La vie n’a pas besoin d’être parfaite, elle a juste besoin d’être vécue - Anna (OVER)
Annarietta Kovačić
A terminé sa fiche rapidement
Mafieux
Conteur débutant
Clown
Nounou
Double Kill
24
achievements
Humain à don
Ach. 1 : A terminé sa fiche rapidement
Ach. 2 : Mafieux
Ach. 3 : Conteur débutant
Ach. 4 : Clown
Ach. 6 : Nounou
Ach. 7 : Double Kill
Ach. 8 :
Ach. 9 :
Ach. 10 :
Ach. 11 :
Ach. 12 :
Ach. 13 :
Ach. 14 :
Ach. 15 :
Ach. 16 :
Ach. 17 :
Ach. 18 :
Ach. 19 :
Ach. 20 :
Age : 24

Mar 27 Mar - 16:21


Annarietta Kovačić

Nom & Prénom Kovačić Anna Henrietta, Annarietta pour les intimes.
Âge 32 ans.
Métiers Elle tient un restaurant dans l'avenue commerçante, ce n'est cependant qu'une couverture pour sa véritable activité : organiser des jeux d'argents de manière totalement clandestine dans le sous-sol de son établissement.
Orientation sexuelle Ça dépend de son humeur.
Groupe Humains à don

3 qualités Avenante - Charismatique - Rusé
3 défauts Orgueilleuse  - Cynique - Manipulatrice

Avatar Oshino Shinobu - Monogatari.



POUVOIR
Vous n’avez jamais rêvé d’être jeune à jamais ? Une utopie pour certains, une réalité pour notre petite blondinette si l’on en croit ses dires. En effet, Annarietta possède un pouvoir à faire pâlir de jalousie toutes les petites jouvencelles qui rebutent la vieillesse, comme la peste. Pour se donner un genre, mademoiselle a renommé sa capacité « Jouvence », sans doute pour égayer les convoitises et se forger sa légende, celle de la demoiselle qui ne vieillit que si elle le souhaite. La vérité est ailleurs, malheureusement pour elle.

Annarietta vieillit, mais elle peut choisir de changer de peau si elle le souhaite et revêtir l’apparence de son « elle » d’antan. Elle peut apparaître sous les traits d’une la petite fillette ingénue qu’elle était lorsqu’elle n’avait que huit ans ou bien celle de cette adolescente pleine d’enthousiasme, prête à croquer la vie à pleines dents. Bien évidemment elle peut tout aussi bien choisir de conserver son apparence classique : celle de la belle femme qu’elle est réellement : en plein dans la trentaine, dans la force de l’âge pourrait-on dire. Ce don est une bénédiction comme une malédiction, mais ça… mademoiselle en ignorait les conséquences lorsqu’elle l’utilisait à foison, tant pis pour elle. Aujourd’hui, son utilisation se fait avec parcimonie, car elle craint les conséquences de l'abus de son pouvoir, peut-être plus que de perdre une partie au jeu qu’elle affectionne tant.

Jouvence a un défaut, une énorme faille qui fait qu’Annarietta hésite systématiquement avant de l’utiliser. Quels sont les risques de rajeunir sa personne me diriez-vous ? Il n’y en a qu’un, mais c’est un inconvénient majeur : un trouble de la personnalité. Comment cela se transcrit-il en pratique ? Simple comme bonjour, la personnalité générée par sa transformation physique se voit devenir totalement aléatoire. Annarietta peut tout aussi bien arborer son apparence classique pour se retrouver avec la personnalité d’une gamine à peine assez grande pour savoir comment on fait les bébés. Mais cela peut tout aussi bien être l’inverse : elle peut se montrer au monde sous les traits de son elle enfant, pour se retrouver avec le caractère, l’expérience et la maturité d’une adulte qui a déjà vécu bien des choses.

Jouvence… quelle bonne petite plaisanterie ! Le pouvoir de la belle blonde est une bombe à retardement, viendra peut-être le jour où elle se retrouvera coincée sous les traits de la gamine qu’elle était il y a quelques années, pour finalement ne jamais revenir à son âge initial… Annarietta espère de tout cœur que ce jour n’arrive jamais… mais… l’avenir est incertain.



MENTAL
Il est dit que la pomme ne tombe jamais loin de l’arbre. Les mauvaises langues diront que cela n’est pas toujours pour le mieux, mais Annarietta se fiche bien de ce que l’on pense d’elle. Son orgueil agit comme une carapace aux médisances prononcées à son égard. Elle est cependant bien consciente de son fort caractère, mais elle estime que cela ne fait que renforcer son charisme, pas sûr que tout le monde soit d’accord avec elle, mais l’on peut au moins affirmer une chose : le charme de la belle blonde est indéniable. Sa beauté vous captive, son langage vous ensorcelle et alors que vous lutiez de toutes vos forces pour ne pas succomber vous ne faites que tomber dans son piège encore plus facilement. Oui, Annarietta est une manipulatrice, une maniaque du contrôle qui ne recule devant rien pour prendre le moindre ascendant sur quelqu’un. Paradoxalement, la belle peut se montrer très avenante sans pour autant avoir quelconque arrière pensé, elle sait tout de même reconnaître ses limites. Il n’y a qu’un endroit au monde où elle refuse tout simplement de perdre la moindre once de contrôle : son établissement. Tous les détails doivent être réglés avec une minutie qui frôle la perfection sinon quoi il se pourrait bien que la blondinette pique une colère que tout le quartier puisse entendre si elle y met du sien. Son orgueil ne vient pas seulement du fait qu’elle ne perd que très rarement, il vient aussi des flatteries qu’elle peut entendre de certains pour rentrer dans ses bonnes grâces. Elle se fiche bien de savoir si ces compliments sont hypocrites, elle les accepte de bon cœur avec ce sourire dont elle a le secret. Ce petit rictus qu’elle arbore sans cesse qui est une énigme pour tous ceux qui ne sont pas des intimes de la demoiselle : serait-elle d’humeur facétieuse ? Serait-elle d’humeur exécrable ? Serait-elle en train de réfléchir à la meilleure façon de vous plumer ? Seule une poignée d’individus ont la réponse à cette question et soyez-en sûrs, ces personnes-là sont triées sur le volet.

Les chiens ne font pas des chats, jamais cette expression n’aura été plus pertinemment employée lorsque l’on cherche à savoir d’où vient le caractère bien trempé de cette sulfureuse blondinette. Mademoiselle est le portrait craché de son père adoré. Son papounet comme elle aime bien l’appeler. Ivan Kovačic était un homme célèbre, pas forcément pour les bonnes raisons, mais sa légende est bien réelle : l’invaincu d’Ariesten. On dit de lui qu’il a pris sa retraite parce qu’il a connu la défaite des mains de sa propre fille. Sa fierté en ayant prit un coup si grand qu’il refuse d’affronter quiconque depuis. La vérité dans tout cela ? Voyons voyons, vous imaginez bien que ce petit secret de famille est bien gardé. Pour en entendre la teneur, il doit venir de la bouche d’un des deux intéressés. Or… pour cet événement bien particulier, les lèvres sont scellées. Mais passons, la fille tient du père son caractère bien trempé et son talent pour le jeu. Pour ce qui est du charme et de la prestance… oh disons que c’est de famille. Mais qu’a-t-elle hérité qui tient uniquement de sa mère me direz-vous ? Les rares bons aspects de sa personnalité : ses petits moments d’altruisme, son sens de la négociation, les quelques fois où elle se montre bienveillante sans aucune intention de vous attraper dans ses filets. Disons que sa mère lui a transmis le minimum de tendresse dont elle-même doit faire preuve pour ne pas froisser systématiquement son monde.

En bref, Annarietta fascine autant qu’elle consterne. En tant que patronne elle fait l’unanimité, elle traite son personnel avec égard, car elle estime qu’elle a besoin d’eux au moins autant qu’ils ont besoin d’elle. En tant que joueuse, c’est un monstre de sang froid impitoyable, qui refuse la défaite. En tant qu’organisatrice de parties clandestines elle respecte son rôle, elle ne doit pas briller, mais faire en sorte que ses invités veuillent revenir, elle laisse donc son charme opérer. Comment elle est elle dans le cadre de sa vie privée ?

Aie aie aie.
C’est un bordel monstre si vous saviez.
Venez le découvrir, ça vaut le détour, paraît-il.



HISTOIRE
Residence Kovačić.
Sous-sol.
24 ans plus tôt.


— Anna Henrietta Kovačić, tu reviens tout de suite, la partie n’est pas terminée.
— Mais papa !
— Pas de mais qui tienne ! Fais voir ta main !
— J’ai une paire de rois !
— Brelan d’as, je gagne !
— Oh bah tiens quelle surprise !

Son cher papounet était fier, pour la première fois Annarietta avait fait preuve d’ironie. Il avait également une autre raison d’être satisfait, sa fille faisait d’énormes progrès bien qu’elle n’avait toujours pas réussi à ne remporter ne serait-ce que la moindre main. Durant cette énième partie, Ivan fut fidèle à sa réputation : impitoyable alors même qu’il jouait contre la prunelle de ses yeux, sa petite princesse, sa fille adorée. Son trésor, qu’il partageait tant bien que mal avec la femme de sa vie cependant. Celle-ci supportait difficilement de voir sa fille piquer une crise à chaque défaite, mais elle estimait que connaître le goût de la frustration ne pouvait pas être une mauvaise chose, ne serait-ce que pour que sa fille s’y habitue rapidement et ne devienne pas une petite pourrie gâtée, bien qu’elle était éduquée comme une véritable petite princesse. Bien qu’elle ne le montrait que très peu, Luna Kovačić était également très fière de sa petite poupée, elle devenait de plus en plus forte et semblait montrer de véritables prédispositions pour le poker. Et tandis qu’elle faisait le pied de grue non loin de ses deux énergumènes préférés, elle ne pouvait que sourire à l’évocation de ce fameux dicton que son mari affectionnait tant : la pomme ne tombe jamais loin de l’arbre. Ivan avait raison, Annarietta n’était qu’une gamine, mais déjà elle montrait un talent certain pour ce jeu de cartes tellement cher aux yeux d’Ivan. Mais alors que Luna brûlait d’impatience pour annoncer que le dîner était prêt, l’amour de sa vie se lança alors dans une nouvelle longue tirade à destination de sa fille qui n’écoutait cependant que d’une oreille :

— Écoute ma chérie, il faudrait déjà que tu arrêtes de gesticuler sur ta chaise sans arrêt. Un joueur digne de ce nom ne s’agite pas à la moindre difficulté. Il ne montre pas d’émotions, même dos au mur. Il faut rester stoïque en permanence. Si tu arrivais ne serait-ce que dix minutes, ça serait déjà une victoire pour toi.
— J’ai faim.
— Ah la sale gosse elle s’en tape de ce que je raconte !
— Ivan…
— Non, mais j’hallucine, je me tue à lui apprendre les ficelles du métier et voilà comment elle remercie !
— Hé oh, Ivan…
— Non, mais elle se rend compte de ce que je fais pour elle ?! Elle a l’honneur, que dis-je, le privilège d’apprendre le poker auprès de l’invaincu et…
— IVAN KOVAČIĆ !
— AH. Pardon mon amour, je t’écoute.
— Le dîner est prêt. On t’attend à l’étage.
— Où est la petite ?
— T’avais qu’à écouter elle a dit qu’elle avait faim. Elle est avec Carmen à l’étage, elle déguste son plat préféré.
— C’est Carmen qui a cuisiné, pas toi ?
— Oui.

Il n’en fallut pas plus pour que Ivan se rue à l’étage. Il faut dire que la cuisine de leur chef était un véritable délice… tout le contraire de Luna, à son grand désarroi. La génitrice d’Annarietta avait d’autres qualités, mais la cuisine n’en était manifestement pas une, raison pour laquelle elle prenait des leçons auprès du chef du restaurant de la famille, sans pour autant faire des progrès… sans doute qu’elle n’est tout simplement pas faite pour ça. Bref, la petite famille se retrouva donc à l’étage afin de déguster un plat dont seule la chef Carmen en avait le secret. Celle-ci se trouvait d’ailleurs dans la même pièce avec les Kovačić profitant de sa présence, elle déposa un petit baiser sur la joue d’Anna, avant de lui caresser tendrement sa longue chevelure blonde. Carmen avait beau n’être qu’une employée au sein du restaurant, pour les propriétaires de ce lieu, elle faisait partie de la famille. Elle avait donc des passe-droits qu’aucun autre employé n’avait, notamment celui de dorloter l’héritière du « Royal d’Ariesten ». Un nom un peu ronflant je vous l’accorde, mais… fidèle à la réputation de la famille. Alors qu’Ivan fut irruption dans la pièce, Carmen en profita pour lui passer un petit savon :

— Ivan ! Arrête d’emmerder ta fille avec le poker ! Apprends-lui des trucs utiles, comme la cuisine ou comment on fait des gosses !
— Mais t’es dingue, elle a huit ans la gamine ! Et puis je ne sais pas cuisiner, c’est pour ça qu’on t’a engagée je te rappelle.
— … si seulement tu pouvais avoir la même élégance que ta femme.
— C’est pas l’élégance qui fait que personne ne peut me battre Carmen, je serais poli le jour ou quelqu’un aura un challenge digne de ce nom à me proposer.
— Annarietta, prends des forces, dans dix minutes t’y retournes, tu dois foutre une raclée à ce merdeux !
— Mais tata Carmen !
— Je plaisante princesse. Tata Carmen t’a préparé ton dessert préféré !
— Oh ouiiiiii ! Merci tata ! Je t’aime tata !
— Tu vois petit merdeux, c’est comme ça que tu gagnes les grâces de quelqu’un !
— Elle a huit ans la gamine, pour elle la vie se résume à ce qu’elle va manger demain et après-demain.
— Bah tiens ! Tu vas me faire croire qu’elle n’est pas plus maligne que ça ?
— Huh… non. Blague à part, c’est un prodige. C’est ça qui m’énerve, elle a un talent monstrueux, mais elle s’obstine à se contenter de la médiocrité.
— Oh arrête tes conneries. Elle n’a que pour seul adversaire un petit emmerdeur invaincu, pas étonnant qu’elle pique une crise à chaque fois qu’elle perd. Surtout qu’elle n’a certainement jamais gagné.
— Et c’est tant mieux. Du moment qu’elle déteste perdre, je vais pouvoir en faire quelque chose de cette petite princesse.
— T’as intérêt à bien t’occuper de ta fille Ivan… sinon tu auras affaire à moi !
— Reçu cinq sur cinq.
— Tata Carmen !
— Oui mon ange ?
— Elle est où Aria ?
— À la maison ma chérie.
— Pourquoi ?
— Parce qu’elle est punie ma chérie.
— Pourquoi ?
— Oh j’ai hâte de voir comment tu vas la négocier celle-ci…
— La ferme toi ! Eh bien elle a fait des bêtises et donc elle est punie à la maison.
— Mais qui lui fait à manger du coup ?

Ivan ne put s’empêcher d’éclater de rire. Sa petite princesse avait le don pour poser des questions farfelues. Bien que cette absence peinait Annarietta, elle se contentait tant bien que mal des explications fournies par celle qu’elle nomme tante Carmen. Elle termina donc son repas et alla se coucher, frustrée d’avoir encore perdu face à son père, mais tout de même consciente que pour la première fois, elle lui avait donné un peu de fil à retordre. Pas mal pour une gamine de huit ans.

Residence Kovačić
Sous-sol.
14 ans plus tôt.


— Oh bah tiens, encore gagné ! Pauvre petite Aria !
— Oh la ferme petite emmerdeuse, tu joues depuis que t’es gamine !
— Oh, mais… qu’est-ce que je sens ? Ça sent la frustration à plein nez non ? Ça sent la défaite aussi ! T’en fais pas ma petite Aria un de ces quatre tu remporteras une main. On y croit !
— Mais quelle petite chieuse ! Ah, mais comment tu ramènes moins ta fraise quand tu te prends des fessés par ton père !
— Euh… déjà c’est pas le sujet hein ! Là on parle de ta défaite ! Pourquoi t’as perdu à ton avis ?
— J’sais pas, t’avais une paire et j’avais que dalle ?
— Et pourquoi j’ai gagné à la partie d’avant alors que t’avais une paire et que j’avais que dalle ?
— Je me suis couchée alors que j’aurais pas dû, je sais merde !
— Ton problème chère Aria est le suivant : tu te dis systématiquement que la meilleure main gagne au poker ! Tu joues les probabilités alors que c’est pas le but. C’est pas ma main que tu dois battre…
— C’est ta petite frimousse suffisante que je vais cogner si tu ne parles pas plus clairement !
— On se calme ! Au poker on ne joue pas les cartes, on joue l’adversaire, la meilleure main ne gagne pas systématiquement.
— Quoi tu veux dire que tu m’as eu au bluff ? Mais quelle surprise ! Tu me saoules c’est pas drôle de jouer avec toi !
— Quoi tu veux jouer avec mon père ? Eh pour une fois que je peux faire ma fière je ne vais pas m’en priver ! Et puis sache que je donne vraiment du fil à retordre à mon père maintenant ! Il commence à montrer ses petits tics d’impatience, encore un peu de temps et je vais lui damer le pion à coup sûr !
— Ses… tics ? De quoi tu parles ?
— Oh soit dit en passant, c’est adorable cette petite manie que tu as d’enrouler une mèche de tes cheveux autour de ton index quand tu es stressée. Classique, mais adorable.
— De quoi ?
— Tout à l’heure quand on parlait de nos conquêtes, tu disais que tu n’avais personne en ce moment… c’est pas bien de mentir à ta meilleure amie !
— Mais… comment tu…

Et alors qu’Annarietta lui fit un petit clin d’œil tout en imitant la façon qu’à Aria d’enrouler une petite mèche de ses cheveux autour de son index, son interlocutrice gonfla ses joues et lui tira la langue en guise de réponse. Aria n’appréciait que très peu le fait que sa meilleure amie se serve d’elle comme cobaye pour jouer au poker, mais elle admettait cependant que cela la distrayait et lui faisait oublier tous les petits tracas du quotidien. Aria enviait beaucoup de choses à sa meilleure amie. Annarietta avait été éduqué comme une princesse, elle en était devenue aussi orgueilleuse et manipulatrice que charismatique. Cependant, bien qu’elle avait parfois un comportement à la limite du supportable, il fallait aussi avouer que sa compagnie était rafraîchissante et que peu de personnes pouvaient se vanter d’être aussi drôles et emmerdantes à la fois. Oui, Annarietta n’était pas parfaite, loin de là, mais Aria l’aimait comme la sœur qu’elle n’a jamais eue. Elle avait d’ailleurs décidé de travailler pour elle lorsqu’elle aura repris le business familial. Aucune chance pour que le « Royal d’Ariesten » ne soit repris par quelqu’un d’autre que son héritière : Anna Henrietta Kovačić. Tout le monde le savait, personne n’osait contester ce fait. Et puis après tout… elle en a les qualités. Aria hésitait cependant sur la capacité de sa meilleure amie à se trouver plus avenante. Mais ce qu’elle redoutait le plus, c’est sa capacité de faire des concessions. À ce jour, impossible de savoir si Annarietta se montrera capable de faire des compromis. Cela l’inquiétait ; tellement qu’elle en avait touché un mot à sa mère, celle que tout le monde connaît sous le nom de Carmen, la chef du restaurant et la personne la plus proche de la famille, sans aucun doute. C’est alors qu’Aria décida de se faire sa propre idée sur la question. Comment ? En questionnant l’intéressée pardi !

— Princesse Anna Henrietta !
— Arrête de m’appeler comme ça !
— Quoi, t’es pas la petite princesse à son papa et sa maman ?
— Dans l’absolu si, mais quand tu dis ça on dirait que tu me prends pour quelqu’un de supérieur à toi, et cette idée ne me plaît pas !
— Oh, mais c’est qu’elle est mignonne quand elle le veut la petite !
— C’est ma main dans ta figure que tu cherches ?
— Oh attends, mais… mais ça sent la petite colère là non ? Oh ça y est, la princesse va nous taper une crise !
— Arrête euh !
— Bon maintenant que j’ai ton attention. Tu comptes faire quoi quand ta mère en aura marre de gérer le restaurant ? Et surtout quand t’auras enfin battu ton père, prions pour que ce jour n’arrive jamais sinon tu vas être insupportable !
— Plus que maintenant ?
— Oh putain ouais ! J’en mettrais ma main à couper tiens !
— T’es chiante ! Et pour répondre à ta question… je n’y ai jamais songé jusqu’à maintenant. Mais si les choses sont bien faites… je dirais que je reprendrai l’affaire… mais j’y ajouterai ma petite touche personnelle.
— Quoi, tu vas plumer les gens au poker ?
— Je ne vois pas de quoi tu parles.

Ah le voilà ! Elle l’attendait ! Ce petit rictus insupportable. Ce sourire en coin que personne n’arrivait à déchiffrer, personne si ce n’est sa meilleure amie bien entendu. Aria avait beau adorer Annarietta, elle détestait ce rictus, plus que tout. Plus que les colères de sa meilleure amie, plus que son arrogance, plus que son obsession de la victoire, elle haïssait ce sourire en coin plus que n’importe quel mensonge odieux. Elle aurait préféré voir Annarietta hurler ce mensonge qu’elle attendait, plutôt que de voir ce rictus ignoble se dessiner sur ses lèvres. Cette fois, elle ne put s’empêcher de lui faire remarquer…

— Arrête avec ce sourire en coin et n’essaye même pas de me raconter des conneries ! Tu vas vraiment le faire ?
— Ah tu vois… toi aussi tu peux voir certains tics quand tu t’y mets.
— Je te connais surtout mieux que personne, même mieux que tes parents. On s’était promis de ne jamais se mentir !
— Parle pour toi.
— Ok très bien, mea culpa ! Oui je sors avec quelqu’un !
— Très bien, mea culpa, oui ma petite touche personnelle sera bien ce que tu penses.
— Pas moyen de te raisonner ?
— Pas moyen de me dire avec qui tu fricotes ?
— Non.
— Alors non.
— Très bien.
— On rejoue ?
— Non. Tu m’as saoulée !
— Aria ?
— Oui princesse ?
— Tu m’aimes toujours ?
— Qu’est-ce que tu racontes ? Je ne t’aime pas. Je t’adore.
— Ooooh, tu sais comment parler aux femmes toi !
— On se calme minette, allez viens je vais te préparer ton dessert préféré !
— Bah pourquoi ?
— Parce que tu as gagné, comme d’habitude.
— Oh Aria, ma petite Aria, tu es mon ange gardien !
— T’as intérêt à bien me payer quand je bosserais pour toi !
— Oui chef, bien-chef ! Reçu cinq sur cinq chef !

Oui, Aria adorait Annarietta. Elle supportait tous ses mauvais côtés et chérissait tous les moments passés avec elle. Elle souhaitait simplement que jamais sa relation avec elle ne change. Elle souhaitait ne jamais voir sa meilleure amie devenir comme son père : Ivan. Elle fera tout son possible pour que cela n’arrive jamais. Ça serait du gâchis de voir une belle petite blondinette devenir un monstre obsédé par le seul fait de battre l’unique adversaire qui lui tient tête. Puisse-t-elle ne jamais changer et rester à jamais cette petite princesse insupportable, que l’on ne peut haïr.

Residence Kovačić.
Sous-sol.
5 ans plus tôt.


— Bon je me couche, t’as gagné, encore !
— Je commence à avoir des scrupules à te battre tout le temps.
— Moi je pensais que t’allais devenir encore plus dingue que ton père, mais au final, depuis que tu lui as tenu la dragée haute tu t’es assagie. On pourrait presque croire que tu es devenu plus mature.
— Ah ouais donc maintenant y’a même plus de tours de chauffe tu commences direct par un crochet en pleine poire.
— Roh si on peut plus plaisanter ! Blague à part princesse, le « Royal » prospère, c’est tout à ton honneur, j’avais des doutes sur ta capacité à reprendre le business, mais… tu m’impressionnes.
— Merci, mais c’est grâce à mon petit ange gardien qui veille à ce que je ne fasse pas de bêtises. Les mérites doivent aussi te revenir Aria, tu fais un travail de dingue et tu prends même le temps de t’occuper de tes mioches, tu m’en bouches un coin.
— Ah mais ça c’est parce que j’ai une patronne qui me fait confiance, pas vrai princesse ?
— Je fais ce que je peux en tout cas.
— Tiens, Anna Henrietta Kovačić qui se montre modeste ? Qui êtes-vous et qu’avez-vous fait de ma meilleure amie ?
— Je ne vais pas me lancer des fleurs à longueur de journée non plus, mon orgueil a ses limites.
— Première nouvelle !
— Bon ça suffit les vannes là !
— Tata Anna ! Tata Anna ! Je peux monter sur tes genoux ?!
— Oh, mais voilà ma petite bouille d’amour ! Bien sûr mon ange monte sur les genoux de tata Anna !
— Et la voilà complètement gaga…

Cette petite bouille d’amour ? Meline la fille d’Aria. Un petit rayon de soleil qui égaye la journée de notre blondinette à chaque fois qu’elle a le plaisir de la voir. Inutile de préciser qu’à la naissance de la petite, Annarietta a été désignée comme sa marraine sans une seule seconde d’hésitation de la part de sa meilleure amie, même si le père en a fait toute une histoire, mais bon… Aria ne comptait pas se laisser faire là-dessus, aucune chance. Tandis que la fillette s’installait sur les genoux de sa marraine, celle-ci en profita pour ébouriffer sa chevelure brune, avant de déposer un baiser au sommet de son crâne. Elle la laissa jouer avec les cartes qu’elle avait en main tout en adressant un clin d’œil amusé à sa meilleure amie qui semblait se délecter de cette scène. La vie d’Annarietta avait pris une tournure importante quelques années auparavant. Sa mère en ayant eu assez de gérer le restaurant donna une chance à sa fille. Mais alors que l’on pensait qu’elle n’arriverait pas à gérer cette responsabilité, la blondinette se montra à la hauteur des espérances. Non sans l’aide de sa meilleure amie évidemment à qui elle avait promis la place de sa mère si celle-ci décidait de prendre sa retraite… ce qu’elle fit. Et voilà que les jeunes prennent la place des aînés pour donner un second souffle au « Royal » qui l’avait bien mérité. Quant à Ivan… eh bien… disons que le géniteur de notre princesse blondinette était un sujet de conversation épineux à aborder, même avec sa meilleure amie, c’est vous dire si les relations entre sa fille et lui sont tendues. Mais qu’importe, Annarietta a d’autres chats à fouetter maintenant, son père n’est plus l’obsession qui était sur le point de la consumer quelques années auparavant. Elle peut se concentrer sur ce qui est réellement important : gérer son restaurant.

— Princesse ?
— Oui ma chérie ?
— Ah, tu ne râles pas parce que je t’ai appelée comme ça ? Je commence sérieusement à croire que quelqu’un a kidnappé ma Annarietta pour mettre un imposteur à la place !
— Je ne râle pas en présence de ma petite bouille d’amour, nuance ! Meline ? Fais un bisou à tata Anna !
— Oui tata !

Les deux amies de toujours pouffèrent de rire en cœur et Annarietta exposa sa joue afin que sa filleule y dépose un bisou. La demoiselle y répondu en frottant son nez contre celui de Meline, avant de lui redonner des cartes pour qu’elle s’amuse avec. En face d’elle, Aria regarda ce spectacle avec une tendresse toute particulière… elle était heureuse de voir sa meilleure amie aussi radieuse, heureuse de voir qu’après toutes ces années, princesse Anna semblait comme figée dans le temps, son visage ne montrait aucun signe de vieillissement, son sourire était toujours aussi malicieux et elle était toujours aussi ingérable. Annarietta n’avait pas changé, elle était un tantinet plus mature qu’avant, mais sa personnalité n’avait pas changé d’un iota, pour le grand bonheur d’Aria. Mais depuis quelque temps, une question lui taraudait l’esprit. Elle chercha le bon moment pour aborder le sujet, mais n’eu jamais trouvé l’instant adéquat pour en parler avec sa princesse préférée. Quelques jours avant cette petite soirée improvisée, Aria se jura de lui en toucher un mot. Elle profita donc de ce moment passé seule avec son amie pour lui poser la question qui lui trottait dans la tête depuis cette période :

— Princesse ?
— Arrête de tripoter tes cheveux Aria et pose ta question maintenant sinon on va y passer la soirée.
— Tu n’as jamais pensé à… comment dire…
— Faire un gosse ?
— Mais… mais… mais comment t’as deviné ma question ?
— Te connaissant je me doutais bien que tu allais me demander ça un jour ou l’autre, surtout que tu me vois complètement folle d’amour de ta petite Méline. Je me suis fait le fil dans ma tête des questions qui pourraient te stresser. Et sachant que la petite est avec nous… je te voyais mal me poser des questions à propos de… enfin tu vois.
— Un jour ou l’autre on en reparlera de ça crois moi. Mais oui, tu es certainement… je ne sais pas la meilleure marraine de tous les temps. Méline est folle de toi ; bon visiblement c’est réciproque.
— Oui. Aie ! Méline ne tire pas sur mes cheveux s’il te plaît.
— Pardon tata !
— C’est pas grave mon ange, mais fais attention.
— Qu’est-ce que je disais ! Folle de toi. Même tes cheveux elle en est dingue.
— Toi aussi t’en es dingue.
— Oui nan, mais moi j’en suis jalouse c’est pas le même sentiment d’admiration que je ressens.
— Tututu, pas de chichi avec moi Aria, y’a pas de quoi être jalouse de moi, pour quoi que ce soit. Laisse-moi te dire une bonne chose. Pour moi tu es un exemple que tout le monde devrait suivre et t’avoir à mes côtés est une véritable chance. Pour tout dire, je ne sais pas ce que je ferais sans toi et sans Méline.
— Tu vas me faire rougir princesse ! Mais d’où ma question, si je suis un exemple, pourquoi ne pas aller au bout des choses et avoir ton propre petit bout de chou.
— Aria… tu sais bien que je ne peux pas.
— Alors non je ne sais pas justement ! Si tu parles de ton pouvoir, sache que je trouve ça idiot de te priver de ce cadeau de la vie juste pour te pavaner dans ta peau de fillette ou d’adolescente ! Tu pourrais tout aussi bien arrêter de faire ça pour de bon et prendre la vie un peu plus au sérieux.
— Aria. Bien que j’apprécie que tu me dises le fond de ta pensée, tu dois comprendre que mon pouvoir n’est pas le seul frein. Je ne me sens pas prête à avoir un enfant, l’étape de la conception est une autre histoire en revanche…
— Arrête de te réfugier derrière tes blagues ! À un moment donné il faut grandir princesse ! Tu ne seras pas jeune à jamais et il faudra que tu réfléchisses sérieusement à la question. Si tu es capable d’être une marraine formidable pour Méline, être une mère du même acabit n’est pas quelque chose d’inaccessible.
— Aria… s’il te plaît… laisse-moi tranquille avec ça…

Et c’est alors qu’elle le vit. Annarietta n’eut pas besoin d’en dire davantage, la réponse à la question d’Aria se lisait sur le visage de son amie. Elle se lisait sur les larmes perlant le long de ses joues légèrement rosées. Tandis qu’elle utilisa la manche de son haut pour les faire disparaître d’un rapide balayage de tissu, Aria comprit alors ce que son interlocutrice voulait lui faire comprendre. Elle lui disait la vérité, son pouvoir n’était pas le seul frein, il y avait quelque chose d’autre. Mais quoi ? Pendant de longues minutes, la brunette s’interrogea à ce sujet. Elle fut pris d’hésitation alors qu’elle voulu en avoir le cœur net en demandant à sa meilleure amie où elle voulait en venir… mais elle estima finalement qu’il valait mieux la laisser tranquille, comme elle le lui avait demandé, les larmes aux yeux. Elle se leva alors de sa chaise pour prendre la tête de sa meilleure amie dans ses bras, sans dire un mot… elle la serra simplement fort contre sa poitrine, comme pour lui demander pardon. Annarietta fit mine de ronronner comme pour lui indiquer qu’elle acceptait ses excuses, et les deux jeunes femmes reprirent leurs discussions habituelles, sans jamais aborder le sujet qui taraudait Aria par la suite.


Cela fait cinq ans maintenant. Cinq ans qu’Aria se refuse chaque jour à reposer cette même question qu’elle avait tentée de poser à la marraine de sa fille toutes ces années auparavant. Annarietta se mura dans son silence à ce sujet, car elle estimait que ce qui lui arrivait était la meilleure des réponses. Le contrôle de son pouvoir lui échappe, peut-être même qu’elle n’a jamais véritablement réussi à dompter ce don. Toujours est-il que de nos jours, Aria se demande chaque jour avec quelle Annarietta elle aura affaire. Sous quels traits, sous quelle personnalité ? Elle ne sait pas comment sa meilleure amie arrive à gérer cette situation, mais elle arbore toujours le même sourire. Ce petit sourire en coin qu’elle hait plus que tout. Ce petit rictus qui n’aura jamais changé malgré le poids des années. Peu importe sous quels traits elle se présente, Annarietta arbore cette même expression stoïque qu’un joueur de poker doit avoir s’il veut triompher. Quel était ce proverbe déjà ? Ah oui… la pomme ne tombe jamais loin de l’arbre. Ivan Kovačić aura finalement fait de sa fille ce qu’il désirait. Une joueuse au sang froid monstrueux, une impitoyable gagneuse et surtout, une femme au caractère bien trempé. Son portrait craché. Fort heureusement, même si la pomme n’est pas tombée loin de l’arbre, elle n’est pas tombée suffisamment près pour que ce père puisse la saisir et la croquer. Annarietta a encore une chance de faire réellement quelque chose de sa vie si elle le souhaite. L’avenir nous dira si la blondinette en a suffisamment dans le crâne pour faire les bons choix. Car tout le monde n’est pas de son côté comme peut l’être Aria…


DERRIÈRE LE PC
Pseudo(s) Aona - Anna, comme vous le sentez xD.
Âge 23 piges.
Comment as-tu connu le forum ? J'crois que je fouinais dans un top-site si ma mémoire est bonne.
Un avis ? C'beau, c'cool, ça me plait bien en tout cas ! Pis vous êtes accueillant et ça, ça fait plaisir **
Mot de passe

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
achievements
Invité
Mar 27 Mar - 16:24


Bonjour, biienvenue, je t'aime. *mic off.*

(Sinon, hésite pas à nous poser tes questions sur Discord. 8D Bon courage pour terminer ta fiche. ♥️)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
achievements
Invité
Mar 27 Mar - 16:46


Bienvenue

Je pourrai faire des extras chez toi?
Revenir en haut Aller en bas
Annarietta Kovačić
A terminé sa fiche rapidement
Mafieux
Conteur débutant
Clown
Nounou
Double Kill
24
achievements
Humain à don
Ach. 1 : A terminé sa fiche rapidement
Ach. 2 : Mafieux
Ach. 3 : Conteur débutant
Ach. 4 : Clown
Ach. 6 : Nounou
Ach. 7 : Double Kill
Ach. 8 :
Ach. 9 :
Ach. 10 :
Ach. 11 :
Ach. 12 :
Ach. 13 :
Ach. 14 :
Ach. 15 :
Ach. 16 :
Ach. 17 :
Ach. 18 :
Ach. 19 :
Ach. 20 :
Age : 24

Mar 27 Mar - 17:47


Zo' - Moooow *câlin* Mercii !

Cynn - Aaaaah je suis pas contre un peu de chair fraîche ! Plaisanterie à part, avec plaisir !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
achievements
Invité
Mar 27 Mar - 17:54


Aaaah ce pouvoir est vraiment tiptop! feu
Bienvenue Anna! ♫ Ton avatar est tout simplement sublime, je fonds ! feu
Revenir en haut Aller en bas
Ach. 1 : Histoires terrifiantes
Ach. 2 : Aventurier valeureux
Ach. 3 : Dépensier
Ach. 4 : Money money
Ach. 6 : Mafieux
Ach. 7 : Saltimbanque
Ach. 8 : Top Voteur
Ach. 9 : Victime
Ach. 10 : Vilain petit canard
Ach. 11 : Birthday
Ach. 12 : Arbre Mojo
Ach. 13 : Acteur
Ach. 14 : Artiste
Ach. 15 : Voyageur
Ach. 16 : Habitué des lieux
Ach. 17 : Chouchou de Gnome
Ach. 18 : Nounou
Ach. 19 : Quadra Kill
Ach. 20 : Antiquaire
Mar 27 Mar - 17:57


BONJOUR & BIENVENUE

Je t'aime voilà.
Tu sais que je veux un lien pour faire un super duo Oooh
Ton pouvoir est génial, j'adore et j'ai hâte de le voir en action in rp !
J'attends la suite avec impatience!

VOILA
BON COURAGE mouton
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
achievements
Invité
Mar 27 Mar - 18:15


fangirl fangirl fangirl

Olalala des jeux d'argent ~ Je sais où mettre la fortune de Galway :suchwow:

Bienvenue glasses:
Revenir en haut Aller en bas
Annarietta Kovačić
A terminé sa fiche rapidement
Mafieux
Conteur débutant
Clown
Nounou
Double Kill
24
achievements
Humain à don
Ach. 1 : A terminé sa fiche rapidement
Ach. 2 : Mafieux
Ach. 3 : Conteur débutant
Ach. 4 : Clown
Ach. 6 : Nounou
Ach. 7 : Double Kill
Ach. 8 :
Ach. 9 :
Ach. 10 :
Ach. 11 :
Ach. 12 :
Ach. 13 :
Ach. 14 :
Ach. 15 :
Ach. 16 :
Ach. 17 :
Ach. 18 :
Ach. 19 :
Ach. 20 :
Age : 24

Mar 27 Mar - 21:01


Ghost - Merciiii ! Btw le tien est tout aussi top ! bave

Serg - Partner in crimes ! glasses:

Galway - Mais... mais... mais que vois-je, serait-ce un joueur potentiel ?! yesyes
Merciii ! hola
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
achievements
Invité
Mar 27 Mar - 22:09


Heya ! Bienvenue Anarietta, j'espère que tu te plairas ici !

Au passage, il y a un truc sur laquelle je me pose une question mais... Les parties de poker clandestines, c'est pas illégales? '^'

Attention, car j'vais demander à Mars et s'il me confirme que oui, j'vais débarquer avec lui pour rétablir la JUSTICE ! superman

Bref, à part ça, j'ai hâte quand même de plus être le seul avec un nom imprononçable ! mexica

Allez, moi j'y vais ! c'est tout pour moi, je repars sur le dos d'un sushi ! sushi
Revenir en haut Aller en bas
Annarietta Kovačić
A terminé sa fiche rapidement
Mafieux
Conteur débutant
Clown
Nounou
Double Kill
24
achievements
Humain à don
Ach. 1 : A terminé sa fiche rapidement
Ach. 2 : Mafieux
Ach. 3 : Conteur débutant
Ach. 4 : Clown
Ach. 6 : Nounou
Ach. 7 : Double Kill
Ach. 8 :
Ach. 9 :
Ach. 10 :
Ach. 11 :
Ach. 12 :
Ach. 13 :
Ach. 14 :
Ach. 15 :
Ach. 16 :
Ach. 17 :
Ach. 18 :
Ach. 19 :
Ach. 20 :
Age : 24

Mer 28 Mar - 3:15


Ah mais bien entendu que c'est illégal, enfin en tout cas à mon sens ça l'est oopsie
Mais chuuuuut, faut pas le dire !

Bon sinon j'pense que j'ai terminé ! Pour ce qui est de l'histoire je me suis dis qu'écrire quelques passages importants de sa vie pouvait être sympatoche, j'espère que ça vous plaira et que y'aura pas trop d'incohérences, je me suis relu donc j'ai pu limiter le peu que j'ai vu mais on sait jamais stare

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
achievements
Invité
Mer 28 Mar - 10:02


Je passe vite avant qu'on te valide ta fiche pour te dire bienvenue ! D8 *a la bourre pour changer* Il se pourrait que je vienne aussi te gratter lien/rp ovo <3
Revenir en haut Aller en bas
avatar
achievements
Invité
Jeu 29 Mar - 15:53


Alors tout d'abord ! Je te souhaite une bienvenue officielle ! ❤️

Ton personnage comme je te l'ai dit est génial. Genre vraiment extra. J'adore tes descriptions et la façon avec laquelle tu as traité ton histoire. Ton écriture est fluide et ça se lit merveilleusement bien. Ton personnage semble aussi attachant que sulfureux. Ça me rend toute chose ohlala ! En tout cas, te voilà validée !


Je te conseille de passer sur le recensement de l'avatar ! De plus, si tu es concerné par les pouvoirs, fais y un tour. Nous t'invitons par la même occasion à te trouver un ou des compagnons de rp, ainsi que de faire ta fiche de relation si l'envie t'en dit ! De plus, va aussi activer ta fiche de personnage dans ton profil, c'est important, c'est comme avoir un mini CV partout avec soi ! Pour rejoindre notre discord c'est pas ici que ça se passe : https://discord.gg/aSZNgT
Amuse-toi bien !
Revenir en haut Aller en bas
achievements
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers: