chat
Âge: 17
Sam 2 Sep - 23:06
Horror in the Shell.



Le bruit commençait réellement à te taper sur le système, ce son résonnait incessamment dans ta tête. Tu n’allais pas tarder à perdre la raison et sombré dans la folie avec ce brouhaha perpétuelle. Tu t’énervais commençant tranquillement à fatigué. Tu étais là, dressé devant cette humaine sous forme humaine. Avais-tu bien fait de lui adresser la parole ? Pourquoi n’étais-tu pas resté seul dans l’ombre à l’observer ? Si elle voulait te tuer c’était vite vu. Ta force était la surprise, et c’était entièrement dû à la fourrure qui te recouvrait sous forme chaton. Mais, tu étais malin et tu avais tout de même prévu un plan pour t’en sortir au cas où ça tournait mal. Mais tout, c’était déroulé pour le mieux, tu l’avais vu sous sourire narquois au moment de tes dires. C’était ce qui prouvait pour toi qu’elle était humaine, du moins tu le croyais tout bas. L’étrange dame avait fait un signe de la tête, et tu avais fait de même par pure politesse. Après tout il fallait s’entraider entre personnes enfermé.

Tu écoutais attentivement ses mots essayant tant bien que mal d’ignorer les bruits parasites. Alors, elle avait pensé la même chose que toi, c’était de toute façon le seul moyen de fuir cet endroit sauf si par chance elle savait défoncer les portes blindés. L’idée et bonne, si tu suivais sa logique, désactiver le panel de sécurité en premier était la chose la plus intelligente à faire. Les derniers mots de celle-ci te faisaient chaud au cœur toi qui normalement étais si seul. Tu allais bien évidemment la suivre, sinon il y avait de grande chance pour toi de devenir fou avant de pouvoir sortir de cette usine.

« J’avais pensé la même chose, désactiver la sécurité en premier serait la chose la plus intelligente. Et si je restais ici se serait un peu de la lâcheté. Je t’accompagne si jamais tu as besoin de moi et puis on n’est jamais trop prudent. »

Tu soufflais longuement, essayant de parler sur un ton normal. Tu tournais les yeux, et tu voyais ton ami partir, alors tu ne bronchais pas et commençais à le suivre. Tu ne savais pas réellement si ton ami discernait correctement les lieux. Toi avec tes pupilles de félin tu pouvais même détailler les lieux, la vision nocturne quoi. Ta nouvelle amie avait tourné la tête pour t’avoir en visuel avant d’entamer la suite du dialogue. Explorer ? Ce n’était pas réellement ce que tu souhaitais le plus, tu voulais juste t’enfuir. D’ailleurs, ça te rappelait étrangement ton passage avec Nyx, des gens pouvaient surgir de nulle part. Toujours en train d’avancer commençant à entamer la marche dans un long couloir. Eos ? C’était donc son nom, c’était un peu spécial comme prénom humain, ce n’était pas commun en tout cas.

« Très bien Eos, ne t’inquiète pas, je vois très bien dans le noir et je t’avertirais si jamais il y a un piège ou quoique ce soit. Et puis, ne dit pas qu’il y a personne, on ne sait jamais et surtout je le sens vraiment mal. Tu n’as pas l’impression d’être observé toi ? »

Tu prenais une voix non assurée, tu démarchais lentement, suivant la cadence que t’avais imposé l’humaine. Tu ne t’attardais pas à détailler le couloir, après tout c’était tout à fait banal. La chose qui te dérangeais c’était que ton amie n’était pas discrète du tout. Si tu voulais jouer sur la furtivité c’était raté avec elle. Vous étiez enfin arrivé à ce qui semblait être une entrée, malheureusement il y avait deux issues. Un autre petit son stridant venait d’ajouter à l’horrible symphonie. Tu ne pouvais pas réellement les définir mais ton ami semblait lui aussi les avoirs entendu. Mais bon, c’était sûrement une chose futile qui s’était frottée contre une des parois de métal. Tu suivais toujours Eos, jetant parfois des petits coups d’œil derrière toi. En tout cas l’humaine avait l’air fasciné par les lieux se stoppant même pour détailler une porte.

Tu observais un peu la nouvelle pièce, marchant au côté de la fille à la chevelure incolore. Puis un grincement, un son qui t’avait fait sursauté. Tu t’étais immédiatement retourné pour fixer la seule ouverture de la pièce. C’était le pire endroit pour ce faire attaquer, tu espérais réellement que c’était juste une plaque qui avait embrassé le sol. Malheureusement un ton plus grand regret les bruits s’amplifiait et ce qui semblait un robot se dressait devant vous. Tu écarquillais les yeux, vous n’aviez juste aucune chance contre cet immense tas de déchet. Tu ne comprenais pas réellement pourquoi, mais la bête avait visé Eos en priorité. Tu voyais clairement que tu étais un poids pour elle, voulait-elle te protéger ? Alors qu’elle ne te connaissait même pas ? Tu n’en savais rien et tu n’avais pas le temps pour penser à ça.

« Eos, je sais qu’on ne se connaît pas vraiment, mais je vais essayer de nous sortir de ce cul-de-sac. Je vais courir jusqu’à l’endroit où tu étais avant. Donc si jamais tu me cherches, je serais là-bas avec cette immonde chose. Bref à la prochaine ! »

À peine tes mots terminés, tu prenais un morceau de tuyaux qui traînais sur le sol avant de le lancer sur la machine. Et son œil bleu passait progressivement au rouge.

« MODE COMBAT ACTIVÉ ! »

Il t’avait en visuel, et ne te lâchait plus d’un poil. Celui-ci commençait à te scanner avec des rayons rouges, avant de commencer à te tirer dessus. Avec beaucoup de chance tu passais entre les balles, commençant sans plus attendre, à te diriger vers la sortir. Tu glissais entre les jambes du robot, avant de te relever et courir dans le long couloir. Bien sûr tu entendais résonner les bruits métalliques du robot qui ne te lâchait pas d’un poil. Dans ta course tu venais buter contre une dalle qui traînais sur le sol, t’étalant la tête la première sur le sol froid. Pendant un court instant tu étais resté sur le sol totalement sonné, entendant un son continue indescriptible. Reprenant progressivement tes esprits, tu essayais de te relever, t’aidant de la paroi. Mais le robot était déjà revenu, te mitraillant sans arrêt. Tu venais faire une roulade sur le sol, avant de reprendre tant bien que mal ta course. Une entrée venait se dessiner sur ta droite, et sans plus attendre tu l’avais franchi tout en haletant bruyamment.
Tu retenais ta respiration pour te hisser dans l’ombre pour reprendre ta forme de chat. Avec un peu de chance celui-ci n’allait guère te voir dû à ta petite taille et surtout à cause de la luminosité. Tu voyais le monstre passer devant tes yeux ébène, restant toujours en apnée.

« PERTE DE LA CIBLE ! »

Celui-ci revenait sur ses pas, tu espérais qu’Eos avait pu s’échapper lui aussi. Tu gardais ta forme hybride, montant sur une des boites pour te mettre en exposition, si jamais ton ami voulait te rejoindre. Après tout, il était simple pour toi de calter les machines défaillantes.


Eos/Endid
[MISSION] Horror in the Shell (ft. Endid) [Terminé]
Rang Eos
avatar
Messages : 169
Date d'inscription : 05/07/2017
Age : 21

Description
Avatar: 2A : Nier Automata
Pouvoir/Hybridité: Overclocking
Âge: 19 en apparence
Dim 3 Sep - 16:52

HORROR IN THE SHELL[FT. ENDID]

ft. Endid
Lieu : Rues & Ruelles
Difficulté : ★★★✩✩
Récompenses : 1050 pièces d'or + gain de la catégorie "Entrepôt" (seulement disponible via cette mission)
Nombre de mots minimum : 1000 mots

« Eos, je sais qu’on ne se connaît pas vraiment, mais je vais essayer de nous sortir de ce cul-de-sac. Je vais courir jusqu’à l’endroit où tu étais avant. Donc si jamais tu me cherches, je serais là-bas avec cette immonde chose. Bref à la prochaine ! »

Tel furent les paroles du jeune hybride, qui, sans plus tarder, lança un tuyau qui traînait parmi les débris sur la machine, machine qui activa un mode de combat. Des projets militaires ? Ici ? Il y a quelques choses de louches finalement dans cet endroit. De telle machine ne devrait pas être ici, aux yeux du grand publique… Remarque… Si des curieux s'approche trop, le complexe à l'air de les enfermer pour les éliminer… Reste juste à savoir à quel point cette machine est une menace… Et ma réponse fut très vite apporté par l'analyse rapide et la pluie de balle qui s'élança sur le pauvre hybride, qui, par un miracle, esquiva toutes les balles et parti dans le couloir, suivi de près par la machine, qui continuait à tirer… Ses tirs résonnaient probablement dans l'ensemble du complexe. Je me mordais les lèvres. Cela allait être plus compliqué que prévu, j'allais devoir remettre mon exploration à plus trad, l'objectif était maintenant de neutraliser les robots, et de faire sortir d'ici l'adolescent, qui, malgré la peur qui semblait vouloir cacher, avait réagit… Mais, ce n'était pas forcément une bonne chose, d'agir que sur instinct.

D'un élan, et cette fois-ci, ayant connaissance du danger, je m'élançais à la suite des deux, avec une discrétion certaine cette fois-ci, je ne pouvais plus me permettre de montrer ma présence. Même moi et mes blindages ne tiendraient pas une pluie de balle. Je devais donc faire attention. Je n'avais malheureusement pas le temps de m'arrêter et d'observer les projectiles de la machine, voir s'ils étaient une réelle menace ou non, le chat étant en danger, je devais me hâter.

Une fois dans le couloir, je pouvais entendre le bruit si caractéristique de cette machine *CLINK CLINK CLONK *de l'autre côté de la porte droite, qui menait à la salle par où je suis entrée… Une chance que cette salle possède deux portes qui mène à ce couloir, probablement pour faciliter les déplacements des marchandises à l'époque où l'usine était encore en activer. M'approchant de la porte la plus éloignée, j'avançais avec précaution, par chance, cette porte avait déjà été ouverte par mes soins quand j'ai rejoins ce couloir auparavant, et donc, je n'avais pas à faire du bruit pour passer celle-ci. Alors, qu'accroupie, je passais ma tête rapidement dans la salle pour un coup d'oeil, je vis le bout de la machine qui nous attaquait revenir dans le couloir, par la deuxième porte, probablement pour essayer de me retrouver. Avait-elle eu le chat ? Ou avait-il réussi à fuir ? Attendant quelques secondes, vérifiant que la machine s'éloigne bien de la pièce, j'y entrais en étant toujours attentionnée sur mes déplacements pour limiter les bruits de mes pas. Je regardais les environs, cherchant Endid… Ou ce qu'il en restait. Mon regard parcourait rapidement la salle, jusqu'aux hauteurs des caisses, où je vis, difficilement dû à son pelage, mais grâce à la lumière rouge derrière lui, ses contours. Il avait donc réussi à tromper la machine… Je m'approchais de lui, rassurée, quand j'apperçu la lumière bouger légèrement derrière lui, avant d'être masqués temporairement par quelques choses avant de réapparaître… Par le chat ?

À la possible réalisation que je venais de faire, sans hésiter une seule seconde, je donnais un violent coup de pied à la pile de caisse sur lesquelles reposait le chat, pour le faire tomber dans ma direction, que je pris dans mes bras à sa chute, tout en faisant un saut à l'arrière.

Ce n'est pas le bruit des caisses qui tombèrent qu'on entendit résonner dans la pièce. Non, c'était le bruit d'un morceau de métal qui détruisait sans sommation le bois qui les composaient. L'oeil rouge était braqué sur nous, et la machine approchait, laissant apercevoir momentanément à quoi elle ressemblait, en passant sous une lumière rouge. Une sorte d'ampoule qui possédaient huit membres que la machine utilisait pour se déplacer, et au bout de chaque membre, des pinces qui semblaient très puissante. A l'intérieur du globe de verre, on pouvait apercevoir le regard de la machine dirigé sur moi et le chat.

Sans plus attendre, alors que la machine se dirigea tel une araignée sur notre position, je m'élançai, Endid dans les bras, cette fois-ci à gauche de la pièce, pour me diriger vers là où nous n'avions pas encore explorer. La machine gagnait sur nous à chaque seconde, rien de plus normal, elle possédait huit membres. Pour la retarder, sur le chemin, je donnai un coup de pied à une pile de caisse pour la faire tomber sur son chemin. Esquivant habillement les débris au sol malgré ma faible vision, j'arrivais à l'une des portes, celle-là plus éloigné du portail en acier qui nous coupait de l'extérieur. Sans attendre, d'une main, j'ouvris la porte, qui grinça, en pestant légèrement devant l'entretien des lieux qui nous aident guère à nous camoufler. De plus, alors que je passais la porte avec le chat dans mes bras, et que je la renfermais, un projectile, tirer par le premier robot qui était revenue suite à notre boucan, atteignit mon visage, produisant des étincelles aux contacts de mon blindage, laissant une trace noircie sur ma joue, trace qui indiquait sans erreur possible la véritable coloration de ma peau synthétique à ce niveau, et qui témoignait la trajectoire de la balle, qui avait finit notre le mur juste à coter de nous. Reposant le chat au sol, je plaçai contre cette porte quelques débris rapidement, pour les retenir le plus longtemps possible.

La salle où on était cette fois était une longue chaîne, qui transportait les produits fabriquer dans les profondeurs du complexe ici, à la zone qui servait sans doute, par le passé, à emmener leur produit vers l'extérieur. En espérant sincèrement que les produits fabriquer ici n'est pas tous du calibre de ses deux là. Une seule sortie était sûre, et c'était celle à notre gauche quand on est entrée, tout au bout de la chaîne de transport, la troisième porte étant, elle aussi, lié au hangar.

« Désolé pour le mouvement brusque, tu n'es pas blessé ? Si tout va bien, ne traînons pas ici, les deux tas de ferraille ne vont pas tarder à défoncer la porte. Par là-bas, il n'y a pas d'autres solutions. »


En effet, déjà on entendait les coups contre la porte derrière nous, qui ne tiendrait pas éternellement. Sans attendre la réponse du chat, je me dirigeais d'un pas rapide vers la porte au fond pour l'ouvrir avec facilité étonnamment, ce qui nous permis de la passer et de finir dans une nouvelle pièce du complexe… Quelle était la superficie totale de l'entrepôt ? Il semblait énorme… Renfermant la porte derrière nous, mais en la barricadant pas, au cas où on devrait fuir, j'avançais dans cette nouvelle pièce, ou certaines machines étaient en train de fonctionner dans le vide...
[MISSION] Horror in the Shell (ft. Endid) [Terminé]
Top-voteur
avatar
Messages : 88
Date d'inscription : 20/06/2017
Age : 17

Description
Avatar: Shintaro | Kagerou Project
Pouvoir/Hybridité: Chat
Âge: 17
Dim 3 Sep - 20:40
Horror in the Shell.



Tu étais là, guettant sur ton trône de caisse. Tu espérais de tout cœur que ton amie sans était sorti elle aussi. Tes yeux ébène faisaient la transition entre la porte d’où tu étais venu et celle plus à droite. Quant au bout de quelques minutes, une touffe incolore passe le palier de la porte. Tu t’étais redressé, veillant tout de même à ne pas faire de bruit pour ne pas attirer le gros tas de ferraille. Eos ne t’avait pas perçu tout de suite à cause de la pénombre qui envahissait le lieu. Puis, une fois qu’elle t’avait enfin en visuel, tu agitais ta queue de félin pour montrer ta joie. Mais le visage de la fille n’était pas celui que tu avais souhaité, et avec agilité elle venait donner un coup dans les caisses. Tu tombais, virevoltant un moment dans les airs. Voulait-elle te tuer au final ? C’était vraiment bizarre si c’était le cas, surtout qu’un chat retombait toujours sur ses pattes. Puis alors que tu nageais encore dans le vide, Eos t’avait rattrapé agilement te collant contre sa poitrine. Tu ne comprenais plus rien, tu avais raté un épisode ? Elle voulait le trône elle aussi ? Non, ce n’était pas réellement ça, car si tu étais blotti dans ses bras, c’était dans l’optique de te sauver.

La chute du mur n’avait pas provoqué réellement de bruit, tu ne pouvais discerner qu’un bruit atroce. Tu sursautais, fermant les yeux, choqué par le son stridant qui résonnait incessamment dans ta tête. Une fois l’horrible mélodie finie, tu levais le voir pour laisser tes pupilles sombres admirer le spectacle. Un autre robot, qui cette fois était encore une fois effrayant. À peine le temps de le discerner, qu’Eos s’était mise à fuir l’œil pourpre. Son étreinte t’avait rassuré malgré la situation, ça réchauffait en tout cas ton petit cœur d’hybride solitaire. Mais pas le temps pour ça, la fille te portait vers un endroit non exploré, sa rapidité d’exécution t’impressionnait. Plus tu la côtoyais, moins elle te semblait humaine. Car même toi, chaton, tu ne pouvais pas tenir à une allure pareille pendant si longtemps. Tu essayais de la prévenir pour qu’elle esquive les nombreux pièges qui se trouvaient au sol, mais tu ne pouvais malheureusement pas parler. Donc, tu te contentais de miauler, l’écoutant râler à l’ouverture de la vieille porte grincheuse. Mais, au moment de fermer l’accès à la salle ou nous étions, une balle. La balle du premier robot, qui arrivait en plein sur le visage d’Eos. Tu n’avais pas eu le temps de miauler que celle-ci avait heurter son visage. Contrairement à ce que tu pouvais croire, ce n’était pas du sang qui coulait, juste des étincelles avec un bruit particulier. Tu fixais sa joue un moment, prenant un court moment pour comprendre. C’était donc un cyborg, tu appréhendais enfin pourquoi elle avait des capacités hors normes.

Un court instant était passé, et Eos avait décidé de te poser sur le sol. Tu reprenais donc forme humaine pour l’aider à barricader l’entrée aux deux rigolos. Tu soufflais longuement, relâchant la pression, pour observer un peu les environs. Tu venais par la suite poser tes prunelles ébène sur celle de ton amie, tout en écoutant attentivement tout ce qu’elle avait à te dire. Tu t’étais contenté de hocher la tête, elle avait raison la porte n’allais tenir que quelques minutes et encore. Tu suivais sans plus attendre Eos, détaillant avec curiosité certaine trace qui t’avais l’air peu habituel. Combien étaient-ils ? Ils y en avaient d’autres dans le même genre ? C’étaient les questions qui parasitaient l’esprit. Tu rentrais par la suite avec ton amie dans une toute nouvelle pièce, en prenant tout de même quelques précautions.

« Merci… Merci beaucoup de m’avoir sauvé sans toi je serais sûrement mort. Nous devrions rester sur nos gardes, je crois qu’ils ne sont pas que deux. »

Tu avais pris une voix inquiète, avant de regarder l’immense pièce en détail. Tu continuais à avancer d’une démarche silencieuse, regardant les nombreux prototypes sans vie. Cette pièce avait l’air étrangement bien préservé, et tu doutais de plus en plus sur le fait qu’il était abandonné. Mais, un bruit captait instantanément ton attention, il venait de derrière vous. Tu t’étais retrouvé hâtivement, écarquillant les yeux, au moment où tu apercevais une chose se dessiner non loin de là. La chose rampait sur le sol, ne laissant qu’un petit bruit de frottement au contact du sol. Effectivement c’était son corps mécanique qui transmettait ce bruit sourd. C’était une sorte de serpent géant, avec une lame au bout de sa queue. D’ailleurs, il prenait appuie dessus, pour se redresser à votre taille, le laissant admirer son museau. Le tas de ferraille venait ouvrir sa gueule, dévoilant son œil caché, qui était lui aussi rouge. C’était sûrement le système de sécurité qui leur avait dit de passer en mode combat. Sans plus attendre, tu prenais la main d’Eos tournant le dos au monstre pour courir le plus vite possible. Malheureusement, deux autres bruits t’avaient forcé à faire demi-tour. Non, c’était une très mauvaise idée de se jeter dans la gueule du loup.

Tu revenais donc au milieu de la grande salle, et à ta plus grande surprise le serpent avait disparu. Mais où était-il ? Tu le cherchais désespérément, avant que ton regard ne tombe sur un autre robot. Tu sursautais bien évidemment, surtout qu’il avait la forme que tu détestais le plus. C’était une sorte d’araignée, qui se déplaçait sur quatre pattes en pointe. D’ailleurs, à vue d’œil elles avaient l’air aussi tranchantes que des épées aiguisées. La chose possédait aussi deux membres qui semblait être ses bras. Et pour couronner le tout, elle avait une tête qui ressemblait à un alien, avec des crocs mécaniques, qui rendaient le tout encore plus effrayant. Tu n’étais pas rassuré du tout, et sans réfléchir, tu traînais Eos dans ta course. Courant tout droit, détournant de temps en temps les yeux pour voir où se situait la bestiole. Enfin, les deux bestioles, car le serpent venait de sortir par surprise de sa cachette.

Les minutes devenaient des heures, et bientôt vous arriviez, devant un dilemme. Il y avait trois entrées, une sur ta droite, l’autre sur la gauche et une tout au fond du couloir. Tu n’avais pas le temps de réfléchir, alors tu ouvrais immédiatement la porte se situant sur ta droite. Elle ne cédait pas, alors tu plongeais dans la porte usant de tout ton poids pour la pousser. Plan qui avait fonctionné, et tu venais par la même occasion épouser le sol. Tu t’étais relevé aussitôt, pour faire rentrer Eos pour ensuite la refermer, t’assurant d’activer la sécurité. La porte était à ce moment-là impossible à ouvrir, sauf si on désactivait le panel de sécurité. Tu te laissais ensuite glisser contre la porte, fermant les yeux.



Eos/Endid
[MISSION] Horror in the Shell (ft. Endid) [Terminé]
Rang Eos
avatar
Messages : 169
Date d'inscription : 05/07/2017
Age : 21

Description
Avatar: 2A : Nier Automata
Pouvoir/Hybridité: Overclocking
Âge: 19 en apparence
Mar 5 Sep - 15:13

HORROR IN THE SHELL[FT. ENDID]

ft. Endid
Lieu : Rues & Ruelles
Difficulté : ★★★✩✩
Récompenses : 1050 pièces d'or + gain de la catégorie "Entrepôt" (seulement disponible via cette mission)
Nombre de mots minimum : 1000 mots

La remarque de l'hybride était dans la même longueur d'onde que ma pensée… Si deux nous sont déjà tombée dessus rien qu'aux premières salles, il était probable qu'au moins deux autres soient actifs dans le secteur. On ne pouvait pas prendre de risque, et être prudent. Les deux machines que nous avions rencontrer ne semblait pas faire autre chose que foncer dans le tas, mais qui sait… S'il y a une machine qui possède ne serait que la moitié de mes processeurs, qui sait de ce qui sont capables ?

Soudain, de derrière nous, un bruit de métal, de métal frotter contre une surface, fût enregistré par mes capteurs auditifs. Je fis volte-face, les machines nous avaient déjà rattrapé ? Non… Enfin si… Mais pas les mêmes… Cette fois-ci, nous avions droit, Endid et moi, à un serpent métallique, qui lui aussi, d'après son œil rouge et son armement, avait qu'une envie, celle de nous exterminer… Ou pire. Mais déjà Endid avait réagit par la fuite, en m’entraînant avec lui plus profondément dans le complexe. Et il ne semblait pas savoir où aller. Après tout, derrière nous il avait un serpent et deux machines, et devant nous… Deux autres machines, je pense, au vu des bruits qui étaient faits au-delà de la porte.

Endid, toujours au milieu de la salle, semblait chercher quelque chose, peut-être le robot serpent, alors que mon regard lui s'arrêta sur cette créature insectoïde robotique étrange. Je me demandais si il avait des pattes aussi affûtées il pouvait grimper et s'accrocher au mur ? Mais le chat lui, ne se posa pas de question ? La peur ? Probablement, et ainsi il nous emmena, vu qu'il avait toujours ma main dans la sienne, plus loin dans la salle, ou trois portes faisaient face… Si j'en croyais les distances parcourues la porte de devant est celle qui est scellée, aucun moyen de l'ouvrir de se coter non plus… Endid, sous le coup du stress, ce que je pouvais comprendre vu que lui comparer à moi risquait bien plus que des heures de réparations, se jeta contre la porte à droite pour l'ouvrir de force, alors que je le suivis de près. Il renferma ensuite la porte, en activant une sécurité, pour finir par glisser contre la porte, en fermant les yeux, probablement pour se remettre de ses émotions.

Profitant du court laps de temps qu'on venait d'avoir, car il n'en est pas à douter que la porte cédera sous les assauts des cinq machines, j'observais la salle dans laquelle on avait fini… Des toilettes, ce qui expliquait le verrou. Mais, des toilettes n'ont en général qu'une sortie… Et ce fut le cas ici, la porte qu'on venait de verrouiller, avec probablement les cinq machines derrières, étaient notre seul issue. N'y avait-il aucun moyen de partir d'ici ? Ou de se cacher ? J'observais les environs minutieusement, à la recherche de quoi que ce soit qui puisse nous aider, alors qu'un bruit sourd retenti au niveau de la porte. Me tournant vers cette dernière, je voyais une bosse qui c'était formé, probablement du à un assaut d'une des machines. Et un autre bruit, une autre bosse est apparu. Sans hésiter, je forçai l'hybride sur ses pieds et le fit reculer vers le fond de la pièce, alors qu'une des pattes du robot insectoïde percèrent la porte. On pouvait au travers la taillade un œil rouge qui nous fixait, alors qu'il essayait d'entrer… C'était le serpent, qui essayait de passer dans la brèche.

Je me mordais les lèvres… Allait devoir utiliser mon atout secret à mes risques et périls pour nous sortir de ce pétrin ? Alors que je continuai à reculer dans le fond des toilettes, Endid derrière moi, nous touchèrent finalement le mur. Mais c'est à ce moment que je m’aperçus que tout espoir n'était pas perdu, du moins pour Endid. En effet, un aération au niveau du sol était présente dans les toilettes, pour le changement d'air je présume. D'un coup pied expert, je détruisis la grille qui bloquait le chemin, puis je mis mes deux mains sur les épaules du jeune adolescent, pour le regarder dans les yeux.

« Passe par ses aérations sous ta forme animal pour leur échapper, ne t'inquiète pas pour moi, je vais trouver un moyen. »

Soudain, un bruit sourd retenti dans la pièce, suivi d'un lourd grabuge d'un morceau de métal qui tombait au sol… La porte, probablement. Me dirigeant vers le devant de la salle qui nous faisait de prison, je lâchai une dernière phrase avant d'aller confronter les robots.

« Va et te retourne pas. »

Moi même, sans me retourner vers le chat, je fis face aux deux robots qui étaient entrées dans la pièce pour le moment, à savoir le serpent et l'insectoïde. Les autres n'aillent pas tarder à entrée… Une fois qui aurait la place… Préparant mes muscles, en les bougeant légèrement, bien qu'en soi cela n'a aucune utilité vu que je suis une machine, je m'apprêtais à combattre, et surtout, à outre passer mon système de sécurité, quand mon regard se plaça sur le plafond. Et un sourire apparu sur mon visage. Voilà quelques choses que je peux utiliser. D'un saut vertigineux, grâce à mes membres synthétiques, je détruisis une partie de l'aération aérienne, partie qui tomba lourdement sur le sol… Cela avait décidément que des avantages d'être devenu une machine à part entière. Je ne le regrettais absolument pas. M'accrochant ensuite à l'ouverture que j'avais faite, je me mis à quatre pattes et avança dans l'aération le plus vite que je le pouvais, et j'ai bien fais, car à peine une seconde de mon ancienne position, une lame acérée transperça le lieu, qui m'aurait embroché si je n'aurais pas bougé. Me hâtant donc, j'avançais dans ce tunnel qui semblait n'avoir qu'une issue, drôle de conception pour une aération. Après une bonne minute dans cet endroit renfermer, j'arrivais finalement au bout, et, d'un coup de pied, encore une fois, je détachai la grille qui tomba sur le sol, suivi par moi. On dirait que je n'allais pas a avoir à utiliser mon atout tout de suite …
[MISSION] Horror in the Shell (ft. Endid) [Terminé]
Top-voteur
avatar
Messages : 88
Date d'inscription : 20/06/2017
Age : 17

Description
Avatar: Shintaro | Kagerou Project
Pouvoir/Hybridité: Chat
Âge: 17
Ven 8 Sep - 15:25
Horror in the Shell.



Tu avais le voile, laissant tes yeux ébène détailler la pièce. Aucune issu, c’était fini pour vous, personne ne pouvait combattre cinq machines de leurs envergures. Tu restais là, contre cette porte froide à observer d’un air désespéré Eos. Pouvais-tu te sacrifier pour elle ? Il y avait-il un vague espoir qu’un sacrifice puisse la sauver ? Tu n’en savais rien, tu faisais en tout cas chauffer tes neurones à la recherche d’une idée. Perdu dans tes pensées délabrées, tu te laissais bercer par les bruits métalliques qui t’entouraient, te préparant tranquillement à la mort se situant derrière la grande porte. Mais, Eos ne voulait pas, non, elle voulait t’aider. Tu t’étais donc plié à son désir, te redressant sur tes pieds tremblants. Puis, elle t’avait fait reculer sans aucune once d’hésitation, et toi tu répondais à son acte par une mine interrogateur. Tu scrutais la porte, essayant de comprendre son action. Non, non tu ne voulais pas qu’elle fasse ça, allait-elle se sacrifier pour un futile hybride comme toi ? Tu ne devais pas lui laisser faire ça. Mais, au moment où tu avais décidé de prendre de l’élan, une articulation mécanique traversait la porte. Tu étais tétanisé de peur, manquant deux trois battements de cœur suivi d’une respiration irrégulière.

Un instant plus tard, à force de reculer la lourde sentence s’abattait sur vous. Le mur derrière vous, le stress commençant déjà à ronger votre cadavre, tout était fini. Tu scrutais donc ta seule amie, pour voir si elle avait peur. Ainsi tu avais vu qu’elle avait un espoir, comment ? Pourquoi ? Il n’y avait pourtant rien pour vous sauver la vie. À peine la question posée, tu avais eu la réponse, regardant le pied d’Eos détruire une grille d’aération. Puis, elle venait t’apaiser de ses mains les posant sur tes épaules. Tu répondais à son regard, en plongeant tes yeux brillants dans ses profondeurs abyssales. Tu t’étais mis à claquer des dents au moment de ses dires. L’abandonner pas vrai ? Ta seule amie la laisser mourir ? C’était réellement dur pour toi, et n’avait juste aucune chance de s’en sortir. Tu restais en face d’elle pour la détailler une dernière fois, avant qu’un concert stridant envahisse la petite pièce. Elle disparaissait pour se diriger vers le devant de la salle, tu lâchais une larme tout en criant.

« Merci Eos ! Je ne t’oublierai jamais ! »

Tu laissais un ultime coup d’œil détailler celle qui t’avait sauvé. Pour une fois, c’était toi qui abandonné quelqu’un et pas l’inverse. Tu baissais tes oreilles, soufflant longuement pour évacuer les dures émotions qui poignardais ton organe vital.

« Va et ne te retourne pas. »

C’étaient les derniers mots que tu avais perçus, tu prenais ta forme hybride exhaussant son ultime désir. Tu t’étais donc faufilé dans le petit conduit, essayant tant bien que mal à marcher. Et plus tu avançais, plus tu t’en voulais de l’avoir laissé. Il y avait sûrement un autre moyen, sûrement quelque chose pour qu’elle ne meurt pas. Oui, tu l’avais juste tué, tué celle qui avait confiance en toi. Les durs émois envahissaient ton âme brisée. Encore une fois livré à ton triste sort, ça en devenait presque redondant, et à force tu allais finir à t’habituer à ce genre de situation. La princesse, Nyx, Eos… Ce n’était que des situations dramatiques, alors à quoi bon avoir des amis ? C’était mieux de rester seul, alors pourquoi tu t’obstinais à avoir des êtres importants, si c’était uniquement pour les détruire. Tu n’en savais rien, tu avais pourtant fait de ton mieux, tu étais prêt à donner ta vie pour les aider. Malheureusement, personne ne te laissait faire, pourtant ta vie n’était qu’un amas de souvenirs inutile. Malheureusement, personne ne te laissait faire, pourtant ta vie n’était qu’un amas de souvenirs inutile.

Dix bonnes minutes étaient passées, et tu avais fait une petite pause, pour reposer tes membres engourdis et ton esprit perdu. Mais, alors que tu t’octroyais un maigre plaisir, un son t’avais fait sursauter. Un bruit qui te faisait vibrer, à chaque résonnement. À peine le temps de réfléchir, que tu t’étais mis à courir à ta vitesse de pointe usant du peu de force qu’il te restait. Tu voyais le bout du long tunnel, alors tu accélérais dépassant même tes limites corporelles. De ton maigre corps tu venais enfoncer la petite trappe, t’écroulant contre le dur sol. Sonné pendant un court instant, tu avais eu du mal à te redresser sur tes quatre pattes. Tu détaillais rondement la pièce pour comprendre que tu étais revenu au point initial. Plus précisément, tu étais dans l’énorme entrepôt, ou Eos t’avait sauvé en trappant dans les caisses. Sans perdre plus de temps, tu t’étais remis à calter le monstre qui ne te lâchait pas d’un poil. Tu reprenais le même chemin, qu'Eos avait usé précédemment.

Le pas lourd, tu avais finalement réussi à atteindre la porte, enfin ce qui restait d’elle, car ce n’était qu’un tas de métal qui envahissait le sol de la grande pièce. Tu rentrais tournant immédiatement vers la gauche. Après tout, il fallait bien semer le robot qui ne jurait que par ta mort. Et encore une fois tu franchissais une entrée, te demandant à chaque fois si tu avais jute une chance de t’en sortir. Tu étudiais hâtivement tous les murs à la recherche d’une échappatoire, et tes efforts n’avaient pas été vains. Une autre bouche d’aération se trouvait sur ta gauche et même si cela portait malheur, tu avais retiré la grille pour t’enfoncer dedans. Vite, vite, vite les minutes t’étaient compté, tu suppliais ton créateur de t’offrir pour la première fois une quelconque chance. Ce n’était pas grand-chose, tu voulais juste pouvoir survivre à toute cette mascarade. Tu ne percevais plus aucun bruit, rien, même pas un son métallique qui pouvait t’alarmer. Tu avais donc réussi à échapper aux griffes de ton adversaire ? Tu n’en savais rien, mais tu continuais à marcher en réduisant un peu la cadence.



Eos/Endid
[MISSION] Horror in the Shell (ft. Endid) [Terminé]
Rang Eos
avatar
Messages : 169
Date d'inscription : 05/07/2017
Age : 21

Description
Avatar: 2A : Nier Automata
Pouvoir/Hybridité: Overclocking
Âge: 19 en apparence
Ven 8 Sep - 17:36

HORROR IN THE SHELL[FT. ENDID]

ft. Endid
Lieu : Rues & Ruelles
Difficulté : ★★★✩✩
Récompenses : 1050 pièces d'or + gain de la catégorie "Entrepôt" (seulement disponible via cette mission)
Nombre de mots minimum : 1000 mots

J'admirais la pièce dans laquelle j'avais atterrit. Cela ressemblait à une salle de stockage de pièces détachées diverses et varier. En effet, que ce soit des pièces pour des robots ou des mécanismes divers, pas mal de pièces étaient entreposé ici. Malheureusement, je n'ai pas le temps de fouiller pour le moment, avec ses machines et ce système de sécurité qui c'était emballé. Mais je note malgré tout l'emplacement dans ma base de donnée, qui dessinait la carte des environs à chacun de mes pas. Nous étions bien plus loin du complexe, en espérant qu'on arrivait au bout, c'était déjà énorme, pas la peine de rajouter davantage de salle…

Je me dirigeais vers la porte que j’entre ouvrit, et, par chance, celle-ci ne fit pas un boucan qui s'entendrait dans toute l'installation. J'allais finalement pouvoir me faufiler tranquillement. L'ouvrant en grand pour me faufiler, je voyais deux accès possibles… Non rectification, un seul accès possible. La porte devant moi était fermé elle aussi d'une porte en acier, impossible à ouvrir. Donc, il ne me restait plus que la porte à ma gauche. D'un pas rapide et léger, j'avançais vers cette porte que j'ouvris, ici encore, sans un bruit pour accueillir ma démarche. Je me retrouvais dans une petite salle qui faisait office de jonction entre quatre couloirs. J'aurais pu aller à droite ou à gauche, mais je décidais de continuer d'avancer, pour retourner dans les débuts de l'usine pour retrouver le jeune Endid, je ne pouvais le laisser seul dans cet endroit. Je pris donc la porte devant moi, pour finir dans la salle qui semblait dédiés à l'électronique, processeur, puce et tout cela, qui semblait être inactive. Je notais également ici un point d'intérêt. Après tout, l'usine était peut-être vieille, mais qui sait, je pouvais peut-être trouver une ou plusieurs parties électroniques qui pourrait renforcer mon corps métallique.

Un bruit me fit tourner mon regard vers la salle, d'après ma carte que je constituais, était celle que nous avions quitter avec Endid juste avant de s'enfermer dans les toilettes. De la porte surgit un œil rouge, qui se braquait tout de suite sur moi. Il approcha alors de ma position, et je vis qu'il s'agissait du robot humanoïde avec des armes sur ses bras. Sans attendre, alors qu'une balle sifflait à côter de moi, frolant ma joue, je pris une plaque sur le sol, et, grâce à ma force d'Androïde, je la lançai sur la machine, pour me laisser au moins le temps de réfléchir à comment fuir, et ma solution fut toute trouvé car elle est identique à mon ancienne. Les aérations du plafond. M'aidant d'une table, j'enlevais la grille avant de me faufiler dans le tunnel que je commençais à remonter, alors que les balles trouaient l'alliage sans difficultés. Nombres de balles s’étaient percutés à mes blindages, mais grâces à leur perte de vitesse dû à l'aération, ce n'est que mes vêtements qui ont subit des dégâts, mon intégrité physique était en majorité intacte, peut-être quelques traces de qui indiquaient ma nature était présente, mais sans plus.

Très vite, car nous avions changer de salle, les balles s'arrêtèrent de pleuvoir, et donc je pus continuer à ramper dans cette aération sans gros soucis, pour finalement arriver au bout de celle-ci, qui était cassés, et donc je n'eus d'autre choix que de sortir de celle-ci… Pour finir… Dans le hangar. De nouveau, j'étais dans ce lieu. Si on en croyait d'ailleurs la carte que ma base de donnée dessinait, il est très probable que l'aération que j'ai faite emprunter à Endid est également débouchée ici. Observant l'environnement, je pouvais entendre du bruit à ma gauche… Des machines qui arrivaient ? Ou qui poursuivait l'hybride ? Peu importe la réponse, je ne pouvais pas aller par là-bas. En effet, si je commençais à courir après les machines ou Endid, jamais nous trouverons un moyen de sortir d'ici, donc… Il n'y avait pas le choix, dans ma carte de donnée, il y avait toujours une pièce que nous avions pas étudier à notre droite… La pièce où nous avions entendu, sans le savoir, les pas de la machine alors que nous cherchions un moyen de sortir d'ici. Donc, sans hésiter une seconde, je me dirigeais vers cette nouvelle objective, peut-être y trouverais-je un moyen d'arrêter cette chasse ridicule.

Reparcourant donc mes premiers pas dans cette usine, aussi bien le hangar de marchandise que le couloir de fonction où j'ai rencontré l'adolescent, avant de prendre à gauche pour remonter vers la salle sans issu, sceller par le système de sécurité. Cependant, au lieu de rentrer dans celle-ci, je pris à droite, pour entrer dans la salle que je n'avais pas encore exploré. La porte étant ouverte, je ne me fis pas prier. Cette salle semblait être… La direction, où une salle de réunion. Il pourrait peut-être avoir les indices que je souhaitais ici, et donc, comme les deux précédentes salles, j'indiquais à ma base de donnée de marquer ce lieu comme important. Une autre entrée était ouverte dans le fond, et, en y passant ma tête, je vis qu'il ne restait pas grand-chose du très probable bureau du directeur de l'usine, qui semblait être habité par une des machines.

Soudain, des pas se faisait entendre dans le couloir, était-ce justement cette machine qui revenait se ressourcer dans ses lieux ? Cherchant une sortie, un sourire en coin apparus sur mon visage quand je fis que mon salut… Était une aération. Décidément, je pouvais comprendre pourquoi dans les lieux hautement sécurisés les aérations étaient sur-protégée. Profitant de la faille de sécurité des machines au maximum, je montais dans celle-ci et la parcouru en large, jusqu'à en voir la fin, des bruits sourds de plus en plus fort venant du bout du tunnel… Ses bruits… Ça ne pouvait pas être… De hâte, je me dépêchais, et, une fois arriver au bout, je descendais de l'aération pour tomber nez à nez avec… Un des groupes électrogènes de l'usine. J'allais enfin pouvoir couper l'alimentation de ce lieu et de ses machines ! J'approchais ma main des boutons de la machine, quand un choc violent se fit ressentir au niveau de mon visage, m'envoyant contre le mur de la salle, glissant au long de celui-ci, me faisant atterrir en position assise, avec probablement une fissure sur mon blindage au niveau de mon visage.
[MISSION] Horror in the Shell (ft. Endid) [Terminé]
Top-voteur
avatar
Messages : 88
Date d'inscription : 20/06/2017
Age : 17

Description
Avatar: Shintaro | Kagerou Project
Pouvoir/Hybridité: Chat
Âge: 17
Sam 9 Sep - 18:36
Horror in the Shell.



Tu avançais tranquillement tenant à peine sur tes pattes de félin. Combien de temps allais-tu devoir fuir de la sorte ? Bientôt la question n’allait plus se poser car tu n’avais pas la condition physique pour courir indéfiniment. Alors, le souffle court, tu traînais ta tombe attendant patiemment que la faucheuse en vienne à bout de toi. C’était la deuxième fois que tu pensais à de telles choses et sûrement la dernière fois. Il fallait bien briser la roue au bout d’un moment. Calter la réalité, c’était ce que tu avais fait toute ta misérable vie de chaton. Tu restais tapi dans l’ombre de l’ignorance, traquant chaque personne, chaque lumière qui pouvait éventuellement t’aider. C’était bien évidemment à cause de ces lumières que tu avais accepté de voir la vie telle qu’elle était. Rose ? Comment pouvais-tu penser à une chose pareille, ce n’était que des absurdités. Tout ce qui était incarnat, c’était la mort, le salvateur de ce monde corrompu. Alors si tu pensais de telles choses, pourquoi ne t’étais-tu pas suicidé ? Tu n’acceptais toujours pas la sincérité de la vie ? Non, ça n’avait rien à voir. Tu continuais à faire battre ton cœur meurtri uniquement pour eux. Les amis et tous ceux à qui tu tenais, c’était les seules qui t’obligeais à rester sur Aristen. Eos en faisait partie, elle avait échangée sa vie pour la tienne, alors tu allais réussir pour elle, pour son honneur, pour sa bonté. Tu ne pouvais que l’admirer, tu ne pouvais que te haïr de l’avoir condamné. Alors avance, avance encore et encore sans jamais te retourner, pleure pour rappeler. Mais ne déclare jamais forfait, et tu n’allais jamais le faire.

Tu secouais ta tête tout en dessinant progressivement un sourire sur ta mine fatigué. Une grille, tu étais au bout de ce maudit tunnel parfumé d’une odeur fétide. Tu avais commencé à prendre l’habitude, alors tu prenais un peu d’élan avant d’enfoncer la grille de fer. Tu fermais un court instant tes yeux, pour prendre une courte pause et te reconcentrer sur ton objectif. Tu devais trouver un moyen soit de couper le courant, soit de désactiver la sécurité. Compliqué, rien n’était simple surtout dans un bâtiment qui semblait appartenir à l’armer. Mais, alors que tu réouvrais les yeux, un objet avait attiré toute ton attention. En effet, ça ressemblait étrangement à une grenade iem, et de ce que tu savais, ça pouvait faire sauter des circuits électroniques. Tu t’approchais donc doucement du jouet, essayant de comprendre comment cela marchait. Malheureusement ce genre de chose n’existait que dans les livres, ce n’était qu’un vulgaire prototype.

Un instant plus tard, tu avais essayé de voir si la pièce regorgeait d’autre babiole. Néanmoins, il n’y avait rien mise à part quatre murs et deux porte blindé et sécurisé. Et là, un bruit, un bruit qui les longues minutes à l’écouter était toujours aussi effrayant. Puis, tu entendais des petits sifflements mécaniques qui venait inquiéter tes jambes tremblantes. Tu tournais la tête de droite à gauche sans jamais trouver quoique ce soit. Où était-il, ou se cachait-il ? Mais, alors que tu te remettais en marche pour explorer la suite de la salle, le serpent mécanique avait signé son retour. Il t’avait fait sursauté, en poussant un cri immonde en face de toi. Il t’avait montré à quel point il était effrayant, et à quel point tu étais mort. Tu restais un moment immobile, tétanisé par la peur qui coulait à flots dans tes veines. Celui-ci venait te donner un coup avec sa queue pour y inscrire une longue coupure au niveau de ton torse. Tu grimaçais, c’était impossible pour toi d’esquiver, il était trop rapide et agile, même pour un chat. Ne perdant pas plus de temps, tu t’étais mis à courir en grommellent de douleur. Une longue trace de sang permettait à ton ennemie de connaître ta position à jamais. Tu étais dans le pétrin, bordel tu n’allais pas pouvoir t’en sortir. Tant bien que mal, tu t’étais hissé dans le long couloir de la mort. Tu usais de toute ta vigueur, tu n’avais pas le droit de mourir, non, tu devais le faire pour elle. Tu relevais ta tête voyant que tu touchais bientôt à la sortie de ce fardeau. Tu dirigeais rapidement ton regard vers l’arrière pour voir où se situait ton adversaire. Et à ton plus grand étonnement, il n’était pas là. Où était-il ? Le stress commençait à donner un rythme insupportable à ton cœur.
Tu étais finalement sorti de ce fardeau, continuant tout de même ta course tournant tes talons vers la gauche. Chaque petite variation dans le brouhaha infernal te faisait sursauter. Où était-il ? Où était-il ? Droite, gauche, haut, bas nulle part. Tu grinçais des dents anxieuses, tu le sentais mal. Tu traversais les pièces sans perdre de temps à les détailler. Puis tu passais, une porte, deux portes, et tu te retrouvais coincé dans un cul-de-sac. Tu étais dos au mur, respirant avec une difficulté déconcertante. Ta tête devenait lourde, tes membres étaient vide d’énergie. Le sablier de sang s’écoulait sur le sol, ne te laissant que très peu de temps avant la mort.

« Boum boum »


Où était-il ?

« Boum BOUM »

Où ?!

« BOUM BOUM »


Tu pleurais manquant presque de te pisser dessus. Pourquoi n’était-il toujours pas là ? Non, tu ne devais pas paniquer, tu devais trouver une échappatoire. Vite, vite tu scrutais l’horizon à la recherche de réponse. Une bouche d’aération, tu ne perdais pas de temps, tu fonçais dedans sans réfléchir. Tu galopais dépassant totalement les limites du réel. Oui, c’était l’amour qui te donnait une telle ténacité, impossible pour toi d’abandonner. Le chemin te paraissait sans fin tu n’en voyais pas la fin. Si ton ennemi te coursait, c’était un très mauvais endroit. Pourquoi ? Car c’était trop étroit pour pouvoir anticiper ou même esquiver.

Tu arrivais finalement dans la pièce, restant un court instant sur tes pattes avant de t’écrouler au milieu de la nouvelle salle. Puis, un bruit inquiétant. Tu fixais l’endroit avant de laisser un regard ébahi.

« BOUM BOUM BOUM »


Eos/Endid
[MISSION] Horror in the Shell (ft. Endid) [Terminé]
Rang Eos
avatar
Messages : 169
Date d'inscription : 05/07/2017
Age : 21

Description
Avatar: 2A : Nier Automata
Pouvoir/Hybridité: Overclocking
Âge: 19 en apparence
Sam 9 Sep - 21:02

HORROR IN THE SHELL[FT. ENDID]

ft. Endid
Lieu : Rues & Ruelles
Difficulté : ★★★✩✩
Récompenses : 1050 pièces d'or + gain de la catégorie "Entrepôt" (seulement disponible via cette mission)
Nombre de mots minimum : 1000 mots

**ÉCHECS DE PLUSIEURS SYSTÈMES**
**RÉTABLISSEMENT EN COURS**
**35 % DES FONCTIONS MOTRICES NON UTILISABLES**
**ESTIMATION : PERTE DE 50 % DE LA FORCE PHYSIQUE**
**30 % DES CAPTEURS SENSORIELS ENDOMMAGÉS**
**CAPTEURS VISUELS DYSFONCTIONNELS – PERTES DE LA VISION DES COULEURS**
**COURT-CIRCUIT D'ÉNERGIE INTERNE – BATTERIE À 10 % DE LEURS CAPACITÉS – 30H DE FONCTIONNEMENT RESTANT**
**FONCTION ORATOIRE DÉSACTIVER**
**PAC (PROCESSEURS D'ASSISTANCES DU CERVEAU) ENDOMMAGÉS**

***ATTENTION DANGER : LE SYSTÈME “OVERCLOCKING” NE POSSÈDE PLUS DE SÉCURITÉ. SON UTILISATION EST FORTEMENT DÉCONSEILLÉE***

Alors que toutes les informations se défilaient dans mon esprit et mes processeurs, mes capteurs visuels voyaient approchés la machine en face de moi, que j'avais du mal à discerner avec seulement la vision en noir et blanc de mes capteurs.

clank clank clank


Mes capteurs sensoriels ainsi que mon cerveau était en train de se remettre du choc et de se recalibrer sur l'instant présent, alors qu'avec difficulté, je me relevais en m'appuyant contre le mur. Ce n'est ni la douleur, qui est inexistante, ni mes capteurs qui étaient en train de faire leur mise au point qui rendait difficile mes mouvements… Non. Ce qui m'a frappé, à décharger une charge électrique qui, même temporairement, à déstabilisés une partie de mes systèmes. Est-ce que les machines ici étaient conçus pour tuer initialement ?

Clank Clank

Alors que, machinalement, je passais ma main sur ma joue qui présentait maintenant des fissures, laissant transparaître, par-delà ma peau synthétique, les mécanismes autour de ma mâchoire, un liquide rouge arpentant mes mains. Mon sang artificiel, une légère partie avait coulé sur le sol. M'aidant du mur, je fis quelques pas dans la salle ronde, longeant le mur et m'y tenant d'une main, dans les sens inverses d'une aiguille d'une montre, avant de m'y plaquer contre le mur, pour faire face à ce qui m'avait propulsé contre le mur. La difficulté était présente, le coup infliger par une machine que je n'avais pas encore aperçus… Une cinquième machine.

Cette machine était, de manière surprenante, humanoïde. Deux bras, deux jambes, une tête. Cependant, flottant au vent, semblait être son ancienne peau, comme une cape, derrière elle. En effet, l'unité en face de moi était clairement dénudé, ses circuits à l'air. Alors que son œil me fixait, j'observais ses mains, une d'elle possédait des circuits ouverts, qui laissé dégagé de électricité qui, grâce à la faille que son poing à effectuer sur mon unité, a réussit à toucher mes systèmes. Quel manque de chance. Ma peau est censée être isolante.

CLANK CLANK

Il était juste en face de moi, chacun de nous à porter de bras de l'autre. Je me redressais, droite, et malgré les difficultés motrices de mon corps, je me préparais. D'ici quelques secondes, cette salle, avec l'unité électrogène au centre, allait être témoins d'un très probable combat.

Musique de combat:
 

CLINK

Ma tête avait bougé en même temps que le bras de la machine en face de moi, son poing se situait à l'ancienne position de ma tête il y a à peine une seconde auparavant, faisant une bosse dans la ferraille qui constituait le mur. Mes yeux se figèrent dans le sien, qui me regardait tout autant. Quelques secondes passaient ainsi dans cette position, ni l'un, ni l'autre faisant un mouvement… Quand soudain, d'un mouvement pas aussi efficace dû mes problèmes suite à son poing, je le repoussai d'un coup de pied de quelques mètres, alors que son deuxième poing me frôla le nez, coup que j'aurais pris si je ne l'avais pas repoussé. Me détachant du mur, je fis un pas vers lui, alors qu'il faisait un pas vers moi, avant de m'élancer, sans hésitation, contre mon adversaire. Mon objectif était là, dans cette salle, et une machine ne m'empêcherait pas de l'atteindre… Il ne s'agit pas seulement de moi… Un autre est en danger dans cette installation, et je ne sais pas combien de temps il pourra tenir avec ses machines meurtrières.

SBAM CLANK SBAM SCLINK SBOOM

Ni lui, ni moi possédaient d'armes, donc on se battait du seul moyen qu'on pouvait, avec nos membres. Mes poings et mes pieds entamaient leur danse mortelle contre la machine, qui, de manière brute, contrait et absorbait mes coups sans sourciller. Je fis un pas en arrière, évitant un autre coup de poing, tout en jurant mentalement. Le choc se faisait sentir, mon corps n'était pas à son plein potentiel. J'aurais pu, sans difficulté, le détruire, si j'étais à mes pleines capacités. Mais, actuellement, c'était hors d'option. J'étais à peine plus forte qu'un humain ordinaire… Et un humain ordinaire ne peut briser du fer avec ses poings. Malgré tout, je n'étais pas désavantagé. Mon corps est aussi fait de métal, et, par conséquent, mes coups sont tout de même plus puissants qu'un organique, et je ne crains pas le fait de frapper du métal, la douleur n'existe pas. Ça aurait pu être pire… Ça aurait pu être Endid qui se retrouvait à ma place. Heureusement, c'est moi qui suis confrontée à cette machine.

Je continuai mes assauts, alors que le générateur produisait son bruit si singulier, entre coupé par le contact de nos deux corps robotiques. Ce n'était qu'un tas de ferrailles sans cerveau, qui suivait un programme, rien de plus. Il n'y avait aucune chance que je tombe face à une machine. D'ailleurs, déjà la machine reculait sous mes assauts divers et variées, après tout, je suis un projet militaire top secret créer pour la probabilité d'une guerre Terre-Ariesten… Ce n'était pas un bout de métal sans pensée et démodée qui allait me faire plier les genoux. Mes assauts continuaient, jusqu'à la nécessité d'une roulade sur le côté se fit sentir, faisait apparaître de nouveau une distance entre nous deux.

J'analysais la machine en face de moi, et plus je l'attaquais et lui infligeait des dégâts, plus les décharges électriques sortaient de son corps. Si ce n'était pas pour le mien endommagé également, ça m'aurait posé aucun soucis, mais ce n'est pas le…

SLONK

Un bruit sourd retenti de derrière moi et je tournais mon regard pour observer ce qui venait d’apparaître derrière moi… Une nouvelle menace. Le robot insectoïde avait remonté lui aussi les aérations et avait atterrit derrière moi. C'était désormais du deux contre un, et le temps était compté. Chaque seconde qui passe était une chance supplémentaire pour le jeune chat de mourir par une de ses machines, surtout que si j'en ai deux ici, les trois sont probablement soit à sa recherche, soit à sa poursuite. Alors que les deux adversaires s'approchaient de moi et me flanquant je pris une décision, dangereuse dans mon état, mais nécessaire, ne serait-ce que pour sauver une vie… Mon corps est réparable après tout, pas le sien. Les deux machines se ruèrent sur moi, alors que je me tenais droite, au milieu des deux, prêtes à recevoir leur assaut… Je fermais mes yeux pendant un court instant …

***OVERCLOCKING ACTIVÉ***
[MISSION] Horror in the Shell (ft. Endid) [Terminé]
Top-voteur
avatar
Messages : 88
Date d'inscription : 20/06/2017
Age : 17

Description
Avatar: Shintaro | Kagerou Project
Pouvoir/Hybridité: Chat
Âge: 17
Sam 9 Sep - 23:50
Horror in the Shell.



« BOUM BOUM »

Ta respiration c’était tu, laissant une mine effrayé parce que tu venais d’observer. Il était là, à quelques centimètres de ton museau. Si proche que tu avais eu l’occasion de détailler chacune de ses dents mécanique, semblable à des dagues. Tu reculais ta tête, et celui-ci claquait sa mâchoire. Tout s’était joué à une fraction de seconde. Tu soufflais un bon coup, avant de bondir en arrière pour éviter sa attentive d’estoc. Sans perdre de temps, tu prenais forme humaine pour esquiver les attaques de sa queue. Il était agile et c’était un robot donc il ne ressentait nullement la fatigue contrairement à toi. Ta blessure au niveau du torse te donnait un sacré désavantage, tu étais malheureusement condamné. Tu continuais ta valse jusqu’au moment où tu te retrouvais dos au mur. Ton ennemi en avait immédiatement profité pour t’envoyer sa pique en ferraille en ta direction. Tu grinçais les dents, effectuant une roulade sur la droite pour éviter la frappe mortelle, qui t’avais d’ailleurs laissé une coupure sur ta joue gauche.

Les minutes passaient et ton corps commençait vraiment à s’épuiser. Et tu savais très bien que rester uniquement sur la défensive était un combat perdu. Tu cherchais désespérément une chose qui pouvait te sauver ou du moins t’aider. Ta vue commençait progressivement à faire des siennes, la réalité devenait difforme. Ton adversaire était sans pitié, et continuer avec acharnement ce combat. Puis, il venait asséner un coup sur ton bras droit pour enchaîner sur ton flanc gauche. Tu hurlais, laissant ton liquide pourpre inonder la pièce. Tu avais mal, si mal, et personne, non personne ne pouvait te sauver, rien, il n’y avait rien.

Tu t’écroulais au sol, les larmes aux yeux. Tu allais donc mourir, là, à cause d’un maudit pari, tout ça pour ça. Ta tête venait embrasser le dur sol accompagné d’un bruit familier. Ta vie défilait, te rappelant ton passé insignifiant. Tu ne servais à rien, et tu n’avais servi à rien toute ta misérable existence. Encore une fois, tu pleurais tel un chaton abandonné sur le sol froid. Ta naissance était déjà une aberration, et la suite était donc forcément tragique.

« Boum… »

Ton cœur battait au rythme de tes plissements de paupière. Attends, tu regardais ce qui se trouvait à quelques centimètres de toi. Un bout de métal qui avait vaguement la forme d’un katana. Tu lâchais un petit rire, tu devais donc te battre jusqu’à ton dernier souffle. Tu roulais en direction de l’objet en évitant par chance, le piques du robot qui venait s’enfoncer dans le sol. Une ouverture, tu saisissais larme effectuant instantanément un coup droit, qui n’avait servi qu’à l’énerver davantage. Celui-ci venait hurler sa haine. Tu restais en garde, essayant avec beaucoup de peine de trouver une quelconque ouverture. Mais, la seule chose que tu avais fait, c’était de traverser deux salles pour ne pas prendre d’autres blessures de ce monstre. Tu effectuais une parade, pour ensuite partir sur une contre-attaque. À ton plus grand regret tes efforts étaient vains. Impossible, c’était bien le mot pour définir ce combat. C’était perdu et il ne restait que quelques heures à vivre vu ton état critique. Et alors que tu avais abandonné tout espoir de vivre, tu voyais un panneau avec marqué salle de contrôle. C’était une blague ? Tu avais rapidement tourné le dos à ton adversaire pour mieux visualiser la pièce ou tu trouvais. Un endroit qu’on pouvait détailler de petit, et en son centre se trouvait une énorme machine décorée de levier en tout genre et un écran géant. Alors avec un peu de chance tu allais pouvoir désactiver la sécurité. Tu te reconcentrais avant de te retourner pour refaire face à ton ennemi. Tu allais le tuer ce petit rigolo, ou plutôt le mettre sur off.

Une mauvaise surprise t’avait attendue, le serpent mécanique n’était plus là. Non, ça n’allait pas recommencer, où était-il bordel ?! Apparemment derrière toi, car ton bras gauche venait se détacher de ton corps. Tu regardais avec tristesse, ton précieux membre sur le sol, appuyant les traits de ton visage.

« PUTAIN !! Je vais te désactiver saleté de robot. »

Tu criais ses mots, avant d’accourir jusqu’au levier et de l’abaisser sans prêter attention au maudit robot. Tu ne savais pas du tout si le levier allait désactiver ce que tu souhaitais.

« SÉCURITÉ DÉSACTIVÉE. ARRÊT DES ROBOTS DE COMBAT ! ALARME MISE SOUS SOURDINE ET PORTE DÉVERROUILLÉE. »

Immédiatement, tu entendais la carcasse en ferraille caresser le sol. D’ailleurs, tu suivais son mouvement tombant sur le dos. Avec beaucoup de mal, tu retirais ton tee-shirt pour en faire des bandages. Même si c’était totalement impossible d’atteindre la ville avec des blessures de cette ampleur. Après un petit temps qui t’avais permis de te calmer un peu. Tu commençais à ramper vers une porte qui se situait sur ta droite. Bien évidemment, tu avançais aussi vite qu’une tortue, mais vu ton état c’était normal. Tu prenais souvent des petites pauses, pour reposer ton bras droit qui peinait à trainer ta chair. Et te voilà, franchissant la porte qui menait au hangar. Tu souriais, tu allais donc mourir à l’endroit ou Eos t’avait sauvé. Si ironique, tout était drôle, rien n’était laissé au hasard, c’était la destinée qui se riait de toi petit chaton. Tu arrivais au niveau des caisses éparpillé et tu décidais de t’abandonner ici.

Tout devenait silencieux, tout devenait sombre. C’était un sentiment bizarre, tu perdais progressivement l’usage de tes sens. Les yeux clos, penser devenais de plus en plus difficile. La seule chose que tu savais, c’était que ton sang commençait à maquiller le sol, et à tremper tes vêtements. Au moins, vous aviez gagné, c’était déjà ça. Tant que tu le pouvais encore, tu venais chuchoter avec peine ce à quoi tu pensais.

« Adieu Elizabeth, adieu Nyx et adieu Eos… »

C’étaient tes derniers mots avant de t’évanouir. Tu n’étais plus là, tu étais là-bas, attendant qu’une lumière vienne de sauver. Non, tu n’étais pas mort, enfin pas encore.

« Boum Boum. »


Eos/Endid
[MISSION] Horror in the Shell (ft. Endid) [Terminé]
Rang Eos
avatar
Messages : 169
Date d'inscription : 05/07/2017
Age : 21

Description
Avatar: 2A : Nier Automata
Pouvoir/Hybridité: Overclocking
Âge: 19 en apparence
Dim 10 Sep - 16:04

HORROR IN THE SHELL[FT. ENDID]

ft. Endid
Lieu : Rues & Ruelles
Difficulté : ★★★✩✩
Récompenses : 1050 pièces d'or + gain de la catégorie "Entrepôt" (seulement disponible via cette mission)
Nombre de mots minimum : 1000 mots


Musique du Combat:
 

Un crépitement s'entendait dans la salle… Ce n'était pas le groupe électrogène qui produisait ce son, ni l'une des deux machines qui avait ses circuits à l'air libre… C'était moi… Plus exactement mes cheveux, qui, quand j'activais l’Overclocking de mon unité, capturait les courants électriques en surplus pour les évacuer en dehors de mon corps… On pouvait presque voir un reflet bleuté sur les cheveux si on regardait bien… Enfin, je ne pouvais juger en ce moment, avec ma vision ne se constituant que d'un monochrome noir et blanc, et surtout… Ses deux adversaires que je ne pouvais quitter des yeux. Je m'étais décalé, pour faire apparaître un triangle entre nous, pour les observer les deux en même temps sans en perdre un de vue. Pour eux, rien avait changé mais pour moi…

Leur mouvement était lent… Je voyais en ralenti… Non, ce n'est pas exact, je n'ai pas de contrôle sur le temps après tout. Mon cerveau et les rares processeurs encore actifs me faisait analyser le tout à une vitesse bien plus grande que la normale, aboutissant donc à cette sensation de lenteur de mon environnement… Mais c'est juste moi qui suis bien plus rapide. Les deux, lentement, approchaient de ma position, bien déterminée à m'éliminer. Cependant… Je n'avais ni l'envie, ni le temps, de perdre en échange infructueux. Donc, je les éliminerais le plus vite possible. Un bruit sourd retentit dans la salle, et déjà j'étais au corps à corps au premier. Son œil pu à peine suivre mon mouvement que déjà, alors qu'il frappait avec ses lames, mes points rencontrèrent ses armes pour les brisés, faisant voler des morceaux d'acier dans toute la pièce, mais ce n'était pas fini, mon mouvement n'était pas fini, et bientôt ma frappe se retrouvait sur la surface de ce qu'il lui servait de tête, l'envoyant plusieurs mètres dans les airs, contre le mur, une partie de son alliage brisé, mais toujours fonctionnel.

***TEMPÉRATURE CORPORELLE A 60°C : ZONE DE DANGER IMMINENTE***

Je me retournais vers le deuxième… En évitant de justesse, mais sans difficulté, le coup qu'il me portait en faisant une roue sur le côté, en enchaînant avec des frappes de mes pieds. Cependant, et comme il y à quelques instants, malgré les coups que je lui infligeais, et les dommages visibles sur son châssis et ses circuits, il ne semblait ne pas vouloir tomber. Étrange, très étrange… C'est comme-ci c'était, lui aussi, un modèle militaire conçu pour subir des attaques sans flancher. Je devais en finir le plus vite possible. Ne laissant pas le temps aux circuits de mon adversaire ni à ses processeurs de réagir, je l’assiégeais de coups divers et varier, combinant plus arts martiaux comme la boxe, le kung fu ou encore ninjutsu. Entre mes puces de données sur les arts martiaux, et mes entraînements, aussi bien en tant qu'organique que synthétique, me permettait sans aucun mal de jongler entre les divers arts en les enchaînant, laissant peu de répit à un tas de ferraille bien trop rigide dans sa programmation pour réagir…

Cependant, j'avais jeté ma prudence avec la pression de l'Overclocking, et je l'ai payé très cher. Que trop tard j’aperçus son torse s'ouvrir, avant de laisser une décharge énergétique puissante, qui me propulsa contre le générateur à pleine vitesse, qui explosa tout en déchargeant toute son énergie dans toute la pièce, sur les trois machines présentes. Avec mes ouvertures dans mon unité et mon mode Overclocking, le combo fut dévastateur. Percutant le mur, qui fit retentir un lourd bruit sourd dans la salle, alors que l'explosion du groupe électrogène faisait passer cette salle dans le noir, je me vidais de mon liquide rouge, mon sang artificiel qui permettait à mon cerveau de recevoir de l'oxygène et à mon corps synthétique de se refroidir. Malgré la pénombre dans la salle, à peine éclairé par des LED rouges désormais, on pouvait apercevoir de la fumée sortir de mon corps, la chaleur ne pouvant s’évacuer que par ici désormais. Alors que je réouvrais mes yeux, je remarquais qu'un de mes capteurs visuelles étaient brouillés… Non, pas seulement lui, même mes capteurs sonores faisaient un grésillement continue, ce que me força à couper ses derniers pour ne pas entendre en continue ce son. Je désactivais le mode Overclocking avant que les dégâts soient irréparables.

Musique après combat:
 

***MODE OVERCLOCKING DÉSACTIVÉ***
**ANALYSE DES PERFORMANCES DE L'UNITÉ**
**ALERTE ! ALERTE !**
**PLUS DE 80 % DES FONCTIONNALITÉS DE L'UNITÉ NE RÉPONDE PLUS**
**UN SEUL CAPTEUR OCULAIRE FONCTIONNEL**
**70 % DU SANG ARTIFICIELLE EST HORS L'UNITÉ : DANGER POUR LE CERVEAU DE L'UNITÉ**
**TEMPÉRATURE À 90°C : ZONE DE PÉRIL**
**BATTERIES À 2 % : RECHARGÉ L'UNITÉ D'ICI 2 HEURES AU RISQUE DE LA MISE EN ÉCONOMIE D'ÉNERGIE**
**IMPOSSIBILITÉ DE LIRE LES AUTRES FONCTIONNALITÉS : DOMMAGE TROP IMPORTANT**

J'étais dans un sale état, alors que j'ouvrais mon seul capteur oculaire qui pouvait encore voir, et encore, si on ne compte pas la fissure qui se présentais sur mon retour d'image, ma surprise vu grande de voir le robot insectoïde juste au-dessus de moi, une de ses pattes levée… Je ne pouvais plus esquiver, c'est tout juste si ce corps fonctionnait désormais… Je ne quittais pas des yeux la patte, prête à regarder la mort tombé sur moi comme une épée de Damoclès… Mais… Elle ne vint pas… La lumière dans l’œil du robot c'était désactivé, et, malgré ma perte de vision des couleurs, j’apercevais le changement d'atmosphère. La sécurité à t'elle était enlevée ? Il y était arrivé finalement… Ah moins que ce soit les dégâts du groupe électrogène qui est bousillé ses circuits… Peu importe, je n'avais pas de temps à perdre. Doucement, avec une difficulté inimaginable pour une machine, je me relevais, en tombant de nombreuse fois, par manque de stabiliser et aussi en glissant sur mon propre sang artificiel. Mes mouvements étaient lents, instable. J'essayais de m'appuyer contre le mur, avant de me retrouver la tête la première contre sa surface. Pourquoi étais-je tombé, je m'étais pourtant appuyé avec ma main contre le mur… Par réflexe, je regardais… le vide. Il n'y avait plus de main, elle à été détruite suite au choc. Appuyant alors mon épaule sur le mur, je le longeais, pour quitter la pièce, en jetant un coup d'oeil à cette machine qui m'avais mis dans cet état. Elle à été entièrement détruite par l'explosion… Pourquoi ? Tout ceci était étrange… Mais je ne devais pas réfléchir à cela pour le moment.

Je retournais à l'entrée de l'usine, peut-être était-il là-bas… Peut-être avait-il déjà fui… Peut-être… Il était dans le même état que moi… Ce qui est dangereux pour lui. Mes pensées n'étaient pas claires, et quoi de plus normal après tout, mon cerveau était sous alimenté en oxygène. Pour dire, je me souviens pas du chemin de retour, à part d'une chose… Un miroir qui traînait par là et dans lequel je vis mon reflet…


J'étais dans un sale état, je devais m'assurer de la survie de chat puis de rentrer chez moi… Et commencer les longues réparations avec le scientifique… J'allais pas pouvoir bouger pendant quelque temps… Finalement, le hangar. De mon unique capteur, je cherchais, un indice, quelques choses… Que je trouvais très vite. Une trace de sang… Et ce n'était pas le mien. Non… Ça ne pouvait être que celui de… Hâtant le pas, manquant plusieurs fois de tomber au sol dû à l'instabilité de mon châssis, j'arrivais finalement devant le corps de l'hybride qui se vidait de plus en plus de son sang. Tombant un genou, j'allais le toucher quand je me souviens de justesse que ma température temporelle devait être encore bien trop haute, et sans la puce de vérification, je ne pouvais savoir ma température désormais. Prenant un bout de tissu qui traînait dans une caisse brisée, je le tournai, pour voir ses blessures sur le torse. J'allais lui dire de tenir, de combattre… Mais même sans mes capteurs auditifs, je savais qu'aucun son ne sortait de ma gorge… Après tout, mes fonctions oratoires ont été détruites. Je ne pouvais faire qu'une chose désormais… Je fis un bandage de fortune sur le corps d'Endid, en le serrant assez fort pour limiter la perte de sang, puis, en le prenant pas ses vêtements, je le tirais vers la sortie, avec difficulté. Son sang, bien que la perte soit bien moins importantes, était toujours en train de colorier le sol à son passage.

Enfin j'arrivais à la porte. Lâchant l'hybride quelques instants, je me dirigeais, en titubant, vers le bouton pour ouvrir la porte de l'usine. Je n'entendais rien, mais je présumais que le bruit devait être très fort dans l'usine, alors que la porte s'ouvrait doucement. La porte finie par me dépasser et se loger dans le mur. L'air frais de la nuit fouettait mon visage et mon corps, et bien que je ne le ressentais pas, et que mes capteurs étaient désactivés, le simple fait que la fumée sortait de mon corps signifiait qu'il se refroidissait. Cependant, le contact chaud/froid c'est fait sentir sur mon châssis, le faisant perdre temporairement le peu de stabilité qu'il avait et me fit tomber au sol, à plat ventre. Luttant pour me relever d'une main, je fus éblouit par plusieurs projecteurs qui s'allumait en se braquant sur moi. Que ce passait-il cette fois ? De l'aide ? En plein milieu de la nuit ?


Soudain, autour de moi, plusieurs personnes se dirigeaient à l'intérieur, récupérer Endid et l'ont emenée avec du matériel de soin vers le groupe qui c'était amassé devant l'entrepôt, il était sauf… Tant mieux… Enfin, c'est ce que je pensais… Jusqu'à d'autres personnes se mirent autour de moi… Armes braqués sur moi. Ne pouvant pas réagir, ni parler, tout ce que je pouvais faire était pensée… Qui était-il… Ma réponse arriva à moi bien vite, quand deux unités laissèrent places pour faire apparaître un homme… Un homme que je connais si bien… Il m'avait retrouvé… Devant moi… Le Directeur…


Cela veut dire que tous ceux-là sont… Tous ses hommes et femmes en combinaisons… Sont des Androïdes. Si ironique… J'ai recherché ses dernières semaines des traces du projet… Et c'est lui qui est venu à moi… Mon regard se portant sur l'homme en face de moi, qui semblait parler… Mais je ne pouvais l'entendre, et avec ma vision dégradée, je ne pouvais même pas lire sur ses lèvres. Il s'aperçu bien de vite de mon état, et semblait soupirer, avant d'ordonner très probablement à ses soldats de me transporter vu que c'est ce qu'ils font. Cependant, avant de partir probablement dans un nouveau QG, il porta sa main à ma joue, en souriant… Il semblait… Heureux. Me cherchait-il depuis tout ce temps ? Alors que ma conscience, dû à mon manque d'oxygène, sombrait, une pensée germait dans mon esprit…

J'étais de retour là où il fallait, enfin.

À suivre
FIN DU RP
[MISSION] Horror in the Shell (ft. Endid) [Terminé]
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mission rang C: La contrebande des Contrebandiers! [Terminé]
» [Mission] Un petit safari ? [Leonidas & Chypre] [Terminé]
» (mission) Panique à la répét' ! [Terminé]
» [Mission] C'est le Printemps ! [PV Allen] [Terminé]
» (mission) Dans l'enfer de la mode. [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ariesten :: Cimetière RPs-
Sauter vers: