Kriegspiel – À la Recherche d’un Espoir Utopique [ Terminée ]
avatar
achievements
Terrien
Ach. 1 :
Ach. 2 :
Ach. 3 :
Ach. 4 :
Ach. 6 :
Ach. 7 :
Ach. 8 :
Ach. 9 :
Ach. 10 :
Ach. 11 :
Ach. 12 :
Ach. 13 :
Ach. 14 :
Ach. 15 :
Ach. 16 :
Ach. 17 :
Ach. 18 :
Ach. 19 :
Ach. 20 :
Mer 14 Nov - 19:31


Kiyo « Kriegspiel » Obayashi


Nom : Kriegspiel
Pseudonyme : Kiyo Obayashi
Âge : 18 ans
Métiers : Ex-Leader de MATE & Farceur & Joueur d’échecs
Orientation sexuelle : Asexuel
Groupe : Terriens
Hybridité : //
3 qualités : Altruiste – Intelligent – Comique
3 défauts : Menteur – Sournois – Autodestructeur
Avatar : Kokichi Oma (Danganronpa V3)
Pouvoir
▬ Darkness Lightning
Pouvoir, doux pouvoir, ténébreux pouvoir. Pouvoir qui semble s’être développé au contact de ses amis. Ses amis qu’il appelle sa famille. Pouvoir découlant d’un désir de protéger et de guider. Un éclair noir s’est abattu, tel un orage sans lumière, mais qui parvient à éclairer le chemin de ceux auxquels il tient quand même.

« Darkness Lightning » est le nom qu’il a donné à ce tonnerre empli d’obscurité. Crépitant comme un brasier électrique, il ne s’agit pourtant que de la foudre agglutinée autour de lui semblable à un barrage contenant l’eau prête à se déverser. Et s’il est relâché, un torrent noir infernal explose similaire à une onde de choc se répandant sur une bonne distance. Les lumières vacillent et s’éteignent. Leur énergie est absorbée pour régénérer cet orage proche de l’électricité.

Mais ce n’est qu’une onde de choc inoffensive. Digne d’une ouverture dans une partie d’échecs. On ne sait pas à quoi on doit s’attendre jusqu’à ce que l’adversaire lance l’attaque. Le véritable désastre n’arrive qu’à ce moment-là. Tel un paratonnerre, l’énergie volée revient jusqu’à lui avant de s’envoler tel un oiseau déchaîné vers le ciel pour entrer en contact avec le premier nuage qu’il trouve.

La météo qui n’annonçait aucune pluie vient de se charger brutalement d’une sombre énergie. Comme attirés, d’autres nuages grisâtres s’amoncèlent, laissant l’orage s’étendre à travers eux, accumulant davantage et davantage d’énergie. Le tonnerre gronde, et avant que qui ce soit ait le temps de penser « Il va pleuvoir. », la foudre s’abat tout autour de lui. De sa couleur noire comme la nuit, elle effraye, elle terrifie, elle paralyse. Mais elle ne blesse pas. Elle éblouit malgré sa noirceur d’encre et offre un passage à ceux qu’elle protège pour fuir.
Mental
Le petit garçon sait qu’il a tout l’air d’un enfant, enfant, enfant. Et il voit ça à la fois comme un avantage, avantage, avantage, et un désavantage, désavantage, désavantage. Parce qu’il n’est pas question qu’il se laisse dominer, dominer, dominer. Ça serait complètement hors de caractère. Ancien Leader, Leader, Leader, il ne reçoit d’ordre de personne. C’est même plutôt l’inverse, l’inverse, l’inverse. Il est celui qui en donne, et il n’accepte pas qu’on lui désobéisse.

Derrière son attitude enfantine et espiègle, un terrible manipulateur et menteur se cache, cache, cache. Mensonges, mensonges, mensonges. Il en est composé pratiquement entièrement, entièrement, entièrement. Sa vie, il la fonde sur des mensonges toujours plus complexes, complexes, complexes. Dans lesquels il peut se perdre, perdre, perdre. Oublier, oublier, oublier. C’est ce qu’il cherche, cherche, cherche. Et il entraîne juste les autres dans son univers tourbillonnant, tourbillonnant, tourbillonnant.

Un sourire doux, un sourire diabolique, un sourire timide, un sourire affectueux, un sourire… peu importe. Il maîtrise, maîtrise, maîtrise une immense gamme de sourires divers et variés. Mais un sourire sincère, sincère, sincère… aucune chance qu’il en fasse un. Ses émotions, il les dissimule à la perfection, perfection, perfection. Impossible de savoir ce qu’il pense réellement, réellement, réellement. Et peut-être que c’est mieux ainsi, mieux ainsi, mieux ainsi. Car personne ne voudrait entrer dans son esprit délirant, délirant, délirant.

Intelligent, il l’est. Probablement trop, car ça le détruit, détruit, détruit à petit feu. Son cerveau n’est jamais calme, calme, calme. C’est un réseau de scénarios interconnectés. Telle une machine, il se met à jour, à jour, à jour suite à une nouvelle information. Des scénarios corrects, des scénarios erronés, des scénarios totalement hilarants et comiques, sans sens… tous liés, liés, liés ou séparés, séparés, séparés en fonction des gens et de leurs actions autour de lui. Il ne compte plus le nombre de scénarios qu’il est parvenu à prédire, prédire, prédire juste en se basant sur des schémas reconnus.

Fatiguant, fatiguant, fatiguant. C’est épuisant d’avoir un esprit toujours actif, actif, actif. Certes, ça lui est bien utile pour analyser, analyser, analyser rapidement certaines choses. Avant même que ces choses soient considérées comme utiles, utiles, utiles pour les autres. Mais parfois, parfois, parfois, il souhaiterait vraiment l’éteindre. Il ne laisse jamais personne savoir à quoi il pense, pense, pense. Il ne se laisse jamais avoir par l’imprévu, l’imprévu, l’imprévu. Une fois a suffi, suffi, suffi.

Se basant sur la logique, il ne laisse pas de place aux sentiments. Il les étouffe, étouffe, étouffe au fond de son cœur. Pour que jamais rien de tel qu’il a vécu ne se reproduise, reproduise, reproduise et l’affecte à nouveau, nouveau, nouveau. Par conséquent, il n’accorde pas sa confiance non plus, non plus, non plus. Il prend plutôt un malin plaisir, plaisir, plaisir pour agacer les autres avec ses farces à tout bout de champ. Et pourtant, pourtant, pourtant. Qui sait, qui sait, qui sait. Qu’au fond de ce petit être, un véritable cœur est là, là, là. Attendant, attendant, attendant d’être découvert.

Car il est plus altruiste, altruiste, altruiste que n’importe qui dans ce bas monde, littéralement. Tous les individus, qu’il les connaisse ou non, il les fait largement, largement, largement passer avant lui-même. Il fait toujours, toujours, toujours de son mieux pour les protéger. Et c’est bien pour cette raison, raison, raison que son pouvoir est inoffensif. Pouvoir qui défend et guide. Comme le Leader qu’il s’est toujours promis d’être.

Contrairement à lui également, il ne supporte pas que les gens mentent, mentent, mentent ou se mentent, se mentent, se mentent à eux-mêmes, au point de pouvoir le deviner avec une aisance incroyable. Il déteste aussi qu’on lui mente, à lui, lui, lui, plus que tout. Un poil rancunier, rancunier, rancunier sur les bords. Les gens qui blessent, blessent, blessent autrui, il ne les aime pas. Il fera de son mieux pour attirer l’attention, l’attention, l’attention sur lui, comme le méchant qu’il est supposé être.

Par ailleurs, il est étonnamment propice, propice, propice aux pensées suicidaires de toutes sortes. Sa logique implacable passe son temps à se battre, se battre, se battre avec le reste de sa mentalité enfantine. Il s’auto-insulte, insulte, insulte, s’auto-rabaisse, rabaisse, rabaisse couramment et intérieurement. Il se juge lui-même totalement inutile, inutile, inutile dans ce monde, qu’il ferait juste mieux de disparaître, disparaître, disparaître car ça ferait un déchet de moins dans cet univers. Et plus que tout, il aimerait rejoindre sa « famille », dont il a régulièrement des hallucinations qui lui disent, disent, disent de vivre pour eux, ou le conseillent, conseillent, conseillent.
Histoire
Il est seul, le petit garçon, il est seul. Tout seul, terriblement seul. Seul, seul, seul. Mais ce n’est pas un problème, un problème. Il est habitué après tout, tout, tout. Tout va bien. Le tonnerre gronde sourdement. Il vogue sur une mer noire et glaciale comme les profondeurs de l’océan. Peut-être qu’il va se faire engloutir, avaler d’un coup, se noyer. Mais non, non, non. Tout va bien. Tout va bien. Tout va bien. Il n’y a aucun problème. Aucun. Il est tout seul, ce n’est pas un souci, il peut survivre. Survivre, survivre, survivre. Il n’est pas certain d’en avoir même envie, envie, envie. En vie, oui, il est en vie. Peut-être qu’il devrait en profiter. La mer commence à s’agiter, s’agiter, s’agiter. Ça va devenir violent, il doit s’accrocher. Sauf qu’il n’y a rien pour s’accrocher. Il est juste là, au milieu d’un vaste univers rempli d’eau. De l’eau, de l’eau, de l’eau. Elle goutte. Un ‘ploc’ régulier. Douce mélodie rompue par les brassages de plus en plus forts de la mer. Il va chavirer.



« Kriegspiel ! »

Appel, appel, appel. Appel qui vient d’une voix familière. Esprit brumeux du réveil, nageant de toutes ses forces pour remonter à la surface. Retrouver ses repères. Finalement, finalement, finalement, un grognement retentit. Le petit garçon emmitouflé sous la couverture ne veut pas quitter son lit bien chaud, chaud, chaud. Il est bien au chaud. Bien, bien, bien. Tout va bien. Non. C’est un mensonge. Il sent qu’on le secoue par les épaules, son nom étant répété encore et encore. Non. C’est définitivement un mensonge. Il ouvre péniblement les yeux en gémissant. Gémir, gémir, gémir. Arrêter de se plaindre. Ça ne changera rien, rien, rien.

« C’est bon, je me lève, Skewer. »

Les mains qui le secouent s’évanouissent sans laisser de trace, de trace, de trace. Le garçon regarde autour de lui. Rien à signaler, signaler, signaler. Il a juste rêvé. Ça arrive à tout le monde, tout le monde, tout le monde. C’était bien un mensonge. Mais tout va bien. Il peut le surmonter. Surmonter, surmonter, surmonter. Non, il ne le peut pas. Mais il est monté quand même. Avec ce faible espoir. Espoir de pouvoir recommencer, recommencer, recommencer. Peut-être que c’est trop demandé. Il n’est certainement pas le bienvenu ici, ici, ici.

Des flashs, flashs, flashs. Du sang, sang, sang. Des questions, questions, questions. Pas de réponse, réponse, réponse. Des larmes, larmes, larmes. Pourquoi, pourquoi, pourquoi. Leader déchu, déchu, déchu. Sa « famille », « famille », « famille ». Partie, disparue, envolée. Volée. On lui a volé ce qui était le plus cher, cher, cher. Sans aucun remord. Impossible, impossible, impossible. Il ne sait pas comment une telle chose a pu arriver. Il était absent pile ce jour-là, jour-là, jour-là. Un piège, piège, piège. Prémédité contre eux, forcément.

Ses ennemis, il ne les connaît pas. Il a songé, songé, songé. Songé à les chercher, à venger ses subordonnés. Sa « famille ». Il les a trouvés, trouvés, trouvés, ses ennemis. Il sait qui ils sont. Il sait où ils se cachent. Pensées recouvertes d’un brouillard noir comme l’orage. Un plan, plan, plan. Il en a un. Suicidaire, suicidaire, suicidaire. Combo assassinat-suicide. Il ne survivra pas à son plan solitaire. Ça lui est égal maintenant, maintenant, maintenant. Armé de son pistolet arc-en-ciel, il réalise qu’il ne peut rien faire, faire, faire. Blocage, blocage, blocage. Hallucination, hallucination, hallucination.

Sa « famille » l’a arrêté au moment d’exécuter son plan. Horreur, horreur, horreur. Davantage de larmes, larmes, larmes. Échec, échec, échec. Il veut les rejoindre, rejoindre, rejoindre. Mais non, non, non. Ils ne lui autorisent pas ça. Tristesse, tristesse, tristesse. Dégoût, dégoût, dégoût, de soi-même. Honte, honte, honte. Déprime, déprime, déprime. Il veut mourir, mourir, mourir. Il tente un suicide solitaire. Sa « famille » l’arrête une nouvelle fois.

« Vis. »

C’est le seul mot que sa « famille » lui a dit. Dans un rêve, rêve, rêve. Il a ri, ri, ri. Avant de pleurer, pleurer, pleurer. Encore, encore, encore. Toujours plus, toujours plus, toujours plus. Il ne sait pas comment il est supposé vivre sans eux, eux, eux. Il ne sait pas comment démarrer une nouvelle vie, vie, vie. Il n’en a même pas envie, envie, envie. Malgré tout, il est monté, monté, monté. Avec le fragment d’espoir que sa « famille » lui a laissé, laissé, laissé. Espoir, espoir, espoir. Quelle utopie, utopie, utopie. Vaine, vaine, vaine. Comment il a pu croire qu’il allait être accepté. C’est idiot, idiot, idiot.

Chaque jour, il se réveille comme aujourd’hui avec le sentiment d’être plus seul que jamais. Seul, seul, seul. Il est seul, le petit garçon, il est seul.

« Stonewall… Zugzwang… Skewer… Zwischenzug… Undermining… Fegatello… Pin… Fork… Tempo… je suis désolé… tellement désolé… je suis un mauvais Leader… je n’ai pas su vous protéger… et maintenant, je suis tout seul… je me sens seul… abandonné sans vous… comment suis-je censé commencer une nouvelle vie dans ces conditions… »

Pourquoi toute cette histoire ne peut juste pas être un rêve, une illusion, un mensonge. Mensonge, mensonge, mensonge. Maître menteur. Cette nouvelle vie ne se basera que sur des mensonges, désormais. Ils n’ont jamais existé, existé, existé. Là est le meilleur moyen d’oublier, d’oublier, d’oublier. Mais cela est tellement plus facile à dire qu’à faire. « Kriegspiel » ne peut pas juste mourir et disparaître. « Kiyo Obayashi » ne peut pas juste le remplacer comme si de rien n’était. Un mensonge ne sera jamais la réalité, à moins d’y croire très fort, fort, fort. Et il n’est pas prêt, prêt, prêt. Pas prêt pour passer ça.

Telle est sa vie semblable à une partie d’échecs en attente d’un prochain coup à jouer.
En attente de l’inévitable échec et mat au bout.
Derrière le pc

Pseudo : Kriegspiel
Âge : 21 ans
Comment as-tu connu le forum ? : Nishishi ! Qui sait ~
Un avis ? : Hmm… non, aucun
Mot de passe :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
achievements
Dérivé
Ach. 1 :
Ach. 2 :
Ach. 3 :
Ach. 4 :
Ach. 6 :
Ach. 7 :
Ach. 8 :
Ach. 9 :
Ach. 10 :
Ach. 11 :
Ach. 12 :
Ach. 13 :
Ach. 14 :
Ach. 15 :
Ach. 16 :
Ach. 17 :
Ach. 18 :
Ach. 19 :
Ach. 20 :
Mer 14 Nov - 19:43


Rebienvenue parmi nous ! (Ou pas, ça se trouve t'es un nouveau, mais ce vava me dire un truc)

Déjà un personnage de Danganronpa donc c'est OOOOUUUUUUUUUUUUIIIIIIIIIIIIIII

J'aime beaucoup la manière dont tu as écrit la pres, ça donne vraiment un petit frisson... Et un avant goût de sa folie...

Hâte de le voir RP parmi nous !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
20
achievements
Cyborg
Ach. 1 :
Ach. 2 :
Ach. 3 :
Ach. 4 :
Ach. 6 :
Ach. 7 :
Ach. 8 :
Ach. 9 :
Ach. 10 :
Ach. 11 :
Ach. 12 :
Ach. 13 :
Ach. 14 :
Ach. 15 :
Ach. 16 :
Ach. 17 :
Ach. 18 :
Ach. 19 :
Ach. 20 :
Age : 20

Dim 25 Nov - 16:56


Bienvenuuuueeee !! ♥️

Oh je feel ton personnage bienvenue chez les dépressif Serrage de main virtuel

J'espère que tu vas te plaire parmi nous  Amitié
Vive le pouvoir de la foudre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
achievements
Ach. 1 :
Ach. 2 :
Ach. 3 :
Ach. 4 :
Ach. 6 :
Ach. 7 :
Ach. 8 :
Ach. 9 :
Ach. 10 :
Ach. 11 :
Ach. 12 :
Ach. 13 :
Ach. 14 :
Ach. 15 :
Ach. 16 :
Ach. 17 :
Ach. 18 :
Ach. 19 :
Ach. 20 :
Lun 26 Nov - 10:51


Bienvenue !  lovelykitty

T'es un Terrien, donc tu es quelqu'un de bien.
Bonne validation !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
a terminé sa fiche rapidement
Justicier
Mafieux
Saltimbanque
Touriste
Quadra Kill
22
achievements
Terrien
Ach. 1 : a terminé sa fiche rapidement
Ach. 2 : Justicier
Ach. 3 : Mafieux
Ach. 4 : Saltimbanque
Ach. 6 : Touriste
Ach. 7 : Quadra Kill
Ach. 8 :
Ach. 9 :
Ach. 10 :
Ach. 11 :
Ach. 12 :
Ach. 13 :
Ach. 14 :
Ach. 15 :
Ach. 16 :
Ach. 17 :
Ach. 18 :
Ach. 19 :
Ach. 20 :
Age : 22

Mer 5 Déc - 16:23


Coucou et rebienvenue parmi nous !
Désolée ça a pris un peu de temps pour valider ta fiche le temps que mon cerveau arrive à décrypter au milieu des échos dans tes phrases.
Ton personnage est sympathique comme tout, j'aime bien cette idée de pouvoir défensif !


Je te conseille de passer sur le recensement de l'avatar ! De plus, si tu es concerné par les pouvoirs, fais y un tour. Nous t'invitons par la même occasion à te trouver un ou des compagnons de rp, ainsi que de faire ta fiche de relation si l'envie t'en dit ! De plus, va aussi activer ta fiche de personnage dans ton profil, c'est important, c'est comme avoir un mini CV partout avec soi ! Pour rejoindre notre discord c'est pas ici que ça se passe : https://discord.gg/thZmcCN
Amuse-toi bien !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
achievements
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Kriegspiel – À la Recherche d’un Espoir Utopique [ Terminée ]
Page 1 sur 1

Sauter vers: