serendipity ▬ Loline ♥
 :: Alentours :: Le Temple
Hermès
achievements
Gardien cancer
Ach. 1 :
Ach. 2 :
Ach. 3 :
Ach. 4 :
Ach. 6 :
Ach. 7 :
Ach. 8 :
Ach. 9 :
Ach. 10 :
Ach. 11 :
Ach. 12 :
Ach. 13 :
Ach. 14 :
Ach. 15 :
Ach. 16 :
Ach. 17 :
Ach. 18 :
Ach. 19 :
Ach. 20 :
Sam 8 Déc - 22:45


serendipityHermès + Loline
Il y avait de l'agitation au temple. Il y en avait toujours eu, quelque part. Pourtant ces jours-là et plus que de raison, une ribambelle de curieux érudits fourmillait au cœur de l'auguste sanctuaire de Cancer. De près comme de loin, silencieux ou bien avides d'échanger hypothèses et suppositions, ils s'adonnaient à l'observation du dernier né guérisseur qui même s'il ne présentait de prime abord aucune étrangeté, était enveloppé par un voile de mystère sans précédent.

Le garçon, dont la naissance s'était passée sans encombre tout comme celles de ces aînés auparavant, présentait néanmoins et contrairement à ces pairs, un esprit bousculé par un inhabituel état de confusion. Capable de narrer avec précision et sans hésitation aucune des faits relatant d'une supposée vie antérieure, le trouble qui l'habitait se répandait comme une traînée de poudre dans l'enceinte du temple sacré. Il n'était pas une seule personne capable de chasser ces souvenirs factices de sa mémoire comme un coup de vent d'altitude balayait les cirrocumulus sur la toile azurée des cieux. Pas un prêtre, pas un gardien ou tout simplement un frère ou une soeur n'avait été en mesure de raisonner le puîné, s'il fallait seulement chercher à lui rendre la raison. Car finalement, ces évènements bien qu'obscures et énigmatiques demeuraient bien bénins et si ce n'était pas quelque part intéressants. Peut-être permettraient-ils à l'avenir d'appréhender avec plus de sérénité les naissances à venir de gardiens en nourrissant l'idée que l'imprévu pouvait toujours trouver sa place au cœur du procédé divin de leur création ?

Toujours était-il qu'Hermès, ainsi s'était-il présenté, c'était montré bien docile durant cette période de trouble. Ne cherchant pas même fuir la pluie d'interrogations, de doutes et de craintes que soulevait son existence même, il se laissa questionner et étudier durant deux jours entiers, après quoi il fut décidé d'éviter le sujet pour ne plus réveiller l'anxiété sous-jacente qui le secouait dès qu'il se heurtait à la réalité du monde et non à la sienne aux attraits oniriques.

Reconnu sans mal par ses confrères gardiens, il passa ainsi trois jours complets avec ses pairs dans le temple sans aucun contact avec le monde extérieur autres que certains visiteurs privilégiés et par là il fallait comprendre certains prêtres d'autres temples des Douze. Contrairement toutefois aux autres nouveaux nés pour qui le tout Ariesten était une notion innée qui leur venait à la naissance il avait fallu apprendre à Hermès les bases de l'histoire du paradis volant. D'un gardien finalement, Hermès possédait presque tous les attraits. Il était ancré en lui le besoin irrépressible d'aider son prochain et de préserver Ariesten et ses habitants du mal insidieux palpable qui se répandait sur l'île. Il était également capable de sentir et de reconnaître ses frères et soeurs autour de lui et enfin, son don se manifesta rapidement et sans aucune difficulté dans sa maîtrise ni appréhension de quelque nature qu'elle soit. Il n'y avait finalement pour briser la nature de la parfaite créature que la manifestation de souvenirs impossibles.

C'est au quatrième jour que les choses prirent un tournant encore une fois autre que ce qui avait été prévu. Hermès demeurait dans le temple, comme les jours auparavant. Assis en tailleur à même le sol de la bibliothèque nacrée de la maison divine de Cancer, il lisait en toute quiétude un ouvrage qui avait été placé entre ses mains et qui avait pour finalité de le plonger dans un autre univers que le sien, comme une passerelle entre son rêve et la matérialité d'Ariesten. On lui avait donné en guise d'atour un haut à manches trois quarts ainsi qu'un pantalon en lin blanc qui lui allait tout deux un peu grand sans pour autant donner l'impression qu'il se faisait avaler par ses propres vêtements. Hermès renvoyait ainsi une image de douceur juvénile, d'empathie et d'apaisement lorsque ses yeux céruléen balayait d'un regard les pages de son bouquin. Les autres habitants du temple se persuadait doucement que la bénigne folie qui l'avait possédé à la naissance l'avait finalement abandonné, mais il n'en était rien. S'il paraissait doux comme un agneau, assis-là dans les archives nacrées, la soif qui le prenait n'aurait su être tu par sa lecture bien qu'elle fut tout à fait charmante. Rien ne semblait pouvoir l'étancher, cette soif. Rien, pas une phrase ancrée, pas une parole enjolivée. Rien qu'il ne semblait connaître finalement ne pouvait faire taire ce qui l'agitait au plus profond de son âme. Il avait besoin de comprendre. Comprendre qui il était et pourquoi il était là car si on conférait un attrait divin à sa venue au monde, auquel il croyait bien volontiers, il ne pouvait s'empêcher de penser que cela ne suffisait pas. Et n'était-ce pas une chose des plus universelle que de vouloir savoir d'où l'on vient ?

Puis c'est le visage froissé d'inquiétude qu'un prêtre vint à sa rencontre et l'interrompit dans sa lecture. Le puiné leva un regard curieux en sa direction puis se leva sans hâte en s'aidant d'une main. L'aumônier, visiblement nerveux aux vues de la manière dont il ne pouvait s'empêcher de se triturer les mains, s'enquérit de savoir si le nouveau né ne s'était pas aventuré, tout en faisant fi des recommandations des paroissiens, à l'extérieur du temple.

- Tu n'es pas sortis seul sans nous en informer, tout de même ?

La fin de la phrase sembla mourir sur ses lèvres tandis que son langage corporel indiquait qu'il voulait absolument insister là-dessus. L'homme fit un pas vers lui et serra sa propre poigne après avoir entrelacé ses doigts. Pour réponse, Hermès se contenta de secouer la tête ce qui arracha un soupire de soulagement à son interlocuteur, qui malheureusement se murmura un peu trop fort à lui-même qu'il devait simplement s'agir d'une hurluberlue ayant eu vent de rumeurs.

─ Quelqu'un est venu au temple ?

Le garçon questionna en faisant à son tour un pas vers le prêtre, qui lui jugea bon de reculer et de lentement amener cette conversation à sa fin.

─ Il ne s'agit de rien dont tu dois te soucier, Hermès.

Loin d'être idiot, le gardien su immédiatement qu'on souhaitait encore l'écarter par peur de le chambouler. Comme s'il était aussi fragile que ça, il s'était pris à penser en lui-même.

─ Je pense que si, au contraire. J'aimerais savoir de quoi il s'agit. Ou bien même de qui. Si une personne s'est rendue au temple pour faire ma connaissance, je souhaiterais pouvoir la rencontrer. S'il vous plait.

Le prêtre se décomposa en un instant. Tentant d'endormir Hermès pour le raisonner et lui passer l'envie de s'intéresser à ce qu'il se tramait à l'extérieur de la bibliothèque, l'homme se répandit en explications avec suffisamment d'ouvertures pour mettre le sujet de leur conversation sur de nouvelles rails. Mais rien ne parut suffire et le garçon campa sur ses positions. Si bien qu'après mûre réflexions, le prêtre céda.

Tandis qu'ils longeaient tous deux les couloirs du temple, l'aumônier expliqua qu'une jeune femme s'était présentée à eux avec pour unique requête que celle de le rencontrer. Rien de particulièrement étrange puisque la nouvelle des circonstances obscures entourant sa naissance avait d'ors et déjà fait le tour de tous les temples et avait dû dans la foulée s'étendre aux villes voire même aux campagnes. Non, ce qui rendait la chose peu anodine était le fait qu'elle paraissait le connaître et connaissait même son nom. Hermès releva un sourcil, son intérêt définitivement piqué par cette inconnue dont il était d'autant plus pressé de faire la connaissance.

Et puis, au détour d'un couloir, elle se trouvait. Si son corps dépeignait une image d'introversion, il y avait comme une aura onirique qui l'entourait. Un quelque chose de familier, si familier à Hermès sans qu'il ne puisse être capable de mettre le doigt dessus. Cet air de rêve qui ne le quittait pas depuis sa venue au monde.

Puis lui aussi, d'un regard, eut l'impression infondée de l'avoir toujours connue. Alors que le prêtre continuait sa route sans encombre, le puiné lui s'était arrêté net sur place. Les deux pieds ancrés dans le sol, son regard vint se planter de celui de la jolie inconnue. Il fut comme frappé par un éclair d'amour irrépressible qui gonflait son coeur qui palpitait comme celui d'un petit oiseau. Il n'eut pas besoin qu'on lui explique ce phénomène pour savoir qu'il venait d'avoir un coup de foudre pour cette jeune fille. Un coup de coeur tout ce qu'il y avait de plus platonique, mais qui n'en restait pas moins un et sans doute décupler du fait que sa nature était inexplicable.

Incapable de réprimer l'émotion qui l'envahissait, Hermès sourit simplement d'un sourire doux à en fendre le cœur. Du premier regard il l'avait aimée.

made by MISS AMAZING. for hermès
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loline I. Edenfield
a fini sa fiche rapidement
22
achievements
Ombre
Ach. 1 : a fini sa fiche rapidement
Ach. 2 :
Ach. 3 :
Ach. 4 :
Ach. 6 :
Ach. 7 :
Ach. 8 :
Ach. 9 :
Ach. 10 :
Ach. 11 :
Ach. 12 :
Ach. 13 :
Ach. 14 :
Ach. 15 :
Ach. 16 :
Ach. 17 :
Ach. 18 :
Ach. 19 :
Ach. 20 :
Age : 22

Dim 9 Déc - 0:01


Elle trouvait, en la réflexion d'un univers inexistant, plus de réponse que la réalité n'acceptait de lui en offrir. Elle trouvait, au fond de ses pensées, d'une créativité sans précédent et du bonheur des lignes enchaînées, une plénitude qui creusait la jalousie des plus érudits.
La connaissance semblait bien dérisoire devant la création de son imagination sans fin, donnant vie aux lignes dansante de sa plume innovante.
Si Loline était tant connue, ce n'était pas sans raison ; ce n'était pas tant son style atypique mais la réflexion derrière son univers et la justesse avec laquelle elle en affinait les détails.

Incorporel se découvrait comme étant le paroxysme de ses introspections ; et au terme d'une créativité jamais mise-à-profit, elle avait dévoilé son talent au monde. Une histoire épousant sa fierté, un héros en tête de gondole de ses moindres caprices - et si elle aimait son univers comme elle n'avait jamais rien aimé d'autre, elle caressait l'utopie de le voir un jour se dérouler sous ses propres yeux.
Elle reconnaissait le paradoxe navrant d'un tel désir et le regret qui suivrait l'instant de félicité, et malgré ça, elle ne pouvait s'empêcher d'éprouver un désir profond pour l'impossible de ses pensées. C'est ce qui l'avait mené là, à la force de quelques écrits - et c'est l'impossible qui caractérisait la magie qui la traversait.

Cette soirée-là, elle serait incapable d'en décrire les détails. Les instants brumeux enveloppaient le mystère du vœu formulé, et elle n'en avait entendu les échos que bien après, lorsque les rumeurs se propageait dans les alentours de l'un des temples alentours.
Avec une impatience candide, la demoiselle avait enfilé ses vêtements un peu gauchement, glissé ses lunettes, un carnier, une veste et de quoi sustenter dans son sac avant de quitter son appartement à toute allure. Par-delà les bousculades intempestives de ses espoirs et d'une cruelle réalité, elle sentait son ventre noué par une indescriptible angoisse.

Menée par une marche rapide, évitant l'écœurante sensation des vêtements humides de sueur, elle se maudit de ne pas posséder de magie spatiale qui aurait coupé court à l'interminable trajet.
Sa crinière verte flottait dans son dos, fouettant son dos comme le gage de son existence ; et elle semblait marcher à la frontière des rêves, cherchant la limite d'une réalité que ce jour transcendait depuis bien longtemps. Le temps s'étirait, laissant ressentir la douleur de ses jambes fatigués, les courbatures et ses hanches étouffées par un désagréable point de côté.

Pourtant, lorsqu'elle arriva sur place, faisant face à l'immensité d'un temple à l'allure presque divine, elle sentit son souffle se couper - comme le réflexe presque inné d'une croyante. Loline n'était pas dédiée à la religion, mais elle ne pouvait nier les sentiments réels qui la prenaient de court à la vue d'un tel édifice.
Sa propre présence en ses lieux étaient une aberration mais elle devait savoir. Son existence était un paradoxe, mais si ce monde était aussi absurde qu'il le prétendait, la sienne l'était tout autant. Elle prit le temps de reprendre son souffle, attendant la réponse du prêtre qu'elle avait envoyé en repérage - et consciente du poids implacable des formalités intérieures, elle posa son dos contre le mur et se laissa porter par ses réflexions.
Elle avait beau chercher une inspiration quelconque, Hermès était le centre de son monde, de ses deux mondes - et elle ne pouvait passer un instant de plus sans avoir la réponse à la question de son impensable existence.

Le silence était tortionnaire ; et lorsque des légers bruits de pas le brisèrent, elle en oublia la politesse pour se précipiter vers leur origine. Son cœur bondit hors de sa poitrine, cherchant à assembler ses pensées pour exprimer le sentiment enivrant de sa vue. Elle resta interdit, détaillant les moindres millimètres de son être, de ses cheveux à son allure, en passant par le délicat parfum fidèle à la façon dont elle l'avait décrit.
Il était là.
Elle en oublia de respirer et ses jambes la lâchèrent, la forçant à se rattraper au mur le plus proche.
« Hermès. »
Elle articula son nom avec une douceur maternelle, le regard attendrissant et presque désolé de lui imposer l'existence. Il était là, et elle l'aimait plus qu'un autre, plus que le reste du monde, plus qu'elle ne saurait le décrire dans la plume qui l'avait lui-même créé.
Elle s'avança avec une lenteur respectueuse, profitant de sa vue, de sa présence, de tout cet ensemble qui définissait un gardien ; et avec une impatience contrôlée, l'enveloppa de ses bras pour l'y serrer. Elle n'était pas bien grande, mais elle y mit tout son brin de force pour lui transmettre l'insondable affection qu'elle ressentait pour lui.
« Tu te souviens de qui tu es ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hermès
achievements
Gardien cancer
Ach. 1 :
Ach. 2 :
Ach. 3 :
Ach. 4 :
Ach. 6 :
Ach. 7 :
Ach. 8 :
Ach. 9 :
Ach. 10 :
Ach. 11 :
Ach. 12 :
Ach. 13 :
Ach. 14 :
Ach. 15 :
Ach. 16 :
Ach. 17 :
Ach. 18 :
Ach. 19 :
Ach. 20 :
Lun 31 Déc - 17:44


serendipityHermès + Loline
Un regard, c'est tout ce qu'il fallut. Une seconde pour donner naissance à un nouveau miracle et suspendre comme par enchantement le cours du temps. Bientôt, la tendre passion de la jeune fille vint se presser tout contre le nouveau né ô combien troublé et que couvait le regard aussi inquiet qu'interdit de l'aumônier. D'abord secoué par la brusque et imprévisible tournure que prenaient les évènements, c'est ensuite l'afflux profus de ses propres émotions qui firent presque perdre pied à Hermès. Tant et si bien qu'il referma son étreinte autour ses épaules de l'inconnue pour ne pas lui-même vaciller.

Ce qui vint ensuite fut son parfum. Celui que transportaient les mèches émeraudes de l'épaisse chevelure de la demoiselle et qui lui caressaient d'une délicatesse dont il ignorait tout la joue. Lui qui n'avait jamais connu ce que c'était que de sentir sur sa peau le bonheur d'une caresse maternelle ne s'en faisait pas une autre idée. Qu'est-ce que cela pouvait-il bien être, après tout, si ce n'était pas cela ? S'il se fourvoyait et s'il ne s'agissait en réalité pas du sentiment qui nous prend lorsque l'être le plus cher à nos yeux nous offre le plus sacré des refuges qu'est le creux de ses bras, qu'était-ce alors ? Comment nommer l'étincelle d'émotion qui avait jailli à l'instant où il l'avait vu ? Que dire de son cœur qui n'avait jamais tant palpité de félicité et qui ne s'était jamais sentis aussi léger ? Et puis quoi encore, les gouttelettes salines qui habillaient le bout de ses cils d'un éphémère collier de perles rutilantes pour finalement qu'elles s'écrasent et dévalent l'arrondis de ses joues rosies ?

Il n'y avait aucun doute à avoir quant à la nature de ses sentiments et la légitimité de ces derniers. Il restait alors le problème du monde qui leur était extérieur, à la bulle qu'avait créée cette jeune femme avec lui. L'univers de l'aumônier dont il ne faisait partie qu'à moitié, il le savait, allait bien vite le rappeler à lui.

Quatre jours. C'est l'âge qu'avait Hermès lorsque la fatale dualité de son existence lui éclata au visage, précipitée par le sentiment que l'on allait bien vite lui imposer un choix. Incertain de ce fait quant à la jeune fille, il ne doutait pas une seule seconde en revanche que le prêtre choisirait pour lui le chemin tout tracé et sûr : celui de la raison. Bien entendu, cette décision était sage, raisonnée, mais douloureuse comme en témoignait la brûlure dont son cœur souffrait à la pensée d'abandonner celle qui le tenait avec tant d'affection dans ses bras. Et pourtant, la même douleur se manifestait lorsqu'il se projetait avec la jeune fille loin de ses frères et sœurs gardiens. Loin du temple nacré du Dieu à qui il devait, aussi, la vie.

Le tremblement qui le secoua ensuite, Hermès le pensa peut-être trop perceptible, si bien qu'il préféra rompre l'étreinte en douceur. Faisant mine de masser son visage, il frotta rapidement ses yeux pour en chasser l'humidité, puis servis un sourire à la demoiselle ainsi qu'au prêtre.

─ Êtes-vous déjà venue au temple ? Je pourrais vous le faire visiter.

C'est en pleine âme et conscience, tout à fait délibérément, que le garçon jugea bon d'ignorer l'interrogation de la jeune femme. Il valait mieux ne pas épiloguer sur le sujet alors qu'ils étaient surveillés de près. Il éclaircit alors sa voix puis lança une œillade au prêtre, que la scène avait rendu comme qui dirait bougon.

─ C'est une bonne idée, pas vrai ?

Il prit un soin tout particulier à tendre ce piège au prêtre, qui il le savait, ne pouvait décemment pas refuser une si aimable requête sans passer pour plus mauvais qu'il ne l'était. Tout sauf ravis à l'idée de laisser l'inconnue gambader dans ses couloirs au bras d'Hermès, l'homme d'un certain âge exprima son accord dans un long et rauque soupire, ce qui se trouvait être tout ce dont le puiné avait besoin pour s'enfuir loin de lui avec la demoiselle sous le bras.

─ Merci beaucoup ! Venez, je vais vous faire faire le tour du temple !

S'exclama le garçon d'un enthousiasme dont tout le temple ne le savait pas encore doté, avant de passer son bras sous celui de l'inconnue pour la conduire sans encombre mais dans la précipitation, loin de toute âme qui vive. À la hâte, Hermès entraîna donc la jeune femme dans son sillage, jusqu'à être certain d'avoir semé le prêtre jusqu'à un lieu où ils pourraient converser en toute quiétude.

C'est ainsi qu'ils trouvèrent refuge dans l'un des jardins extérieurs du temple. Un endroit tout à fait féérique où la nature profuse et chatoyante conférait comme un air divin à l'ensemble du paysage. Sans avoir lâché une seule seconde la jeune fille, le garçon fit glisser sa prise aussi ferme que douce de son bras jusqu'à son poignet pour l'attirer vers lui tandis qu'il s'asseyait dans l'herbe verdoyante qui ondulait au gré du vent juste devant un buisson touffu. Dans un silence presque solennel, Hermès pris le temps de détailler les traits de sa mystérieuse inconnue. Fins, délicats et féminin. Mystérieux et pourtant familiers. La personnification de la plus délicieuse des énigmes.

─ Qui êtes-vous et comment connaissez-vous mon nom ?

Les deux questions fusèrent tant elles lui brûlaient les lèvres. Mais bien vite, elles furent bousculer par une ultime question, la plus importante de toute. Celle qui allait sans doute aucun changer à tout jamais le cours de son existence.

─ Je… Nous nous connaissons, n'est-ce pas ?
made by MISS AMAZING. for hermès
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loline I. Edenfield
a fini sa fiche rapidement
22
achievements
Ombre
Ach. 1 : a fini sa fiche rapidement
Ach. 2 :
Ach. 3 :
Ach. 4 :
Ach. 6 :
Ach. 7 :
Ach. 8 :
Ach. 9 :
Ach. 10 :
Ach. 11 :
Ach. 12 :
Ach. 13 :
Ach. 14 :
Ach. 15 :
Ach. 16 :
Ach. 17 :
Ach. 18 :
Ach. 19 :
Ach. 20 :
Age : 22

Lun 7 Jan - 3:04


Le silence emplit son esprit d'une indescriptible frustration à mesure qu'elle observait ce garçon, déjà tant épris de liberté, chercher à échapper à la vigilance du maître des lieux.
Loline marqua un temps d'arrêt, et cette seconde lui servit à comprendre la situation dans son ensemble : les échos d'une hiérarchie aussi fraîche que l'existence de cet enfant, et le doute que provoquait sa familiarité avec Hermès.
Si téméraire qu'elle soit, Loline sentit remonter en elle les douceurs piquantes d'un amer regret - que l'inventivité de Hermès suffit à faire oublier.

Comme un accord, le soupir leur accorda la liberté de l'intimité, et comme une réponse à cette résolution condescendance, son cœur lui souffla le désir ardent d'une vengeance immature. Si la bienveillance du gardien n'avait pas coupé court à la malédiction de ses sentiments grandissants, elle aurait pu porter le blasphème sur les croyances même de cette île céleste.
Comme un paradis, elles étaient le fondement d'une société salvatrice, et de toutes les bêtises qu'elle aurait bien pu faire, Loline sentait l'irrémédiable châtiment de sa trahison spirituelle envers une divinité supérieure.

Sans même le savoir, Hermès l'avait gardé loin de ce funeste destin - car sa présence, à elle seule, suffisait à calmer ses ardeurs malveillantes. Loline n'était pas une bonne personne, bien au contraire.
Elle avait déjà ôté la vie, et si les gardiens étaient à même, dans leur nature, de faire la distinction du bien des âmes, elle n'aurait pas échappé à son propre jugement.
Si elle n'avait pas peur de la mort, l'écrivaine se voyait périr sans grand mal de la main de sa propre création - comme le scellement de son existence, Hermès y trouverait l'indépendance.

À vrai dire, sans y avoir vraiment pensé, Loline s'était préparée à mourir en venant au sein du temple. Au-delà de ses pensées blasphématoires, sa simple nature d'ombre voguait entre la bénédiction d'un Ying attentif et le rejet sans vergognes d'une entité illégitime. Malgré tout ça, elle ne sentit que le regard curieux et aimant d'un enfant perdu - et, dans ses gestes, et le contact de leurs bras enlacés, une insondable bienveillance.

« Je suis Loline et je suis écrivaine, commença-t'elle avec douceur. Mes romans portent sur un univers futuriste qui doit t'être familier. Ne t'en fais pas, dans ce monde, il n'y a pas de vente de corps. »

Par ces simples mots, elle faisait montre d'autant de bonne volonté qu'elle n'avait jamais désiré en montrer envers qui que ce soit. Hermès était spécial - le mot était lâché. Jusqu'ici, elle n'avait jamais ressenti un tel élan d'affection, comme s'il constituait l'essence-même de son univers.
D'un certain point de vue, ce n'était pas totalement faux, mais l'exécution d'un tel miracle l'avait tant surprise qu'elle n'était toujours pas certaine d'être éveillée.
Comme à la recherche d'une ancre matérielle au sein de ces images rêveuses, sa main vint trouver celle du gardien pour la serrer entre les siennes avec une surprenante délicatesse.

De fins, longs doigts d'écrivaine où trottaient encore les vestiges d'un encrier maladroit - et elle n'avait jamais pu se débarrasser de ces marques, comme une partie de son identité.

« Ces livres sont l'histoire de ta vie, Hermès. Et ma magie, sans doute couplée à la volonté de Ying, t'a donné vie en ce monde. »

Sans rien ajouter, elle se morfondit dans le silence. C'est avec sagesse qu'elle avait préféré ne rien ajouter - une explication aussi concise serait à même de troubler n'importe quelle personne, pour autant qu'elle eut cru ses dires. Le reste de l'histoire, comme toujours, dépendrait de Hermès - et cette fois, Loline faisait parti des personnages.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
achievements
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers: