AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

A nos bons souvenirs... ou pas. [ft Nyx Rosenwald]
Ombre
avatar
Messages : 47
Date d'inscription : 03/05/2017

Description
Avatar: Stefan Drahos (Sirwendigo)
Pouvoir/Hybridité: Serpent liane
Âge: 28 ans
Jeu 19 Oct - 0:57

A nos bons souvenirs... ou pas


Feat Nyx







Les notes de musique, les voix des clients et employés du bar provoquaient une cacophonie assourdissante et pas si désagréable que cela si vous n’aviez pas un satané mal de crâne ou n’importe quoi vous rendant mal luné. Ce soir, Sergueï était plus ou moins dans un bon jour. C’est à dire qu’il n’avait pas envie de balancer la jukebox contre le mur le plus proche ou de faire taire la foule. La salle était bondée, la chaleur étouffante, l’odeur de la sueur et des parfums sucrés des boissons alcoolisées omniprésente. L’homme aurait pu se croire à nouveau à cette époque, tout juste un an auparavant, quand il était encore bien vivant. Pas qu’il ne l’était pas, il respirait, mangeait, buvait… Mais il n’était plus vraiment lui. Il n’était plus l’host qui occupait des vieux graveleux, ou des jeunes cherchant à vider leur porte-monnaie. Il n’était plus un informateur vendant les précieuses informations recueillies entre deux mots doux et quelques caresses. Il n’était plus le fils de deux personnes qu’il ne supportait plus. Il n’était plus l’ami problème. Il ne restait du serpent que son côté animal et son côté malade.

Certains jours, il se disait qu’il avait été chanceux, il était enfin libéré de ses attaches… Et pourtant, il trouvait que cela était tout autant une malédiction qu’une bénédiction. Il grimaça, il ne voulait pas y penser. Trop réfléchir le mettrait à nouveau face à la réalité, qu’il était pitoyable. Il poussa un grognement, le nez dans sa bière qu’il trouva soudainement beaucoup plus amer. Frissonnant, il releva les yeux vers la foule de danseur, il y avait comme un malaise dans la salle. Les gens semblaient tendus. Il rentra sa tête entre ses épaules, les traits de son visage se durcissant alors qu’il se mettait à chercher la cause de cette tension. Et il la trouva en des hommes, ils tranchaient parmi les clients et employés du bar. Imperturbables, ils surveillaient tout. Le reptile haussa un sourcil, ce n’était clairement pas des vigiles. Garde du corps ? Ouaip il optait plus pour ça.

Son regard se mit à chercher ce qu’ils “gardaient”, il abandonna rapidement les personnes se déhanchant pour s’intéresser à un coin plus tranquille. C’était une alcôve, lieu parfaitement propice pour avoir une conversation plus sérieuse mais aussi plus tranquille qu’ailleurs. Sergueï remarqua en premier la chevelure flamboyante.Il eut un instant d’arrêt, il connaissait ces mèches rouges. Il ferma les yeux, avec un peu de concentration il pouvait se rappeler ses doigts les agrippant pendant que sa bouche se perdait sur une peau pâle.Il inspira profondément et se leva. Il bougea, fixant la femme sans la lâcher une seule seconde des yeux. Soudainement, il avait l’impression que son centre de gravité, toute son attention tournaient autour de la personne à qui appartenaient ces cheveux. Il évita un homme éméché et enfin il put voir son visage de profil. La peau pâle, la balafre, les cils qu’il pouvait facilement imaginer voilant un regard vert. Nyx était là, un des fantômes de son passé. Pas le meilleur, mais pas le pire. Ils avaient partagé des choses, mais il ne l’aurait pas appelé “amie”, encore moins “amoureuse”. Il eut un rire à cette idée. Comment aurait elle réagi à cette pensée ? Un rire ? Un grognement ? Une insulte ? Autre chose?  Un sourire tordu s’afficha sur ses traits, il ne le saurait pas, elle l’avait oublié comme les autres. Son estomac se tordit.

Son regard dévia sur la personne qui faisait face à la jeune femme, il ne le connaissait pas. Mais il semblait pas vraiment à son aise. Il secoua un peu sa tête, et passa une main dans ses cheveux, les faisant retomber sur ses orbes vertes. Il parvint jusqu’au bar, s’installa sur une des chaises hautes. Il l’observait toujours tout en commandant une nouvelle boisson pour lui même. La mafieuse ne semblait pas très enthousiaste, mauvaises nouvelles? Il baissa la tête sur le côté et sirota une gorgée de son soda arrosé de rhum quand l’interlocuteur de Nyx se leva. Celui-ci salua rapidement la rousse avant de filer sans demander son reste. Il la quitta des yeux pour demander au barman de lui servir un manzana. Il attrapa les deux verres et se dirigea vers le recoin. Il se fit arrêter juste devant par deux des hommes qui avaient attiré son attention en premier lieu. Il poussa un petit soupir, avant de leur offrir son plus beau sourire d’host, faisant se plisser ses yeux moqueusements.

“Vous devriez vous détendre je viens juste offrir un verre à votre chef.~Il ronronnait presque en lâchant ça, bougeant de manière à voir Nyx. Il avait agi sur un coup de tête. Parler avec son passé. Il n’avait jamais vraiment osé jusque là. Mais, aller voir la rousse lui semblait plus facile que … Enfin, elle serait moins prise de tête. Puis ça serait l’occasion de l’embêter un peu. Il prendrait sûrement un malin plaisir à jouer un peu avec elle. Il était certain que cela énervait son ancienne “patronne” de voir qu’il la connaissait alors qu’elle non.   “Un manzana, sa boisson favorite sauf erreur.” Il s’arrêta une seconde avant d’ajouter un peu plus bas, mais de manière audible pour Nyx et ses hommes: “J’aurai bien ajouté un joli streapteaseur pompier, mais ce n’est pas possible ici.~ Il eut un petit rire, espérant qu’elle attraperait la perche tendue.




Code by Joy
A nos bons souvenirs... ou pas. [ft Nyx Rosenwald]
Humain à don
avatar
Messages : 49
Date d'inscription : 18/07/2017

Description
Avatar: Katarina - League of Legend
Pouvoir/Hybridité: Vision du passé
Âge: 25
Dim 29 Oct - 17:06
Sergueï & Nyx
"The only way to get rid of a temptation is to yield to it. Resist it, and your soul grows sick with longing for the things it has forbidden to itself." Oscar Wilde
De là où se tenaient les négociations, le bruit assourdissant du bar se trouvait plus feutré, plus doux, plus discret, comme pour s’écraser face à l’imposante aura de la mafieuse. Elle se tenait droite, les bras croisés sur la vieille table de bois rongée par l’alcool les coups et le temps. Jamais son regard perçant ne se baissa face à celui de son interlocuteur. Lui ne cessait de dévier le sien, courbé sur sa chaise, ne sachant pas trop quoi faire de ses mains. Nyx avait pour habitude de se montrer plus conciliante avec ses informateurs. Mais cette homme n’en était pas un. Il était politicien corrompu qui préférait vendre des informations compromettante sur ses collègues au lieu de baigner totalement dans le milieu du crime. Peut-être se trouvait-il moins sale en vendant son corps à l’Etat, son esprit à la mafia. Nyx n’en savait rien mais elle n’aimait pas les ordures dans son genre. La mafieuse avait néanmoins appris qu’un bon patron se devait de savoir jouer avec toutes les cartes qu’il avait en main. Par précaution elle avait utilisé son pouvoir, afin de vérifier qu’il n’avait pas été suivi, on n’avait tout simplement pas prévenu la police, mais il semblait que tout ce que cet homme savait faire, c’était fuir.
Protégée par deux des hommes de sa garde rapprochée, le contact avec le reste du monde semblait lointain.

Cela faisait plus d’une heure qu’il était là, à déblatérer un flot continu d’informations plus ou moins intéressantes. Elle avait de quoi faire chanter une bonne partie de l’administration, certes, mais aucun renseignement suffisamment exploitable pour faire trembler ne serait-ce que légèrement le gouvernement. Cet homme lui était inutile. Nyx le laissa néanmoins finir, espérant à chaque fois une information pertinente.
Ce soir, elle ne saurait rien de plus. La mâchoire crispée, le visage fermé, elle prit à peine le temps de lui expliquer quand on lui enverrait sa paie. Il partit sans rien demander de plus.

La mafieuse ferma les yeux quelques secondes, concentrée sur le tic tac métronomique de sa montre. L’odeur enivrante de l’alcool et la fatigue lui donnaient envie de se coucher, d’oublier cette sale journée. A côté d’elle, elle sentit le corps de ses deux gardes se crisper. A force de les avoir constamment à côté d’elle, et bien qu’ils ne se parlent que peu, Nyx avait fini par développer une certaine connaissances de leurs mimiques. Sans leur décrocher un regard elle se leva, persuadée qu’il s’agissait d’un ivrogne un peu trop sûr de lui. Lorsqu’elle releva la tête elle croisa le regard d’un jeune homme inconnu. Nyx peinait à comprendre les messages que lui envoyaient son corps, ou plutôt l’interprétation de ces derniers la laissait perplexe. Son coeur lui envoyait un message beaucoup trop intime pour qu’elle ne puisse se l’avouer tandis qu’elle était prise d’une irrésistible envie de lui mettre un pain en pleine figure. Elle se reprit rapidement et ses lèvres se pincèrent, en l’attente d’une explication.

“Vous devriez vous détendre je viens juste offrir un verre à votre chef.”
Les sourcils de la mafieuse se froncèrent. Rares étaient les hommes qui, sachant son statut, osaient lui faire des avances. A ses débuts elle avait certes essuyé quelques remarques très déplacées, en public pour les plus audacieux, mais les punitions qui leurs avaient été infligées avaient fait le tour de l’organisation. Cela sous-entendait donc qu’il était très certainement nouveau. Or elle ne le connaissait pas. Aussi surprenant que cela pouvait paraître, Nyx mettait un point d’honneur à connaître la plus grande partie de ses employés. Cela était avant tout stratégique : les usurpations d’identité étaient courantes dans le milieu, sa sécurité à elle dépendait de sa capacité de démêler le vrai du faux.
“Un manzana, sa boisson favorite sauf erreur.”
Ses deux hommes se tournèrent vers elle, surpris, Nyx eut le plus grand mal à rester neutre. Cela faisait plus de deux ans qu’elle cherchait à se bâtir une réputation de femme de fer, voilà qu’un inconnu commençait à déverser des informations déjà trop personnelles pour être connues par un simple inconnu. Sa dernière phrase ne manqua pas de piquer au vif les nerfs de la mafieuse.

Nyx fit tous les efforts du monde pour se tourner naturellement vers ses hommes, remonta la monture de ses lunettes -message qu’ils comprirent immédiatement- et leur dit calmement : “Je m’occupe de lui, prenez votre soirée, j’ai de quoi me défendre”. Après quelques secondes d’hésitation, ils se sourirent et firent demi-tour, non mécontents de bénéficier d’une soirée de congé gracieusement donnée par la patrone. Cette dernière savait néanmoins qu’au moins appel de sa part ils viendraient : les mafieux avaient beaucoup de défauts, mais le code de l’honneur était remarquable.

Une fois seuls -aussi seuls que peuvent être deux personnes dans un bar bondé un samedi soir- elle ouvrit enfin la bouche pour lui parler directement. Elle s’assit et attendit qu’il fasse de même avant d’ôter ses lunettes. Son pouvoir était puissant, il lui suffisait habituellement juste de penser et se déroulait devant elle les dernières minutes, voire la vie entière si elle le demandait, de son interlocuteur. Mais elle ne se vit pas dans le passé du jeune homme. Rien ne la concernait directement ou indirectement. Une boule d’amertume vint se nicher dans son estomac : cet homme avait-il un pouvoir assez puissant pour annuler le sien ?
Nyx appuya ses deux coudes sur la table, joignit ses mains, entrelaça ses doigts et plongea son regard sans celui de Sergueï -elle avait au moins pu apprendre son nom grâce à sa vision.
Calmement, elle articula : “Que voulez vous ?”
©️ ASHLING POUR EPICODE



A nos bons souvenirs... ou pas. [ft Nyx Rosenwald]
Ombre
avatar
Messages : 47
Date d'inscription : 03/05/2017

Description
Avatar: Stefan Drahos (Sirwendigo)
Pouvoir/Hybridité: Serpent liane
Âge: 28 ans
Mar 31 Oct - 14:05

A nos bons souvenirs... ou pas


Feat Nyx








La “muraille” qui le séparait de la rousse s’écarta telle la mer rouge devant Moïse, les hommes ne tardèrent pas à disparaître sous l’injonction de leur chef. Ils se retrouvèrent seuls, ou presque si on oubliait la foule à quelques pas d’eux. Un rictus déforma un peu son visage avant qu’un rire légèrement sifflant ne lui échappe.

“S’occuper de moi? J’hésite entre frissonner d’envie ou d'angoisse. ~” SUsurra-t-il d’une voix qui aurait pu être ronronnante. Il se laissa tomber avec grâce sur la banquette en face de la mafieuse. Il croisa ses longues jambes et posa ses mains sur la table. Poussant du bout de son indexe le verre de manzana vers sa vieille connaissance. Son estomac se tordit à nouveau sans qu’il n’en montre rien. Il ne s’attendait pas à tomber sur elle aussi vite. Il ne savait même pas s’il avait vraiment envie de la voir. Elle le tourmentait. A cet instant il ne savait pas trop si sa main pourrait marquer ou caresser sa peau. S’il en avait l’occasion est ce que ses doigts parcouraient ses formes ou s’arrêteraient au niveau de son cou gracile pour le serrer lentement, très lentement. La tension serait à son comble, le désir était présent. Ses lèvres se courbèrent à nouveau, révélant ses dents blanches.

Baissant la tête sur le côté, le serpent prit bien soin de garder ses mains sur le bois de la table. Son regard plongea dans celui de son ancienne patronne. Vert contre vert, et le sien lui semblait soudainement bien acide. Il le brûlait, plongeait en lui jusqu’au plus profond de son être. Sa langue bifide sortit, venant goûter l’air par réflexe. L’hybride sentait qu’elle n’était pas calme. Il la mettait mal à l’aise. Il lui posait problème, il le sentait, le devinait. Elle n’aimait pas ça. Avait-elle un soucis avec son don ? N’arrivait-elle pas à lire en lui? Si c’était le cas, cela jouait en sa faveur. Et en même temps cela l’horripilait. Il avait envie qu’elle se souvienne. Qu’elle comprenne son erreur. Il voulait devenir un cauchemar vivant, revenu des morts pour se venger. Il voulait la punir. Il voulait...

"que voulez vous?"

La voix de la jeune femme l’interrompit dans ses pensées de plus en plus morbides. Son sourire se fit charmant par habitude, son ancien statut d’host reprenant le dessus. Ne pas laisser voir ce que l’on pense et charmer. Ses yeux se plissèrent doucement sous son sourire.

“Ce que je veux… “ Il vint poser son menton dans sa paume, posant son coude sur la table sans se soucier d’un quelconque manque de politesse. Sa mère l’aurait assurément tapé sur les doigts s’il avait été encore un enfant. “Et bien discuter ? Je n’ai pas résisté à venir te voir quand je t’ai vu.” . Oui, comme un papillon face à un feu, il savait qu’il allait se brûler en le faisant. Il ne lâcha pas ses yeux, même s’il aurait pu être tenté de regarder à nouveau les lignes de ses lèvres par exemple. En la regardant comme ça, il pouvait presque imaginer, la revoir même lever la main, dirigeant le canon de sa précieuse arme sur son front. Il pouvait de nouveau entendre le bruit assourdissant quand la balle partait pour venir percer la zone entre ses yeux. Son regard se fit plus sombre, plus douloureux. Il se souvenait de la souffrance qui l’avait pris pendant une fraction de seconde qui lui avait paru être une éternité. Mais le pire ça avait été le sentiment de trahison. Le pourquoi qui avait envahi son esprit. Un pourquoi sans réponse. Et qui en aura peut être jamais. La bile monta dans sa gorge.

”Je cherche des réponses.” Sa voix lui parut lointaine, quand ces mots lui échappèrent. Ses sourcils se froncèrent un peu, son visage prit une expression plus triste, à moins que ça soit colérique. Mais comme à chaque fois il se reprit. “A vrai dire, j’aimerai pouvoir collaborer. Des échanges pour nous aider mutuellement.” . Il improvisait un peu. L’ombre s’était déjà demandée ce qu’il ferait face à elle. Il avait imaginé une multitude de réaction sans savoir ce qu’il se passerait vraiment. ET voilà qu’il se retrouvait à lui proposer plus ou moins de travailler pour elle. A  nouveau. Mais cette fois ci ça serait différent. Il voyait ça comme une association. Lui voulait ses réponses, rien qu’un début et il irait à la source et en échange il ferait tout pour redevenir un bon informateur. Il essaierait de devenir indispensable d’une manière ou d’une autre. Et si cela était difficile… il allait la pousser à vouloir garder un oeil sur lui. Et pour ça ses connaissances de sa vie d’avant serait son meilleur outil. Et alors que cette décision était prise, les doigts de sa main libre vinrent caresser la croix qu’il avait désormais au poignet. Il était une ombre. Et il faisait face à son assassin. Il afficha de nouveau un visage avenant et décidé. Ce soir il avait trouvé un objectif à cette nouvelle existence jusqu’à aujourd’hui vide de sens.

"Et si nous réalisions un contrat ?"

Cette nuit allait sûrement sceller son destin tout autant que l'ancienne décision de Nyx.  



Code by Joy
A nos bons souvenirs... ou pas. [ft Nyx Rosenwald]
Humain à don
avatar
Messages : 49
Date d'inscription : 18/07/2017

Description
Avatar: Katarina - League of Legend
Pouvoir/Hybridité: Vision du passé
Âge: 25
Mer 1 Nov - 19:07
Sergueï & Nyx
"The only way to get rid of a temptation is to yield to it. Resist it, and your soul grows sick with longing for the things it has forbidden to itself." Oscar Wilde
Chacun des mots de son interlocuteur semblait ne dévoiler qu’une unique face de ses intentions. Ce genre d’actions était courant dans le milieu mafieux cependant Nyx se voyait régulièrement protégée grâce à son pouvoir. Elle pouvait tout connaître, c’est ce qui la rendait quasiment intouchable.
Sa fierté l’empêchait de rompre le jeux de regards qu’elle avait elle même instauré avec l’inconnu mais une impression malsaine naissait dans son esprit. Elle aurait juré qu’elle vivait actuellement ce qu’elle infligeait d’ordinaire à ses victimes. Comme si cet homme en savait beaucoup trop à son sujet à elle. Pourtant, impossible de savoir quoi.

“Et bien discuter ? Je n’ai pas résisté à venir te voir quand je t’ai vu.”

Le visage de la mafieuse resta de marbre, bien qu’elle souligna l’audace de son interlocuteur. S’il était capable de délier autant sa langue sans l’emprise de l’alcool peut être réussirait-elle à lui faire avouer quelques informations intéressantes.
Ses doigts gracieux repoussèrent le verre qu’il lui tendait. Toute personne saine d’esprit savait qu’en aucun cas il ne fallait accepter un verre venant d’un inconnu. D’autant plus quand ce dernier semblait plus louche qu’un riche patron jouant aux jeux d’argents.

Nyx avait vu des hommes l’aimer, des hommes la haïr, des hommes la désirer, mais jamais elle n’avait vu un homme la fixer de la sorte. La compréhension était d’autant plus difficile qu’elle se sentait livrée à elle même. Son pouvoir était devenu un parachute auquel elle pouvait se fier les yeux fermés, analysant pour elle ce qu’elle ne pouvait deviner. Sans lui elle se retrouvait seule face à un regard dérangeant. Seule dans l’incompréhension. Il fallait qu’elle trouve seule des réponses à ses questions.

Il brisa le silence. ”Je cherche des réponses. A vrai dire, j’aimerai pouvoir collaborer. Des échanges pour nous aider mutuellement.”  Nyx fronça les yeux, incapable de comprendre si ce qu’elle venait d’entendre était une confession ou une menace de mort. "Et si nous réalisions un contrat ?" La mafieuse resta silencieuse, se sachant incapable sur le moment de maîtriser les signaux contradictoires que lui envoyaient son corps et son esprit, ainsi que le proposition surréaliste que l’on venait de lui faire. Elle se refusa de procéder un inventaire de toutes les paroles incongrues qui étaient sorties de la bouche de cet homme, craignant de s’y perdre.

Son instinct lui cria de partir, conscient que cet homme était dangereux pour sa survie. Il était malsain, il était effrayant. Incapable de s’expliquer ce qu’il créait en elle, seule sans son pouvoir, Nyx se retrouva quelque peu désarmée face à cette demande. Puis elle trouva la solution. Elle n’avait qu’une envie, c’était de le voir se ranger docilement, avouer qu’il n’était rien, et un rien qui l’avait beaucoup trop ouverte.

Etait-ce la fatigue, le bruit, la peur ou tout simplement l’envie qui la poussa à se montrer plus joueuse ? La mafieuse n’en savait rien, et décida ce soir là de faire quelque chose qu’elle n’aurait certainement pas proposé à un autre homme. Celui-ci avait réussi à toucher sa fierté, elle avait décidé d’en découdre.
Se redressant sur ses coudes afin de se rapprocher de son interlocuteur dont elle ne dévia pas le regard, elle répondit calmement:
“Vous n’avez pas répondu à ma question. Que souhaitez vous précisément ? Nous n’avons besoin d’aucun informateur, néanmoins, heureusement pour vous, j’aurais quelques questions à vous poser également.”
Nyx posa ses mains croisées sur la table, augmentant par le même mouvement la distance qui les séparait. Cette distance qu’elle savait beaucoup trop courte, cette distance qu’elle savait dangereuse. Diable pourquoi jouait-elle avec le feu ?

Son regard se décrocha quelques secondes de celui de Sergueï -ce qui lui fit le plus grand bien- afin de commander un verre de whisky. La mafieuse n’aimait pas ça mais jubilait à l’idée de mettre son adversaire dans l'échec. Elle avait confiance, savait son mental fort et connaissait sa capacité à tenir l’alcool. Restait à espérer qu’il ne puisse pas en faire autant.
“Je vous propose de me poser six questions, et je vous en retournerai six autres” Un mince sourire s’afficha sur ses lèvres tandis qu’elle rapprochait son verre d’elle, espérant l’inciter à boire : “Je vous laisse commencer, à moins que vous ayez peur de ce que je pourrais vous demander ?”

©️ ASHLING POUR EPICODE
A nos bons souvenirs... ou pas. [ft Nyx Rosenwald]
Ombre
avatar
Messages : 47
Date d'inscription : 03/05/2017

Description
Avatar: Stefan Drahos (Sirwendigo)
Pouvoir/Hybridité: Serpent liane
Âge: 28 ans
Ven 3 Nov - 19:56

A nos bons souvenirs... ou pas


Feat Nyx








Lorsque la mafieuse repoussa le verre qu’il lui avait gracieusement offert il fut déçu.Pour lui cela avait été une manière de lui envoyer un message.  Après tout, il ne devait pas y avoir beaucoup de monde qui connaissait la boisson favorite de Nyx. Le manzana était une manière de lui dire “hep je suis là” autrement qu’en se jettant sur elle. Cependant, il était tout à fait conscient du pourquoi elle avait refusé. Il n’était pas stupide. Il perdit son sourire, poussant un petit soupir avant de lâcher un petit reniflement amusé. “Il n’y a rien. Utiliser du poisson ou des drogues c’est pour les lâches, tu ne penses pas ?  “. Il regarda le liquide vert, celui du bar semblait sirupeux. Il n’avait jamais très apprécié cette boisson. Pourtant, il la prit, la portant jusqu’à ses lèvres qui vinrent tremper dans le liquide. Il avala une gorgée avant de reposer le verre sans la lâcher des yeux pour prouver ses dires. “Et toi, tu n’en es pas une, n’est ce pas Nyx?” Il avait susurré son prénom à nouveau, c’était comme une caresse, celle d’une lame parcourant avec douceur une peau tendre. Il savourait son prénom, cet instant. Et pourtant ses mots sonnaient comme une accusation.   “Tu regardes la mort dans les yeux toi.” Là c’était une affirmation. Il savait qu’elle n’était pas du genre à fuir le regard des gens qu’elle condamnait. Il en était le meilleur exemple. Il ferma les yeux, buvant son propre verre pour se débarrasser du goût de la pomme. La douceur de cet alcool l’écoeurant. Ce n’était pas pour lui et cela lui rappelait trop la rouquine. Et ca lui donnait envie de vomir.

Il reprit contenance, son sourire toujours là, et replongea directement son regard dans celui de son vis à vis. Il la fixa en attendant une réponse à sa proposition. Il avait l’impression qu’elle prenait son temps. La troublait-il autant ? Qu’arrivait-il donc à la froide, la pragmatique mafieuse ? Une lueure de satisfaction brilla dans ses prunelles vertes. Ce n’était pas lui qui allait se plaindre de ce fait. Cela signifiait que c’était lui qui avait l’avantage. Puis, c’était lui qui avait les cartes en main. Pas elle. Les choses avaient changé. Il appuya un peu plus son menton sur sa paume et son regard se fit amusé quand Nyx se rapprocha. Elle s’appuyait sur la table, son visage proche du sien et il ne pu résister à réduire un peu plus la distance à son tour. Et il n’y eut plus aucun son, plus de danseurs, plus de serveurs, plus rien d’autre qu’elle et ses yeux dans les siens, son souffle se mêlant au sien. Il pouvait sentir son haleine fraîche sur sa peau, l’odeur de son parfum léger et subtile… Il avait presque l’impression qu’il allait goûter sa peau à nouveau. L’envie de tendre ses doigts pour les plonger dans les mèches rousses l’étreignait. Il pouvait sentir des petits papillons apparaître dans le creux de son ventre. Il voulait que la senteur fleurie se peigne d’un côté métallique. Celui du sang.

”Vous n’avez pas répondu à ma question. que voulez vous précisément? …”Toujours cette question. Alors il allait lui répondre avec franchise. Ou presque. Il ne parla pas de suite, la femme n’ayant pas terminé son speech. Il lâcha un petit soupir en la voyant refuser sa proposition. Mais au fond cela ne l’étonnait pas plus que ça. Elle enchaîna pour lui proposant une sorte d’action ou vérité… sauf qu’ici il n’y avait pas de gages, ni d’actions. Juste des questions, celui qui saurait le mieux mentir à l’autre. Sa langue vint de nouveau goûté l’air, la transpiration, le tabac, l’alcool, les parfums et d’autres choses embaumaient l’espace, mais l’ancien informateur pouvait sentir la jubilation, l’excitation de son ancienne amante. Elle devenait joueuse, et quoi de mieux qu’un jeu mortel pour augmenter les sensations ? Son sourire se transforma en un rictus tordu. Ils allaient bien s’amuser tous les deux.

Quand Nyx le lâcha du regard pour commander à boire, l’ombre nota que Nyx avait croisé ses bras. Essayait-elle de se protéger de lui? Après tout l’attaque était la meilleure des défenses et n’essayait-elle pas de le piéger en lui proposant ce jeu ?Il ne pouvait pas s’empêcher de vouloir l’analyser, chacun de ses gestes, chacun de ses mots… Il ne répondit pas à la première question. Ca lui ferait une question en moins. Il se contenta donc de rire un peu.

“Je vais participer, ça fait longtemps que je n’avais pas fait quelques choses du style. Cependant je ne veux pas de oui ou non comme réponse. ” Et pourtant, combien de fois un de ses clients, voire lui même avait proposé de faire ça? Les gens adoraient savoir. La connaissance c’était le pouvoir. Il recula, posant son dos contre le dossier de la banquette. Il abandonna son verre sur la table entre eux, étalant ses bras sur le dossier. Il ne fit pas mine de réfléchir à sa question, la posant directement. “ Ce n’est pas vraiment une question, je voudrais plutôt que tu me racontes une histoire ma chère Nyx. Comment tu as pu devenir celle qui tenait les rennes. Je veux tous les détails.”. Il afficha un petit sourire innocent, alors qu’il savait très bien qu’elle le détesterait pour ça. Ce n’était pas le genre de souvenir qu’elle aimait se remémorer ou partager. Elle ne lui avait pas tout dit, mais ce qu’elle avait confessé avait suffi à ce qu’il devine la suite. Ce n’était pas beau. Mais au moins il saurait si elle mentait et il lui prouverait qu’elle ne devait pas le faire, qu’elle ne pouvait cacher son jeu avec lui, puisque seule Callista et elle connaissait toute l’histoire s’il ne se trompait pas. “Je suis sûr que ce que je vais apprendre ira très bien avec l’alcool.” Ronronna-t-il en faisant signe à un serveur de lui apporter un autre verre. Les dés étaient lancés, il ne pouvait plus qu’attendre de voir si Nyx respectait les règles de la partie qu’ils avaient commencé.




Code by Joy
A nos bons souvenirs... ou pas. [ft Nyx Rosenwald]
Humain à don
avatar
Messages : 49
Date d'inscription : 18/07/2017

Description
Avatar: Katarina - League of Legend
Pouvoir/Hybridité: Vision du passé
Âge: 25
Dim 5 Nov - 16:47
Sergueï & Nyx
"The only way to get rid of a temptation is to yield to it. Resist it, and your soul grows sick with longing for the things it has forbidden to itself." Oscar Wilde
Nyx s’était engagée dans un jeu dangereux et en avait pleinement conscience. Elle s’était elle même mise dans une cage, attendant patiemment de voir si son adversaire arriverait à en trouver la clé pour l’enfermer. Ca n’était pas la première fois qu’elle tentait une action aussi risquée, mais jamais elle ne s’était lancée dans un tel paris sans être certaine qu’elle en sortirait gagnante.
Lorsque Sergueï accepta son petit jeu son sourire s’étira légèrement sans que la mafieuse ne perde sa posture droite et autoritaire. La victoire avait toujours appartenue à ceux qui avaient la carrure pour l’endosser.
Les bras croisés elle avait repris le contact visuel avec l’inconnu espérant le voir enfin baisser les yeux. Rares étaient ceux qui tenaient aussi longtemps. Son regard, inquisiteur, était d’autant plus effrayant qu’il était pour elle l’unique moyen d’activer son pouvoir. Son oeil gauche, même balafré et presque aveugle, n’avait perdu ni ses magnifiques reflets, ni sa capacité à se mouvoir. Ajouté à un charme certain à en faire pâlir les succubes, Nyx avait tout d’une femme de fer.

“Ce n’est pas vraiment une question, je voudrais plutôt que tu me racontes une histoire ma chère Nyx. Comment tu as pu devenir celle qui tenait les rennes. Je veux tous les détails.”

Prise par surprise la mafieuse haussa les sourcils, perplexes. En quoi cela l'intéressait-il ? Elle réfléchit quelques secondes à la manière dont elle pourrait ajuster les faits à son avantage tout en portant son verre à ses lèvres. L’odeur âcre de l’alcool ne fut pas agréable et la sensation de chaleur qui se répandit dans sa gorge et dans son estomac ne fut pas plus sensationnelle. Elle réfléchit quelques secondes à la façon de tourner ses mots, consciente que chaque question directe lui serait fatale : cet homme semblait prêt à lui sauter dessus au moindre faux pas. Cette impression était effrayante. Il était effrayant.

“ Si vous vous entêtez à poser des questions auxquelles vous auriez eu les réponses en réfléchissant vous êtes vraiment plus stupide que ce que je pensais.” Un sourire courtois s’afficha sur ses lèvres sachant qu’il serait compris autrement. A chaque parole Sergueï semblait vouloir réduire la distance formelle qui les séparait. Le tutoiement semblait la mettre à une place inférieure tandis qu’elle s’efforçait de maintenir un langage courtois. Chaque surnom affectueux prenait un tout autre sens. Nyx détestait ce sentiment, cette manie qu’il avait de s’approprier sa personne pour en faire quelque chose de pire. Ou pour en dévoiler la face la plus réelle.

“J’ai succédé à l’ancien patron, aussi légalement que c’était possible dans notre cas.”  Nyx mettait un point d’honneur à n’utiliser aucun mot qui pourrait dévoiler ses réelles activités. Rien ne lui garantissait que quelqu’un n’écoutait pas.
Toute la complexité du jeu résidait dans le fait de dire la vérité en omettant l’essentiel. Les guerres au sein même de l’organisation, la tentative d’homicide de l’ancien second. Pour sa sécurité à elle et pour celle de l’organisation, les instabilités du pouvoirs devaient rester tues. Les témoins autre que Calista et Nyx avaient tous été réduits au silence, personne ne savait rien.

La mafieuse résista à l’envie de croiser les bras plus fortement. Le regard introspectif de son interlocuteur la mettait mal à l’aise, elle avait l’impression d’être une adolescente découvrant des pensées malsaines pour la première fois. Si elle n’avait pas le moindre scrupule à chercher le moindre message dans les actes de ses adversaires, elle détestait qu’on cherche à la comprendre elle.

“Quel est votre faculté spéciale ?” Nyx sous entendait évidemment le terme de pouvoir, néanmoins il était beaucoup trop restrictif pour englober les êtres capables de se transformer. Sentant que Sergueï chercherait à la prendre aux mots elle choisissait les termes les plus larges possibles. Le temps qu’elle avait pris pour lire le passé avait été trop court pour qu’elle puisse comprendre tous les éléments qui le constituaient -puis elle s’était concentrée sur l’apparition de sa personne. Ainsi était né en elle l’idée qu’il puisse altérer ses propres pouvoirs. Chaque information de plus serait utile en cas de combat.
Elle posa sa main sur sa cuisse pour déloger son arme de fonction, insistant visiblement afin qu’il puisse comprendre le message. “Preuve à l’appuie, évidemment.” Impossible pour elle de sortir une arme en plein milieu d’un bar. Néanmoins il était nécessaire qu’elle prouve qu’elle était décidée et capable de se défendre au moindre problème.

©️ ASHLING POUR EPICODE
A nos bons souvenirs... ou pas. [ft Nyx Rosenwald]
Ombre
avatar
Messages : 47
Date d'inscription : 03/05/2017

Description
Avatar: Stefan Drahos (Sirwendigo)
Pouvoir/Hybridité: Serpent liane
Âge: 28 ans
Jeu 9 Nov - 19:10

A nos bons souvenirs... ou pas


Feat Nyx







Le temps s’écoulait avec lenteur dans la bulle que formait l’alcôve, pourtant la foule bien que toujours dense commençait doucement à se dissiper. De nouvelles personnes arrivaient pour remplacer ceux qui s’en allaient. Les vibrations de la musique faisaient bouger en rythme les danseurs qui formaient une véritable muraille entre eux et la réalité. La seule chose qui semblait pouvoir les atteindre était le serveur qui devait avoir un don pour savoir quand apparaître et disparaître pour les commandes. Le brouhaha ne permettrait à personne ne se trouvant dans la bulle d’entendre la conversation. Enfin, sauf si quelqu’un ici avait des sens surdéveloppés. Personne sur Ariesten ne pourrait s’étonner si un des danseurs avouait avoir des oreilles bioniques.  M’enfin, la question n’était pas là. tout ce qu'il comptait, c’était qu’ils étaient dans un endroit plus intime que nous pourrions le penser au premier abord. La preuve Sergueï avait déjà utilisé l’un de ces recoins pour “passer du temps” avec une conquête d’un soir.

Enfin, ce n’est pas le sujet du jour, non le sujet était le combat que se livrait Nyx et Sergueï. Une guerre avait commencé, et si la jeune femme le sentait avec son instinct, lui en avait parfaitement conscience. Après tout il avait lancé le début des hostilités même si tout commençait par la faute de la rousse. Tout était à cause de la décision qu’elle avait prise ce jour là, décision qu’elle avait appliqué en lui tirant entre les deux yeux. Il sentit la rage revenir au galop. Il inspira profondément, alors que l’éclat meurtrier dans ses prunelles se faisaient plus vivace. La bile avait de nouveau envahi sa bouche et l’alcool qu’il avait ingurgité avait bien du mal à en masquer le goût. Déglutissant après avoir entamé ton nouveau verre, il tenta de se calmer. Ce fut les mots de la mafieuse qui le sauvèrent. Ils furent comme une enclume qu’elle aurait jeté dans la mer agitée qu’était son esprit. La voix de la femme était froide, mais il était habitué. Il y a longtemps, il l’aurait qualifié de hautaine. Il avait pensé à l’appeler princesse une fois. Mais au final, elle était plus que ça et c’était vrai. Elle tenait plus de la reine, non? La reine, chef de la mafia et femme fatale.

“ Si vous vous entêtez à poser des questions auxquelles vous auriez eu les réponses en réfléchissant vous êtes vraiment plus stupide que ce que je pensais.”


Stupide? Il ne pensait pas l’être. Il avait toujours pensé qu’il savait utiliser ses neurones, qu’il était vraiment un serpent à l’esprit aiguisé. Ce n’était pas son manque de diplôme qui faisait de lui un imbécile. Il avait une raison de lui demander ça. Qu’il puisse imaginer la réponse ou qu’il la connaisse déjà, ne changeait rien, ça lui servait même! Il fit un sourire poli malgré l’insulte. Si la rouquine le prenait vraiment pour un imbécile, alors elle ne réagirait pas ainsi. Elle ne serait pas sur la défensive, à le défier. Elle serait partie, l’aurait ignoré voire lui aurait fait comprendre qu’il n’avait rien à faire ici. Ses yeux devinrent des fentes et il lâcha finalement un rire. “Ah c’est méchant, moi, je m’intéresse juste à ton histoire. C’est en apprenant à connaître les gens que nous pouvons leur faire confiance.”. Il opina du chef sans dévier son regard. “Et des faits peuvent diverger selon qui les racontent, et moi je veux connaître l’histoire de votre ascension par vous, la principale protagoniste.”. Le bout de ses doigts tapotèrent la table, alors que ses longues jambes se croisaient avec élégance un instant. Avant qu’elles en reprennent leur position d’origine, c’est à dire largement écartées, les pieds bien au sol. Il ne voulait pas que son langage corporel parle trop pour lui. Il devrait montrer que c’était lui qui menait.

“J’ai succédé à l’ancien patron, aussi légalement que c’était possible dans notre cas.”  

Aussi légalement que c’était possible? C’était ça, sa réponse? Il haussa un sourcil. Etait-elle sérieuse? Vraiment? Ses pupilles s’écarquillèrent, puis sa poitrine fut pris de soubresauts. Il brisa le combat de regard, alors qu’il se mettait à rire. Un rire aux larmes qui le libéra d’un poids qu’il avait bien trop conscience d’être là. Il passa sa main dans ses mèches, le décoiffant un peu et prit quelques secondes pour se calmer. Il fit un petit geste de la main pour faire patienter Nyx le temps qu’il se reprenne. Des fois, il était encore parcouru par des tremblements. Ses yeux débordaient un peu des larmes à cause du fou rire. Quand il fut de nouveau sérieux, il se repencha en avant, plongeant de nouveau son regard dans celui acide de son ancienne amante. “Franchement? Ce n’est pas racontez une histoire ça. Je ne peux l’accepter comme réponse, surtout que c’est un mensonge.”. Il secoua sa tête de droite à gauche, alors que son sourire s’agrandissait. “ Je sais qu'il y a eu des tentatives de meurtres et c'est loin d'être légal, surtout quand l'une d'elle réussit. Alors je veux que tu répondes à ma demande sérieusement Nyx.”. Alors je veux que tu répondes à ma demande sérieusement Nyx.”. Il avait dit ça d’une voix basse, pour qu’elle seule l’entende. Et malgré que cela n’avait été qu’un chuchoti son ton avait été vindicatif. S’il avait été amusé, colérique, là sa voix était froide. “Si tu mens, je ne garantis pas mes réponses.”. Ferme, il soupira et prit une nouvelle gorgée de son verre qu’il repose avec un peu plus de fermeté que nécessaire. Il était en colère, mais elle ne l’aurait pas car elle était son but!

Il renifla, car elle avait enchaîné sur sa propre question et que lui allait y répondre. Il allait respecter les règles lui ! Puis pourquoi cacherait-il sa “capacité spéciale”? Il en avait aucune. Elle n’allait peut être pas le croire mais il s’en fichait. Elle n’aurait qu’à poser les bonnes questions par la suite. Il fit sortir sa langue de serpent et siffla. “N’est ce pas visible? Je suis un hybride serpent, je n’ai aucun don. “. Petit, il avait rêvé d’avoir un don comme sa mère, mais il avait hérité de l’hybridité de son père. Etait-ce pour ça que sa mère s’était éloignée de lui après le divorce? Peut être. Lui aussi aurait pu avoir du mal de voir les yeux d’un homme qu’elle s’était mise à détester dans ceux d’un enfant. Il hésita une seconde, devait-il ajouter qu’il était une ombre? Non. Il n’en avait pas besoin. Ce n’était pas une capacité. Il se redressa un peu, pour le confort de son dos. Il remarqua son mouvement. Elle le menaçait? Pour un peu il en aurait ri. Elle ne tirerait pas sur lui. Sauf s’il essayait vraiment de la tuer. Mais ce n’était pas le cas. La foule le sauvait. Elle était son bouclier. Ainsi, il resta impassible, mais son esprit notait l’information. “Enfin, si tu me demandes ca, c’est que ton don ne fonctionne pas correctement sur moi. Ca doit être déstabilisant de ne pas pouvoir compter sur ton pouvoir. Je suis sûr que tu détestes ça. Lire le passé des gens est si utile. Ca aurait pu nous arranger tous les deux.”.

Il joua avec son verre, le faisant tourner entre ses longs doigts fins, les glaçons s’entrechoquant doucement. “J’aimerai savoir comment va Kira Ukita.” Il aurait pu poser une autre question. Il le savait. Peut être qu’il faisait une erreur, mais il voulait savoir. Comment s’en sortait la rose? Avait-elle tout simplement oublié? Ou Ying l’avait remplacé par un autre? Il ne retrouverait jamais son amitié. Pas la même. Puis qu’est ce qui lui garantissait qu’elle n’avait pas su ce qu’il allait lui arriver? Qu’elle aussi ne l’avait pas trahi? Tout le monde était suspect. Surtout ceux qui étaient “proches” de Nyx. Même si elle ne se pensait pas l’être, il y avait toujours des personnes comme ça. Nyx n’était pas seule, sinon elle aurait été évincé rapidement. Il n’y avait qu’à regarder son second. Ils étaient proches. Il en avait presque été jaloux. Mais c’était du passé désormais.



Code by Joy
A nos bons souvenirs... ou pas. [ft Nyx Rosenwald]
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Selon l'écrivain Frank Laraque:Il n'y a pas de bons Duvalieristes
» [TERMINE] Quand plus aucun souvenirs vous reviens... [Pv Sacha Farmer]
» Les souvenirs...
» Les Limbes des souvenirs.
» Entrevue douloureuse et Souvenirs refoulés. {Achevé}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ariesten :: Ville :: Rues & Ruelles-
Sauter vers: