AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

The birth of a Cyborg | ft. Eos
Top-voteur
avatar
Messages : 88
Date d'inscription : 20/06/2017
Age : 17

Description
Avatar: Shintaro | Kagerou Project
Pouvoir/Hybridité: Chat
Âge: 17
Jeu 2 Nov - 22:20
The birth of a Cyborg.



Un long sommeil, si long, tellement long. Tu étais enfermé dans une coquille obscure, tu cherchais à t’échapper mais c’était impossible. Tu commençais à divaguer, à chercher une simple lumière pour t’éclairer, mais rien, rien de concret, rien de réel. Tu étais mort ? Du moins c’était ce que tu avais pensé. L’après mort était donc si noir, si ennuyante… Tu ne ressentais aucune émotion, tu ne sentais rien, l’entendais rien et ne voyais rien. Qu’étais-tu devenu ? Que fallait-il faire ? C’étaient les questions récurrentes, donc tu n’avais jamais trouvé la réponse.

Mais, sans aucune raison ce monde teinté ébène se brisait. Il se fissurait, puis s’effaçait, comme si tout ceci n’avait jamais existé. Tu sentais de nouveau l’air circuler dans tes poumons, et tu distinguais tes battements de cœur dans ce milieu bruyant. Tout avait changé, ou plutôt tout était redevenu normal. Tu levais progressivement le voile, pour discerner un ensemble flou. Tu percevais les sons, les voix de la même manière, il sonnait comme des grésillements dans ta tête. C’était une horrible impression, tu avais l’impression, d’être là, sans être là. D’ailleurs, tu étais où ? Tu ne le savais pas, et toi-même tu cherchais, le pourquoi du comment.

Puis, les minutes s’écoulaient, et tu commençais à voir des formes se dessiner, et les crépitements était maintenant des mots. Tu tournais ta tête vers la droite, puis vers la gauche. Tu distinguais deux personnes, toutes deux munies de blouse blanche, tu avais compris où tu étais. Tu n’étais donc pas mort, Eos t’avais sûrement sauvé… Quoique Eos ?!! Tu entendais un bruit semblable à un bip qui ne cessais de se répéter. Ça résonnait, ça faisait mal, très mal à ton pauvre esprit.

C’était après une bonne heure, que tu t’étais rétablie complétement. Tu détaillais la pièce, une grande salle, peuplé de multitude de machines, et d’ingénieures en blouse blanche. Des fils étaient reliés partout sur ton corps, et un masque t’aidais à respirer. Bientôt un visage, c’était mis juste devant toi. C’était une infirmière, une très jolie infirmière. Celle-ci souriait, avant de hurler comme une malade.

« Il est réveillé, venez voir ! »

C’était à ce moment-là, ou une dizaine de personnes s’étaient mises à t’entourer, tel des gamins qui découvrais un jouet. Il avait l’air joyeux, même si tu ignorais encore la raison d’une telle excitation, tu étais content pour eux. Cependant, cette joie s’était effacée rapidement, car les dures scènes de la nuit sombre, te revenaient. Tu ne comprenais pas comment tu avais pu survivre, c’était tout bonnement impossible. Ton bras ?!! Tu tournais immédiatement ta tête, et avec stupéfaction, tu voyais que ton bras était en pleine forme. Il n’avait rien, pas une seule égratignure, pas un seul poil, il était lisse et soigneux. Tu avais tout de même l’impression, que quelque chose avait changé, mais tu ne savais dire quoi.

« Laissez-le respirer le pauvre, sortez, sortez tout ! »

Une voix masculine, une voix rauque et froide. Les membres, n’avaient pris que quelques secondes pour s’exécuter, et tu te retrouvais bientôt seul avec cette fameuse personne. Celui-ci t’enlevait, les tuyaux, et les scratchs qui t’empêchais de te relever. Une fois qu’il avait fini, tu te redressais, pour t’asseoir sur le bord du lit, en fixant le sol.

« Tu vas bien Endid ? »

Tu laissais un vide s’installer, avant de répondre perplexe.

« Oui, je vais. Mais qui êtes-vous ? »


Tu avais posé ta question avec une voix fébrile, il fallait dire que ça faisait longtemps que tu n’avais pas parlé. Mais l’homme ne te répondait pas, interrompu par un autre. Les deux hommes échangeaient un dialogue, que tu ne pouvais entendre, car ils chuchotaient. Ils avaient ensuite quitté la salle, te laissant seul assis sur le lit. Ton torse était nu, tout de même décorer par de vilaines cicatrices. Tu soufflais un peu, avant de te rallonger, et de fermer les yeux. Tu espérais qu’Eos s’en était sorti elle, c’était la seule chose à laquelle tu pensais actuellement.


Eos/Endid
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les Revendications d'une Cyborg ! é.è"
» Nouveau projet de Kenji Kamiyama : 009 RE:CYBORG
» FT du cyborg
» Comment faire de beau cyborg ?
» 04. Happy Birthday, Cat.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ariesten :: Ville :: Rues & Ruelles-
Sauter vers: