Don't bring back your past [ft Maël]
avatar
Coeur sur la main
95
09/11/2017
21
achievements
Rang Staff
Ach. 1 : Coeur sur la main
Messages : 95

Date d'inscription : 09/11/2017

Age : 21

Lun 27 Nov - 0:54


Don't bring back your past [ft Maël]

« There is some black fire somewhere...»



  Le temps ronge les sentiments, il souffle et les envoie valser d’une bourrasque. Le cœur se perd, l’éclat se voile, il le sent comme une étreinte qui cherche à le briser. Toute une vie pour se construire avant d’être balayée du revers de la main par le caprice du destin, il en foutrait des claques s’il venait à se présenter à sa porte en personne. Mais au lieu de cela, les démons se jouaient de lui, valsant dans son esprit comme une sentence qu’il n’avait jamais mérité, hanté, les deux orbes faits par le bleu des océans pouvaient s’ouvrir. À peine les paupières s’entrouvraient , l’agonie lui hurlait sa rage, entravé par sa propre tristesse, il avait vu cet homme rentrer dans sa vie à coup de burin, l’ensorceler jusqu’à ce qu’il s’imprègne de lui, que son souffle devienne le sien, qu’il en devienne dépendant et qu’à la fin, égoïstement on lui retire tout ce qu’il avait mis si longtemps à construire.

La vie se moquait de lui, ouvertement, il n’était qu’une farce, le clown qui se trémoussait au bon vouloir de sa destinée. Elle se jouait de lui, et contraint, lui-même à n’être qu’une cible. Quel triste tableau pouvait-il dorénavant offrir, le visage rongé par la détresse, il était maintenant seul. Neil vivait, se gorgeant de la détresse que ses ténèbres provoquaient, il se laissait corrompre par le malheur qu’il engendrait. Pauvre âme égarée, il était le funambule unijambiste qui peinait à rester suspendu dans le vide. Il s’accrochait à ses souvenirs, il ne voulait qu’ils s’altèrent, il voulait encore se perdre dans ce bonheur factice qu’on avait pu lui offrir un court instant. Quand bien même sa poitrine hurlait au désespoir. Son souffle s’égara dans l’air froid du temps, belle ironie du sort de ne pouvoir s’en plaindre.
Le spectre voulait connaître cette morsure du froid, il parvenait parfois à se souvenir du bruit des dents qui s’entrechoquaient, mais sa poitrine lui criait que ce n’était que des foutaises. Qu’avait-il à ce jour comme preuve, ses souvenirs n’étaient peut être qu’aussi factice que cette vie qu’il menait.

Neil était fatigué, le poids du monde se mourrait sur ses épaules. Il était si las de ne pouvoir déguster la vie à son juste prix. Ses doigts effleuraient le temps comme lui ne pourrait ne pourrait jamais s’étendre sur l’amour qui commençait à le ronger. Alors il se laissait aller aux ténèbres qui n’étaient les siens. Chaque pas était un pas de plus vers son avenir abyssal, il guettait un avenir qui ne serait les siens et s’étonnait même à revenir sur son commencement, se navrant à s’imaginer retourner sur Terre. Puis son poids s'effondrait dans la fourrure humide du sol, et enfin perdait son temps à contempler le ciel lorsqu’il revêtait son manteau parsemé d’étoiles.

Le terrien cessa de se morfondre, puis sortit de sa forêt pour enfin embrasser le monde qui s’ouvrait à lui d’un pas sombre.  Il laissait ses songes s'égarer, fuyait ce monde qui n’était le sien que par le dur labeur qu’il avait fourni. Si bien que dorénavant il préférait laisser place à la mélodie silencieuse de la nuit. Le souffle glacé de la brise ébouriffa ses mèches brunes mais ne se laissa corrompre par le froid. Neil était en proie de ses doutes. Rêvait-il vraiment d’un monde idyllique qu’il aurait forgé à son image, ou bien préférait-il retomber dans l’enfer terrien où il était encore entouré par la bienveillance et ses espoirs fous qu’un jour Ying puisse entendre ses prières. Le fil de ses pensées l’amusèrent car finalement, il avait échoué à la place habituelle qu’il occupait ces derniers temps. Neil égaya sa nuit d’un regard farouche vers la lune, de larges flammes noires dévorant son corps jusqu'à le consumer dans une prison ténébreuse, fredonnantà qui voulait l'entendre les méfaits de sa vie.

 


_________________





 
flap  Yeaaah
If I lay here. If I just lay here. Would you lie with me.
And just forget the world ? By the way, I whisper in #00ccff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
a fini sa fiche rapidement
85
20/11/2017
20
achievements
Ach. 1 : a fini sa fiche rapidement
Messages : 85

Date d'inscription : 20/11/2017

Age : 20

Mer 29 Nov - 14:44


Don't bring back your past

neil & maël

Le ciel s'assombrit laissant place une atmosphère dense dominante, la pénombre ne faisait plus qu'un avec la lune qui éclairer ce monde plonger dans l'obscurité qui n'était autre qu'Ariesten. La mer agité, les vagues fracassant les parois des falaises, le vent cogner en harmonie dans un rythme synchronisé laissant discerner un son bruyant.

Aux abords de l'île se trouve un village qui sommeille paisiblement dans les bras de Morphée sans se soucier du danger qui rôde autour des environs. La menace n'étant autre que ce garçon à la chevelure hérissée, en haut de cette falaise, son regard balaye le paysage noirci dans les ténèbres.
La tentation lui monter à la cervelle, l'envie d'assassiner quelqu'un était bien trop forte, ses yeux prirent une teinte beaucoup plus foncer, s'accordant à l'ambiance et son regard était devenu sanglant.
Cette douce mélodie qu'est le silence apaiser ses oreilles, l'assassin s'avance à pas de loup en pénétrant dans la zone où se trouvait la civilisation, non loin il distingue une cible humaine toute seule, un regard suffit à appeler sa soif de sang qui jaillit. Et sans hésiter ce fut un meurtre cruel, la tête décapitée. À présent satisfait son corps tout entier frémissait, le liquide écarlate s'ancrer sur son polo.

Rassasié, un sourire se dessine sur sa bouille machiavélique, d'un élan, il jeta le membre découper dans l'océan laissant alors le cadavre se décomposer avec le temps.
Les ténèbres le ronger à en devenir dangereux, ses pulsions continuées de contrôler son corps et son pou ne cessaient de s'accélérer.
Il marchait dangereusement à l'affût d'une nouvelle proie, celle-ci n'étant point suffisante pour satisfaire ses désirs mais il ignorait au fond qu'il était en train de redevenir l'assassin sanguinaire qu'il était, son regard était le même. Terrifiant. Menaçant.

Le louveteau solitaire continua sa démarche, le guidant vers un autre chemin qui le faisait sortir de la plage, toujours autant assoiffé, mais il reprit ses esprits et se rendit compte qu'il est devenu fou. Ses lèvres s'entrouvent laissant place à un soupir, la buée lâchée s'estompe dans le climat froid.
Il pensa de nouveau à son enfance, c'est devenu un passe-temps d'être assassin, mais il s'ennuyait car ses victimes n'étaient pas à la hauteur de ses attentes. Il n'avait encore jamais rencontré quelqu'un de plus fort que lui.
L'atmosphère resta toujours aussi pesante, le ciel étoilé arrivait à peine à resplendir sous les nuages qui passèrent un par un devant l'astre lunaire.

L'enfant ressenti une présence au loin qu'il n'avait jamais connue auparavant, elle n'était pas familière mais ce qu'elle dégager ne le laisser pas indifférent. Elle était ténébreuse, comme si l'âme entière était consumée par la peur et les ténèbres, il n'arrivait pas à décrire ce qu'il ressentait précisément. Cependant, il continua d'avancer en restant sur ses gardes face à l'inconnu en question, la curiosité prenant un peu trop le dessus.
Une soudaine bourrasque de vent vient emmêler ses cheveux, par réflexe il se protéger à l'aide ses deux bras avant de jeter un œil sur les alentours.

Cette aura est puissante.



Maël garda un air méfiant et plongea ses deux mains dans les poches de son short, les sourcils froncés il observa autour de lui afin de trouver l'étranger qui rôder autour.
Maël se sentait fatiguée, il avait passé sa journée à nourrir sa deuxième personnalité il ne se préoccupait plus de lui-même, plus du gentil garçon qu'il est, car il est mort de l'intérieur.
Il s'arrêta de marcher en levant le regard sur le ciel, la lune était sublime à admirer, sa peau refléter avec les faisceaux lumineux et son regard rester scotcher sur ce magnifique panorama.
Les questions ne cessaient de hanter son esprit, il se questionnait encore et encore sur et ça c'est depuis qu'il s'est réveillé.

DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Coeur sur la main
95
09/11/2017
21
achievements
Rang Staff
Ach. 1 : Coeur sur la main
Messages : 95

Date d'inscription : 09/11/2017

Age : 21

Mer 29 Nov - 23:03


Don't bring back your past [ft Maël]

« My time is the whisper of the night...»



 Lentement, son souffle s’égara en quelques volutes blanches. Sa silhouette se démarqua bientôt lorsque le vent balaya les dernières trace de brumée. Au lieu de ça, la nuit se dessina sous quelques coups de pinceau à l’encre noire. Le firmament déployait enfin son plus beau des cadeaux. Les astres fragmentés n’avaient perdu aucunement sa beauté, même à travers les mondes. Lune morte, il n’y avait que les étoiles pour répondre à ses attentes. Dans l’immensité de cet océan sombre, elles offraient un spectacle gracieux. Civilisation reposante, il sentait sa poitrine s’apaiser ? Habituellement si froid sa peau de glace s’était détendue, quelque part, cette solitude le plongeait un peu hors du temps durant lequel ses pensées étaient enfin libres.
Cet endroit, le même triste dessein semblait s’être imbriqué pour le mener dans une valse tumultueuse d’un destin trompeur. L’asphyxie draina l’air  de ses poumons et obstrua sa gorge dans une agonie longue et douloureuse. Elles lui avaient laissé la place juste pour mieux refermer leur étau. Enfermé dans un rôle qu’on lui imposait, Neil avait perdu espoir, l’avenir ne pouvait lui être prometteur, déjà forgé dans une histoire douloureuse, il espérait qu’enfin on pourrait lui laisser un peu de répit. Au lieu de ça, juste armé de sa conscience meurtrie, il avait été lâché au milieu de monstres. Décor digne d’une scène d’horreur, le sang avait déjà maculé ses doigts, dans lequel un reflet cauchemardesque le hantait. Au lieu de cela, il reproduisait un geste humain que lui n’avait plus. Perdu à contempler le monde qui un jour retrouverait sa superbe.  Dans sa bulle d’ombre, il se demanda ce qu’il viendrait si seulement l’éclat écarlate du sang venait recouvrir les terres vierges d’Ariesten.  Ses yeux brillaient comme des lanternes dans ce noir absolu, ses espoirs volaient en éclats comme si rien ne pourrait jamais se réaliser. Ses pensées voguèrent jusqu’à la déception. Ses yeux s’étaient clos, instant qui éclaira à nouveau le monde d’une lumière sublime de la nuit. Bercé par la douce lueur, il se demandait encore ce que ça faisait de pouvoir trouver le sommeil, au lieu de cela, il passait ses nuits à contempler un monde voué à sa perte.

Le silence apaisait un peu son âme de souffrance tout autant qu’il le torturait de murmures de glace, l’angoisse de la nostalgie frayait son chemin, déroutant son esprit fragile. Il se trouvait pris dans l’engrenage qui tourmentait sa quiétude. Il voulait ouvrir les yeux pleinement et contempler le firmament qui ne faisait que se rire de lui. À la place, il n’aurait été que plongé dans les abysses de son pouvoir.  Ce pouvoir… Il lui était si peu utile, il n’était plus qu’un tourment tel que lui avait été tourmenté. Tourmenté ? Par quels moyens ?  Il ne se souvenait plus. Ses souvenirs étaient rongés par le temps, ne laissant que quelques événements flous sur lesquels il ne pouvait poser un mot. Une époque.
Plus que sa vie, ce pouvoir dévorait sa mémoire. Son nom ? Neil. Il s’en souvenait.  Déroutant, ce n’était que des événements partiels qui menaient la cadence de sa vie pour qu’il finisse peu à peu par s’en réchapper. Pourquoi cloître son passé derrière des barrières ? Juste ainsi il pouvait également oublier la douleur qui le rongeait jusqu’à la moelle. Que ferait-il bien à la fin ? Son souffle. Souffle factice s’égara dans la volupté du ciel, perdant la notion du temps, il ne manqua pas l’avènement.

Ses pas étaient gracieux, se mourant dans le silence si bien que lui-même peinait à entendre la valse de ses pas. Il se lassait de jouer, de faire chanter ces imbéciles sur une note stridente. En ce jour, il ne se donnerait pas la peine d’accompagner son orchestre d’un nouvel intrus. Que craignait-il de toute façon ? Même une bourrasque n’aurait eu plus d’effet que de se couper avec une feuille de papier. De même que Neil n’était qu’un danger par sa parole. Mais il se fatiguait à parler, à espérer. Alors ce soir, il permettrait à un autre langage d’hypnotiser son visiteur. On ne connaissait de son pouvoir uniquement la noirceur et la désolation. Pourtant le spectre pouvoir bien l’animer d’un éclat plus tendre. À peine les deux billes bleues entrouvertes, un nuage sombre enveloppa ses doigts puis dans sa valse deux corps se dessinèrent en des silhouettes dansantes. Le terrien oubliait que la terreur n’était pas le seul outil de son pouvoir, la construction des rêves en faisait tout aussi bien partie. Enfin, la voix douce brisa le silence.

« Vas-tu rester caché longtemps ? Je doute que les gens apprécient généralement de se faire épier de la sorte. »


 


_________________





 
flap  Yeaaah
If I lay here. If I just lay here. Would you lie with me.
And just forget the world ? By the way, I whisper in #00ccff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
a fini sa fiche rapidement
85
20/11/2017
20
achievements
Ach. 1 : a fini sa fiche rapidement
Messages : 85

Date d'inscription : 20/11/2017

Age : 20

Mar 5 Déc - 19:32


Don't bring back your past

neil & maël

Le paysage absorbé par l'obscurité fut éclairci, les nuages se séparer de l'astre solaire qui resplendissait au-dessus d'Ariesten, les plaines autrefois assombries se distinguer mieux de loin à présent. Le calme était toujours dominant dans cette atmosphère rude et dense de cette immense forêt non loin de la mer, le jeune garçon resta cependant indifférent mais toujours curieux de cette entité qui se promenait autour.
C'est comme s'il ressentait un cœur bouffi, une âme consommer et qui ne rester plus qu'une présence fantôme qui hantait les lieux, rien que cette pensée lui donner des frissons, mais il ne voulait pas juger pour le moment et préférait attendre de voir l'inconnu se manifester.
Cependant, il décide de reprendre sa démarche toujours en étant sur ses gardes au cas ou où le danger survient à tout moment, sait-on jamais se disait-il.

Son regard fixait la terre, ses pensées n'abandonner pas, repensant encore une fois à la dure enfance à laquelle il a subi. Il aurait aimé ne jamais avoir connu sa famille, toutes les fois où il a fini séquestré et torturé, naïf et innocent, sa deuxième personnalité faisait de lui un enfant sanguinaire.
Mais il ne se rendait pas compte de ce qu'il subissait et c'est bien après que la situation a pris un autre tournent. Et malgré qu'il s'est séparé de sa famille, il était toujours sous l'emprise et ses pulsions lui pourrit la vie, il avait du mal à assumer. Et ça lui servait de défense, il était déjà assez fort physiquement pour battre n'importe qui, cependant il n'a encore jamais fait face à un ennemie beaucoup plus redoutable, il aimerait pour se sentir encore plus... Vivant, selon lui.

Le louveteau s'avance main dans les poches, son pied frappant contre un caillou avant d'arriver près d'un petit étang qui se laisser emporter par un ruisseau, il s'abaisse venant plonger une de ces pattes dans l'eau froide, son visage se dessiner sur le reflet du flot mais une vision horrible troubla sa vue le faisant sursauter de peur, il avait aperçu sa propre personne représentée avec du sang partout, des boyaux sur sa main gauche et son autre main se reposer un cœur.
L'une d'elles poser contre son front, il se questionna, était-il en train de devenir fou ? C'est ce qu'il se demandait sérieusement, ses journées ne se résumer que meurtre sur meurtre, et plus ça allait plus il commence à avoir du mal à s'assumer entièrement.
Sa main trembla, mais avec beaucoup de courage il oublia rapidement ce qu'il venait de voir, il resta assis sur l'herbe en pensant longuement à autre chose et son regard se repose de nouveau sur le ruisseau, les ruissellements l'apaiser, il arrivait un peu mieux à se calmer en écoutant l'ambiance calme et reposante de l'endroit où il se reposait. Maël était perdue, par dans le sens où il ne trouvait plus son chemin, mais il ne savait pas qui il était réellement et sur quels chemins sont avenir est tracer.

L'enfant se sentait décomposé et différent des autres, briser, son cœur battait mais lentement, au fond de lui il cachait une grande peine qu'il ne montrait à personne. Ses bras entourés ses deux petites jambes mises à nu et il reposa son menton contre ses deux genoux, on pouvait voir dans son regard bleu océan qu'il était vide, il ne savait plus qui il était réellement, sur quels chemins se mettre. Est-ce qu'il était réellement destiné à devenir un assassin sans cœur ou une personne qui lutte contre ses pulsions ?
C'était sans réponse, tout reposer sur lui mais il ne voulait plus y penser, parce que cette présence inconnue se rapprocher de plus en plus, il redressa sa tête en restant sur ses arrières en se relevant avec discrétion dans le seul but de trouver l'humain.
Maël garda la même expression du visage, sourcil froncé il entendit une voix au loin qui ne lui semblait toujours pas similaire, mais cette aura que l'étranger dégage était malsaine. Il n'en avait pas peur, d'un ton calme et sans crainte il répondit.

Je ne me cache pas.



Curieux, il reprend sa marche en espérant tomber sur l'inconnu, à quelques mètres prêts, il trouva un jeune homme plus grand que lui, sa présence était semblable à l'aura qu'il perçut depuis le début. C'était lui, son regard perçant se repose sur l'homme mystérieux, plus aucun mot n'échappe de sa bouche, il attendait simplement qu'il prenne la parole.

DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Coeur sur la main
95
09/11/2017
21
achievements
Rang Staff
Ach. 1 : Coeur sur la main
Messages : 95

Date d'inscription : 09/11/2017

Age : 21

Jeu 7 Déc - 16:56


Don't bring back your past [ft Maël]

« Do you believe in your own trick ?»



Quelle raison s’égarer dans les ténèbres lorsque ceux-ci d’eux s’emploient à renaître au milieu du monde. L’astre dévoré par les nuages sombres s’égayait de quelques hululements sardoniques des êtres qui peuplaient encore savamment cette terre sacrée.  Le corps toujours posé au centre des herbes qui chatouillaient son visage, le terrien ne s’animait que de ces quelques flammes brunes. Il aimait parfois se dire que ce peuple se laisserait corrompre par la voix grinçante de son univers morne. À la place, il préférait se rire d’une quelconque blague, se doutant sans mal que ses fins n’étaient qu’un rêve inaccessible.  Il doutait encore parfois. Son ascension était-elle un message ou une vengeance ? Qui devait-il croire ? Que devait-il espéré ? Si ce n’est qu’il n’était pris de ses abysses que parce qu’il était lui-même le mal incarné. L’était-il ? Lentement, il secoua la tête, ses mèches brunes caressant ses joues.  Espoirs brisés. Son soupir s’éleva dans l’air. Se riait-on de lui parfois ? Car sa vie se trouvait être une succession de malheur qui n’osait s’écrier qu’il pourrait encore s’écouler des années sans vaincre cette malédiction qui exploser en fond dans sa poitrine inexistante. Il fut même un temps, Neil connaissait la peur, mais au-delà de ça, il vivait pleinement. Enfermé dans une bulle hors du temps, il ne savait pas qu’une chute pouvait être aussi douloureuse.  Une fois le mécanisme enclenché, il avait été incapable d’y déceler le moindre indice. Sa poitrine avait presque explosée sous le choc, mais ce jour-là, plus que jamais il avait presque eu la sensation que celui-ci s’effondrait, le détruisait. Il avait eu l’impression de suffoquer, étranglé par un sanglot de rage et de désespoir, c’était son âme qui s’était brisée ce jour-là.  C’était tout comme un poids d’abandon qui avait soudainement pesé sur ses épaules. Puis laissa se prendre dans le décor douloureux de son regard d’azur auquel le vide y prenait une place qu’il ne saurait combler.

Finalement son attention délaissa le ciel dévoré par les étincelles de vie, et le terrien pencha la tête avec attention vers l’enfant martyr. Celui-ci attisait sa curiosité, la laissant croître de son incompréhension. Dans ses quelques haillons, ce petit avait bien des choses à lui dévoiler. Mais pour quelle raison en viendrait-il à briser l’innocence pure. Le malheureux ruisselait de l’eau claire qui avait entaché son visage poupon. Pourquoi s’évertuait-il à se perdre dans ses sarcasmes, ce petit n’était pas apte d’adhéré à son idéologie folle. Si bien qu’il laissa tomber le masque de glace, forgé par le temps flamboyant de ces guerres qu’il n’avait pu oublier.

« Sais-tu que ce monde s’abrite du regard envieux de quelques monstres voilé par l’ombre ? »

Ses lèvres se délièrent d’un flot complexe. Qu’espérait-il tirer d’un enfant au cœur lourd ? Ses paupières closes croisèrent le regard de l’enfant. Il cacha bien sa surprise de lire tant de choses derrière le voile de la jeunesse. Ne dis-t-on pas du regard qu’il est le miroir de l’âme ? Si bien et trop bien que celui du spectre en était indescriptible. Mais il ne se cacha pas de mettre à découvert les démons qui semblaient tourmenter le bleu du jeune albinos. Il dévoilait ses craintes alors que celles du terrien restaient un mystère au cœur de tous. La pureté enfantine, allait-elle lui dévoiler autre chose que la corruption et la folie humaine que les dieux avaient engendrée sur cette planète dans l’espoir de mener leur petit jeu dans une valse sanglante durant laquelle chaque personne n’était qu’un pion savamment disposé sur un échiquier immense. Neil garda les yeux clos, il n’était le monstre des ténèbres pour tous. Lui non plus n’aurait pas voulu que l’on brise son humanité pour n’en sortir qu’un monstre sans cœur. Le jeune brun se redressa pour s’asseoir et aborder une position plus confortable propice à la discussion. Il tendit une main vers l’enfant, étirant ses lèvres d’un sourire doux.

« Approche-toi, je ne serai pas ton cauchemar cette nuit. »

À quoi bon être un monstre avec ceux qui ne le méritaient pas toujours. Neil était sincère, et bien que cela aurait pu paraître suspect, il n’avait aucune mauvaise intention cachée derrière ses lèvres qui étiraient son visage. Il attendit que celui-ci approche et en même temps reprit.

« Quel est ton nom ? »

Il s’arrêta quelques secondes.

« Pardonne-moi, j’aurais dû me présenter avant je pense. Je m’appelle Neil. »
 


_________________





 
flap  Yeaaah
If I lay here. If I just lay here. Would you lie with me.
And just forget the world ? By the way, I whisper in #00ccff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
a fini sa fiche rapidement
85
20/11/2017
20
achievements
Ach. 1 : a fini sa fiche rapidement
Messages : 85

Date d'inscription : 20/11/2017

Age : 20

Dim 10 Déc - 17:28


Don't bring back your past

neil & maël

Les ténèbres s'emparer de son corps, de ses forces, de son âme, de ses émotions, sous l'emprise d'une chaîne incassable, qui parviendra à les briser pour couper ce lien qui le transforme en monstre assoiffer de sang. Et cette chose abriter dans sa poitrine qui le fait sentir vivant quand il ôte la vie d'autrui, il était le pire assassin que l'on puisse croiser sur son chemin, mais personne ne sait qu'au fond ce n'est qu'un pauvre chaton qui demande de l'affection. Qu'on l'aide à se sortir de cette emprise si puissante, il voudrait se rendre utile... Ne pas assassiner des innocents, mais à ceux qui font du mal à ses proches et encore, qui se soucient de la santé mentale de ce pauvre garçon imbiber de péché cruel.

Rien ne se distinguer sur son visage, pas un seul appel à l'aide ne sort de ses lèvres parce qu'il en était incapable, mieux vaux que les choses se fassent naturellement selon lui, même si un jour il se demandait si un miracle allait se produire... Seulement, il a perdu espoir mais là n'est pas sa priorité, son chemin il veut le connaître... Non pas celui du supermarché pour aller s'acheter de la gourmandise mais, pourquoi il a été créer ? Pour tuer ? Est-ce réellement son destin qui a été diriger sur le bout des doigts ? Alors qu'il a absolument tout fait, tout pour essayer de s'enfuir de son emprise.
Ce n'est encore qu'un garçon, hélas, surmonter l'adversité à son âge était insurmontable et ce malgré son mental d'acier, mais quand était-il de sa bonne humeur, sa joie de vivre.Une remise en question et ça, c'était sans fin.
Loin de la lumière, proche de l'ombre, il se nourrissait de la vie des autres.

Il pensait être détruit, qu'on lui avait enlevé le moindre de ses sentiments et fait de lui une arme vivante, mais alors que son regard balaye les environs, une silhouette humaine se manifeste dans l'ombre, semblable à celle d'un homme âgé. Il était grand, cheveu un peu hérissés bruns, son visage lui était totalement inconnu il ne l'avait pas rencontré bien avant aujourd'hui.
Maël le fixer du regard même s'il ne pût voir ses yeux parce qu'ils étaient fermés, est-ce un Asiatique ? Peut-être ou bien alors c'est une habitude d'avoir les paupières closes mais ce qui ne le rassurer pas, c'est que l'inconnu ne pas bouger, son regard rester fixe sans piper un seul mot. Il était silencieux et calme avant qu'il articule cette phrase qui le laissa dans le doute « Sais-tu que ce monde s’abrite du regard envieux de quelques monstres voilé par l’ombre ? ».

Les secondes s'écroulent, l'homme aux cheveux brun s'avance d'un pas lent et muet vers le petit pour s'asseoir de manière aisé sur un rocher en tendant délicatement sa main vers lui, accompagné d'un sourire qui semble sincère.
Mais est-ce que l'inconnu était de confiance ? Il ne se connaissait pas, et ses propos dits juste avant « Je ne serai pas ton cauchemar » le laissèrent dans l'appréhension et l'incompréhension, possédait-il un pouvoir malsain ? Dans tous les cas, l'aura qu'il dégageait était puissante et à la fois fantôme, viendrait-il du royaume des défunts ou bien est-ce une illusion ?

Maël.



La même expression du visage depuis leur tête-à-tête, hésitant il posa doucement sa main dans la paume de l'inconnu, sa peau était froide contrairement au monsieur et les quelques taches de sang restante n'effrayer pas l'étranger, qui s'appelait Neil.
Ses yeux se rivent sur leurs deux mains posées l'une contre l'autre avant que son attention se repose sur lui, maintenant la question était : Qu'allait-il faire s'il ne pas compter me cauchemarder ?

Qu'est-ce que ces monstres désirs à ce monde sinistre ?



Il a fallu un temps avant de répondre à sa question du début, qu'il n'allait tout de même pas laisser échapper, mais en réalité il se demandait toujours pourquoi il lui avait dit ça, ces mots étaient similaires à un avertissement. Il devait le prendre pour un garçon sans défense qui ne connaissait rien à la vie mais il avait tort si c'était réellement le fond de sa pensée.

DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Coeur sur la main
95
09/11/2017
21
achievements
Rang Staff
Ach. 1 : Coeur sur la main
Messages : 95

Date d'inscription : 09/11/2017

Age : 21

Mar 16 Jan - 17:10


Don't bring back your past [ft Maël]

« Should I be blind by my fate ?»



Une pluie d’or s’éveilla dans le ciel. Parmi les étoiles, des gerbes enflammées s’y mêlèrent dans une valse lumineuse. Pourtant il ne restait qu’à Neil les derniers chants ombreux en guise de réponse, et d’un clignement de l’œil, il aurait éviscéré le spectacle d’une fourche ténébreuse, plongeant les quelques spectateurs dans son décor chaotique.

Seulement le désirait-il ? Au fond de lui, cela le rendrait-il heureux ? Puiser sa source de bien-être dans les lamentations de ses victimes. Quel plaisir y prendre, ça ne lui ramènerait de toute façon jamais son frère, sa lumière, ses rêves. Etait-ce finalement suffisant de se complaire, de se plaindre alors que la vie suit son cours comme si le sien ne s’était jamais arrêté. Le temps miroitait dans ses yeux clos, la lassitude se perdait comme le lourd fardeau qu’il portait sur ses épaules. Se complaire d’un sourire faux, d’une accolade forcée et d’un cœur de pierre. Il ne ressentait rien, plus rien, si ce n’est le souffle du vent qui égayait les dernières lames vertes qui se brouillaient sous ses pas. Qu’avait été son erreur ? Ses erreurs ? L’ombre saisissait les lueurs du ciel, flamboyant, un espoir, son murmure n’atteignait plus les dieux. S’il lui avait été possible au milieu de son trouble, des larmes d’or perleraient sur ses joues, glanant les plaintes douloureuses de sa poitrine. À la place, ses mots s’étaient changés en mélodie nostalgique du temps, perdant ses repères, inondant son monde de sa lumière noire. Pourtant, au creux d’une poitrine vide, élégamment calligraphiée ne cessait de se meurtrir un cœur palpitant. Si seulement… Le terrien – pourquoi donc ne pas s’attacher aux termes racistes d’une société évoluée – pouvait encore le sentir vibrer comme à l’époque où un sourire fendait ses lèvres. Sourire… Fallait-il donc se coller une étiquette factice pour renaître au sein d’un univers inconnu ? Quel imbécile de croire encore aux débris de ses souvenirs brisés, et de s’attacher à son désespoir. Finalement sa pensée s’entrecoupa d’un long silence, soufflé par une brise fraîche, si seulement il avait pu la sentir caresser ses mèches brunes. Alors il s’identifia à ce jeune louveteau, tranché dans la fleur de l’âge, son regard était aussi pitoyable que terrifiant, le spectre ne pouvait lire aucune nostalgie dans son grand regard bleuté. Souffrait-il derrière ses mèches d’albâtre ?

Neil s’était égaré dans les méandres du jeune garçon, oubliant le temps qui s’écaillait, il laissa parler ses songes confus, doutant de son souffle qui effleura le ciel. Il ne le laisserait pas se bercer des illusions qui trompaient ce monde. Alors simplement, il fit écho au silence, faisant vibrer des cordes vocales qui ne lui existaient tout simplement pas.

« Dis-moi, que considères-tu être des monstres ? »

Sa politesse le perdrait, échanger ses mots dans un langage complexe, il ne resterait pas dans son idylle de monde parfait. Loin de toute vulgarité, le terrien enchaînait la valse des mots qui se décrivait de ses lèvres, leurrant à qui voulait bien prendre son temps sous la coupe de son discours. Il embrassa le monde de son regard clos, enrobant leur palabre d’une quiétude bienveillante. Lui-même se surprenait à ne laissait s’écouler un venin sinueux. Il prenait en pitié un enfant né sous la coupe sacrée, cependant, son débit reprit gracieusement.

« Qui donc, celui aux mains tâchées par le liquide pourpre puisse-t-il imaginer l’idée d’un monstre ? Je suis curieux de savoir quelle image tu as de ‘nous’. »

« Nous »… Il se catégorisait lui-même d’une langue fourchue. Qu’avaient donc fait que les terriens deviennent un orbe destructeur d’une vie paisible. Tous n’étaient simplement pas des monstres assoiffés par le sang, certains même tendaient une main inextricable vers ceux qui quémandaient l’asile. Lui-même s’était essayé à la chaleur de la tendresse, car lentement le tableau s’effaçait sous son regard, et les lèvres s’enlisaient dans une cacophonie mielleuse, écœurante, menant la perdition de sa demeure. Quelques larmes versées et la douleur ne tarissait pas, ni même dans un corps immatériel. Eternel dans un corps imposé, il ne pouvait crier son désarroi, car les guerres qui gisaient en bas il en était lui aussi une victime, mais lui… On l’avait oublié et délaissé. Pourtant, il tendait d’une main généreuse, son cœur souillé vers l’enfant.

« Penses-tu que je suis un monstre ? Celui que tu dois fuir ? Celui qui hantera tes cauchemars les plus sombres ? »

Lentement, son visage s’embrasa d’un éclat azur, l’ombre du malheur naissant sur son corps. Des éclairs obscurs dévorant son corps, une brume sombre dansant autour de son corps comme une aura malfaisante. Peut-être finalement était-il ce monstre que tous redoutaient et fuyaient comme la peste. Il n’avait pas choisi ce qui il était, ce qu’il était. Il n’était qu’une malédiction maudit par le destin, et la lumière yeux s’occulta par ses paupières et la lune les baigna dans une lumière cajoleuse.

« Ne penses-tu pas que tous ici présents dans ce monde sont des monstres attirés la somptuosité d’un destin bienheureux ? »


_________________





 
flap  Yeaaah
If I lay here. If I just lay here. Would you lie with me.
And just forget the world ? By the way, I whisper in #00ccff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
a fini sa fiche rapidement
85
20/11/2017
20
achievements
Ach. 1 : a fini sa fiche rapidement
Messages : 85

Date d'inscription : 20/11/2017

Age : 20

Dim 28 Jan - 17:16


Don't bring back your past

neil & maël

C'est avec prudence que le jeune louveteau tend sa main vers l'inconnu aux yeux clos, la nuit embrasser par l'obscurité laissa verser de ses mains une averse qui se répand sur le sol ainsi que sur la crinière de l'enfant, tous deux se regardèrent malgré la difficulté qu'avait Neil d'ouvrir les yeux. Aveugle ou malformation ? Aucune idée.

Son aura était malsaine à la limite cauchemardesque, même Maël qui est un enfant coriace en était presque effrayé, il avait cette impression que s'il le frôlait il serait toucher par une sorte de magie noire qui le plongerait dans un cauchemar. Mais ce n'était pas le cas puisque qu'au contact de sa main, rien ne s'était déroulé.
L'homme est mystérieux, il dégage une sensation presque indescriptible puisque essayer de comprendre qui il était pour faire ressentir un tel champ de forces en était difficile.
Mais à sa question, quelque chose tilter dans son esprit «  Dis-moi, que considères-tu être des monstres ? »
Le regard bleuté de l'enfant se dirigea lentement vers le sol humidifier par la pluie.

Ces gens qui me regardent mal, ces personnes qui restent les bras croiser qui ne m'aide pas et qui me traite de monstre.



Il a fallu de ces quelques mots prononcer pour faire ressurgir de vieux souvenirs dans la mémoire de Maël, un flash-back qui rapidement le faisait culpabiliser, le louveteau faisait face à une petite fille de son âge, en larmes sur la vue du cadavre d'un des membres de sa famille mort assassinée entre les mains ensanglantées de l'enfant à le chevelure argenté. « Tu as tué mon frère ! » répétait-elle en boucle avec la gorge sèche, et c'est depuis ce jour que Maël s'est remis en question. « Moi, je n'ai pas de frère. » avait-il répondu le visage vide d'émotion.

Son regard se baigna dans une mélancolie de regret, il était totalement perdu, traitait des innocents de monstre alors qu'on ait lui-même la personne responsable de tous ses crimes ? Est-ce qu'une seule fois dans sa vie il n'a eu recours à autre chose que des mains souillées par du liquide écarlate ?
«  Qui donc, celui aux mains tâchées par le liquide pourpre puisse-t-il imaginer l’idée d’un monstre ? Je suis curieux de savoir quelle image tu as de ‘nous’. »
De « nous » ? Est-ce qu'il parlait de sa propre race ou bien, faisait-il une généralité ? Il n'en avait pas la moindre idée, cependant Maël répondit à cette question avec une voix tremblante, son ton devenant faible à la limite du larmoyant.

Peut-être que.. C'est moi le monstre finalement, et pas eux. Je suis celui qui que l'on déteste de toute manière. Celui qui tue et qui ne fait pas le bien autours de lui..



Maël serré inconsciemment la main de Neil, sous l'emprise d'une vague de regret qui emplisse son esprit tourmenter par plusieurs sentiments, le regard dénudé d'émotion et le visage totalement inexpressif, on pouvait à peine deviner qu'il était envahi par la tristesse.
Perdu et empiéter par ses pensées dévorant son cœur meurtri.

Tu fais peur, et je ne te connais pas. Je ne sais pas qui tu es.



Pourquoi est-ce qu'il disait ça ? Pourquoi est-ce que le débat ne se résumer qu'au mot « monstre » ? Il aura fallu un laps de temps pour que Maël revienne à la normal, observant de nouveau l'inconnu qui dégage derrière lui une aura ténébreuse qui se répand autour d'eux, et a sa dernière question, il a pu voir pour la première fois le vrai visage de Neil. Ses yeux se sont ouvert, laissant paraître une lueur bleutée qui en devient presque aveuglante.
Mais encore une question, des questions et encore des questions. Ça en devient à un point qu'il se demande s'il est ici pour remplir un questionnaire ou non.
Tout semblait philosophique, mais lourd à la fois. Parce qu'il avait l'impression que Neil ne cherchait qu'à enfoncer le couteau dans la plaie, il n'avait aucune idée de ce qu'il avait en tête.

Comment pouvons-nous être heureux dans ce monde. Et pourquoi toutes ces questions ? Qui es-tu ?



Maël se reculer, cet homme était beaucoup trop effrayant à son goût, même s'il lui faisait aucun mal, il n'avait pas confiance et la méfiance prenait le dessus, il était sur ses gardes comme n'importe quel loup ferait face à un étranger. L'enfant n'était qu'à quelques centimètres du Terrien qui dévoilait sa vraie apparence mais heureusement pour lui qu'il n'avait encore jamais connu celle du louveteau, malgré qu'il ait vu les taches de sang sur ses doigts.

Que cherche-tu réellement à savoir ?



DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Coeur sur la main
95
09/11/2017
21
achievements
Rang Staff
Ach. 1 : Coeur sur la main
Messages : 95

Date d'inscription : 09/11/2017

Age : 21

Mar 20 Fév - 14:51


Don't bring back your past [ft Maël]

« My time is the whisper of the night...»



 

« Vois-tu, jeune humain, la perdition est parfois le chemin de la rédemption. »

Unique parole qui mena l’enfer de l’homme dans les souvenirs profonds d’une humanité en déclin. Les larmes des anges mêlèrent leur chant dans la nuit sombre. De leur sanglot naquit des ondulations sur le lac qui leur dévoilait un reflet du nouveau visage qu’avait revêtu le ciel. Leurs mains se tenaient fermement, aussi épuisant que cela aurait ou être pour le spectre, il le tenait. Un sourire doux délia les lèvres blanches de l'humanoïde, il lui avait ouvert une partie de ses craintes au milieu de son discours alambiqué. Pourquoi donc s’était-il laissé mordre par le regard bleuté qui lui faisait face ? Manipulé par l'ingénu, les souvenirs faisaient surface, vrillant son esprit dans un passé douloureux. Enfin, le corps reprit forme et la main passa à travers la sienne. Il la récupéra tout contre lui.

« Que la vérité te préserve. Parfois, les pires monstres se dissimulent sous les regards hagards d’imbéciles à la tenue trop parfaite. »

Le terrien ne se laisserait berner. Malgré ce qu’il pouvait laisser apparaître, il n’était qu’un enfant délaissé au milieu de l’enfer humain. Il était même parfois curieux de découvrir que même dans une cité civilisée se conservaient les mœurs dans lesquels se plongeaient n’importe quel humain. La peine finit par s’abattre sur le spectre. De la pitié même. Ariesten ne méritait pas cette place dans le ciel. Tout n’était qu’une façade et un ramassis de farces que l’on aboyait en bas afin d’enrager les monstres qui peuplaient la Terre. À l’inverse du monde qu’ils chevauchaient, eux étaient choyés dans une cloche en verre sous la protection d’un dieu égoïste.

La colère qui naissait dans le terrien s’anima de quelques flammes noires, crépitant autour de terrien. Il souriait, aimable. Les paroles du jeune loup attisaient en lui une rancœur déjà bien ancrée au fond de sa poitrine.

La pluie s'abattait sur le sol sans jamais que le corps factice n’en ressente un effet. La nuit dévoilait les secrets ingrats. Et lui-même s’indisposait de l'aigreur dont il faisait preuve. Comme dans un étau, il aurait voulu prendre l’animal dans une étreinte chaleureuse. Le cœur de pierre se brisait, le masque de glace fondait sous l’emprise d’un jeune garçon. Neil… Depuis quand la faiblesse avait atteint sa rancune, sa haine, sa colère ? Il aurait dû en rire, se satisfaire du malheur de ceux qui avaient fait le sien, laisser ce monde aux mains de l’abomination humaine. À la place, le chagrin faisait battre sa poitrine douloureuse.

« Le monstre ne prend place dans le cœur des gens, uniquement lorsque celui-ci est corrompu par des désirs viscéraux. Ne tiens donc compte que de ceux qui veulent ton bien. »

Peur ?  Voilà donc qui amusait grandement le terrien. Aussi étrange que cela aurait pu paraître, il ne se montrait jamais hostile, agrémentant ses phrases d’un subterfuge élégant. Inconsciemment, ses remparts avaient dressé autour de ses ténèbres un déclin morbide faisant croasser de peur ceux qui auraient pu s'y retrouver emprisonnés.

D’une main élégante, il fit apparaître un décor noir, y dansant des flammes sombres. Entrouverts, le terrien concentrait ses ténèbres dans l’étau de ses doigts. La scène si chaleureuse semblait se découdre du dessein du spectre.

«De nous deux, tu es celui qui s'égosille de questions. Mais très bien, je vais satisfaire ta curiosité jeune humain. Après, tu me raconteras ton histoire. Celle qui abrite chez toi cette violence qui fait naître le sang sur tes doigts. »

Il le regardait enfin droit dans les yeux, lui faisant découvrir le circuit bleuté qui illuminait son regard. Enfin les flammes modelèrent une vie fictive.



Crois-tu donc suffisant de se perdre au sein d’une vie dans le palabre ? Les larmes ne tarissent jamais car la douleur puisée n’est qu’une abomination de vie courante. Enfin le chant mortuaire de dégagea d’un ciel morne. Perdu loin de tout, au creux d’une forêt oubliée se dessine les ruines d’un village dévasté. Les vestiges de terriens abandonnés à leur sort.

La guerre de territoire faisait rage, les pouvoirs annihilaient. Et eux sereins vivaient naïvement sans croire à la violence. Le sang, ils ne l’avaient découvert qu’en s’écorchant un genou. Ils pensaient ainsi se faire oublier de la cruauté de ce monde morbide, chaque pas était un danger tandis qu’ils ne désiraient plus que s’octroyer un minimum de confort familial.

Maman…

Cynn…

Neil…

Un bonheur destructeur. Chacun n’était qu’une poupée manipulée par leur égoïsme. Sa peur ne se contentait que de celle du noir et de son imagination fertile d’enfant. Généreux au grand cœur, il venait en aide aux voyageurs qui s’égaraient dans leur maison délabrée. Se contenter du minimum leur était suffisant.

Pourtant chaque drame finit par corrompre les cœurs les plus tendres.

Enfin la parole s'élança d’un ton pur, empli par la mélancolie d’un destin funeste.

Ils n’étaient que deux garçons doucement apprivoisés dans un univers factice. Chacun ne vivait que sous l’illusion de leur mère aimante. Ils s’agrippaient à une vie facile. Celle dans lequel Ying aurait été leur pilier, leur sauveur. Pourtant délaissés, ils ne cessaient d’y croire en chœur. Dénués de pouvoirs, ils n'apprenaient qu’à leur indépendance.

Le temps s'effilait entre leurs doigts, s’apeuraient de leur traîtrise. Naïvement il s’y égara, se perdit jusqu’à la perdition, l’éclat de lumière dans lequel il baignait ses propres larmes. Le cœur luisant d’une défaite. Ils se complétaient dans leur  symphonie. Amusaient leurs cris de leurs voix d’enfant. L’enfant s’abreuvait de la lumière qui échappait des doigts de son frère, parfois blanche parfois bleue, elle remuait en lui à la foi l’envie et l’admiration.

Pourtant un jour, la lumière finit par se tarir, se colorant d’un rouge pourpre, laissant pour mort un enfant qui demandait la paix. La fureur fit naître les larmes, le désespoir et le monde se ferma dans une bulle noire infinie. Les abysses meurtrières firent gicler le sang jusqu'à l’agonie, jusqu’à l'âme meurtrie d’un enfant. Le cœur tambourinait dans sa poitrine et le souffle se perdait. Le carnage attira la mort, l’enclos du mal. Car Ying abandonnait. Ying n’était peut-être pas si bon.


L’éclair noir de figea avant de disparaître telle la flamme qui s’éteint lorsque les yeux se clôrent.

« Voici ce qui fait mon histoire. Voici ce qui nous a laissé pour mort. Que crains-tu de celui qui ne peut te toucher ? Quelque part, cette tristesse et ce désarroi qui s’échappent de ton corps m’attirent. Car je refuse de laisser prétendre que l’humanité n’est pas elle-même soumise aux fantasmes des délires humains. »]


 


_________________





 
flap  Yeaaah
If I lay here. If I just lay here. Would you lie with me.
And just forget the world ? By the way, I whisper in #00ccff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
a fini sa fiche rapidement
85
20/11/2017
20
achievements
Ach. 1 : a fini sa fiche rapidement
Messages : 85

Date d'inscription : 20/11/2017

Age : 20

Dim 25 Fév - 16:44


Don't bring back your past

neil & maël

La peur pris place, l'aura qu'il dégageait n'était pas familière à ce qu'il croise d'habitude, l'inconnu semblé abritait en lui des ténèbres mais pourtant il arrivait à peine à distinguer quelque chose « d'humain » dans son corps, semblable à une entité. Serait-il mort ?

Tout ce que Neil disait faisait remonter de mauvais souvenir dans sa tête, ce débat de « monstre » le remettait encore en question alors que le gamin ne faisait que de se rechercher.
Cela ne lui arrangeait pas, qui était-il et pourquoi vivre encore dans ce monde où personne ne voulait de lui. Combien de fois lui a-t-on répéter de quitter l'île pendant 4 années à vagabonder les paysages seul sous sa forme animale dans l'espoir de ne pas être reconnu.
Il faisait tout pour vivre comme un loup, mais son hybridité de louveteau ne lui avait jamais apporté énormément d'aide, finir sourd et aveugle tout en étant inoffensif dans la nature, non il ne voulait pas devenir sauvage mais dans certaines situations il était obligé.

Pourquoi est-ce que Neil se montrer gentil ? Pourquoi avait-il cette impression que le Terrien essayait de compatir quelque chose ?
L'enfant avait tendance à oublier que les expressions de son visage détromper toujours ses paroles et que l'on pouvait y lire énormément de chose dans ses yeux bleus azur, un océan de tristesse représentant ce chagrin qui habite dans sa poitrine.
Un torrent de pluie s'abat sur le sol aplatissant ses cheveux hérissés qui cache la moitié de son visage maintenant assombri. « Le monstre ne prend place dans le cœur des gens, uniquement lorsque celui-ci est corrompu par des désirs viscéraux. Ne tiens donc ne compte que de ceux qui veulent ton bien. »
Ne tiens donc ne compte que de ceux qui veulent ton bien, « ton bien » a-t-il précisé.
Mais qui pendant ces longue années a voulu de Maël sur cette île volante ? Personne.
Personne ne s'est occupé du gamin orphelin qui fuyez son passé, qui voulait se dissimuler parmi les humains.
Il se plongea dans le vide en pensant à ces paroles qui aurait pu le rassurer mais ce fut tout l'inverse.

J'ai longtemps parcouru cette île dans la solitude, personne n'a voulu de moi ni de mon bien et ce pendant 4 années, les choses ne changeront pas de sitôt.



Il voulait serrer ses mains de nouveau mais au contact il ne le sentait plus, elle traverser son corps mais plonger par la tristesse sans l'avoir remarqué, il murmura.

C'est la vie.



Il aurait aimé que ce soit vrai, mais pleurer sur son sort n'était pas dans ses habitudes pour lui c'était normal. Il n'était pas un enfant ordinaire, être entraîné à tuer voilà le prix à payer mais avoir subi un entraînement jusqu'à avoir tué ses propres parents. Est-ce courant chez les assassins ?
Cette haine qui le rongeait par rapport à sa famille... La rendu tout autant monstrueux et affreusement dangereux.
Mais quand on le regarder on pourrait penser voir un enfant mignon, ce visage angélique qui en réalité cache beaucoup de secret.
Il revient à la réalité, celle où il faisait face au Terrien qui agite son bras qui dessina autour de lui une sorte de fumée noire « Après, tu me raconteras ton histoire. Celle qui abrite chez toi cette violence qui fait naître le sang sur tes doigts. »
Cette violence qui fait naître du sang sur tes doigts, tout ça n'est du qu'à une formation d'assassinat qui a fait naître au fond de lui de violente pulsion sanguinaire.
Maël pénétra involontairement dans un immense champ de ténèbre, ses flammes redessinant autour d'elle une cinématique comme s'il plonger dans le noir pour voir un film.

Autour de lui se dessine un village totalement délabré, éloigner de toute population humaine seul la guerre était Roi, le sang gicler par milliers de goûtes s'étalant dans la marré écarlate que laisser les nombreux Terriens qui s'entre-tuer.
Un champ de guerre dans ce pauvre village, et au loin il reconnaissait Neil, certainement son frère... Et sa mère.

Le Terrien aux yeux particuliers venait en aide aux nombreux voyageurs, un grand cœur chaleureux qui faisait apparemment confiance à ce Dieu pour le sortir de ce cauchemar.
Mais c'était un échec, il s'accrochait à la vie et son cœur n'était à présent plus le même, la bonté était ronger par le mal-être.
Et le vrai pouvoir de Neil se dévoilait sous ses yeux, il enfermait les gens dans une bulle noir cauchemardesque.
Ce qui en était effrayant...

Maël venait de découvrir un passage flou du passé de Neil, pourquoi il se confiait ainsi face à un enfant ? Avait-il cette impression de se revoir à travers le louveteau ou bien, il faisait partie de ces gens « bizarre » qui l'effrayer à cause de la gentillesse chez les inconnus qui pour lui... N'existez pas ?
Ses paroles le confirmaient «  Quelque part, cette tristesse et ce désarroi qui s’échappent de ton corps m’attirent. »
Beaucoup trop prévisible faut croire.
Ses poings se resserrent et sa voix ne changea pas de tons.

J'ai assassiné mes parents parce qu'ils sont fait de moi ce que je suis aujourd'hui.



Ses petits bras remontèrent le long de son corps qui enlacer sa taille comme s'il chercher un peu de chaleur à travers cette tempête mais c'était tout le contraire, il cache ce corps frêle encore balafré par son passé. Reparler de ça lui remémorer les pires moments qu'il avait vécus depuis tout petit.

Qui dans ce monde a envie qu'on lui dicte sa vie ? Ils étaient ma hantise, je les ai anéantis sans regret et je n'avais le droit à rien d'autre que d'être enfermé chez moi sans même avoir la permission de poser un pied dehors. Je n'ai jamais eut l'occasion d'avoir une enfance normal.



Maël se frotte légèrement les avant-bras du bout de ses doigts, la sensation du fouet qui claque contre sa peau... Il avait l'impression de la ressentir à nouveau rien que d'évoquer son passé.

Ils doivent être fier de moi.. Parce que suis le monstre d'Ariesten à présent.



DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
achievements
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Don't bring back your past [ft Maël]
Page 1 sur 1

Sauter vers: