Définitivement, non. [Nikolaî]
avatar
A terminé sa fiche rapidement
51
01/11/2017
achievements
Humain à don
Ach. 1 : A terminé sa fiche rapidement
Messages : 51

Date d'inscription : 01/11/2017

Jeu 9 Nov - 20:59


Tick tock, says the clock.

Et l'horloge dit pratiquement 21h. C'est tard, bien trop tard pour les honnêtes travailleurs, bien trop tard ! Mais malheureusement, je ne suis pas comme ces autres travailleurs… Ô tristesse que d'être policière et de devoir sortir de chez soi après un bon bain moussant.

À peine le pied posé à terre qu'il atterrit dans une flaque d'eau, je râle un bon coup (pour la énième fois de la soirée) et soupire longuement en dépliant mon parapluie. Cette scène si particulière aux romans noirs me fait rire intérieurement : ce n'est pas un un meurtre sur lequel je vais enquêter, c'est bien moins palpitant pour être sujet à écrire. Sauf pour les journaux. Je me rends simplement sur un casse léger, qui vaut son pesant d'or mais j'ai connu pire.

Je passe devant un clochard que je détaille à peine du coin de l'oeil, j'ai mieux à faire mais je lui jette tout de même une pièce d'or en me disant que peut-être que mon voleur, c'est lui. Et que moi, je lui offre ma générosité quand lui me fait un beau pied-de-nez. Mais tant pis, au fond je me dis que je serais l'héroïne de la soirée si je le coffre après lui avoir offert l'aumône. Pour un mendiant auquel je ne fais pas attention, il reste plutôt bien dans mon esprit me direz-vous, mais je garde toute hypothèse plausible sous le coude, j'observe les environs et j'étudie.


Sans m'arrêter, je file sur la scène de crime et me rend compte qu'un gugusse a déjà les poignets menottés, l'air penaud. Mes narines s'évasent légèrement sous le doute, alors que je l'observe monter dans la voiture au gyrophare bien remarquable. Mes pas me guident immédiatement auprès d'un zigoto en uniforme, je lui présente mon badge et ma question fuse :

- Vous avez déjà le coupable ?
- Oui, il s'était enfermé dans les toilettes du joaillier. Il a rendu tout le butin sans faire de vague et comme vous le voyez, il s'est laissé emporter.

Une nouvelle fois, mon nez se plisse sous l'énervement. L'autre flic doit le sentir car il commence déjà à se montrer penaud. Je le connais et inversement. Il sait, il le sent, il va m'entendre.

- Parfait. Magnifique même ! Vous êtes d'une efficacité sans nom, mon cher. Tellement efficace que vous avez oublié de me prévenir que vous aviez déjà le coupable. Et que donc, j'ai du faire un trajet inutile jusqu'ici alors que j'aurais pu éviter de voir votre face ce soir. Bravo pour votre zèle monsieur l'agent.

Je tourne subitement les talons, ceux-ci résonnant sur l'asphalte et m'en retourne vers ma voiture sans me préoccuper des commentaires sur mon caractère que les autres échangent entre eux. Certains semblent être d'accord avec moi, puisque dans le même cas sauf qu'ils ont préféré se taire et rester. En repassant devant le clochard, ce coup-ci je m'arrête et je le regarde en déclarant tout simplement :

- Dire que j'avais imaginé vous coffrer, mon pauvre. Allez, tenez c'est pour vous, au moins vous m'avez pas fait déplacer pour rien, vous.

Sur ces paroles, je lui redonne une pièce et n'attendant rien de plus, rebrousse chemin vers ma voiture.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
5
03/11/2017
achievements
Terrien
Ach. 1 :
Messages : 5

Date d'inscription : 03/11/2017

Jeu 4 Jan - 22:28


••• Définitivement, non •••

Ca venait de lui tomber sur le coin de la figure, sentiment de paix dévastateur : il venait de tomber amoureux. Malheureux hasard, magnifique cauchemar.

Son regard n’avait lâché le sol boueux qu’un instant, c’est celui-là qu’avait choisit la jeune femme pour lancer une pièce dorée. Bouche bée, il n’arriva même pas à réceptionner le petit bout de métal qui tomba dans la terre sale. Après avoir suivi la magnifique jeune femme des yeux jusqu’à que son ombre disparaisse des pavés humides Nikolaï pris la délicate pièce d’or entre ses doigts malhabiles. Il frotta cette-dernière sur son unique T-shirt “J’aime ma boite” volé il ne savait plus trop où. Il baissa les yeux vers ce dernier et remarqua que son geste avait laissé une trace marron peu gracieuse à l’emplacement du -o. Un long soupir se fit entendre, puis un mince sourire vint pourfendre ses lèvres pâles. Après tout c’était déjà plus réaliste. Nikolaï tenait déjà plus du mec bourré de fin de soirée que du jeune cadre dynamique.

Il passa le quart d’heure à essayer de trouver quel phrase sortir à la muse qui venait d’illuminer sa journée. Malheureusement, toutes les phrases qu’il connaissaient étaient connues à un point tel qu’elles en étaient devenues beauf. “Ton père est un voleur, il a mis toutes les étoiles du monde pour les mettre dans tes yeux.” Ou peut-être alors “Ton père est un terrien ? Car t’es une bombe.” . Rien ne semblait coller. Rien n’était assez bien pour cette femme. Il se contenta alors de ce qu’il savait faire : aligner simplement un sujet un verbe et un complément.
“Bonjour madame, vous êtes magnifique, voulez-vous bien m’accorder un verre ?” A force de lire la carte du café à deux rues de son carton sans pouvoir s’offrir quoique ce soit, Nikolaï avait fini par la connaître par coeur. Il avait exactement de quoi offrir un verre. Lui resterait sans rien boire car il n’en avait pas les moyens, il lui resterait alors à être l’homme le plus charmant que la terre ait connue afin d’avoir une chance de pouvoir rester dans l’esprit de la jeune femme. De manière positive. Avec son physique atypique et sa richesse négative il était facile de se faire remarquer, mais ça n’était pas là quelque chose d’utile.
“Bonjour madame, vous êtes magnifique, voulez-vous bien m’accorder une verre ?” “Bonjour madame, vous êtes magnifique, voulez-vous bien m’accorder un verre ?” Il s’entraîna même à faire une révérence, dans l’espoir de marquer des points.

Il ne restait plus qu’à attendre qu’elle revienne. Et à ne pas dépenser l’unique pièce qu’il avait sur lui. Nikolaï s’assit dos au mur bétonné, son trésor entre ses doigts fins, collé à son coeur. Le coup de foudre l’avait tellement sonné qu’il aurait juré sentir son parfum à travers le bout de métal. L’argent avait l’odeur de Zora.

Il était tellement absorbé par ses rêveries qu’il ne remarqua pas la démarche qu’il avait pourtant admirée quelques temps auparavant. Une voix sévère lui fit lever le nez.

"Dire que j'avais imaginé vous coffrer, mon pauvre. Allez, tenez c'est pour vous, au moins vous m'avez pas fait déplacer pour rien, vous."

Mémoire de sa vie sur terre Nikolaï se leva avec toute la dextérité qui lui était donnée et attrapa la pièce en vol. Il fixa son regard ébène dans les yeux cristallins de la policière et se lança :
Vous êtes un verre voulez vous bien m’accorder un bonjour ?
Un long silence se fit entendre, si la honte n’était pas devenue sa compagne la plus fidèle il se serait arrêté là. Courageux garçon, il se reprit:
Excusez-moi, vous me déstabilisez un peu… Puis-je vous offrir un verre ? Vous êtes magnifique

Il se félicita de son improvisation.
©Eris for Ariesten


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
A terminé sa fiche rapidement
51
01/11/2017
achievements
Humain à don
Ach. 1 : A terminé sa fiche rapidement
Messages : 51

Date d'inscription : 01/11/2017

Mer 17 Jan - 17:06


Derrière moi, j'entends un bruissement, comme une personne qui bouge à vive allure. J'ai peur que ce soit le clodo qui veuille m'attaquer alors je fais volte-face, ma main trouvant la poignée de mon coutelas mais il n'en est rien : il a juste attrapé la pièce que je lui ai lancé pour la seconde fois de la soirée, avec une agilité presque extraordinaire. C'est alors que je le détaille enfin à la lumière blafarde d'un lampadaire non loin de nous. Une légère vague de dégoût me submerge mais je n'en laisse rien paraître. Ce jeune homme n'est pas un canon de beauté, c'est clair mais rien ne m'a préparé à la suite. Son balbutiement emmêlé me laisse conne un moment. Je suis un verre ? C'est une nouvelle technique de drague dont je n'ai pas encore entendu parler ? Quant à savoir si je peux lui accorder un bonjour… J'éclate brièvement de rire, sans mauvaise moquerie mais réellement amusée après la situation de merde que je viens de vivre.

« Bonjour ! Après deux pièces, je pense que je peux bien vous accorder ça !
- Excusez-moi, vous me déstabilisez un peu… Puis-je vous offrir un verre ? Vous êtes magnifique »

Je continue un petit instant de trembler d'hilarité mais il me coupe le sifflet avec sa vraie demande. Du moins je suppose que c'est la vraie. Je n'ai pas l'habitude des compliments. Enfin si, mais j'ignore à chaque fois comment les prendre même si j'ai confiance en moi. Mon rire meurt dans ma gorge et je stoppe tout mouvement l'espace d'une seconde, avec pour seule preuve de vie le rouge qui atteint mes joues. Il n'est pas beau mais il est franc et culotté ce petit, ça contrebalance, j'aime ça.

« Je… Eh bien, je suppose que oui ? Mais ce serait bête de dépenser ce que je vous ai donné pour m'offrir quelque chose non ? Enfin c'est pour vous que je dis ça hein et s'il y a que ça, c'est moi qui vous invite. »

J'entrevois déjà sa réaction mais je préfère le laisser réagir, plutôt que de lui forcer la main. Je ne peux décemment pas le laisser me payer un verre alors qu'il est vraisemblablement sans le sou. Sauf ce que je viens de lui donner.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
achievements
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Définitivement, non. [Nikolaî]
Page 1 sur 1

Sauter vers: