Pardon pour le sang sur le parquet - Kristian
avatar
3
10/11/2017
achievements
Dérivé
Ach. 1 :
Messages : 3

Date d'inscription : 10/11/2017

Mar 14 Nov - 2:29


Est-ce que c'était l'éclairage qui faiblissait ou c'était sa vision qui commençait à lui faire défaut ? Depuis combien de temps il marchait au juste ? Il ne savait plus, il avait du mal à garder son esprit connecter sur un but précis, celui de survivre.

Ils ne l'avaient pas ratté cette fois. Ils s'étaient assurer qu'il ne pourrait pas fuir par la voie des airs, que même s'il se transformait, il ne pourrait pas grand chose de plus contre eux. Il avait été surpris au tournant d'une ruelle en retournant chez lui. Ils lui étaient tombés dessus comme un prédateur sur sa proie, sans que celle-ci ne se doute de quoique ce soit et ne puisse fuir ou se défendre. Il devait sa survie au bruit d'une auto-patrouille qui passait près d'où ils se trouvaient, si non, il ne serait pas là à déambuler dans les rues de la ville comme un zombie en se tenant les côtes, un filet de sang au coin des lèvres.

Quelle rue prendre déjà ? Celle-ci ou la prochaine ? Est-ce que c'était lui, ou il faisait de plus en plus froid... et la rue s'allongeait de plus en plus ? Mais ou était se foutu cabinet de merde ?! Il ne savait même plus où il était lui-même par moment. Comme si son cerveau se déconectait pendant un court moment, avant de revenir subitement et de se redéconnecté, pareil à une ampoule sur le point de griller. Vous savez, celle qui s'éteint, clignote, s'allume, clignote... et ainsi de suite pendant des longues minutes, voir de longues heures. S'agripant à un mur, le dragon ferma les yeux pour reprendre son souffle quelques  minutes, essayant de remettre de l'ordre dans ses idées. Heureusement pour lui, les rues étaient passablement désertes à cette heure.

Encore un effort... et il y serait... Ce qu'il aurait donner pour une clope sur le moment. Mais ces connards s'étaient tirés avec son paquet... ironiquement ils lui avaient laissé son téléphone, mais avec la chute et les coups qu'il s'était pris, Axel doutait fort que l'apareil fonctionne encore... puis fouiller dans sa poche lui demanderait un effort suplémentaire et une dépense d'énergie qu'il ne pouvait se permettre. Soupirant et s'examinant brievement, il grimaça en constatant que ses vêtements étaient imbibés de sang et que sa blessure ne semblait pas vouloir coaguler de si tôt. Il avait tellement le chic pour se foutre dans la merde... une vraie vocation.

Dans un élan de... d'on ne sait trop quoi, l'hybride s'éloigna du mur en chancelant longeant celui-ci pour prendre la première rue qu'il croisait, espérant que cette fois ce serait la bonne. Quelque part il devait bien y avoir un dieu, puisque devant les yeux vitreux du dragon se dressait une bâtisse de brique aux portes vitrées... et les lumières y étaient toujours allumées. Il y avait toujours quelqu'un à l'intérieur. Avec de la chance, ce serait celui qu'il voulait voir... avec un peu moins de chance ce serait l'employé de l'entretient et il devrait le menacer pour qu'il appelle le propriétaire des lieux. Au bord du gouffre, Axel fit un dernier effort et s'approcha du bâtiment, posant sa main sur la poignée de la porte pour l'ouvrir. Verrouillée. Bien sur. Un long soupire échappa au jeune homme qui chercha une solution autre que briser la fenêtre ou que frapper dans la porte et attirer l'attention... Il allait abandonner quand il vit du mouvement de l'autre coté de la porte et eu tout juste le temps de se camoufler dans la noirceur alors que la secrétaire des lieux quittait le travail. d'un geste fluide... ou pas si fluide, Axel mit son pied devant la porte juste avant qu'elle ne se referme et attendit que la bonne femme disparaisse pour entrer dans le cabinet, manquant de s'étaler sur le sol de la salle d'attente.

Planté là sous l'éclairage au neon, il devait faire peur à voir avec son teint cireux, son regard vitreux et ses vêtements poisseux, imbibés de son propre sang. Il s'arrêta un moment pour reprendre son souffle, tentant de se calmer pour que la salle cesse de tanguer autour de lui.

- Bordel...

Un murmure et un long soupire lui échapèrent. Il fit un pas, puis un autre avant de se prendre le pied dans une chaise et de la renverser dans un vacarme épouventable. Par chance... miracle ou peut importe la cause, il était toujours debout, ayant réussit à se rattraper contre une poutre. Le dos contre celle-ci, il se sentit défaillir, ses genoux faiblissant sous lui avec le reste de son état suivant la pente descendante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
7
02/11/2017
achievements
Dérivé
Ach. 1 :
Messages : 7

Date d'inscription : 02/11/2017

Dim 19 Nov - 4:00


Pardon pour le sang sur le parquet.


Un an était passé. Un an qu’il ne travaillait plus aux urgences. Un an qu’il avait repris le cabinet de ses parents. Un an qu’il s’ennuyait. Un an que l’adrénaline ne le parcourait plus face à la gravité d’un cas. Oh, il aimait toujours ce qu’il faisait. Il aimait aider, soigner les gens. Il se sentait fier de lui dès qu’il obtenait des remerciements. Cependant, ce n’était plus le même rythme de vie. Il n’avait plus de gardes. Il gérait ses horaires comme il le désirait. Il pouvait partir en vacances ou prendre un jour de congé comme il le sentait. Sa vie était devenue tranquille. Il avait sa petite réputation, les grands mère et les jeunes mamans l’aimaient bien. Combien de fois il avait eu le droit à une petite réduction sur ses courses car il avait pris soin du mari d’une telle? D’un oncle d’un tel? Il appréciait cela, il adorait et en profitait mais il manquait quelque chose.

Ses parents en avaient profité pour lui dire que ca serait bien le moment de se caser. Que les relations éphémères devait devenir une histoire du passé. Ils voulaient le voir s’installer dans une maison, avoir quelqu’un à ses côtés jusqu’à ses vieux jours. Puis s’il pouvait avoir des enfants aussi. Oh, ils savaient bien qu’il aimait les queues. Mais bon, l’adoption ça existait! Puis il pouvait aussi acheter une petite pilule non? Kristian avait juste souri sans rien répondre. Ils le fatiguaient. Kristian remonta ses lunettes -il avait remarqué que sa vision baissait légèrement depuis quelques mois. Un autre signe du temps qui passe. Il n’y a pas encore si longtemps il buvait dans des fontaines de bière en mini short avant de se trouver un amant d’un soir. Ca lui semblait bien loin maintenant. Il passa une main dans ses longues mèches blanches en poussant un gros soupir. Son dernier patient était parti depuis une bonne heure. Cependant, sa journée n’était pas finie. Il voulait régler les frais du cabinet.

La secrétaire le salua du haut de ses talons. Frédérique était une femme d’âge avancée mais elle restait belle et digne. L’hermine l’appréciait car elle était efficace et connaissait son boulot. Elle savait gérer certains patients qui devenaient agressifs et classait les dossiers comme personne! Avec elle tout était en ordre, rien ne manquait jamais. Il lui fit un petit signe de la main, lui souhaitant de passer un bon week end avec son mari. Il se retrouvait seul. Il poussa un autre soupir, et recula, faisant tourner son fauteuil. Il en avait assez, il pourrait bien finir la prochaine fois. Pour une fois qu’il préférait ne rien faire à travailler. C’est à ce moment qu’il entendit une voix dans la salle d’attente. Puis il y eut un gros fracas. Il fronça ses sourcils et se leva. Etait-ce la secrétaire? “Frédérique c’est toi? “ Demanda-t-il en s’approchant de la porte, l’ouvrant vivement. il espérait que ce n’était pas un camé en manque qui venait cambrioler son cabinet. Cela était déjà arrivé à un collègue à ses parents.

Ce n’était pas un camé qui avait causé le raffut. Maintenant, il aurait préféré. Non, à la place il y avait un homme ensanglanté. Homme qui n’allait pas tarder à s’effondrer à ses pieds. Kristian ne prit pas la peine de réfléchir. Il était déjà sur lui, une main sur son épaule, une autre sur sa joue pour lui relever la tête. Il croisa un regard connu. C’était il y a quelques années maintenant. Un regard défiant. Un regard avec des éclairs. Il ne fit aucun commentaire, à la place il reprit son costume de médecin urgentiste. ”ne t’évanouis pas.”. Sa voix claqua impérative alors qu’il se plaçait de manière à supporter l’inconnu pas si méconnu que ça. Il l’aida à se déplacer jusqu’à son bureau et l’installa sur le lit d’examen. Il le détailla de son regard alors que ses mains le déshabillaient pour voir les dégâts.

L’homme n’avait pas dû passer un bon moment. Il y avait de multiples hématomes, quelques plaies dont une qui attira de suite son attention. La majorité du sang provenait de celle ci. Il attrapa quelques comprennes qu’il posa dessus et posa la main de l’homme pour qu’il comprime. “Appuie fort.” Ordonna-t-il pendant qu’il prenait son matériel.  Matériel un peu trop restreint. Il regrettait vraiment le service des urgences. Il se lava les mains méthodiquement, après avoir préparé le matériel nécessaire pour nettoyer, panser les plaies les moins graves, mais aussi pour suturer la plus grande. Ca n’allait pas être agréable. Et, l’autre devrait sûrement passé à l’hôpital pour passer une radio. “Tu vas répondre à quelques questions. Est ce que tu me peux me dire la date d’aujourd’hui et l’heure? “. une fois les mains désinfectées, il mit une paire de gants. ” Et je veux que tu me racontes comment tu as pu finir dans cet état.”. Il ne posait pas cette question par curiosité. Il se doutait que cela pourrait peut être lui attirer des emmerdes. Non, il la posait par nécessité. Il voulait vérifier que l’autre n’avait pas de signes d’une commotion cérébrale. “Tiens toi droit, je vais devoir recoudre.”. Il avait continué toujours sur le même ton impératif. Il refuserait toutes les contestations. A vrai dire, il se montrait implacable. Se l’autre hybride ne se montrait pas coopératif, il n’hésiterait pas à arrêter. Il n’aurait qu’à aller aux urgences. Il attrapa la seringue qu’il avait rempli d’un anesthésique local. “PAs d’allergie particulière?” Demanda-t-il avant de piquer. Il n’avait aucune envie de se retrouver avec un choc anaphylactique. Il regarda le dragon dans les yeux, il le connaissait. Ce regard, ce visage, mais le nom lui échappait actuellement. Il fronça ses sourcils, ses souvenirs étaient assez vieux. Et ces souvenirs n’étaient pas forcément les plus agréables. Loin de là même, pourquoi avait-il prié pour que quelque chose arrive déjà?

ft. Axel ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pardon pour le sang sur le parquet - Kristian
Page 1 sur 1

Sauter vers: