Naissance du Nephilim
avatar
15
29/10/2017
achievements
Gardien Capricorne
Ach. 1 :
Messages : 15

Date d'inscription : 29/10/2017

Lun 30 Oct 2017 - 15:14


Naissance du Nephilim

Le moment présent, induit par la volonté du savoir immémorial. Quelque part dans l'Univers, un être qui se veut être le canal d'une divinité spécifique est en train de se former.

Mon Fils, aujourd'hui je te crée, je te bénis et je t'envoie dans un territoire que l'on doit reconquérir. Les tourments passés nous ont appris que nous nous sommes trop désintéressés des vies que nous devions élever. Aujourd'hui, le monde souffre : nous avons exalté nos ego mais, au final, nous ne sommes pas plus doués que quelconque être. Nous sommes juste voués à regarder le monde s'écrouler, sans possibilité de mettre fin à notre existence avec la déchéance qui est en train de l'emplir.

J'ai par conséquent décidé d'agir : nous nous sommes tous consultés, nous nous sommes tous écoutés et chacun a jugé bon que je crée maintenant mon gardien aussi. Tu seras le réceptacle de mon pouvoir sur cette Terre : je te gratifie donc de mes attributs et de mes capacités, utilise-les pour les bonnes choses.

J'ai décidé que tu serais doté d'un libre-arbitre : nous t'envions tous, tu sais. Nous n'avons malheureusement pas cette chance et, même les signes les plus agressifs comme Scorpion sont obligés de se plier à toutes les règles et les codes qui ont été instaurés à notre création. Je te laisse l'opportunité de faire des rencontres, d'avoir des expériences : c'est pour cela que te donner forme humaine me paraît le plus approprié. Tu n'es assurément pas un humain mais je t'encourage à ne pas renier la forme que tu vas prendre : je t'ai facilité la vie, ton avatar sera beau et charismatique, il est fait pour une intégration parfaite dans ce monde.

Cependant, mon travail s'arrête là : tu es ici pour apprendre, pour avoir des réussites, des échecs, faire des erreurs, faire les bons choix. Ta mission est d'observer et d'agir en conséquence avec tout le savoir que je te transmets. Tu sais, tu es une partie de mon essence qui se matérialise : je serai toujours là avec toi et je te protégerai des difficultés auxquelles tu seras confronté, c'est la moindre des choses que je puisse faire puisque tu revêts un des fardeaux les plus lourds à porter.

Tu rencontreras probablement sur ton chemin des incarnations d'autres signes : essaie de te rallier à eux, n'essaie pas de les combattre. Nous devons maintenant nous prêter tous main forte et coopérer sur ce plan vibratoire plus bas, peu importe les divergences et les animosités de base. Reste dans l'amour et apprends à accueillir même tes plus grands ennemis de cette manière, c'est ce qui les déstabilisera le plus.

Quand je te parle d'Amour, je te parle de t'aimer toi. Tu auras besoin de cet amour humble envers toi-même pour pouvoir aimer et aider. Ne cherche jamais à aider pour aider : les situations se présentent et parfois demandent de l'aide ou n'en demandent pas. Sers-toi de ton libre arbitre humain pour faire les bons choix que nous n'avons pas su faire.

Je t'offre le souvenir du monde, de sa création et ses différents mécanismes : fais-en bon usage et utilise ton don avec humilité. Ne te corromps pas et fais en sorte de guider le monde vers quelque chose de plus sain : nous ne voulons pas quelque chose de plus beau en soi, nous voulons la cohérence et l'équilibre. Voila ta mission et voila tes objectifs. N'oublie jamais que sans conscience, les êtres meurent. Cette phrase est à prendre à la lettre pour toi : imprègne-toi et apprends, mais ne meurs pas. L'unique chose qui te maintiendra en vie sera la passion et la conscience. Je te laisse des partitions avec un luth, tu sauras en disposer si tu le souhaites. Je sens une affinité avec les arts qui pourra te rendre plus grand, plus fort mais surtout plus sensible. Découvre-toi dans ce monde, gardien.

Maintenant, éveille toi, Yelaiel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
achievements
Invité
Lun 30 Oct 2017 - 17:45


Naissance du Nephilim

C’était une journée que l’on pouvait qualifier au premier abord de banale, mais, pour moi elle avait plus de sens que ma vie même. Ce qui m’était arrivé de si extraordinaire ? Une chose si magique, si étrange, qu’elle semblait irréelle.

La matinée, j’avais bien évidemment exercé mon travail de servante, que ma mère adoptive m’avait vivement conseillé de réintégrer, chose que j’avais faite pour mon propre bien. Effectivement, c’était une période plutôt sombre de ma vie, une étape sûrement inévitable, mais que l’on ne souhaitait tout de même pas rencontrer. C’était peut-être pour ça que je me rabaissais sans arrêt, et que je cherchais un sens même à mon existence. Car même si je ne l’affichais pas, derrière cette tête haute, et ses sourires faussée, se cachait la véritable moi, la petite fille tourmentée qui n’avait jamais su quel mode de vie adopter. Alors, j’avais décidé de me laisser vivre, d’écouter, d’exécuter, comme une simple machine. Je m’occupais des gens plus talentueux, des génies, ou même parfois des ringards qui me demander de tuer juste pour leurs caprices. Niaise, j’y croyais, je croyais tous ces gens qui me parlaient de justice, alors que tout n’était que mensonge et haine. J’avais pris du temps à comprendre, que finalement, tout le monde à sa propre justice, il me fallait perdre ce qui m’étais cher pour saisir une chose si simple…

Oui, j’étais doucement retombé dans la dépression, même si je ne l’avais jamais réellement quitté. J’étais si perdu, tellement, que je commençais à délirer, à perdre pied, et à adopter la folie. Puis, c’était en débarrassant la table de mes maîtres, en mangeant leurs restes, qu’un déclic avait pris position de mes pensées mélancolique. Je m’étais dit : « Je n’ai qu’à demander aux êtres supérieurs de me guider, et suivre le chemin qu’ils me dessineront. » Oui, j’étais un peu folle, pour en arriver à ce point-là, j’étais tombé bien bas… Néanmoins, c’était grâce à cette idée débile, que la journée était devenue mémorable, et importante pour moi. J’avais donc pris soin de nettoyer, toute la vaisselle et de finir le plus vite possible mes quelques taches, avant de me préparer pour sortir. Je me changeais avec hâte, prenant une tenue adéquate, et pas trop vulgaire pour le lieu où je devais me rendre. Une fois, mon mentaux enfilé, j’avais donné de trois coups de peigne dans mes cheveux, avant d’abandonner et de les laisser toutes ébouriffer. Je soufflais, avant de me diriger vers la grande porte qui menait sur l’extérieur. J’ignorais le questionnement d’une autre maid, qui pestait de me voir avec cet accoutrement.

Une fois sorti de la résidence, je m’étais mise à marcher, tout en réduisant la cadence pour réadopter un rythme normal. Je détaillais le paysage, qui était si vert, si tranquille, si utopique… J’avais grimacé à cette pensée, ce que je pouvais être pessimiste avais-je pensé. Puis, les minutes passaient, le froid avait eu raison de moi, et la pluie venait se mêler à cette tragédie. Le monde m’empêchait une nouvelle fois d’avancer, de m’affirmer, de m’afficher… C’était déroutant, mais ce jour-là, j’étais trop déterminé pour abandonner. Alors, j’avais continué ma route, malgré l’embrun qui appuyais mes engelures, accompagné du cri du vent qui ne cessait de m’emporter dans le sens inverse. J’avais mal, très mal, mais rien ne pouvait m’arrêter une fois lancer.

Un instant plus tard, je m’étais enfin décidé à faire une pause, ou du moins me réchauffer un peu dans un bar qui peuplait les environs. Je rentrais, trempé jusqu’aux os, et je démarchais bizarrement jusqu’au comptoir. Le vieux qui gérait le café, affichait un sourire narquois, tout en me détaillant. Il prenait ensuite une voix roque pour introduire le dialogue.

« Tu veux que je te serve quoi, ma petite ? »

Je marquais un moment de silence, lui adressant un regard noir pour répondre à sa courtoisie avant de répondre.

« Un chocolat s’il vous plaît… »

Des rires moqueurs envahissaient la taverne, et moi je soufflais bruyamment pour montrer que c’était lourd. Je m’étais du coup, empressé de boire mon chocolat chaud, je m’étais même brûler la gorge. J’avais déposé la monnaie, avant de sortir comme une furie de l’endroit. C’était une mauvaise idée, très mauvaise idée, surtout quand il était aux alentours des seize heures de l’après-midi. Les gens étaient peu fréquentables, et méprisables…

Puis, après des heures d’acharnement, j’avais finalement réussi à atteindre mon objectif, plus précisément le temple. Il était imposant, et dégageait une sensation étrange. Je gravissais les marches, pas vraiment assurée, je ne savais pas réellement ce que je devais faire, et je ne connaissais que vaguement la religion, et ses divinités. Je m’arrêtais à la grande porte, fermant les yeux. C’était comme une étape à franchir, comme une page à tourner… Une nouvelle histoire à écrire, un nouveau destin et peut-être l’apparition de l’espoir. C’était comme ça que je l’avais ressentis…

J’avais donc poussé la lourde porte, pas sans peine. Un long grincement résonnait dans le temple, ce qui m’avait fait frissonner, ce n’était pas vraiment l’entrée que j’avais souhaité. Une fois la porte ouverte, j’avais porté ma main à mon front pour couvrir mes yeux de l’abondance lumière qui s’irradiait dans toute la pièce. Après quelques instants, ou il m’était impossible de discerner quoique ce soit. Puis, la minute qui suivait, je voyais une silhouette, se dessiner sous mes yeux étoilés. C’était un être pour ne pas dire homme, qui était recroquevillé. J’avais ensuite détourné les yeux, en comprenant qu’il était… nu, j’avais rougi par la même occasion... chose qui ne m’arrivais que très peu souvent, il fallait dire qu’il avait du charme. J’avais ensuite secoué ma tête, pour quitter ses idées malsaines, après tout c’était un lieu de culte, je ne devais pas avoir ce genre de penser. J’avançais donc, jusqu’à l’étrange homme, avant de m’accroupir curieuse. Il avait des partitions, il était musicien ? C’était la première chose que je m’étais posé, toujours aussi idiote, j’en avais même oublié les formalités.

« Bon… bonjour, vous êtes musicien ? »

J’étais complément déplacé dans mes phrases, et j’avais fait une approche qu’on pouvait qualifier de nul. Je reprenais d’une voix hésitante, et gêné.

« Sinon… vous allez bien, vous avez besoin d’aide… Pourquoi vous êtes nu… »

Oui, j’étais vraiment un cas pour les approches, il fallait dire que moi et le social, ça faisait deux. J’avais tenté de lui faire un sourire, même si l’on discernait très clairement qu’il était fictif, et forcé.

Fiche par Sánsa
Revenir en haut Aller en bas
avatar
15
29/10/2017
achievements
Gardien Capricorne
Ach. 1 :
Messages : 15

Date d'inscription : 29/10/2017

Lun 30 Oct 2017 - 20:59


J'ouvre les yeux petit à petit : Père vient de me faire naître. L'île où il m'a envoyé s'appelle Ariesten. Mon rôle est d'exercer l'influence du Savoir et d'en faire profiter les bienfaits à chacun. Je dois rester juste et droit dans ma mission. Mais actuellement j'ai quand même faim et ... je suis nu. Je ressens une étrange émotion : serait-ce de la pudeur ? Et si quelqu'un me voyait ?

Je viens d'atterrir dans ce monde connecté à l'astral et je sens déjà qu'il va être compliqué de m'assimiler à ici : il fait froid et je ne me sens pas en sécurité totale. Le sevrage d'avec Père risque d'être difficile à vivre. Je me demande donc jusqu'à quel point l'esprit et l'âme humaine sont connectés en moi. Enfin bref, mon côté humain me dit de trouver des vêtements, surtout depuis qu'un être me regarde et s'est approché de moi.

« Bon… bonjour, vous êtes musicien ? »

L'être me parle. Il semblerait qu'il veuille établir le contact.

- Bonjour, je crois que j'apprécie les arts. Je dois travailler en ce sens pour établir une sensibilité qui puisse m'aider dans mon objectif. Je vais bien, je n'ai pas besoin d'aide, mais j'ai besoin de vêtements. En plus, j'ai faim, quel fardeau... C'est donc à ça que ressemblent les horribles gargouillis d'estomac... Quel bruit dérangeant ... Attendez, je vais chercher des affaires, attendez-moi ici.

Je ne vois qu'une seule manière de pouvoir m'habiller : bénir mon Père qui saura peut-être m'apporter ce dont j'ai besoin de manière urgente.

Mon Père, je vous demande humblement de me donner de quoi m'habiller. Je suis bien arrivé mais j'ai terriblement froid et il semblerait que les habitants de cette planète soient la plupart du temps habillés.

Je vois que derrière l'autel, des vêtements sont parfaitement entassés et empilés.

Merci mon Père.

J'enfile ces vêtements, sans oublier de fermer la braguette de mon pantalon. Il faut toujours fermer sa braguette, parait-il. C'est inscrit en moi : toujours fermer sa braguette. L'ouvrir pour uriner ou avoir une relation sexuelle, c'est tout.

Une fois habillé, j'observe attentivement la personne en face de moi : une humaine, sans aucun doute. Plutôt jolie, en plus. Essayons d'engager la conversation d'une manière adroite. Je souris car on a forcément plus de réponse quand on sourit.

- Je suis désolé pour ma nudité, mais je ne l'avais pas décidé ... Comment vous appelez-vous, jeune dame ?

Ca devrait aller. Je vais devoir apprendre rapidement à appliquer tous les mécanismes inclus dans mon esprit. Mais cette personne a un regard assez triste, je devrais faire attention de la manière dont je lui parle. Je sens qu'elle n'a pas un mauvais fond mais elle semble assez déboussolé et la vue de mon corps nu ne devrait pas l'avoir rassuré de quelque manière que ce soit. Mon coeur me dit de pouffer de rire mais mon cerveau me dit de me calmer sur le chant. Je ne peux imaginer les futurs tourments psychologiques dont je vais être victime et agresseur dans ma vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
achievements
Invité
Mar 31 Oct 2017 - 17:31


Naissance du Nephilim

J’attendais, je patientais, je me posais des millions de questions. Mon esprit n’arrivait pas à capter ce monsieur, ce qui était étrange, c’était pourtant un homme comme les autres. Mais à contrario des autres, il dégageait une certaine aura, je ne pouvais pas la décrire mais… c’était étrange, très étrange. Alors, j’étais resté accroupi, à entendre une quelconque réponse venant de lui. Puis, le son de sa voix venait enfin effleurer mes oreilles, et je m’étais mise à l’écouter attentivement. Il parlait bizarrement, c’était encore plus louche, il n’était pas sûr de ce qu’il était réellement. J’avais donc penché ma tête, curieuse, je n’arrivais vraiment pas à le cerner. J’avais tout de même noté dans mes pensées, que le petit être avait faim. Je me relevais, restant sur place comme il me l’avait préalablement demandé. J’avais par la même occasion totalement oublié la raison de ma venue dans ce lieu.

Je posais mon regard sur le sol, laissant le silence envahir mes sens. Je haïssais cette impression, ça me rendait encore plus seule que je ne l’étais, c’était si horrible… Bientôt les idées sombres refaisaient surface, et moi je coulais au plus profond des abysses. Je me perdais, je revoyais les dures scènes que je souhaitais oublier. Les hurlements, qui sifflaient, sifflaient comme un corbeau chantant, et bientôt venait le tour de mes parents. Mais, par chance le beau garçon revenait revêtu d’une tenue, mais ça ne m’avait pas empêché de détourner le regard. J’avais déjà du mal socialement, alors avec des beaux garçons c’était la fin du monde. À chaque fois que je parlais à ce type de personne, je me sentais encore plus pitoyable.

Je voyais qu’un sourire se dessinait sur son visage, chose que je ne pouvais pas rendre malheureusement… J’étais trop déboussolé. Néanmoins la douce voix du garçon, venait apaiser cette partie de moi, et je décidais de tout de même essayer.

« Ce n’est pas grave… C’était juste un peu étrange surtout dans un lieu comme celui-ci. Je m’appelle Kira, et vous ? »


Je me mettais à frissonner, j’avais totalement oublié aussi que j’étais trempé de la tête au pied. Oui, j’étais sacrement idiote, une gamine qui avait plus 9 ans que 19… Je reprenais ensuite la personne, essayant tant bien que mal de paraître normal. Et puis, mon côté curieux m’avait poussé à un tel acte.

« Vous faites quoi ici d’ailleurs ? Si ce n’est pas trop vous demandez… »

Oui, il me fallait une raison, je voulais réellement savoir ce qu’il faisait là, nu, il était peut-être un membre du temple… À vrai dire, je n’en savais rien. Je balançais par la suite mon regard dans le temple, avant d’apercevoir un orgue, c’était la première fois que j’avais eu l’occasion d’en voir un, surtout que celui-ci avait l’air d’être très ancien. Je m’avançais donc, vers l’instrument, et je m’étais mise à jouer deux trois accords, ce qui m’avait permis de détresser un peu. L’ensemble sonnait triste, et de toute manière c’était la seule chose que je pouvais jouer correctement, joyeux n’existait pas dans mon répertoire.

« Vous aviez dit, que vous aviez faim. Vous voulez manger quelque chose ? Je connais un bon restaurant pas très loin… »

Je demandais réellement cela, je m’étais étonné moi-même, c’était improbable. Je me retournais donc, accompagné d’une mine interrogatrice et mes yeux scintillant. C’était peut-être le moment de pensée à autre chose, de se changer les idées avais-je songé.

« Oh une dernière chose, de quel instrument jouez-vous ? »

Fiche par Sánsa
Revenir en haut Aller en bas
avatar
15
29/10/2017
achievements
Gardien Capricorne
Ach. 1 :
Messages : 15

Date d'inscription : 29/10/2017

Mer 1 Nov 2017 - 16:41


« Ce n’est pas grave… C’était juste un peu étrange surtout dans un lieu comme celui-ci. Je m’appelle Kira, et vous ? »

- Mon Père m'a donné le nom de Yelaiel. Vous êtes une humaine. Vous êtes une espèce plutôt rare sur cette île.

Peut-être devrais-je ne pas plus m'étaler ? La méfiance reste la notion que je ne comprends pas totalement, du moins que je n'arrive pas à appréhender : Père n'est qu'Amour et sa famille également. Les personnalités distinctes et variées n'arrivent à se réunir que sur les notions de bien, d'équilibre et d'Amour inconditionnel. Les humains sont des êtres fascinants mais je ne peux pas les juger de manière totalement objective : après tout, j'en suis également un à l'instant présent.
Le dialogue avec cette charmante personne semble entamé : a priori, nous piquons chacun la curiosité de l'autre. Je me rends compte que l'apprentissage dont parlait Père était la compréhension de ces subtiles êtres qui peuplent la Terre. Mais en attendant, j'ai quand même faim.

« Vous faites quoi ici d’ailleurs ? Si ce n’est pas trop vous demandez… »

L'humaine vient d'exprimer son intérêt : peut-être que cela vient de mon physique, de la situation, de ma manière de parler ... Mon Père, cela fait 10 minutes que je suis ici et je trouve déjà tout complexe. Abordons la simplicité avec cette belle jeune femme, nous verrons où cela nous mènera.

- Je suis ici parce que je viens de naître ici, devant cet autel. J'étais donc nu et j'avais un peu froid. Je commence donc mon expérience de vie avec vous, Kira. Et vous, que faites-vous ici ? Vous avez le regard curieux et interrogatif : vous ne venez pas souvent ici ?

Voila, comme ça les choses sont posées. J'espère que je lui plais, elle est plutôt mignonne. Elle regarde le temple de manière globale, je devrais faire de même.

Les enluminures d'or aux murs sont somptueuses et emplies de la magie divine. Mon Père m'a dit que Ying surveillait cet endroit, de très loin. En tous cas, l'humain en moi cède à la contemplation. C'est beau et c'est grandiose.

Kira était partie jouer de l'orgue et ses mélodies me créaient une sensation de bonheur intérieur : oui Yelaiel, tu aimes les arts et ça se voit. Père t'a laissé de la musique avec toi pour cette raison. Profite de tout ton être de ces petits moments qui te font apprendre la simplicité de la joie.


« Vous aviez dit, que vous aviez faim. Vous voulez manger quelque chose ? Je connais un bon restaurant pas très loin… »


- Je suis impatient de goûter à la nourriture, Kira ! Faites-moi découvrir ce que vous aimez !

« Oh une dernière chose, de quel instrument jouez-vous ? »

- Père m'a donné un luth et des partitions pour que j'en joue. Je pense savoir bien chanter également. Et vous, de quoi jouez-vous ? J'aime la mélodie qui emplit les tuyaux de cette orgue lorsque vous jouez.

Cette rencontre me provoquait des frissons : l'innocence humaine et sa gentillesse faisaient, après tout, partie des plus belles créations de là-haut et je comprends volontiers pourquoi avoir créé de telles émotions, si parfaites mais perfectibles. Peut-être que cette personne était entrée dans ce lieu en espérant trouver la foi en quelque chose ? Son aura était clairsemée de jolies teintes bleues et vertes.

- Kira, je vous prie de m'excuser, mais je dois récupérer quelques effets personnels auprès des dirigeants de ce temple. Voulez-vous bien me suivre s'il vous plaît ?

Sans attente de sa réponse, je me dirigeai rapidement vers la loge des prêtres du temple. J'ouvre délicatement la porte : son toucher rugueux et sa poignée lisse me rendaient fou de joie. Je ressentais, je palpais, je touchais.

Me voyant entrer dans la pièce, les prêtres me reconnurent immédiatement : Père les avait certainement informé de mon arrivée. Ils se mirent à genoux et commençèrent un discours solennel. Je fus assez mal à l'aise : on ne m'avait pas vraiment informé sur la soumission et la domination de cette sphère.

- Nous nous présentons humblement à vous, Yelaiel, gardien du Capricorne. Votre Père nous a informé de votre arrivée dans ce monde et nous vous sommes reconnaissants de venir aider notre monde, actuellement dans le tourment. Nous avons préparé tout ce dont vous auriez besoin : nous avons ouvert un compte à la banque, donné des liquidités et avons préparé un appartement à votre disposition. Le loyer est pris en charge par nos soins, vous n'aurez donc rien à payer. Puissiez-vous nous éclairer de la lumière des grandes divinités.

Père avait donc tout préparé pour moi : il était si gentil, attentionné, dans l'Amour ... Mais actuellement j'avais très faim, il pourrait donc comprendre que je ne fasse pas durer éternellement cette rencontre.

- Je vous remercie humblement de vos attentions et de votre gentillesse. Contactez-moi si vous avez besoin de moi, je répondrai toujours favorablement.

Je tourne les talons et croise Kira. Je lui fais un énorme sourire et, impatient :

-Peut-on y aller, Kira ? J'ai très très faim et j'ai hâte de me nourrir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
achievements
Invité
Mer 1 Nov 2017 - 19:07


Naissance du Nephilim

Je n’avais pas attendu longtemps avant que celui-ci me donne la réponse, son nom, et ses commentaires étranges… Je n’arrivais réellement pas à le cerner, il me cachait un truc mais quoi ? Je notais donc les quelques informations qu’il m’avait donné dans un coin de ma tête, avant de lui adresser un sourire. Après tout, j’étais peut-être un peu trop parano, ce qui n’était normalement pas dans mon habitude.

Le temps passait, je lui avais posé une question curieuse, je voulais en savoir plus sur cet homme, il m’intriguait beaucoup trop. Je voulais savoir à qui j’avais à faire, et pourquoi il était nu dans ce lieu. J’écoutais son récit, et cela ne m’aidais pas plus, j’étais encore plus perdu. Il venait de naître ? Il se moquait de moi sûrement, du moins c’était ce que j’avais pensée au début. Ou même comment ça il commençait son expérience de vie avec moi, je n’avais pas vraiment compris sa phrase, voulait-il me dire qu’il avait des sentiments ? J’avais détourné la tête lors de cette pensée, gênée, non ça ne devait sûrement pas être ça. Puis venait le moment de sa question, le moment ou mon cerveau avait cogité un moment avant de savoir quoi faire, mentir ou dire la vérité ? Le choix était vite fait, j’aurais choisi le mensonge si je n’étais pas dans un lieu comme celui-ci, mais bon… J’avais donc opté pour la vérité.

« Ah… Moi ? Je… j’étais venu ici dans l’optique d’expier mes crimes, mes fautes passées et surtout savoir quoi faire… Je suis un peu perdu, même totalement. »

Les mots avaient été durs à prononcer, ma voix avait expulsé mes émotions, et je n’appréciais pas trop me dévoiler à un inconnu, surtout à une personne aussi étrange. Là, si je voulais sortir avec lui, c’était fini pour moi, mais bon je ne devais pas dévier de mon objectif, si j’étais venu ici ce n’était pas pour trouver l’amour. Je relevais la tête, et je m’étais mise à jouer de l’orgue, un instrument qui m’intriguait… Je jouais quelques notes, du moins j’essayais et je profitais de cet instant d’évasion pour inviter Yelaiel à manger, lui qui avait faim… Il me répondait clairement par un oui, et j’en étais contente, au moins j’allais pouvoir me changer un peu les idées et sûrement passer du bon temps avec lui. Mais une chose m’interpellait, impatient de goûter la nourriture ? Tout était cohérent pour dire que c’était un nouveau-né, mais pourtant il savait parler, même très bien et surtout il avait l’air vieux, plus vieux que moi à l’époque. Je me levais ensuite, pour me rapprocher de l’être en le détaillant, et en continuant la conversation. Il n’y avait rien d’anormal, il paraissait vraiment humain, ça pouvait à la limite être un humain à don mais il n’y avait pas trente-six mille options. C’était trop bizarre, je n’y arrivais vraiment pas et ça me soûlais, au pire je n’avais pas besoin de me prendre la tête m’étais-je dit.

Mais, bientôt les louanges du garçon venaient m’apaiser, je me sentais même pousser des ailes. Un compliment d’un si bel homme, ça ne pouvait que me faire rougir, vraiment trop d’ailleurs… Je n’avais pris que quelques secondes à répondre d’une voix enjouée.

« Mais c’est génial ça, vous jouez du luth et en plus vous savez chanté, vous êtes super doué. Moi sinon, je joue du piano, et j’adore ça. »

Je l’avais regardé avec des yeux de chats, et oui j’avais déjà baissé ma garde comme une idiote, mais je n’aurais pas dû… J’avais écouté une requête et je suis lui avais répondu.

« Oui, bien évidemment ! »


Malheureusement ce qui suivait été dramatique, je comprenais ce qu’il était, et pourquoi il me semblait si étrange. Il était en fait… un gardien, quand j’avais appris ça, je m’étais cambré, et j’avais senti mon cœur battre à mille à l’heure. Une nouvelle fois j’avais senti mon monde s’écrouler, j’avais envie de pleurer, hurler mais ça n’allait servir à rien, alors je m’étais tu. J’écoutais juste les dires du prêtre, une mine dépitée. Ma vie était comme ça, et même le bon dieu me l’avait resouligner. C’était le message, c’était un beau « va te faire foutre », je le comprenais en même temps, j’avais fait tellement de mal que mes fautes ne pouvaient être pardonné.

Je l’apercevais se retourner vers moi, il était là, souriant, innocent… Il ne savait pas réellement à qui il avait affaire, sinon il aurait sûrement décliné mon invitation, et lancer les confrontations. J’avais toujours fui les gardiens par peur, même si pour moi c’était une légende, ça n’existait que dans les comptes… mais apparemment sur ce point-là aussi je me trompais. Puis, je tournais le dos au fameux gardien tout en lui saisissant la main. Je tremblais, je ne lui avais pas répondu, mais j’avançais c’était déjà pas mal. Je laissais les larmes couler sur mes joues, laissant un long silence plané. Au moins, si je pouvais faire un dernier repas avec un bon garçon avant qu’il ne s’en rende compte, ce serait une fin heureuse avais-je pensé.

Je marchais donc, en tenant fermement la main de mon partenaire, ça me rassurait dans un sens même si au fond il était mon pire ennemi, je voulais lui faire découvrir un peu le monde, j’aurais fait une bonne action pas vrai dieu ? J’étais vraiment déboussolé, et ce n’était que le début, la suite allait être un peu longue…

Fiche par Sánsa
Revenir en haut Aller en bas
avatar
15
29/10/2017
achievements
Gardien Capricorne
Ach. 1 :
Messages : 15

Date d'inscription : 29/10/2017

Mer 1 Nov 2017 - 19:54


En partant, je vois que Kira n'est pas vraiment dans son assiette. Cela me peine beaucoup, c'est vraiment une belle personne mais que je sens perdue. Peut-être l'ai-je trop chamboulé ? Père m'avait dit que peu de gens étaient au courant de l'existence des gardiens ou bien qu'ils étaient niés. Cependant, ma conviction personnelle me laisse à penser que c'est précisément pour cela que les divinités ont perdu le contrôle et en puissance : les êtres ne croient plus forcément de manière ferme et convaincue en leurs divinités. C'est la foi des gens qui font exister les pouvoirs et les font croître ou décroître et c'est également pour cela que j'ai été envoyé ici : aider les gens à retrouver la foi en Père et toute notre famille. Leur permettre de reprendre les rênes et de pouvoir effacer le malheur sur Aristen, la belle création de Ying. Kira semblait vouloir se raccrocher à tout ça et était emplie d'une peur que je ne pouvais pas contrôler. Cela m'attristait un peu.

Puis, quand nous sommes partis, elle me prit la main. Elle était douce et plus petite que la mienne. Elle avait les doigts fins et un toucher délicat. Elle ne m'imposait pas sa main, elle attendait juste du réconfort. J'acceptais son contact et je lui souriais : elle était trop mignonne et trop gentil pour que je puisse voir des larmes couleur sur ses joues.

- Kira... Est-ce que ça va ? Je ne sais pas ce qui se passe, mais tu ne devrais pas pleurer, ça me fait mal de te voir comme ça. Puisque tu m'as pris ma main, je pense que nous pouvons nous tutoyer. Le contact entre nous est établi et je suis heureux de passer de temps avec toi. Mon Père, Capricorne, et toute notre famille ne sommes qu'Amour. Sèche tes larmes, je veux te voir sourire.

Soudain, une pulsion se formait dans mon corps : mon coeur battait plus fort et le creux de ma poitrine était chaud. J'étais bien avec cette fille, c'était une âme avec un bon fond. Je dépose un baiser sur sa joue : je me trouble moi-même, mon côté humain me joue des tours. Je suis chamboulé, je ne suis pas vraiment habitué aux différentes émotions humaines. Je le sens, elles sont en moi et ne demandent qu'à éclore. Cependant, elles sont si nombreuses qu'elles agissent là comme une déferlante qui me submerge petit à petit. Je décide donc de rompre le silence et de lui expliquer un peu la situation : je ne sentais pas d'intention hostile à mon égard, juste une incompréhension qu'elle n'était pas capable de contenir. En même temps, très objectivement, nous, les Gardiens, sommes peu connus et rares sur cette île : Père m'a dit que la plupart des Gardiens oeuvraient dans l'ombre et ne se montraient que très peu. Je n'ai pas forcément totalement envie de cette vie-là, je trouve qu'il faut trouver le bon équilibre entre la visibilité et le mystère. Mon choix était fait pour l'instant.

- Je sais que ça peut paraître complètement fou, mais nous, Gardiens, sommes ici pour protéger les êtres de cette île. Nous sommes appelés à nous incarner en situation d'urgence comme en ce moment. Les êtres qui vivent ici sont appelés à aller dans la déchéance et le mauvais, mais nous sommes là pour aider à faire les bons choix. Je suis malgré tout une incarnation humaine, donc après tout, nous ne sommes pas si différents l'un de l'autre, ne t'inquiète pas pour ça.

Je lui fais un grand sourire puisque c'est ce que j'ai envie de faire à cet instant présent : je transmets le message que l'on m'a donné. Je ne l'impose pas, je laisse le libre-arbitre aux gens mais je leur donne quand même l'occasion d'être conscient de ce qu'ils peuvent être ou de ce qu'ils font. C'est là mon don : je suis le descendant du gardien du Savoir, je dois donner aux autres des informations, révéler des vérités, être transparent pour pouvoir toucher leurs âmes et ainsi permettre une amélioration. Nous sommes en période de guerre et chacun est appelé à faire un choix entre le bon et le mauvais. Ma pensée est plus subtile que cela mais c'est probablement de cette manière-là que je vais devoir présenter les choses à la plupart des gens. Tout est beaucoup subtil quand on se rend compte que l'ombre peut faire la lumière et inversement.

Je regarde Kira dans les yeux pour finalement dire :
- On y va maintenant ? C'est moi qui t'invite ce coup-ci, alors j'espère que ça sera bon ! Manger un bon repas, d'après ce que j'ai pu apprendre sur les humains avant de venir,
ça fait beaucoup de bien ! C'est toi qui me guide aha !


Un rire. C'est beau la simplicité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
achievements
Invité
Mer 1 Nov 2017 - 22:00


Naissance du Nephilim

Je marchais, je forçais le pas, je fuyais une nouvelle fois le passé. Je ne faisais que ça, et dès que je m’arrêtais une seconde, elle me punissait. Mais, je ne voulais plus fuir, cette fois j’allais l’affronter en face, car au fond cette fois-ci, c’était différent. J’étais main dans la main avec mon pire ennemi, j’allais sûrement mourir, mais je ne voulais pas le lâcher, comme s’il y avait un quelconque espoir de me sortir de cette misère. S’il savait, si seulement il savait, j’aurais moins souffert. Mais, je gardais ça pour moi, car il allait lui-même le deviner, c’était un gardien après tout, c’était simple pour lui de percer des mystères ou de remarquer les êtres impurs.

Pendant ma course de folie, celui-ci m’avait adressé quelques mots, chose qui m’attristait d’autant plus. Je sentais mon cœur s’agiter, et ce n’était pas bon, j’avais mal pour lui, j’allais le décevoir, et il allait même devoir me tuer alors que j’étais la première personne qu’il rencontrait. Je ne pouvais malheureusement pas, répondre à sa requête, prise d’émotion. J’essayais de lui répondre, mais mes paroles se noyaient dans mes larmes. Qu’elle idiote je faisais, qu’elle plaie, pourquoi étais-je aillé dans un tel lieu ? J’avais totalement perdu la tête.

Puis, une chose étrange arrivait, alors je me stoppais immédiatement, choqué. Je détournais mon regard pour joindre les yeux de Yelaiel, je lui lançais une mine interrogatrice. Je tournais ensuite ma tête vers la gauche toute gênée, je ne devais pas m’imaginer des trucs c’était encore pire après, c’était déjà compliqué alors… Cependant mes larmes avaient cessé de couler, et mon visage regagnait des teintes, je rougissais même. Je lui avais même rendu son bisou, avant de lui tourner une nouvelle fois le dos. J’écoutais par la suite, ce qu’il avait à me dire, et il était mignon, il essayait de me rassurer même, si au fond c’était l’effet inverse qui se passait. Je me forçais malgré tout à sourire, même si c’était totalement forcé. La fin était très comique, surtout que tu faisais totalement l’inverse d’un gardien. Pas de parole juste le meurtre, pas de justice, juste la violence, je suivais juste les ordres de gens que je trouvais supérieur, et plus intelligent, et exécutait leurs plans.

« Merci… de vouloir me consoler, ne t’inquiètes pas pour moi, je vais bien ! J’espère juste que tu ne deviendras pas comme moi, ce qui est impossible, mais on ne sait jamais… La vie n’a aucune logique, et aucun sens. Je n’ai pas trop envie de t’amener dans la mauvaise direction alors… je vais faire de mon mieux pour l’éviter. »

Je ne voulais pas l’influencer, il avait l’air si innocent et gentil, je ne voulais pas le briser… Je n’avais surtout pas le droit de refaire les mêmes erreurs, je devais affronter les difficultés, et ne plus les supportés. C’étaient mes pensées, et je sentais que l’espoir refaisait surface. Je me remettais alors en marche, avec une démarche plus soigneuse et appliqué. Le restaurant n’était plus très loin en plus. L’apaisante voix du gardien se faisait de nouveau entendre, et au final c’était même lui qui m’invitais. Je lui rendais son sourire, avant de serrer un peu plus fort sa main.

« Très bien, alors je vais m’assurer de manger tellement que tu n’auras même plus d’argent pour t’acheter des vêtements. »


Je plissais mes paupières, et je laissais place à l’ironie. Ça faisait longtemps que je ne m’étais pas lâché avec quelqu’un, mise à part Calista. Il ne me restait plus rien en soit, mise à part elle, pour livrer mes durs sentiments. Alors la route se finissait gaiement, car bientôt le magasin c’était dessiné devant nous.

« Près à manger pour la première fois ? Tu vas voir ils sont gentils, je les connais bien ! »


Je m’aventurais dans le restaurant, entrainant le pauvre homme avec moi. Il n’y avait pas grand monde, c’était plutôt calme, et donc parfait. Bientôt une serveuse arrivait, et nous accueillait.

« Bonjour, veillez me suivre s’il vous plaît ! J’espère que cette place vous conviendra. »

J’avais pris place sur ma chaise, en regardant Yelaiel dans les yeux, avant de reprendre le dialogue.

« C’est le moment de commander, alors regarde dans la carte si quelque chose te plaît ! »


Moi, je savais déjà ce que je voulais prendre, mon plat habituel, surtout qu’il n’était pas cher et consistant.

Fiche par Sánsa
Revenir en haut Aller en bas
avatar
15
29/10/2017
achievements
Gardien Capricorne
Ach. 1 :
Messages : 15

Date d'inscription : 29/10/2017

Jeu 2 Nov 2017 - 4:59


Le regard de Kira s'adoucissait en apparence, mais au fond il réagissait comme une petite fille terrorisée : je n'ai jamais vu de mes yeux ces émotions-là mais j'ai eu des explications très précises sur les mécanismes du genre humain. Je pouvais voir de la déception, de la gêne, de la rancoeur, le plus étonnant est que je sentais que c'était son être qu'elle blamait autant. Je décidais alors, à ce moment, de briser le silence et d'être honnête avec elle. J'ai cependant attendu d'arriver au restaurant pour pouvoir exprimer ce que je pensais. Je suis donc resté silencieux pour ne pas trop la troubler : je voyais que mon bisou avait été correctement reçu. J'avais aimé lui donner ce baiser, pour la première fois depuis que je la voyais je sentais que son regard intérieur n'était pas totalement le même. Elle avait peur de moi mais était attirée, du moins elle en possédait actuellement toutes les caractéristiques. Je crois que j'étais attiré par elle également : je ne peux pas encore dire si c'est physique, mental ou encore sexuel, mais j'avais envie d'apprendre à la connaître mieux et de passer un super moment avec elle. Elle m'a rendu mon bisou et j'ai éprouvé une sensation chaude dans tout le corps : est-ce le bonheur du contact ? Ca y ressemble en tous cas.

Nous avançons et elle me serre plus fort la main : ça me provoque une drôle de sensation. J'ai envie de me rapprocher d'elle et de la caresser. Mais Père m'a dit de ne jamais précipiter ces élans d'affection et de toujours attendre un peu. La nouveauté fait que je peux baisser plus facilement ma garde mais on m'a inculqué que si je tentais une manoeuvre de ce genre et qu'elle n'est pas prête, je serais un goujat. Je me contente donc de lui sourire et nous arrivons à ce moment précis au restaurant. Nous nous installons et l'on me donne la carte des plats. Je regarde Kira, la dévisageant certainement un peu en lui faisant un grand sourire : j'avais probablement les yeux qui pétillaient. J'étais au restaurant avec une personne dont j'avais apprécié le contact initial et en plus j'allais manger pour la première fois de ma vie, tout ceci était assez fou et constituait une expérience de vie marquante. Je l'observais : elle semblait à la fois contente et résignée, à ce moment-là je décide de prendre la parole, avant que la serveuse ne revienne et qu'on passe notre moment à manger.

- Kira, il faut que je te dise quelque chose : je suis gardien du Capricorne, la divinité qui incarne le Savoir. Je vois donc et me souvient d'énormément de choses : je ne suis pas un gardien de Balance, on peut me duper, mais je reste assez clairvoyant. Je vois depuis tout à l'heure que tu as peur de moi et que tu as une mauvaise image de toi. Je ne serai pas dans le jugement, ce qui m'importe c'est la personne que tu me montres maintenant. Je ne te ferai aucun mal et tout à l'heure, tu as dit que tu ferais en sorte de ne pas me guider vers le mauvais chemin. Sache que nous sommes nos propres guides :
on peut nous conseiller, mais on ne pourra jamais prendre les décisions, qu'elles soient bonnes ou mauvaises, à la place de quelqu'un. Tu es une personne unique et c'est la volonté des dieux puissants qui veillent sur le monde. Tu dois répondre à tes propres règles et pas forcément à une hiérarchie. Tu sembles si triste et je ne veux pas que tu sois comme ça en ma présence. Ici, tu es Kira et nous allons manger. Même si tu ne peux être qu'ici, laisse moi entrevoir la belle personne que tu caches et qui tu n'oses pas montrer au grand jour. Il faut apprendre à se pardonner et, pour la nature humaine, c'est parfois le travail de toute une vie. Je le sentirais si tu n'étais pas quelqu'un de bien, Kira. Je sais que tout est simple à dire mais plus difficile à appliquer, mais là pour l'instant je veux que tu sois dans le plaisir et l'abondance. Je n'aurai jamais de problème d'argent: mon Père ne regardera pas à mes dépenses si elles sont utiles. Essaie quelque chose de bon, de nouveau, que ce soit cher ou pas. Fais toi plaisir, Kira.


Un léger frisson à ce moment précis : parler aux gens, les comprendre et leur exposer mon point de vue me fait beaucoup de bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
achievements
Invité
Jeu 2 Nov 2017 - 15:23


Naissance du Nephilim

J’attendais sa réponse, une réponse, mais ce n’était pas du tout ce que j’avais calculé. En effet, il essayait une nouvelle fois de me rassurer, il était mignon, très mignon. Je l’écoutais donc attentivement, et je me rendais compte que j’étais un livre ouvert pour lui, je n’arrivais à cacher aucune émotion. J’étais peut-être trop sensible ces temps-ci, enfin c’était ce que je m’étais dit. Mais, sans lui demander, j’apprenais moi-même des choses sur ce fameux gardien, et les gardiens en général. Si j’avais bien compris, chacun d’eux avait un pouvoir différent, et lui c’était la soif du savoir, il était donc très sage. Tout devenait clair au fil de son monologue, même si la fin me laissait perplexe. Il avait raison en soit, mais là, je n’étais pas réellement moi, c’était tout bonnement impossible. Puis, pourquoi il appréciait une fille qui est en réalité son inverse, c’était étrange, mais bon. Au moins, son discours m’avait quelque peu rassuré, je n’allais pas mourir ce jour-ci et en plus, j’allais sûrement apprendre des choses. Je commençais à ouvrir ma bouche pour lui poser une question, et le remercier, sauf que la serveuse était arrivée.

« Vous avez choisi ? »

Je réfléchissais à deux fois, un bon repas pour un homme riche, je n’avais jamais goûté à des plats luxueux alors.

« Oui, deux steaks à point, avec frite. »

Bon c’était carrément la honte, c’était ce que je prenais quand j’étais gamine, mais au moins j’étais sûr que c’était bon. Puis, en plus mon invité ne devait pas savoir faire la différence entre les plats, si c’était son premier repas. Je soufflais un moment, je n’étais vraiment pas bonne socialement, et en plus on me rajoutait de la difficulté. Je plongeais donc mes prunelles dans les siennes prête à cette fois-ci lui reprendre le dialogue, mais au moment où j’ouvrais la bouche je fus une nouvelle fois interrompu.

« Quelqu’un a pris en charge votre commande ? »

« Oui… »


« D’accord, bon appétit à vous ! »

Je soufflais plus bruyamment que la dernière fois, posant ma tête, sur mes bras qui était posé sur la table. J’étais toujours aussi malchanceuse, avais-je pensée. Puis, j’avais relevé la tête, pour balancer mon regard de la droite vers la gauche, m’assurant que cette fois-ci personne allait m’interrompre avant de commencer à parler.

« Merci, pour tout ce que tu m’as dit, ça m’a un peu rassuré. Après tu sais, on est un peu les opposés, je sème le mal, et toi tu essaies de le réparer. C’est plutôt ironique dans un sens, qu’on se retrouve à parler calmement autour d’une table. »


Je marquais un temps de pause avant de reprendre, une mine interrogatrice.

« J’aimerais en savoir plus sur les gardiens, et toi… Vous êtes beaucoup, tu citais la balance, il y en a d’autre ? Je suis curieuse désolé… »


Je me décalais un peu, pour laisser la serveuse déposer les assiettes sur la table. Je saisissais immédiatement mes couverts, j’étais tout aussi affamé que lui, alors je ne perdais pas une seconde.

« Bon appétit ! »


À peine ma phrase terminée, j’entamais le steak, et les frites. Je souriais à chaque bouchée, j’adorais manger, beaucoup trop. Je plissais les yeux, continuant à enchaîner les bouchers, accompagnés de petit bruit de satisfaction. Une fois l’assiette finie, je réouvrais mes paupières, divulguant mes yeux étoilés. Je posais mes deux mains sur la table pour me pencher vers le gardien. Mon nez touchait le sien, et je me mettais à parler avec comme une pile électrique.

« Merci pour le repas ! Tu veux aller quelque part, ou tu vas faire quoi maintenant ? »

Je lui souriais, tout c’était finalement bien passé.

Fiche par Sánsa
Revenir en haut Aller en bas
achievements
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Naissance du Nephilim
Page 1 sur 1

Sauter vers: