AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Defenders of Ariesten : April - feat. April Wrench
rang Mars
avatar
Messages : 234
Date d'inscription : 14/01/2016

Description
Avatar: Len Kagamine de Vocaloid
Pouvoir/Hybridité: Panda roux
Âge: Eternellement 22ans
Mar 23 Fév - 22:25
Au milieu de la nuit, dans cet enchevêtrement de rues et ruelles sombres et tortueuses, une simple silhouette, tout de blanc vêtu, juste cette touche de rouge qui flottait derrière lui, déambulait. Une simple silhouette, celle d’un jeune homme blond, son regard bleu perçant allumé d’une lueur si caractéristique des gens de son espèce et affublé de cette longue queue rayée brune et blanche. Car oui, Mars, l’hybride, l’ombre, super héros autoproclamé de ce continent usait de ses talents innés pour pouvoir se déplacer tranquillement malgré le manque de lumière. Du à son hybridité de type ‘panda roux’, le jeune homme avait hérité d’une vision nocturne, faisant refléter la moindre parcelle de lumière au plus profond de ses rétines, d’une queue,  fort peu utile dans son dessin de justicier, si ce n’était indiquer cet état de transition dans lequel il se trouvait, et enfin, et cela ne pouvait pas vraiment se voir extérieurement, une agilité hors des standards humains. De plus, ce don génétique s’accompagnait d’un avantage indéniable pour ses sorties s’éternisant toujours presque jusqu’au petit matin. Ainsi paré de ses nouveaux attributs, il devenait un animal nocturne et le sommeil ne l’emportait jamais loin de son devoir sacré. Débarrassé de cette lourdeur qui pouvait s’emparer de ses paupières, empli d’une énergie nouvelle qui semblait faire surface qu’une fois le soleil disparut, il était prêt à défendre la justice durant encore de longues heures. C’était un minium de précaution qu’il pouvait prendre en cette heure tardive. Car après tout, même s’il se trouvait sur ‘son’ territoire –entendez par là qu’il se situait dans un rayon de 50 mètres de son ‘antre secrète’- l’endroit restait assez mal fréquenté.
Quel meilleur lieu pour poser ses affaires de justicier qu’en plein milieu du territoire de ‘l’ennemi’ ? Plus proche du danger, encore plus proche, pour être prêt à agir, quel que soit l’heure du jour ou de la nuit. Juste être prêt, au moindre cri, au moindre bruit suspect, au moindre appel à l’aide à bondir au-devant du danger. A croire que sa première mort ne lui avait pas vraiment servi de leçon… A croire qu’il était mort en vain ce jour-là, à croire qu’il avait gaspillé ce ‘don de vie’ de Dieu… Loin de là, depuis qu’il était revenu d’entre les morts, le jeune héros courrait les rues deux ou trois fois plus qu’avant. Désormais débarrassé de sa ‘vie civile’, désormais effacé du registre des vivants, il pouvait se plonger corps et âme dans la lutte éternelle du bien contre le mal, de la justice contre les malfrats. Une véritable fuite en avant. Il n’avait même pas cherché à reprendre contact avec sa famille, sa si chère fratrie qui vivait pourtant à quelques kilomètres de lui. Non, il avait préféré s’installer seul dans un studio miteux et presque insalubre. Au lieu de comprendre la leçon, de ne plus se mêler de ce qui ne le regardait pas, il avait préféré devenir encore pire qu’avant. Cette croix gravée sur son corps comme un funeste avertissement, celle qu’il brandissait comme signe divin de son devoir, comme reconnaissance de ses capacités et de son utilité pour la société, il avait décidé de s’enfoncer plus loin encore dans l’héroïsme à l’outrance, dans ce monde de noir et de blanc, de bien et de mal. Ce monde qui ne permettait pas la demi-mesure.

Normalement, ce n’était pas les gens louches qui manquaient par ici. Il comptait bien pacifier les lieux proche de son ‘chez lui’, quitte à y passer toutes ses nuits. Il avait toute une vie pour ça, après tout. Longeant les murs, se faisant le plus discret possible malgré cette tenue plus que criarde qu’il trimballait avec lui, il se stoppa soudain au coin d’une ruelle. Il tendit l’oreille, écoutant les bruits étouffés d’une conversation détournée. Il était trop loin, bien trop loin pour entendre quoique ce soit d’intelligible… Il regarda autour de lui, cherchant un moyen de s’approcher discrètement. C’est alors qu’il le remarqua. Là, en hauteur, les différents balcons surplombant ces deux personnes à la conversation si tentante étaient assez proches pour qu’il puisse se faufiler de l’un à l’autre, sans pour autant attirer l’attention. Parfait...parfait pour le petit animal qu’il pouvait devenir. Pour se préparer à la suite, et parce qu’il en avait l’habitude, il attacha ses bottes ensemble puis, ferma donc les yeux, laissant son don inné envahir peu à peu chaque cellules de son corps, laissant son don changer profondément sa nature, raccourcir ses membres, le parer d’une fourrure douce, le faire devenir animal plus qu’humain. Ainsi transformé, il planqua ses vêtement devenu trop grand pour lui sous une benne à ordure et grimpa ensuite dessus pour atteindre le premier balcon d’un bond. Il passa ensuite au second, puis au troisième, pour finalement atteindre celui les surplombant. Là, il put enfin les entendre discuter… Une discussion intéressante, très intéressante. De ce qu’il comprenait, une transaction de drogue se déroulait sous ses yeux. Un des deux hommes, apparemment le dealer était en train de ravitailler son client tremblant et plus que probablement en manque… Mars ignora ce deuxième homme, il était plus une victime qu’un criminel pour le moment et se concentra sur le premier. Sa culpabilité ne faisait aucun doute. Il se devait de stopper cet humain avant que sa ‘petite poudre’ ne fasse plus de ravage parmi les gens du quartier. Il en savait assez et, repassant par où il était venu, il alla rechercher ses vêtements sous la benne, s’y blottit un instant avant de reprendre petit à petit sa forme semi-hybride. Il frappa une ou deux fois le sol de la pointe de son pied, ajustant sa tenue, rattachant correctement ses chaussures puis, entra en trombe dans la ruelle, sans autre plan que de confronter le malfrat. Il alla se planter à quelques mètres des deux hommes et, tout en levant un doigt accusateur vers le présumé dealer, s’adressa à lui d’une voix assurée.

« Hey ! Toi ! Je t’arrête au nom de la Justice ! Lâche cette drogue et suis-moi sans faire d’histoire ! »

Abasourdis dans un premier temps, devant cette scène plus que comique et insolite, le présumé client en manque reprit cependant bien vite ses esprits et s’enfuit sans demander son reste, sous le regard à la fois médusé et énervé de son fournisseur. Celui se tourna alors complètement vers lui et, menaçant, dit.

« Qu’est-ce que tu m’veux gamin ?! Tu n’tiens pas la vie ou quoi ?! »

Se renfrognant, le jeune héros tiqua directement sur le mot ‘gamin’, adjectif qu’il détestait profondément, tant il avait l’impression d’être rabaisser dans son travail à chaque fois qu’il l’entendait. Il serra les dents et, frappant un poing sur sa propre poitrine, rétorqua.

« Je suis pas un gamin ! Je suis Mars, héros défenseur d’Ariensten ! »

L’homme pesta dans sa barbe. C’est que ce petit était vachement bruyant en plus…Qu’est-ce qu’il avait à beugler comme ça ? Il allait rameuter tout le quartier et ça, ce n’était pas bon pour les affaires… Nullement impressionné, il tourna les talons et partir en maugréant quelques paroles sur ces « gosses » si mal éduqués de nos jours. Mais le jeune justicier ne comptait en rester là, il le rattrapa et posa sa main sur son épaule, amorçant ce qui pouvait ressembler à un début d’arrestation. Mais il n’eut pas le temps de prononcer un seul mot plus ou moins intelligible qu’il fut repoussé au sol par le dealer qui prit alors la fuite au travers du dédale des ruelles. Se relevant d’un bond, Mars partit à sa poursuite.
Defenders of Ariesten : April - feat. April Wrench
Invité
Jeu 25 Fév - 9:08

Au milieu de la nuit,  dans cet enchevêtrement de rues et ruelles sombres et tortueuses, une simple silhouette... euh ça me rappelle quelque chose ?! Et oui vous l'avez bien compris tout ceci n'était que illusion ! Comme les vilaines promos publicitaires ! Vu qu'une autre silhouette se détachait plus discrètement celle d'April, une cyborg un peu... spéciale on va dire. Elle suivait notre justicier autoproclamé depuis qu'il l'avait sauvé d'un voleur quelques jours auparavant. La jeune fille avait été fascinée par la volonté du garçon et son dévouement sans limite pour la justice. Il fallait bien une personne comme ça pour Ariesten ! Plus elle le voyait en pleine action, plus la mécanicienne se disait qu'elle pourrait l'aider d'une façon ou d'une autre. Elle se mit même à construire des sortes d'armes sur son propre corps afin de se préparer à cette éventualité.

En suivant Mars, elle le découvrit donc en train de se rapprocher discrètement pour écouter la conversation de deux malfrats lors de ses observations, April se rendit bien vite compte de l'hybridité de son idole super héroïque. Le voir en panda roux lui donnait des étoiles dans les yeux ! Bah oui c'est tellement cool les pandas roux après tout ! Elle essaya de garder une certaine distance pour ne pas se faire repérer par tout ce petit monde. La cyborg décida d'utiliser un de ses gadgets afin d'atteindre le toit du bâtiment surplombant à la fois le dealer et sa victime mais aussi le justicier d'Ariesten. Elle ouvrit un panneau de commandes caché dans son avant bras droit et appuyant sur un des nombreux boutons. Des propulseurs se mirent alors à apparaître au niveau de ses pieds et de ses mains et lui permis de voler discrètement jusqu'au sommet de l'immeuble. Elle s'allongea alors au bord afin de voir l'évolution de la scène dans  ses moindres détails.

Elle n'eu bien sur pas longtemps à attendre pour voir Mars en pleine action et prononcer sa fameuse phrase qu'elle connaissait désormais par cœur ! Cette phrase magnifique qui berçait ses oreilles de tarée depuis quelques jours. Elle se mis même à applaudir applaudir discrètement le jeune garçon tellement c'était beau et impressionnant. Le dealer lui semblait beaucoup moins convaincu par la prestation du garçon.Mars lui répondit avec la classe d'un héros !Il tenta d'arreter le criminel cependant celui ci l'envoya au loin et tenta de s'enfuir. OH QUE NON ! Il allait pas s'enfuir ce dealer pas tant qu'April serait en vie. Sans aucune hésitation, elle reutilisa ses propulseurs et s'envola pour rejoindre le fuyard. Elle était juste au dessus de lui et commença son speech mais en criant comme une folle.

- Ah ah pris la main dans le sac hein ! Au nom de la Jus..


Un bip très étrange sortit de son avant bras, oups elle avait oubliée un paramètre assez important dans son prototype de vol... L'essence permettant le vol était très restreint. Elle avait déjà tout utilisée ! Elle s'écrasa lamentablement juste devant le dealer ahuri par cette intervention plus que loufoque. La jeune fille se releva vite et tendit son bras droit la paume bien ouverte et son autre bras sur les commandes.

- Plus un geste ! ou je te transforme en... euh.. en quoi d'ailleurs...

Elle se mit à réfléchir pour faire une menace performante. Le dealer lui profita pour retenter de fuir. April arrêta sa réflexion et appuya sur un bouton. De la chantilly sortit de son bras s'écrasant rapidement sur le visage du dealer.Euh rassurez moi c'est une farce? un poisson d'avril ? elle pensait vraiment arrêter quelqu'un avec ça ? Ok cette fille est complètement allumée. Et c'est à ce moment qu'elle fini sa menace persuadée de son efficacité.

- EN CHOU A LA CRÈME !!!

Un sourire du genre " Ah ah je t'ai eu sale bandit" s'afficha sur le visage de la fille. Elle savait que Mars serait fier d'elle.
Defenders of Ariesten : April - feat. April Wrench
rang Mars
avatar
Messages : 234
Date d'inscription : 14/01/2016

Description
Avatar: Len Kagamine de Vocaloid
Pouvoir/Hybridité: Panda roux
Âge: Eternellement 22ans
Jeu 30 Juin - 16:53
Il était de son devoir d’être ici en cette soirée. Sur son honneur de héros, il s’était juré de ramener en les rues et ruelles sombre d’Ariesten la justice qu’elles réclamaient à corps et à cri. Trop, depuis trop longtemps, elles étaient en proie selon lui à la plus profonde des saletés. Cancer de sa chère citée volante et flottante dans l’immensité d’un ciel sans fin. Il en serait la solution, celui qui ramènerait un peu de paix en ces allées pavées d’ennuis en tout genre. Sous cette voute céleste et étoilée, entre les hauts murs délimitant son territoire, il serait là. Toujours. Et pour toujours.
Car c’était pour cela qu’il respirait une fois encore aujourd’hui. Grace à sa dévotion sans borne, grâce à son héroïsme sans faille, il avait été investi d’une mission sans fin. Sans fin pour celui qui ne connaitrait plus la vieillesse, coincé dans une jeunesse éternelle. Pas tout à fait encore adolescent, pas vraiment adulte, Mars était coincé pour l’éternité dans ce temps de flottement où ni les plus jeunes, ni les plus âgés ne vous prennent au sérieux. Entre deux eaux, ayant quitté la première pour ne jamais arriver à la seconde. Le cas des ombres était encore trop méconnu pour qu’il n’ait pu récolter de quelconques informations sur son nouvel état. Pour l’instant, il se savait seulement en vie, marqué pour toujours au creux du poignet et ça lui suffisait. Ça lui suffisait pour s’élancer dans la lutte acharnée, au risque plus que probable de retourner dans le trou d’où il était sorti. Ah ! Qu’à cela ne tienne, le jeune héros méconnaissait encore cet état de fait. Après tout, seulement quelques mois s’étaient écoulés depuis sa sortie de ce trou de terre. Et aucunement, il avait guetté d’éventuelles marques de vieillesse. Simplement, il était bien trop jeune pour cela, pour obtenir une peau fatiguée et ridée par les agressions du temps et du soleil. Il ne savait cet état de fait, et ne pourrait s’en rendre compte qu’avec les années et pas avant.
Héros pour l’éternité.
Héros sans passé, ni vraiment d’avenir. Cette société ne sachant comment appréhender les gens de son « espèce ». Il était une ombre, et avait perdu toute identité, tout droit de se revendiquer une quelconque filiation, même si son hybridité était une preuve flagrante de son ascendance. Que ce soit avec ses parents, avec ses sœurs, avec son frère, il était amputé de ceux qui avait constitué la majeure partie de son univers. Mais il avançait. Non qu’il n’ait d’autre choix. Il prouverait son existence par ses actes et non par des morceaux de papier délivrés par des autorités parfois si aveugles. Oui, voilà ce qu’il ferait. Et d’ailleurs, voilà ce qu’il faisait en cet instant.
Dans cette ruelle, sans véritable plan en tête, il était parti à la confrontation avec un véritable dealer. Celui de la vie véritable, dangereux, nerveux, colérique. Interrompant une transaction des plus suspecte avec son slogan légendaire, il avait fait fuir l’infortuné client qui, ce soir, devrait se trouver un autre fournisseur ou simplement se passer de ces substances. Peu lui important cette personne fuyant, car elle n’était que victime de cet individu patibulaire qui le dévisageait. Oui, le vendeur était typique de la « case noire », mauvais. Peu importait ses raisons, les causes, le pourquoi du fait qu’il se retrouvait dans cette situation. Il n’y avait aucune rédemption possible dans le monde de noir de blanc du héros.
L’homme se méprit dans un premier temps sur son âge véritable pensant à la mauvaise blague d’un gamin un peu trop dérangé. Et il se détourna de lui, maugréant sur ce « gosse ». Oui, il titilla son égo, sous-entendant, amoindrissant son devoir. Cela ne pouvait rester impuni pour l’hybride panda roux, car, il détestait qu’on le rabaisse lui et sa juste cause. Après tout, n’était-ce pas flagrant ce qu’il était ? Drapé dans son costume immaculé, ses initiales brodées en lettre d’or dans son dos et son écharpe rouge vif flottant au vent, n’était-il pas le parfait exemple d’un super-héros ? D’une icône nocturne agissant pour le bien de tous ? Comment ce dealer pouvait être aussi aveugle pour ne pas voir cela ? Pour ne pas remarquer la lueur du justicier dans son regard d’azur ? Encore une erreur de sa part, encore une erreur qu’il payerait une fois qu’il l’aurait amené aux autorités compétentes. Si bien que Mars le rattrapa, et tenta l’immobilisé, amorçant une clef de bras.
Mais le malfrat en avait vu d’autre, il avait plus que clairement l’avantage physique. Un coup d’épaule bien placé et le héros fut projeté au sol, sa cible s’enfuyant. Cela ne pouvait se passer comme ça ! D’un bond, il se remit sur ses jambes et s’élança à sa poursuite. A peine arriva-t-il au bout de la rue qu’un étrange son capta son attention. Un son mêlé d’avion et de fusée, mais bien trop proche pour qu’il s’agisse d’un vol nocturne. Sans arrêter sa course, l’hybride jeta un coup d’œil au-dessus de lui, pour voir passer en trombe une silhouette féminine d’argent. Trop rapide, il n’avait plus la détailler plus que cela. Plus qu’étonné par cette scène, il ralentit et observa l’action se dérouler devant ses yeux écarquillés. La femme volait, du moins au début, et amorça un début de phrase, ressemblant étrangement à son mantra favori. Une imitatrice ? Il ne savait encore qu’en penser. Après un étrange son qui n’augurait rien de bon, elle s’écrasa devant le malfaiteur dont la course venait d’être stoppée.
A son tour, le héros s’arrêta. Il ne savait pas qui était cette jeune personne mais elle venait de lui rendre un fier service ! Ainsi coincé entre eux deux, l’individu n’avait aucune chance de s’en sortir ! Un grand sourire satisfait s’était épanouis sur son visage éternellement jeune, témoignant de sa gratitude. Elle se releva bien rapidement et il put mieux l’apercevoir… Oui, mieux l’apercevoir en pleine action ! Elle tendit sa main à l’encontre de leur adversaire commun, et une étrange substance pâteuse en sorti, s’écrasant sur a visage du dealer, le coupant véritablement dans son élan. Cette intervention était pour le moins… originale. Très originale, mais également efficace ! Ainsi aveuglé, il n’était pas près de leur échapper. Il n’avait pas tout compris sur ce qui venait de se passer et la méthode était loin d’être orthodoxe, mais les résultats étaient là. En un claquement de doigts et sous son regard, elle avait arrêté le bandit, ou du moins grandement facilité son arrestation.
Une nouvelle fois, il s’approcha du bandit, et saisit son épaule. Celui-ci tentait un peu vainement de recouvrer sa vue. Mais le sucre pâteux de la justice était un mastic bien trop efficace ! Un simple coup à l’arrière des rotules et le voilà à genou. Une simple poussée sur ses épaules et il se retrouva au sol. Saisissant ses poignets d’une main alors qu’il les couvrait d’insultes en tout genre et imagés, il sortit de sa poche un collier colson. Oui, une simple attache de plastique utilisée par les professionnels du bâtiment pour attacher des câbles et autres tuyaux… Incroyablement résistants, et surtout peu chers, il était difficile de s’en défaire. Et en un tour de main, le bandit se retrouva au sol, les mains liées dans le dos, et de crème obstruant encore sa vue. Gigotant, il pestait contre sa situation, mais surtout contre ces deux héros loufoques qui l’avait arrêté en plein business.
Mars se releva et épousseta brièvement sa tenue blanche. Puis, il plonge son index dans la crème couvrant l’homme au sol et le porta à sa bouche. De la crème chantilly. Il n’aurait jamais pensé utiliser cela comme arme. D’ailleurs, il en avait peu sur lui, à part ses pieds et poings nus. C’était bien sortit de ses bras, non ? Etrange… mais au final, cela lui importait peu. La jeune demoiselle avait gagné haut la main sont droit à entrer définitivement dans la « case blanche ». Case de bonté et de justice, des gens à croire et à protéger. Il fit un pas en sa direction.

« De la chantilly ? C’est astucieux. » Il avait ce grand sourire sur son visage et s’avança encore. « Je ne suis pas certain que j’aurai pu l’arrêter sans ton aide ! » Dans une pose légèrement trop théâtrale, il posa son poing sur son cœur et répéta sa phrase d’introduction, apprise par cœur. « Je suis Mars, héros défenseur d’Ariesten et, au nom de la Justice, je te remercie d’être intervenue dans cette affaire délicate ! »

Cette affaire n’était pas réellement délicate, mais cela sonnait mieux de cette façon. Reprenant une posture plus détendue, il continua sur sa lancée.

« Puis-je savoir le nom de mon acolyte de la soirée ? »

HRP:
 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» On se retrouve [feat April]
» et si non... nous?? April feat Finn
» James is in the place ! =D [validée]
» { April J. Wheeler ___ Finished
» (F) April L. Burns • ça va swinger!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ariesten :: Cimetière RPs-
Sauter vers: