[terminé] justice & liberté - enasalin
avatar
a fini sa fiche rapidement
27
07/12/2017
21
achievements
Terrien
Ach. 1 : a fini sa fiche rapidement
Messages : 27

Date d'inscription : 07/12/2017

Age : 21

Jeu 4 Jan - 19:47


Cela faisait quelques temps que tu pensais à elle, à l'occasion. Curiosité, mensonge, une sympathie nécessaire à l'égard d'une personne que tu faisais tout juste mine d'apprécier. Sentiments mitigés, enfermés dans la certitude absolue de ne pas pouvoir faire confiance à quelqu'un qui pouvait ne te vouloir que du mal. Une gardienne, un être malfaisant et répondant à des lois bien trop subjectifs pour être justes. Qu'avais-tu fait, après tout ? Qu'avais-tu demandé ? Terrien pacifiste, survivant dans ce qui n'était même pas une vie et cherchant, en dépit des quelques richesses des plus munis, à stabiliser ta situation. Quelques vols à l'étalage, des infractions discrètes jusqu'à ce que tu sois capable de te débrouiller par toi-même.

Tu détestais ce système, ces obligations, le fait d'être ainsi persécuté pour ce que tu étais forcé de faire. Tu détestais Ying, et pourtant, c'est à son temple que tu te rendais en l'espoir d'y croiser une amie. Non, ce n'était pas une amie. C'était une gardienne, connaissance arrangée et manipulée en l'espoir de tes propres intérêts - car garder son pire ennemi à portée ne pouvait que t'être bénéfique dans ta recherche de la tranquillité. Asriel, tu te connais si mal. Car ces sentiments ressurgissent, influencent tes moindres actions jusqu'à t'en faire perdre de vue tes objectifs.

Asriel, terrien ôté à ses origines et élevé dans une méfiance perpétuelle du monde.
Asriel, bien trop ignorant de ses émotions pour en interpréter le sens ni même les restreindre dans cette soit-disant maîtrise de lui-même.
Asriel, tu cherches encore tes propres intentions en terminant ta route en direction du temple.

Ce mélange de curiosité et d'inquiétude créait en toi une émotion indescriptible et tu étais presque impatient de continuer cette curieuse aventure en la présence d'Enasalin. Cependant, malgré toute la bonne volonté que semblait cacher ta haine de ce monde, il y avait cette impression néfaste à l'approche du temple de l'entité qui te détestait. Depuis toujours, tu savais que cette notion du bien que Ying représentait n'était qu'une illusion stupide, ce mal s'opposait à toi - aux terriens, censés se traduire par le mal. Ce mal qui tordait ta poitrine, ce mal qui te faisait suffoquer comme si tu n'avais pas lieu d'être sur ce sol, en cet endroit.

Et puis, tu la remarquais. Venant de loin et fluide comme un poisson dans l'océan parce qu'elle avait vu le jour ici, pour cet endroit et pour le protéger. Parce qu'elle était à ton inverse - elle était carrée, vide, mais tellement droite. Parce que tu étais déjà tant abîmée, transpercé au cœur par cette expérience néfaste d'une existence que tu n'avais pas demandé. Victime du monde, appelant à une paix que tu n'étais même pas sûr de toujours vouloir, comme déformé par ta colère. Elle était l'essence du monde, créée par sa main et destinée à le défendre. Tu observais sa chevelure pétillante et unicolore, ce visage presque familier et l'accueillit d'un bref sourire.

- Enasalin. C'est un plaisir comme toujours.

Garde tout en tête, Asriel. Ne te détourne pas de tes intérêts. Cette amitié peut bien être réelle, naissant, ça ne change rien à la situation. Libère-toi de ce conflit intérieur, de cette sympathique qui se forme au milieu de ton océan de mensonges.

- Tu es venue rendre hommage à Ying ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
52
20/12/2017
achievements
Gardien sagittaire
Ach. 1 :
Messages : 52

Date d'inscription : 20/12/2017

Mar 16 Jan - 20:47




Who are you really ?

.Toujours ce même vide à l'intérieur de son corps, toujours cette sensation de creux. Elle n'avait que quelques jours, c'était encore un nouveau-né à peine tirée des bras de Son Créateur et déjà elle explorait son monde proche, autour du temple dédié à Sagittaire ou du temple de Ying. Enasalin avait déjà eu quelques rencontres fortuites avec des inconnus si colorés à ses yeux. Tout ce qui n'était pas elle était teinté de pastels, d'acidulés, de tons chauds et froids. Ils étaient si façonnés, eux.

Et puis il y avait lui, en demi-teinte, un être étrange dont elle ne connaissait pas le nom. Ils donnaient toujours leur nom, cela semblait être une norme ici : se présenter, plus ou moins poliment pour certains. Lui non ne l'avait pas encore donné. Le donnerait-il un jour ? Enasalin n'en avait guère cure, à dire vrai. Elle n'avait aucun réel avis sur lui, il était juste gentil avec elle. Courtois aussi, toujours. Et surtout, il était calme. La gardienne appréciait le calme, semblait-il.

Elle le sentit arriver non loin d'elle, comme si c'était naturel pour elle de ressentir la présence du jeune homme. Il venait la voir assez souvent au temple, même s'il n'avait jamais l'air très à l'aise. Pourquoi ? Que cherchait-il ? Que cherchaient les humains dans la compagnie des autres ? Enasalin voudrait connaître la réponse à ces questions et comprendre.

Bonjour à toi.

De sa démarche aérienne, elle le rejoignit sans parler d'un quelconque plaisir partagé : elle ne savait pas où elle se situait sur cette échelle. Il ne la gênait pas, c'est tout ce dont la gardienne était sûre.

Oui. Mais j'ignore où dormir aussi, donc je reste dans les temples de Père et de Ying.

Sans un bruit, sur son petit coussin d'air car ses pieds touchaient rarement le sol, Enasalin s'approcha de la statue représentant le protecteur d'Ariesten. Il n'était pas Son père mais elle aimait se recueillir devant lui. Lui non plus ne la guidait en rien.

Et toi alors ? Tu viens souvent ici, tu dois être très croyant. J'ai entendu dire que certains pensent que Ying n'est qu'une légende.

Son regard inquisiteur vrilla l'inconnu qui ne l'était plus tant, attendant une réponse avec avidité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
a fini sa fiche rapidement
27
07/12/2017
21
achievements
Terrien
Ach. 1 : a fini sa fiche rapidement
Messages : 27

Date d'inscription : 07/12/2017

Age : 21

Mar 16 Jan - 23:48


- Asriel, commençais-tu doucement, comme dans la honte de l'oubli.

Un sentiment nouveau, une fois de plus, comme tant d'autres - comme tous ceux que tu éprouves ici. C'est peut-être ce temple qui adoucit ton esprit, tu n'as pas la réponse. Tu ne peux que constater la vérité que tes yeux ont lentement dessiné. Elle est tellement unique, Ena. Il y a ce charisme si étrange, ce visage parfaitement taillé comme une poupée de porcelaine et en même temps animée par cette humanité nouvelle et à la fois si belle. Elle était comme sortie de nulle part, une forme de vie si parfaite et récente, dénuée des crasses d'un monde cruel, opposé à tout ce que tu pouvais bien être. Ce monde, tu le détestais tant. Ce monde qu'elle chérissait, au moindre regard, à chaque parole. Tout en vous vous opposait, cette opposition semblait écrite comme une chorégraphie parfaite aux mains du destin, d'un dieu qui tirait les ficelles du pantin qu'il avait envoyé.

Ça te rendait malade, quelque part. Malade de la savoir prisonnière, malade de cette injustice, de cette manipulation, de la cruauté silencieuse d'un dieu au nom d'un bien qui n'avait même pas de sens. C'était idiot, tellement puéril. Et le moindre de ses agissements, et cette certitude de justice erronée, tu avais du mal à la supporter. Les gardiens n'étaient pas mauvais, au fond. Les gardiens étaient ce qu'un dieu cruel avait fait d'eux - ils étaient le résultat d'une création et en résulterait une justice infaillible.

Mais Enasalin, elle était différente. Elle avait ce brin de curiosité, cette part d'humanité qui se traduisait par une curiosité constante, ce vide, parce qu'il l'avait laissée inachevée, lui, ce dieu tant aimé ; parce qu'il avait coupé court à un travail si beau et le destin avait voulu que ton attention s'éprenne des moindres détails qui la rendait tant à part.

- Je crois, parce que je sais que Ying existe. Mais je ne soutiens pas son œuvre.

Ton regard parcourut les moindres détails de sa silhouette flottante, les quelques centimètres qui la séparaient du sol s'élançaient comme une image parfaite de vos différences. Asriel, un terrien brimé par tous les malheurs de sa propre naissance. Asriel, qui ne semblait pas mériter le bon, qui ne semblait pas la mériter - qui semblait imperméable à tous les bons côtés du monde que Ying réquisitionnait. Le monde est cruel, tu le sais bien. Le monde se déforme en une justice tremblante, déroutante, se refuse à combler l'entièreté des êtres comme si toutes les formes de vies n'étaient pas méritantes. Pourquoi nous avoir créé, alors ? Pourquoi t'avoir permis d'être si ce n'est pour te permettre de profiter du bonheur que, d'instinct, tu recherchais ?

- Je n'ai pas la même vision de la justice. Alors, je ne suis sûrement pas le bienvenue en ces lieux.

Mais c'est ici que je te trouve. C'est à cet endroit que tu appartiens.
C'est cette peur que je dois franchir, pour me permettre de me rappeler que tu existes bel et bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
52
20/12/2017
achievements
Gardien sagittaire
Ach. 1 :
Messages : 52

Date d'inscription : 20/12/2017

Jeu 18 Jan - 18:45




Who are you really ?

Enasalin était curieuse de tout. De lui, qui venait enfin de révéler son nom, de ce en quoi il croyait, de ce que tous pensaient. Elle était cet enfant qui découvre le monde avec des yeux encore neufs, immaculés et innocents. Asriel était une des premières personnes qu'elle avait rencontré et elle se sentait contente. Il était gentil, Asriel, si doux même s'il y avait ce quelque chose en lui qui maintenant la gardienne à distance. Mais elle faisait la sourde oreille, pour l'instant. Pourquoi cette sensation devait-elle venir gâcher ce que d'autres pourraient qualifier de "plaisir" face à cette rencontre ? C'était écrit au plus profond d'elle-même, elle savait qu'elle ne pourrait ignorer bien longtemps.

Tu ne soutiens pas son oeuvre ? Pourtant c'est Ying qui protège Ariesten. Sans lui, qui sait ce que les humains deviendraient ? Et sans sa bulle, Yang qui s'agite là-dessous viendrait bientôt se venger.

Dur comme fer. C'est ainsi qu'elle croyait à ses propres paroles. Après tout, c'était la réalité : le fils du Tout-Puissant était leur protecteur à tous. Asriel, Enasalin, tous autant qu'ils étaient, elle en était persuadée. Elle s'approcha du jeune homme, alors que celui-ci continuait de parler. Sa conclusion interloqua la Sagittaire, qui resta interdite un moment, cherchant dans le regard de celui-ci une quelconque réponse. S'il n'était pas apprécié dans ce temple, il fallait faire quelque chose.

Sans un bruit, Enasalin se saisit de son poignet, malgré la sensation étrange qui l'étreignit à ce contact. C'était quelque chose de violent, qui pouvait se révéler plus fort que sa volonté si elle continuait trop longtemps. Une envie d'écraser ce qu'elle tenait, d'effacer ça de la surface de l'île volante. C'est pour cette raison qu'elle tira le brun dehors : pour mettre un terme à ce sentiment qui la prenait aux tripes. Qu'était-ce ? Elle en devinait la portée, le sens.

Une fois à l'extérieur, elle se retourna vers lui, doucement.

Asriel… commença-t-elle dans un souffle, pour se murer un instant dans le silence. Ici, tu seras mieux. Quelle justice ne te plaît pas ? Quelle est ta vision à toi ?

Elle voulait comprendre, Enasalin. La mission de ses frères et soeurs était simple : protéger tous les habitants d'Ariesten de l'influence néfaste de Yang et de ceux qui venaient d'en-dessous, coûte que coûte. Qu'y avait-il là-dedans qui pouvait déplaire ? C'était une protection, ils étaient le bouclier des Dieux. La mission de la police était de protéger les innocents des méchants. Comment voyait-il le monde, Asriel ?

Elle s'assit dans l'herbe sur le parvis du temple et tapota une place fictive à ses côtés, invitant le jeune homme à s'y asseoir. Il devait lui expliquer. Vite. Avant qu'Enasalin comprenne. Pour qu'elle comprenne. Tout était si confus à ce moment-là dans sa tête pétillante...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
a fini sa fiche rapidement
27
07/12/2017
21
achievements
Terrien
Ach. 1 : a fini sa fiche rapidement
Messages : 27

Date d'inscription : 07/12/2017

Age : 21

Dim 21 Jan - 21:22


Tu penses à la Terre, à ce passé, à ces années de débauche et de survie. Tu penses à ton expérience, à ce désespoir quotidien, à ce maigre espoir auquel tu t'es raccroché. Tu penses à tout ça, à tous ces moments, à ce qui t'a mené ici. Tu penses à Yang responsable de tout ça, de toi, des hybrides comme de ta venue ici. Que ce soit lui ou tes propres efforts, tu as surmonté ce temps qui te semble désormais bien loin mais dont les mauvais sentiments te frôlent la nuque comme si tu ressentais le danger derrière toi. Et c'est réel, tu le sais. C'est toujours là, il est toujours là, quel qu'il soit, quoi que ce soit. Il t'a déjà atteint et tu n'oublieras jamais cette sensation de peur si réelle, si proche, l'impuissance à laquelle t'avait réduit ta lenteur.

Tu ne crois pas en Ying parce que tu as déjà subi le contrecoup de sa justice, de ce tri sur le volet pour toi qui n'avait rien demandé. Tu ne crois pas en une entité qui t'a laissé pourrir dans le pire endroit de cet univers alors que tu n'étais pas plus mauvais qu'un autre. Tu n'avais fait que l'erreur simple de naître et ça t'avait mené là. Tu n'avais rien demandé si ce n'est un repos quotidien que tes instincts et ton expérience avaient transformé. Tu ne croyais pas en Ying, pas même un peu. Tu ne croyais pas en ses remords pas plus qu'en une quelconque envie d'y remédier.

Que pouvait-elle comprendre, Asriel ? Tu ne te faisais pas d'illusions, tu connaissais ses origines et sa façon de penser. Tu n'avais rien à espérer, rien à changer dans son mécanisme froid qu'elle trimballait comme un poids qui embrassait ses moindres pensées. Elle n'était pas mauvaise, pas plus que toi et sa bonté n'était jamais que des notions implantées. Alors pourquoi, Asriel ? Pourquoi tu te sentais trembler, désemparé ; pourquoi tu sentais ton cœur serré, ton doute, tes lèvres trembler. Pourquoi tu étais incapable d'agir avec la même froideur et le détachement prudent qui t'avait toujours sauvé ?

- Attends, qu'est-ce que t-

Pourquoi, Asriel, tant de sensations issues d'un simple contact ? Pourquoi tu ne pouvais te contrôler ? C'était ça, Asriel. C'était cette colère que tu gardais en toi, le refus de te laisser bercer de tes propres émotions. C'était ce qui te rendait différent, ce besoin de contrôle, cette colère quant au fait que tu n'arrivais même pas à calmer un cœur un peu trop balançant. Ce n'était rien, jamais qu'une aide, un geste instinctif et tu sentais ta poitrine s'alléger, autant du fait de son éloignement que celui du temple.

Tu détestais l'évidence de tes pensées, ta naïveté, ton impossibilité à combattre tes sentiments. Tu détestais le fait d'être aussi prévisible, de ne pouvoir lutter, de frapper à reculons dans l'attente de la réalité qui te frapperait. Ici, tu seras mieux. C'est faux Enasalin, mais comment pourrait-elle savoir ? Tu ne seras mieux nulle part, ni jamais, parce que la divinité ne t'acceptera jamais en ses terres. Tu ne seras jamais en paix, même dans ton quotidien si calme parce que tu ne l'as jamais mérité.

- Je n'accepte pas une justice qui n'est pas offerte à tous. Certains n'ont rien demandé. Certains... n'ont pas voulu être chassés et ne sont sûrement pas mauvais. Le droit à la paix devrait être égal pour chacun, indépendamment de sa race.

C'est tellement faux, tellement transparent. C'est un demi-mensonge, une réalité utopique à laquelle tu ne crois pas vraiment mais c'est la meilleure façon d'expliquer ce doute qui t'a toujours tiraillé.

- Cette justice est-elle vraiment "le bien" ?

Asriel, as-tu jamais mérité d'exister ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
52
20/12/2017
achievements
Gardien sagittaire
Ach. 1 :
Messages : 52

Date d'inscription : 20/12/2017

Mar 6 Fév - 21:51




Who are you really ?

Il hésitait, Asriel. Il semblait perturbé. Enasalin était jeune mais elle n'était pas stupide. On lui avait fait deux yeux, c'était pour observer son environnement et les autres. Et en observant bien Asriel, elle le constatait bien. Même hors du temple, il était mal à l'aise. Avec quoi ? Le temple en lui-même ? La présence de Ying tout autour d'eux ou dans leur conversation ? Bien loin de se mettre en cause elle, car elle ne voyait pas comment elle pourrait bouleverser un individu à ce point, Enasalin cherchait la ou les cause.

Ce fut avec un visage impassible qu'elle reçut la réponse du jeune homme, qui pourtant aurait dû l'ébranler. Seule une inclinaison de sa tête vint ponctuer le tout en guise de réaction, telle un point d'interrogation face à ce qui venait d'être dit. Il n'y avait que les Terriens qui étaient frappés par la justice des Gardiens, ce n'était qu'une protection envers les habitants de l'île. En quoi était-ce injuste ? Le Tout-Puissant voulait endiguer la présence des souillures de Yang. Certes, ceux qui vivaient en bas n'avaient pas demandé à être ainsi mais les habitants d'Ariesten n'avaient jamais demandé à être envahis du jour au lendemain. Enasalin ne comprenait pas. Elle sentait pourtant qu'il y avait quelque chose à gratter mais c'est comme si on l'en empêchait. La justice des Gardiens était la bonne.

Je suis née pour ça, Asriel.

C'était une fatalité, non un choix. C'était son devoir, le but de sa vie et Enasalin ne pouvait y échapper. Au moment où elle le pensait, elle ne souhaitait pas se soustraire à ce destin. Et les engrenages dans sa tête, ces sensations qu'elle avait eues plus tôt à ce simple contact avec Asriel, toutes les pièces du puzzles se mirent en place. Il défendait ardemment une cause qui, aux yeux de la Sagittaire, n'était autre que perdue. A quoi bon se dresser face à la droiture de la justice, celle-la même qui ne plie jamais ? Quelque part, Enasalin aurait préféré ne jamais s'en rendre compte. Mais l'épée de Damoclès tomba, inévitable.

Tu es un terrien, Asriel. Tu es un terrien, je suis une gardienne. Cette paix que tu défends, tu sais qu'elle sonne vaine à mes oreilles ? J'aurais aimé que ce soit différent, vraiment.

La personne parlait enfin. L'individuel, pas l'esprit collectif ni l'idée avec laquelle elle était née. Elle aurait voulu avoir un ami, voir ce statut en Asriel. Il était le premier avec qui elle avait vraiment parler. Même s'il s'était joué d'elle, en quelques sortes - et à raison,- il avait forgé une minuscule partie d'elle. Il lui avait donné matière à réfléchir, là, quelque part au fond d'elle, une fois que tout serait débloqué. Mais il y avait une chose qu'elle ne comprenait pas, une seule. Son ton était dénué d'émotions mais en dormance, il y avait quelque chose, bien caché.

Pourquoi ? Si je sens ton aura, tu sens la mienne. Je suis une enfant, j'ai mis du temps à décrypter mais toi… Tu le savais. Pourquoi m'approcher alors que mon objectif est d'endiguer votre invasion de l'île ?

Enasalin s'était relevée entre temps et elle se tenait bien droite, face à Asriel, ses yeux rivés aux siens en quête de vérité. Même s'il était une proie, la Gardienne voulait savoir. Et elle n'avait pas envie d'éliminer la menace pourtant si pacifique qui se tenait face à elle à ce moment précis.

Réponds-moi, s'il te plaît.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
a fini sa fiche rapidement
27
07/12/2017
21
achievements
Terrien
Ach. 1 : a fini sa fiche rapidement
Messages : 27

Date d'inscription : 07/12/2017

Age : 21

Jeu 1 Mar - 17:29


Il aurait aimé comprendre et se contrôler. Il aurait aimé contrôler et pouvoir te comprendre. Il aurait aimé voir au travers de ton entité, déchiffrer les intentions des moindres entités ; il aurait aimé cette omniscience, simplement pour lui, simplement pour lui éviter de se faire tuer. Il aurait aimé être différent et pas juste un animal sauvage, courant pour s'échapper. Il n'avait rien de tout ça, à vrai dire, rien de plus qu'une transformation qu'il était incapable d'user - trop nerveux, les jambes flagellantes, figées par un sentiment nouveau et destructeur. Pourquoi l'approcher ? Tout ça pour toi, Enasalin. Tu étais la raison de sa venue, celle de son départ, sans doute celle d'une mort imminente. Le centre de son monde, pour un court instant, dans la pensée idiote et naïve qu'un compromis pourrait exister. Il n'avait pas besoin qu'on lui explique pour que cette évidence reprenne son dû - il n'y aurait pas plus d'amitié entre lui et toi qu'une paix entre deux divinités opposées. Asriel n'avait pas besoin d'une preuve autre que cette révélation qu'il pensait ne jamais voir venir, ne jamais entendre de ta voix qui l'avait tant calmé.

Il n'y avait pas de compromis, Asriel. Pas d'attentes à avoir, de retour possible à ses sentiments. Ce n'était même pas réel, il le savait bien, ce n'était jamais qu'une passion temporaire, et quand bien même, il n'y pouvait rien. Malgré tout ça, il restait un pantin manipulé, une coquille déplacé au besoin de ce cœur qu'il n'avait jamais demandé. Il sentit un rire narquois monter au milieu de sa gorge sèche, son regard se plisser dans une ironie qui lui semblait bien inutile devant un esprit aussi pur. La colère reprenait le dessus et il aurait voulu répondre de cette attitude si hautaine qui ne ferait qu'empirer les choses mais il se contrôlait, pour son bien, pour ton bien. Il se contrôlait parce qu'il n'avait pas le choix - parce qu'il était l'intrus, l'erreur à éradiquer.

- Pourquoi j'ai fait ça, tu demandes ?

Et tout à coup, tout sembla exploser. Ces années de bataille, ce passé terrifiant, ces années à courir. Tout lui remonta et il eut une brusque envie de pleurer, les yeux qui semblaient embués de larmes de rage et pourtant, non, il demeurait impassible. Le visage fermé, les iris secs, et il constata avec cette suffisante idiote qu'il était habitué à tout ça. Il constata, aussi fier de lui que terrifié, que d'une façon ou d'une autre, il s'était habitué à l'horreur qu'avait été son existence. Tout explosa intérieurement comme une tempête, balayant tout sentiment, non, les entraînant dans son sillage - et à cette affection se mélangea sa fierté, son désir de survie, ce refus de soumission.

- Tu as été créée comme ça, vide de tout. Pas moi. J'ai un cœur, des sentiments, et j'ai dû vivre avec le fait inéluctable que je n'étais le bienvenue nulle part. C'était vivre, non, survivre au milieu de l'enfer qu'est la Terre ou aspirer au meilleur en arrivant ici.

Les dents serrées, il respire, aérant son discours d'un calme qu'il ne pensait pas possible.

- J'aurais aimé être comme toi, tu sais. Être dénué de sentiments, si mauvais que je doive devenir. J'aurais vraiment aimé - ça m'aurait facilité les choses.

Il n'aurait pas eu à attendre l'espoir vain, espérer à ce quotidien. Il n'aurait pas eu à payer cette seule erreur d'avoir cru qu'il pourrait te changer. Tout ça pour toi, tout ça à cause d'un sentiment idiot. Les dieux sont bien cruels, ne penses-tu pas ? Lui qui avait tout construit, si bien réussi - le château de cartes s'écroulait, terrassé par cette averse d'émotions pour ne devenir que du grossier carton mouillé.

- Tu connais la différence entre les gens ici et moi ? La seule ? Ça, dit-il en désignant ses yeux devenus rouges de son index. C'est la seule chose qui fait de moi un terrien. Je n'ai jamais tué, je ne me suis jamais battu ni défendu. J'ai toujours fuit. Avec ma naissance, ceci est mon seul péché.

Il laissa tomber ses bras le long de son corps, fatigué. Fatigué de tout, de cette injustice idiote.

- Fais ce que tu dois faire.

Il aurait voulu faire une plaisanterie quelconque, dire ça avec un sourire traduisant sa résolution. Mais c'était impossible, et pourtant, Asriel s'attendait à cette fin-là. Difficile d'apprécier l'humour quand on réalise que l'univers n'est qu'une vaste blague.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
52
20/12/2017
achievements
Gardien sagittaire
Ach. 1 :
Messages : 52

Date d'inscription : 20/12/2017

Mar 13 Mar - 14:16




Thank you for everything, my friend.
Et le calme vola en éclat à cause d'une simple question. D'un seul coup, le placide Asriel sembla s'animer d'une flamme qu'Enasalin ne lui connaissait pas. Pourtant, tout comme celui de la gardienne, son visage ne laissait plus rien transparaître. Seules les deux billes rouges au fond de leur orbite brûlaient d'un sentiment qu'elle avait d'ores et déjà appris à reconnaître : c'était un sentiment tellement humain, la colère. Qu'ils soient terriens ou ariestiens, c'était un des traits d'humeur facile à reconnaître.

Quelque peu secouée, même si rien ne se voyait, Enasalin se recula légèrement. S'il commençait à l'attaquer, elle n'aurait d'autre choix que de riposter… Mais elle préférait l'écouter. Après tout, c'était elle qui avait demandé à comprendre, Asriel ne faisait que répondre vivement. Mais quelque chose la fit tiquer.

Ca peut te paraître risible mais moi aussi, j'aimerais avoir des sentiments. J'apprends petit à petit mais pas assez vite. J'aimerais te comprendre vraiment mais c'est impossible.

Pour la Sagittaire, ça ne le serait jamais et pourtant… Si elle évoluait assez, un jour peut-être serait-elle capable de penser par elle-même et d'épargner les innocents, aussi entachés qu'ils pussent l'être par Yang. Mais elle ne se doutait pas une seconde que cette possibilité existait. Asriel venait de le dire, elle était née vide. Alors elle reçut tous les mots du terrien sans broncher, se contentant de le regarder en se disant que oui, c'était un péché auquel il ne pouvait rien changer. Elle-même aurait été bien incapable de changer sa propre nature alors un terrien…

Puis tout changea de nouveau. Un calme incertain sembla tomber entre eux, en même temps que les bras d'Asriel. C'était la position résignée d'un condamné à son dernier jour. "Fais ce que tu dois faire" avait-il dit. Enasalin ne se fit pas prier un instant. Elle saisit le pommeau de son arme mais quelque chose n'allait pas. Son épée était bien à sa place, à sa ceinture mais ce n'était pas ça le souci. Tant pis, elle devait exécuter sa mission, qu'importe s'il s'agissait d'Asriel ou d'un autre. Si Sagittaire l'avait faite vide, c'était sûrement pour qu'elle ne s'attache pas et ne ressente rien envers ses victimes.

Sa lame glissa lentement le long de sa ceinture, le temps semblait s'être allongé pour la gardienne. Quelque chose ne tournait définitivement pas rond. Ce ne fut que lorsqu'elle approcha son arme du visage du jeune homme qu'elle comprit alors. Sa main tremblait. Sa main, son bras, elle. Tout son corps était parcouru de tressaillements très gênants et étranges. Elle ne connaissait pas cette sensation, cela l'effrayait. Pourtant, son regard soutenait celui d'Asriel face à elle mais son bras armé défaillait, lui. Pourquoi ?

Parce qu'il avait été le premier être sur l'île qu'elle pouvait qualifier d'ami ? Que malgré sa nature, lorsqu'elle n'était pas encore capable de sentir son aura entachée, elle était restée à ses côtés parce qu'il était le seul à venir la voir au temple, la soustrayant à sa solitude ? Parce que lui la côtoyait tout en sachant qu'elle lui serait probablement fatale à un moment ou un autre ? Enasalin pensa à toutes ses raisons qui, dans son immaturité la plus totale, avaient réussi à percer malgré tout. Non, définitivement, elle en était bien incapable.

Écoeurée par elle-même, sentiment qu'une légère grimace trahissait sur son visage, Enasalin baissa son bras tremblant et rompit tout contact avec les yeux rougeoyants du jeune homme.

Enfuis-toi, Asriel. Enfuis-toi tant que je suis faible et fais en sorte qu'on ne se recroise plus. Si je sens ton aura, je t'ignorerais alors vis et ignore-moi aussi, s'il te plaît.

Sans demander son reste, la gardienne lui tourna le dos et s'enfuit sans se hâter. Il devait comprendre. Jamais elle ne se retournerait vers lui, que ce soit pour lui adresser la parole ou le faire taire à jamais. C'était sa façon à elle de le remercier pour l'avoir accompagnée en ce début de vie : le laisser respirer. Maigre remerciement. Enasalin venait de refuser son but pour la première fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
achievements
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
[terminé] justice & liberté - enasalin
Page 1 sur 1

Sauter vers: