AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Au nom du Ying, du Yang et des simples d'esprits... (PV Vrål Retfærd )
Invité
Mar 25 Avr - 16:20
Non! Non! Non! Je refuse! Je retourne me coucher!

Enfin, en fait, j'ai pas vraiment le choix mais cette journée a à peine commencer que je la déteste déjà! Déjà il y a eue le café trop chaud... Puis un pigeon qui m'a chié dessus, m'obligeant à rentrer me changer et donc à être en retard.... Suivit de l’engueulade du "patron" que je dois "sauvegarder" avant qu'il me dise qu'aujourd'hui je vais avoir un mioche à mes pattes soit disant pour apprendre mon boulot ... Et pour finir, l'endroit, ce fichu endroit ou il compte passer sa matinée: Le p@#! de @!#! de temple de Ying! Tout ça pour quoi? Pour apprendre à des morveux que tout doit être amour et paix? Arg! Non, vraiment, cette journée, je la HAI déjà.

Quoi qu'il en soit... Je suis un professionnel. Alors je ronge mon frein et je l’accompagne à sa réunion à la @!#. Bien sur, sous forme de Samaël. Jamais je n'irais travailler avec une paire de sein! Enfin, que ce soit l'une ou l'autre forme, j'ai tout de même les longs cheveux rouge attaché en queue de cheval haute, c'est plus pratique en cas de besoin de se battre si on a pas les cheveux dans les yeux. Les couper? Ah non, jamais! J'y tient... Puis de toute façon tant que je porte le costard - un peu moulant quand même grrr - que cet idiot de "patron" m'a obliger à mettre à chaque fois, il m’ennuie pas sur le reste.

Du coup nous y voilà. Je suis pas spécialement enchanté ni de l'endroit, ni de la foule, ni de l'attente qu'il trouve le sale gosse à qui je suis censé montrer mon "travail". Y'a des gens de toutes âges, des mioches pleurnichards aux vieux pervers qui fixent de façon malsaine les jupes des mères de familles. Que cela m'agace! Je balance la main pour talocher sans retenue celle d'une merdeuse d'environ cinq ans qui à tendu le bras vers le "patron". Elle fait aussitôt c'est yeux malheureux avant de pleurer et je me fait raler dessus, autant par la mère que celui que je doit protéger. Grrrr, garde du corps c'est garde du corps non?! Qu'ils me prennent tous la tête!!! J'ai envie de tous les décapiter... Mais je me la ferme et me retient...

Pour l'instant...
Au nom du Ying, du Yang et des simples d'esprits... (PV Vrål Retfærd )
Invité
Mar 25 Avr - 17:41

Qu’il y avait-il, par-delà la mort ? Qu’y voyait-on, une fois mort ?

Cette question tournait inlassablement dans ton esprit, tandis que tes pupilles étaient rivées sur cette tête que tu tenais. Le soleil était déjà haut, ne marquant qu’un peu plus les contours de cette tête solitaire, détachée de son corps. Corps que tu poussais du pied dans le lac, comme toujours. Ton petit rituel à toi. Rien ne serait laissé. Rien ne te poursuivrait. Un fantôme, aux nombreux siècles. C’était ce que tu resterais. Tu avais été soigneux, avec cette proie-là. La rendre impossible à identifier était un jeu que tu appréciais énormément, usant de vastes recours pour se faire. Te rendre impossible à tracer aussi. Il fallait bien que tu vives, que tu te nourrisses. Tu étais un animal, après tout. Alors pourquoi t’encombrais-tu encore avec des questions humaines ? Elles ne délaissaient guère ton esprit, ces dernières semaines.

Dernières semaines que tu avais passé en tant que toi-même, l’animal et non en humain. C’était une première aujourd’hui. Que tu puisses encore être cette chose, avec ta conscience. Tu soupirais longuement, jetant d’un geste sec cette pauvre tête que tu devais bien tenir depuis dix minutes. Pauvre tête qui t’avait un peu sali les pieds ; couvrant ceux-ci de gouttelettes sanguines. Tu en riais presque, ne gardant que d’elle ses yeux. Tu aimais les prunelles des personnes. Pour toi, elles étaient facteur d’histoire. Et puis… C’était ton pêché mignon, niveau goût. Tu revenais à toi, te rappelant subitement que ta part humaine t’avait fait une dernière crasse. La crasse d’avoir envie de continuer ce petit jeu. Ce petit jeu d’être un humain dans un monde dont tu te moquais bien. Un petit jeu qui, pour la plupart du temps, comblait ta curiosité.

Tu devais être formé par un garde du corps, une chose comme telle, dans le cadre de tes études ? Tu n’avais rien écouté en fait. Tu t’en moquais. Tu avais juste accepté dans l’idée que cela embêterait la personne qui devrait s’occuper de toi. Tu allais devoir abandonner la bestiole et redevenir humain. Cette idée t’agaçait un court instant. Tu te plaisais mieux ainsi, derrière ce masque de violence. Plutôt que derrière ce masque social et humain.


La ville, le temple… Le temple. Tu en tirais encore un sourire, te faufilant parmi la foule pour te planter devant son entrée. Tu passais presque inaperçu ainsi, avec ce visage-ci. Tu t’étais lavé et rien ne laissait paraître que tu venais pourtant de t’éclater la panse quelques temps plus tôt. Tu lorgnais longuement tes mains, peinant à t’habituer à cette forme. Forme que tu avais pourtant adoptée pendant des siècles. Et que tu avais réussi à oublier en quelques semaines. Chasser le naturel et il revient au galop… Tu entrais dans le temple, la queue dansante avant que ton regard ne soit attiré par les pleurs d’un enfant. Tu y reconnaissais dès lors cette dame. Celle que tu avais gentiment « ennuyée » lors de ton dernier passage dans cet endroit.

Puis tes prunelles azurées dérivaient sur la personne responsable de l’agitation. Une armoire à glace, aux cheveux flamboyants et qui tirait la gueule. Il avait tout l’air d’être celui qui devait s’occuper de toi ! Tu n’avais retenu que cela, temple, garde du corps et oubli. Tu venais vers lui, tout sourire, passant la main sous ses yeux, enfantin.

« C’est vrai que tu es rudement grand… Mah, voilà qui est embêtant. Faut-il être aussi imposant pour être garde du corps ? »

Tu gloussais, te penchant pour observer la personne qui se tenait derrière lui.

« C’est qui lui ? Ton Patron ? Un protégé ? »

Tu prenais une moue faussement étonnée, revenant à l’asperge carmin.

« Et bien joué avec la gamine ! Tu m’apprends cela, dis-moi ? ♥ »

Oui, toi, tu ne te présentais pas. Toi, tu supposais qu’il allait deviner que tu étais le morveux dont il allait devoir s’occuper. Toi, t’emmerdais le monde, tout simplement.
If I were two-faced, would I be wearing this one ?

©endlesslove.
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ikazuchi no Fusanochin
» Comment séparer le Yin du Yang
» mon côté Yang fuit le côté Ying. (danael)
» Fanfic, ou plutôt histoire: Diana, Déesse ying yang...
» Le pouvoir du Yin et du Yang

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ariesten :: Autres-
Sauter vers: