La seule façon raisonnable de vivre en ce bas monde, c'est en dehors des règles. [Abdel L. Abberline] [FINIE]
Abdel L. Abberline
A terminé sa fiche rapidement
Justicier
Vieille branche
Aventurier en herbe
Voyageur
Quadra Kill
La seule façon raisonnable de vivre en ce bas monde, c'est en dehors des règles. [Abdel L. Abberline] [FINIE] Empty
La seule façon raisonnable de vivre en ce bas monde, c'est en dehors des règles. [Abdel L. Abberline] [FINIE] Empty
La seule façon raisonnable de vivre en ce bas monde, c'est en dehors des règles. [Abdel L. Abberline] [FINIE] Empty
La seule façon raisonnable de vivre en ce bas monde, c'est en dehors des règles. [Abdel L. Abberline] [FINIE] Empty
La seule façon raisonnable de vivre en ce bas monde, c'est en dehors des règles. [Abdel L. Abberline] [FINIE] Empty
La seule façon raisonnable de vivre en ce bas monde, c'est en dehors des règles. [Abdel L. Abberline] [FINIE] Empty
La seule façon raisonnable de vivre en ce bas monde, c'est en dehors des règles. [Abdel L. Abberline] [FINIE] Empty
La seule façon raisonnable de vivre en ce bas monde, c'est en dehors des règles. [Abdel L. Abberline] [FINIE] Empty
La seule façon raisonnable de vivre en ce bas monde, c'est en dehors des règles. [Abdel L. Abberline] [FINIE] Empty
La seule façon raisonnable de vivre en ce bas monde, c'est en dehors des règles. [Abdel L. Abberline] [FINIE] Empty
La seule façon raisonnable de vivre en ce bas monde, c'est en dehors des règles. [Abdel L. Abberline] [FINIE] Empty
La seule façon raisonnable de vivre en ce bas monde, c'est en dehors des règles. [Abdel L. Abberline] [FINIE] Empty
La seule façon raisonnable de vivre en ce bas monde, c'est en dehors des règles. [Abdel L. Abberline] [FINIE] Empty
achievements
Humain à don
Ach. 1 : A terminé sa fiche rapidement
Ach. 2 : Justicier
Ach. 3 : Vieille branche
Ach. 4 : Aventurier en herbe
Ach. 6 : Voyageur
Ach. 7 : Quadra Kill
Ach. 8 : La seule façon raisonnable de vivre en ce bas monde, c'est en dehors des règles. [Abdel L. Abberline] [FINIE] Empty
Ach. 9 : La seule façon raisonnable de vivre en ce bas monde, c'est en dehors des règles. [Abdel L. Abberline] [FINIE] Empty
Ach. 10 : La seule façon raisonnable de vivre en ce bas monde, c'est en dehors des règles. [Abdel L. Abberline] [FINIE] Empty
Ach. 11 : La seule façon raisonnable de vivre en ce bas monde, c'est en dehors des règles. [Abdel L. Abberline] [FINIE] Empty
Ach. 12 : La seule façon raisonnable de vivre en ce bas monde, c'est en dehors des règles. [Abdel L. Abberline] [FINIE] Empty
Ach. 13 : La seule façon raisonnable de vivre en ce bas monde, c'est en dehors des règles. [Abdel L. Abberline] [FINIE] Empty
Ach. 14 : La seule façon raisonnable de vivre en ce bas monde, c'est en dehors des règles. [Abdel L. Abberline] [FINIE] Empty
Ach. 15 : La seule façon raisonnable de vivre en ce bas monde, c'est en dehors des règles. [Abdel L. Abberline] [FINIE] Empty
Ach. 16 : La seule façon raisonnable de vivre en ce bas monde, c'est en dehors des règles. [Abdel L. Abberline] [FINIE] Empty
Ach. 17 : La seule façon raisonnable de vivre en ce bas monde, c'est en dehors des règles. [Abdel L. Abberline] [FINIE] Empty
Ach. 18 : La seule façon raisonnable de vivre en ce bas monde, c'est en dehors des règles. [Abdel L. Abberline] [FINIE] Empty
Ach. 19 : La seule façon raisonnable de vivre en ce bas monde, c'est en dehors des règles. [Abdel L. Abberline] [FINIE] Empty
Ach. 20 : La seule façon raisonnable de vivre en ce bas monde, c'est en dehors des règles. [Abdel L. Abberline] [FINIE] Empty
Mar 13 Fév - 13:53


Spoiler:
 



D’un point de vue externe, tu es souvent qualifié de personne froide, après tout ce n’était pas comme si tu étais quelqu’un de très ouvert, de chaleureux ou autres. Et cela est accentué par ton côté solitaire, tu préfères la compagnie des livres que celui des hommes. Puis, quand tu es en la compagnie de quelqu’un, qui n’est pas client, tu n’es pas la personne la plus sympathique. A vrai  dire tu ne dois pas trop savoir comment l’être, sauf par écrit et encore. Tu te montres sarcastique, légèrement amère dans beaucoup de choses. Dans les autres tu te montres stricte, têtu mais pas seulement avec les autres, non tu l’es aussi avec toi-même. Tu es une personne sévère qui exige le maximum de chacun que cela de tes employés ou toi-même. Tu n’es pas la personne la plus populaire, loin de là même et cela malgré que tu ne sois pas trop désagréable à regarder. Mais ton caractère en insupportes plus d’un.

Tu ne crois pas spécialement en tes congénères, sûrement du à ton enfance, le début de ton adolescence et même de ta vie d’adulte. Tu es même un véritable misanthrope dans ton genre, mais d’une certaine façon regarder les autres de loin, te rend plus observateur, bien que tu ais du mal avec l’analyse des relations humaines. Du moins tu n’es pas un expert. Pourtant tu as lu beaucoup lu sur la psychologie humaine. Si tu ne t’étais pas orienté vers le droit, tu aurais fais des études pour devenir psychologue.

Tu te montres de temps à autre méprisant, brutale et cruel dans tes propos, les insultes cachés ne sont jamais loin. Mais tu les dis rarement à voix haute, tu as une image à garder. Une image confiante, et ça tu l’es, hein ? Tu connais tes capacités et tes limites sur nombres de choses, bien qu’il t’arrive comme à tout le monde de te dévaloriser et cela sûrement à cause des humiliations subites dans ta jeunesse et de ça.  Grave et autoritaire, tu as tout de même gagné un certain charisme et en influence, tu n’es plus l’enfant maladroit que tu étais. Tu te montres distant et rares sont les personnes qui arrivent à te toucher –sentimentalement parlant. Mais les rares qui y arrivent peuvent très facilement te blesser, t’énerver et te faire réagir. Tu tentes de le cacher, et si on aurait pu croire que tu aurais appris à avoir un masque parfait, c’est faux. Tu as bien du mal à dissimuler tes sentiments aux gens très observateurs ou ceux qui te connaissent. Cependant les étrangers ont tout de même du mal à te déchiffrer. Il faut dire que tu n’es pas très clair, ni même honnête avec toi-même. Tu es devenu trop fier à force d’être blessé, et tu as du mal à admettre tes erreurs, tes sentiments…

Tu es le style de personne à ne jamais oublier ce qu’on t’a fait, à vouloir te venger même des années après ce qui a causé ta colère ou ta peine. Autant dire que tu pourrais gagner le titre de la personne la plus rancunière au monde. Cependant, tu es aussi une personne de confiance pour tes proches, tu es une tombe pour les secrets que l’on te confie. Enfin la majorité du temps, après tout tu restes humain et ils ne sont pas infaillibles hein ? Très consciencieux dans tout ce que tu fais, surtout concernant ton travail, tu te montres un peu trop perfectionniste et maniaque. Les résultats, des bons résultats c’est que tu attends de toi et tes collègues. Hors de question d’être à la traîne et de laisser la possibilité à quelqu’un de voler les clients de ton cabinet… Tu as un assez bon esprit d’analyse quand tu ne te laisses pas submerger par la haine ou la colère. Heureusement, la méditation et le sport  peuvent faire des miracles, n’est ce pas?

Comme dit un peu plus haut, tu es maniaque. Et cela est amplifié par ta légère mysphobie. Ainsi tu te laves les mains sûrement plus que quiconque, par quasiment tout le temps des gants à l’extérieur… Tu es incapable d’ouvrir les portes sans tes goûts, partager à boire ou à manger avec une autre personne… Et ne parlons pas de relations charnelles. Cette phobie et ton passif ne t’ont pas donné goût aux plaisirs charnels. Pourtant, tu ne peux t’empêcher de te trouver un partenaire d’un soir pour une séance violente et douloureuse. Tu as besoin de te sentir sali. De revivre ces moments horribles de ta préadolescence. A chaque fois que ça arrive tu te dégoûtes. Et tu rejettes violemment ton partenaire. Partenaire qui ne sont que des hommes. Pourtant, tu n’es pas attiré par les hommes à la base. tu préfères même le corps des femmes, mais tu es incapable de les toucher dans cette optique. Au fond tu es une personne fragile et forte à la fois, un vrai contraste. Mais quoi qu’il arrive tu te protèges derrière une coquille de froideur et sévérité –qui s’émiette facilement.

Tu culpabilises facilement, mais tu ne le diras pas, tu ne t’excuseras pas. Pas si tu peux l’éviter.

Ton côté sombre et violent, ton désir de vengeance et de justice pour ce qu’il t’est arrivé, t’ont poussé à mettre un masque la nuit pour punir les criminels. Ceux qui échappent à la justice car des preuves ont été refusé, qu’ils sont riches… Tu complètes la justice, là où le gouvernement ne peut agir, tu seras là. Cependant, tu n’es pas un héros lumineux, arborant un sourire brillant, incarnant l’espoir d’un monde meilleur. Non, tu es juste un homme brisé qui vengera ses semblables.
Nom : Abberline
Prénom : Abdel
Âge : 32 ans
Groupe : Humain à don
Métier : Avocat le jour & Justicier la nuit
Orientation sexuelle : kékecé? vladsexuel? Homosexuel
Avatar :  Demian sackcloth and ashes

Pseudo(s) : Sergueï 1er du nom
Âge : 23 ans
D'où viens-tu ? : D'ici o:
Un avis ? : je dois rétablir la justice.
Mot de passe :


Si tu devais donner un nom à ton pouvoir cela serait: Sirène. Non pas comme les femmes poissons, non plutôt celles qui avaient été maudites par les dieux, transformées en femmes oiseaux. Elles étaient capables d'attirer tous les marins à porter de voix, les désorientant et les faisant s'échouer avant de les dévorer. Malheureusement pour toi, ton don n'est pas exactement comme le leur. Non, ton don est particulier. Ce n'est pas juste ta voix, mais toi dans ton entier qui fait chavirer le coeur des Hommes et leur raison au passage. Ta voix, ton odeur, ton physique, ton regard, ton toucher, tout cela les rend fou. Fou de désire pour toi. Quand ton pouvoir, cette malédiction s'enclenche tu deviens la chose qu'ils désirent le plus au monde. Tu éclipses l'amour de leur vie, leur plus grand rêve, tu deviens leur soleil, leur centre de gravité, leur raison de vivre. Cependant, tout le monde n'agit pas de la même manière face à ce qu'il désire le plus. Nous ne pouvons comparer la réaction d'un enfant, d'un adolescent ou d'un adulte. Chacun à une réaction particulière. Certains, les plus nombreux, voudront tout faire pour plaire, obéissant à ses envies et ordres. D’autres voudront t’enfermer pour te garder juste pour eux, tel leur précieux. Quelques rares personnes te fuiront... Mais il existe un autre groupe de personnes, qui eux préfèreront le détruire, plutôt te détruire que te voir dans les mains d'une autre personne, que te voir les rejeter.  Et ces réactions peuvent devenir plus violentes selon si tu laisses libre court à ton pouvoir... Imaginons que tu te laisses aller en plein milieu d'un stade rempli de spectateurs, que se passerait-il ? Cela pourrait tourner au carnage, non?

« Il n'y a qu'un pas pour passer de justicier à criminel. »

Caractère



♥️Ton plus vieux souvenir remonte à assez longtemps, enfin tu ne sais plus trop quel âge tu avais. Tu te souviens juste que tu regardais dans le bureau de ton père, Abraham Abberline. Ton grand frère s’y trouvait. Il devait avoir 16 ans à ce moment là et était en train de se faire disputer. Ses notes avaient baissé, de très peu mais assez pour ne plus être premier. C’était inadmissible pour ton père. Il était furieux, après tout ton frère devait reprendre l’entreprise familiale. Puis ça avait fini par se tasser et ton père t’avait surpris après le départ du plus grand. Son regard s’était fixé sur toi et tu t’étais senti minuscule face à cet homme sévère et froid, exigeant que le meilleur. Il s’était penché sur toi et sa main immense s’était abattu sur ton crâne.

« Ne t’inquiète pas Abdel, tu n’as pas à travailler dur. Fait juste attention à toi. »

Puis il était parti sans se retourner, te laissant dans ce long couloir, seul. Tu t’étais senti délaissé ? Moins important ? Mis de côté ? Un tumulte de sentiments faisait rage en toi. Pourquoi était-il différent avec toi? Etait ce ton petit corps malingre, le fait que tu tombais si facilement malade et que tu silencieux et passif contrairement à ton frère ?  C’est ce que tu penses, et peut être que tu as raison… ou alors c’était parce que tu étais le petit dernier, même pas une roue de secours, juste l’enfant pour contenter ta mère, hein ? Le petit bébé de Laurence, celui qu’elle pouvait chouchouter autant qu’elle voulait.

♥️ Parlons maintenant d’un autre sujet qui fâche, l’école. Le primaire et le collège furent un véritable cauchemar hein ? Ton physique ne s’était pas amélioré, loin de là même. Tu avais désormais de grosses lunettes rondes, tu étais toujours aussi petit et tu avais pris du poids. Beaucoup de poids. Car tu mangeais trop, tu mangeais pour compenser, pour remplacer l’affection de ton père Abraham, car ta mère te donnait tout ce que tu voulais… Il y a tellement de raisons, hein ? Puis tu étais le fils à ton mère, le petit garçon prêt à pleurer, celui qui restait sur le côté en silence, le sans pouvoir… Si tu avais été ignoré la majorité du temps, un jour tout avait changé. Tu avais appelé le professeur « papa » et les autres élèves s’étaient moqués… Malheureusement ça ne s’était pas arrêté, hein ? Ils t’appelaient fils à papa, pleurnichard, binoclard. Puis certains avaient commencé à te pousser, à te faire des croche-pieds, tu étais mis volontairement sur le côté… Tu en vivais beaucoup pour un petit enfant. Mais tu ne t’étais pas plaint, tu n’avais rien dit, ni à tes professeurs, ni à tes parents, ni à tes frères. Tu t’étais juste refermé sur toi-même. Tu te réfugiais dans les toilettes ou dans la bibliothèque. La lecture te sauvait un peu, te permettait de t’imaginer vivre ailleurs, dans un autre monde, là tu pouvais être ce que tu voulais, avoir des amis, même une amoureuse !

♥️En passant au collège rien n’avait changé, cela avait même empiré. Tu t’étais pris des seaux d’eau, tu faisais les corvées des autres et tu te faisais racketter régulièrement. Tu pouvais bien partager l’argent de ta famille avec tes « amis » après tout ! Tu étais même devenu l’esclave d’un groupe, obéissant au moindre ordre. Puis ce n’était pas tout, tu avais l’impression d’être un étranger pour ta famille, une vermine qui squattait leur maison, non ? Tu ne supportais plus ni ton frère, ni tes parents. Et la seule qui s’inquiétait, Laurence, tu le rejetais violemment. Tu l’avais entendu en parler à ton père, mais celui avait reniflé avant de déclarer d’une voix grave : « C’est l’adolescence, tu ne devrais pas t’inquiéter ». Tu avais senti la moutarde te monter au nez, pourquoi dire ça ? Il ne savait rien de toi ! Tu n’avais plus discuté avec lui depuis des jours ! Des mois même ! Si tu n’avais jamais été proche de lui, du moins de ton point de vue, là c’était pire. Tout changea en dernière année. Tu avais 14 ans et le monde s’écroula. Ton pouvoir s’enclencha alors que tu faisais face au chef de la bande qui s’en prenait à toi. Jusqu’à maintenant ton pouvoir ne s’était jamais déclaré. Et là, c’était comme s’il explosait après avoir été retenu si longtemps. Le garçon t’avait tout d’abord fixé sans rien faire. La main restée figée en l’air alors qu’elle s’apprêtait à te frapper. Puis ses yeux étaient devenus noirs de désir, un sourire tordu avait remplacé l’expression colérique. Tu t’étais mis à trembler et tu ne pus que fermer les yeux quand le plus grand se jetta sur toi tel un être dément.


♥️”L’accident” comme l’appelait ton père t’avait changé. Tu ne supportais plus d’être touché. Tu ne supportais plus le monde. Tu avais été hospitalisé pour te remettre physiquement et mentalement. Les soignants restaient vigilants à tes côtés. Certains car ils avaient peur que tu attentes à ta vie et d’autres de peur que tu ne les envoûtes. Les parents du “Garçon” disaient que c’était ta faute. Que leur “gentil garçon” n’aurait jamais fait ça sans ce pouvoir diabolique. Ca avait fait un scandale, pouvait ton punir l’autre jeune homme alors qu’il avait été influencé par un pouvoir? Surtout un jeune homme populaire, brillant et gentil comme lui? Tu avais ri en entendant ça. Un rire de fou. Un rire désespéré. Un rire accompagné de larmes. Pour toi il était un monstre. Et cela bien avant ton don… Mais personne n’y croyait. Ses amis l’avaient protégé bien entendu. C’était lui le démon. Surtout que le garçon semblait traumatisé par ce qu’il avait fait, lui aussi était à l'hôpital dans un service en psychiatrie ! C’était lui qui l’avait rendu “cinglé”. Tout était donc de TA faute.



♥️ Tu restas trois ans à l’écart du monde. Demeurant chez tes parents, tu étudiais chez toi à l’aide d’un professeur à domicile. Coupé du monde, tu perdis du poids, tu perdis les traits de l’enfance pour laisser place à un joli adolescent, puis un bel adulte. Tu ne remis un pied dehors qu’après de longue séance avec un psychologue, des séances de méditation et des cours de self-défense. Tu avais repris confiance en toi. Tu avais su avancer. Du moins c’est ce que tu dis. Pourtant tu n’as jamais retrouvé d’avant. Pas que tu le voulais. Après tout qui voudrait redevenir un gosse qui se faisait harceler par ses camarades hein? Grandi, changé, tu fis des études dans le droit. Désirant travailler dans la justice pour protéger les victimes comme toi. Tu n’avais aucune envie que quelqu’un qui n’y était pour rien se fasse accuser pour quelque chose qu’il ne contrôlait pas. Tu passes ces années de fac sans véritablement te lier à quelqu’un, juste de quoi avoir des relations et des “amis” à qui tu ne ferais jamais totalement confiance, avec qui tu ne serais jamais véritablement proche. Une fois le diplôme en poche, tu fus engagé dans un cabinet dans lequel tu avais un stage excellent.


♥️ C’est lorsqu’un énième criminel fut libéré alors que tous étaient conscients qu’il était coupable, que tu décidas que d’agir. Si la justice ne pouvait punir ou intervenir, toi tu allais le faire. C’est donc à l’aube de tes 26 ans que tu devins un justicier. Vêtu de noir, cagoulé, ganté, tu retrouvas le criminel qui buvait avec des personnes tout aussi peu recommandables. Il riait de la police, de la justice. Tu attendis dans l’ombre, guettant le moment où il serait seul. C’est lorsqu’il se retrouva dans une ruelle que tu le frappas. Un tesson de bouteille en plein dans l’arrière du crâne. Il tomba à genoux dans un grognement. Il bougeait encore un peu. Le voix à tes pieds, vulnérable, tu eus un sourire. Tu lui donnas un coup de pied, le faisant se tourner sur le côté. Il devait souffrir. Souffrir comme sa victime et la famille de celle ci. Tu t’arrêtas quand il ne bougeait plus. Respirait-il seulement ?


♥️ Les nuits dédiées à la vengeance se multiplièrent. Tu repérais tes proies le jour grâce à ton boulot, aux journaux , aux rumeurs et en écoutant la station radio de la police. Tant que la police et la justice ne feraient pas leur boulot, tu serais là.


Histoire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
achievements
Invité
Mar 13 Fév - 14:45


bienvenue / rebienvenue o/
Revenir en haut Aller en bas
avatar
achievements
Invité
Mar 13 Fév - 16:28


*bave sur son futur chéri* Roh qu'il est beau ! Roh qu'il est fort ! Roh qu'il est sexyyyy !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
achievements
Invité
Jeu 15 Fév - 12:18


Alors tout d'abord. Rebienvenue petit misanthrope victimisé bwahaha !
Ton personnage est juste... Super triste ! Alors demandons vite à Vlad d'en prendre soin. J'aime beaucoup ce pouvoir enchanteur, et il va faire des merveilles. ❤️
En tout cas, très beau personnage ! yeah


Je te conseille de passer sur le recensement de l'avatar ! De plus, si tu es concerné par les pouvoirs, fais y un tour. Nous t'invitons par la même occasion à te trouver un ou des compagnons de rp, ainsi que de faire ta fiche de relation si l'envie t'en dit ! De plus, va aussi activer ta fiche de personnage dans ton profil, c'est important, c'est comme avoir un mini CV partout avec soi ! Amuses toi bien !
Revenir en haut Aller en bas
achievements
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers: