AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

I want to buy you flowers || Edel Lannister
Invité
Lun 21 Mar - 17:42

Some Flowers



ft. Edel Lannister

i want to buy you flowers
and now i'm standing in the shop
i must confess i wonder
if you will like my flowers

Il avait l’impression qu’on l’étranglait, qu’on le ligotait des pieds à la tête. Il sentait son estomac se tordre et ses yeux s’agrandir. Il sentait ses poumons se noyer, embrigadant un soupir. S’il avait eu des ailes, Gabriel aurait pris son envol, sur les tuiles des toits, au-dessus des hommes. Peut-être même se serait-il laissé tomber dans le vide, entre les nuages immuables sans connaître une once de leurs cachotteries. Gabriel aurait aimé voler, plutôt que de se sentir aussi consumé. Et tout cela à cause d’une foule devant un spectacle de rue.

Le prêtre n’était qu’à trente mètres, trente mètres le séparant de son objectif, avec pour obstacle deux jongleurs et une population serrée, grondante et excitée. Malgré ce sentiment de détresse, Gabriel garda son impassibilité coutumière, avec pourtant ses mâchoires serrées. Dix minutes, dix minutes qu’il restait sur ce banc, à fixer l’évènement en espérant une dispersion salutaire. Il perdit dix minutes, car tout semblait immuable. Ses doigts tremblaient, à la simple idée de se rapprocher du groupe. Il n’aurait même pas eu à s’y insérer, et il se sentait néanmoins au bord du gouffre de la panique.

Seul, sur un banc, en ce début d’après-midi frais et ensoleillé, le prêtre de Ying se décida à marcher sur son fil, à faire face à l’épreuve. Sa sacoche contre sa hanche, il resserra l’élastique nouant ses cheveux en une haute queue de cheval, tel un rituel sacrificiel. Ses yeux restaient fermés à toute émotion, cloitrant ces dernières dans ce frêle récipient qui déborderait d’un instant à l’autre. Plus il se rapprochait, et plus il sentait cette ébullition mugissante.

Tout se fit en quelques secondes : Gabriel se mut sur les pavés, ses sandales frottant la poussière, et il vit la porte de la boutique comme l’achèvement final. Sa paume activa la poignée, la cloche retentit, et le brouhaha ambiant se tut. Les senteurs de la rue laissèrent place à mille flagrances musquées, les vêtements s’emmêlant aux peaux à des couleurs variées, et les exclamations éclectiques au chuchotis de l’eau. Son dos s’adossa avec discrétion contre la porte, et un bref soupir s’échappa de ses lèvres. Il prierait plus encore pour le bonheur d’Edel quand il rentrerait : sa boutique lui sauvait la mise.

Gabriel reprit son calme olympien et son sourire de circonstance, un sourire qui s’étira un tantinet à l’idée de revoir la jolie fleuriste. Ses pas le menèrent entre des roses et des fleurs de jour, des tulipes et des orchidées. Il s’arrêta non loin des marguerites, fixant l’endroit semblant inhabité.

« E-Edel ? » balbutia-t-il.

Le prêtre se coupa avant d’en dire plus, se mordant l’intérieur de la joue pour se punir de sa bêtise. Il remit en place sa soutane, comme si ce mouvement annihilerait son hésitation due au dernier évènement. Gabriel ne voulait pas sembler faible ou au bord du gouffre ; il se trouvait déjà assez stupide de réagir ainsi. Ses doigts réajustèrent les gants sur ses paumes pour terminer cet étrange rituel, puis il se racla la gorge.

Il se rapprocha du comptoir, posant ses doigts graciles sur ce dernier, se penchant un peu pour chercher du regard dans l’arrière-boutique. Il voulait entrapercevoir cette chevelure flamboyante et ce sourire en demi-teinte. Il aurait aimé remarquer ce visage délicat et ces yeux mordorés. Quelques boucles blondes tombèrent dans un peu d’eau, il continua, un peu plus fort :

« Je viens chercher la commande pour le temple… Pardonne-moi du retard. »

Retard qu’il n’expliqua pas. Il ne voulait pas paraître faible à ces yeux là, car il devait être le soutien, guère l’inverse. L’idée du temple et tout ce qui l’y attendait pour les préparatifs du festival ne lui mirent guère du baume au cœur. Gabriel se serait frappé le front du plat de la main s’il n’était pas sûr de la présence de la rouquine… Mais c’était pour cela qu’il avait signé, après tout.

I want to buy you flowers || Edel Lannister
Invité
Mar 22 Mar - 0:05





rhinestone eyes



Des Lys. Des Jacinthes bleues. Des Magnolia. Des Amarantes, des Angéliques ou des Anémones. Tant de fleurs encore à attacher ensemble.

Edel était occupée depuis la matinée à préparer les bouquets que lui avait commandé Gabriel. Cela lui avait fait tant plaisir et avait déjà à ce moment-là, réfléchie à des fleurs pour la décoration. Elle ne se préoccupait pas plus de ce qu'il se passait autour d'elle, perdue dans les couleurs et les effluves qui l'accompagnaient toujours dans ce lieu qu'elle affectionnait particulièrement. Un endroit où elle se sentait bien, en sécurité. Edel avait toujours voulu que cette boutique soit un havre de paix, un lieu où il n'y avait aucun bruit dérangeant, juste ce bruit relaxant de la fontaine, une statue sculptée dans la pierre.

Elle harmonisait les bouquets, jusqu'à les terminé en fin de matinée. Elle se décidait à aller boire un verre d'eau, satisfaite de son travail, attendant ainsi la venue de son client peu commun. Elle se remit au travail, perdue dans ses pensées, fredonnant doucement une petite chanson, enjouée. En réalité, elle avait une tendance à croire que si l'on parlait aux plantes ou que l'on leur transmettait nos émotions positives, celles-ci s'épanouissaient. Oui, c'était une vision étrange, mais Edel y croyait. Jusque là, cela ne lui avait pas donné de faux espoirs, car ses fleurs poussaient bien, si bien d'ailleurs que les fleurs qui pendaient en hauteur donnaient l'impression d'entrer dans une jungle florale. Ce n'était de toute façon pas dérangeant.

Elle n'avait pas entendue la petite clochette de la porte, ni la voix du jeune prêtre aux longs cheveux blonds et étincelants. Les yeux bleus comme deux topazes clairs et perçants, mais doux à la fois. En revenant du jardin derrière la boutique, elle avait entendue enfin sa voix, qui était un peu forte. Sans doute avait-il cherché sa présence. Elle plaçait ses cheveux de feu derrière ses épaules, attachés en deux tresses épaisses. Elle accourait presque vers lui, qui se tenait un peu contre le comptoir.

« Oui, je suis là ! Désolé Gabriel, je m'occupais des plantes dans le jardin ! »

Les joues légèrement rosées dune teinte de honte, elle souriait joyeusement, en s’excusant du regard silencieusement. Elle reprenait cependant très rapidement contenance, levant rapidement l'index pour se rendre dans l'arrière boutique et sortir au fur et à mesure, plusieurs grands bouquets aux fleurs différentes.

« Tu auras besoin de deux mains supplémentaires, ce sera avec plaisir de t'aider ! »

Elle fronçait légèrement les sourcils, se penchant un peu, dégageant la mèche blonde baignant dans l'eau, « Si tu permets ... » puis se reculait en souriant de nouveau.

« J'ai entendue qu'il se passait quelque chose dehors quand je me trouvais dans le jardin. Ça a l'air plutôt bien bondé dans les rues aujourd'hui. »




(c) MEI pour APPLE SPRING



I want to buy you flowers || Edel Lannister
Invité
Jeu 31 Mar - 15:42

Some Flowers



ft. Edel Lannister

i want to buy you flowers
and now i'm standing in the shop
i must confess i wonder
if you will like my flowers

Enfin, la fleuriste fit son apparition. Rien d’extraordinaire, et tout pour mettre en pâmoison. Gabriel étira un mince sourire à son arrivée, aussi poli et doux qu’à l’accoutumée. Il observa ces deux iris, ces deux jambes fines, ces deux nattes d’un roux flamboyant. Il se demanda où elle trouvait la conviction de s’attacher ainsi les cheveux, mais aussi le temps. Sa boutique était une affaire bien grande à régler pour une jeune fille semblant si grêle. Le prêtre avait toujours été impressionné par sa conviction et son courage, cette énergie à se mettre à la tâche. C’était certainement toute la beauté d’Edel ; car elle était belle, comme la femme d’un autre.

« Ne t’excuse pas, cela me fait plaisir de te voir aussi dévouée à ces plantes. C’est ce qui les rend belles, je trouve. »

Car l’amour qu’on offre à son prochain, est ce qui permet de tracer une partie de son chemin. Les mots de Ying revigorèrent le jeune homme, ils n’étaient certes que pensées, mais ils restaient sa croyance.

Gabriel resta silencieux, fixant le manège de la demoiselle et les fleurs aussi colorées qu’agréablement assorties. Il n’eut le temps d’exprimer ses impressions que son cœur se serra à l’idée de ressortir, puis tambourina en voyant sa mèche humide revenir à sa place avant d’enfin devenir sourdine. C’était un manège dont il se serait passé, autant que du rappel de la foule amassée dehors. Ses doigts gantés effleurèrent la mèche trempée, tandis qu’il crispait ses mâchoires pour ne point grimacer. Sa voix sembla venir d’ailleurs :

« Oui… Je me demande pourquoi tant d’agitation. »

Surtout le jour où je suis en ville, et seul, omit-il de continuer, ils pourraient rester chez eux tout de même. Inutile d’en faire plus, il se sentait d’humeur à maugréer ses malheurs seul ce soir. Pour autant, en ce présent, il devait trouver un moyen de gagner un peu temps.

« Quelques frères du temple ne vont pas tarder à arriver en transport. Alors ne t’en fais pas, tu en as déjà fait assez. Je venais en éclaireur, pour payer, mais aussi pour pouvoir discuter avec toi, Edel. Tout du moins, si tu le veux bien. »

Sourire bon enfant, tout était vrai. Il adorait Edel, peut-être un peu trop, et il voulait discuter avec elle. D’autres prêtres allaient bien arriver. Mais lui, il voulait surtout éviter la foule. Il lâcha cette mèche trempée, enfin, et s’octroya le loisir de la fixer.

I want to buy you flowers || Edel Lannister
Invité
Ven 1 Avr - 0:12






i would never forget these moments



Elle est contente, cela se voit. Son sourire incandescent ne quittant ses lèvres, son regard attentif le fixe, comme si il était maintenant le seul à être dans cette boutique. Il attire inexorablement son attention, inconsciemment ou non. Edel lui donne l'attention qu'il mérite, ce dont il a besoin.

Ses joues se teintent d'une note légère rosée, assez pour qu'on puisse le distinguer. Cette constatation aussi perçue comme un compliment pourrait envahir son ego et le gonfler. Mais non. Edel apprécie ces compliments, mais elle préfère ne pas se vanter, esprit trop humble soit-elle.

Sa mèche est douce, du moins, elle se l'imagine. Les sensations ne sont plus vraiment quelque chose qu'elle connaît. À cet instant, elle aurait pourtant bien aimée. Imaginer suffisait d'habitude, pour éviter d'oublier. Pour essayer d'être d'un point de vue extérieur, humaine. Elle pose ses mains sur le comptoir, l'odeur des fleurs se mélange, c'est comme être ailleurs, là où le calme règne en maître, où les fleurs envahissent l'espace. Un jardin féerique. Oui, c'était ainsi qu'elle voyait les choses. Elle le regarde, son expression faciale en grande partie dissimulée derrière une certaine révulsion. Edel ne cherche pas, mais elle se doute que cela aurait à voir avec le sujet.

Elle incline la tête sur la gauche avec légèreté, laissant sa mâchoire s'appuyer dans la paume e la main du même côté. Son sourire se fait plus doux, son regard s'apaise. Elle peut le comprendre. Elle ne dit rien sur le sujet, rien de plus. Elle veut le laisser faire, le laisser parler d'autre chose, le laisser penser à autre chose. Edel n'est pas du genre à mettre les gens mal à l'aise. Elle aime la surprise, et elle attend que le sujet qu'il choisit la surprenne.

« Si jamais, je me rendrais encore utile. Ne t'en fait donc pas pour cela ! »

Elle se relève un peu, brusquement, son air étonné maquillé d'une innocence insoupçonnée tirant ses traits. Elle avance sa main encore sur le comptoir, tapotant la vitre du bout de ses doigts. Un tintement qui ressemble à de la porcelaine cognée avec légèreté contre une surface.

« Allons, cela ne coûte rien. Je vous l'offre avec plaisir. »

Après tout, c'est pour le temple. Elle ne le ferait pas payer pour cela. Son investissement ne risque de toute façon pas de couler.

« Rien ne me ferait plus plaisir que nous puissions parler, Gabriel. »

Leurs yeux se croisèrent, tandis que son sourire revint illuminer son visage. Une scène colorée, où quatre iris se mélangeaient autour d'un jardin floral, un cortège aux différents parfums et aux couleurs de l'arc en ciel.




(c) MEI pour APPLE SPRING



Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Heather Lannister
» Émilie - i should have bought you flowers
» Garett Lannister / The Masters of Lion's (Terminée)
» MAISON LANNISTER ▲ je rugis [1/4]
» Maison Lannister

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ariesten :: Cimetière RPs-
Sauter vers: