AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Une ombre à l'ignorance androïde
Invité
Sam 29 Avr - 2:27
Aurora Lukifeira
Un coeur à l'esprit héroïque et à la matière mécanique
Nom & Prénom: Aurora Lukifeira
Âge: 21 ans
Métiers: Chef cuisinier (possède un stand externe où il propose ses propres plats)
Orientation sexuelle: Inconnu (l'ignore totalement)
Groupe: Cyborg (ombre)
3 qualités: Courtois, amical, tolérant, (franc)
3 défauts: Naïf, ignorant, impulsif, (trop franc)
Avatar: Okita Souji - Hakuouki Shinsengumi Kitan
icône 1icône 2
pouvoir
Plus que rien, moins qu’un pouvoir. Lukifeira est doté de la technologie cybernétique ainsi que les bienfaits d’une sombre résurrection. Ainsi, il ne vieillit point et profite de son corps vigoureux pour tenir en fonction les capacités mécaniques qu’on lui a injecté.

En effet, il dispose de plusieurs technologies de pointe ancrées en son corps. En premier temps, son cœur désormais assemblé à une machine empêche les crises les plus folles. En complément, les fibres musculaires s’accouplent à des nanomachines spécifiques, renforçant ses capacités corporelles. Outre cela, son bras gauche fut entièrement remplacé par une prothèse d’allure réaliste, s’accommodant d’une fine couche de peau artificielle.

Supposé devenir un être dédié à la guerre, ce jouet scientifique s’est vu octroyé multiple arsenal de guerre en lui. Ainsi, son bras mécanique peut faire office de fusil en déplaçant ses articulations pour y laisser entrevoir le canon. Il cache aussi une lame secrète au niveau de son poignée.

Au niveau de ses autres parties corporelles, aucun changement ne s’est effectué excepté le renforcement et le remplacement d’un de ses globes oculaires. Possédant un œil bionique de son côté droit, il est supposé pouvoir découvrir un niveau de puissance sur les différents êtres qu’il perçoit. Malheureusement, ce système étant défectueux, il en devient plutôt une gêne visuelle qu’un véritable apport en information. Toutefois, l’œil en question possède une vue surnaturelle. Il est alors capable de percevoir des détails aisément s’il s’en donne la peine.

S’il bénéficie de ces avantages, il garde néanmoins les défauts d’être une ombre, et les conséquences d’être un échec expérimental en tant que Cyborg. De cela, le quelque peu de ses proches l’ont totalement oublié et les dégâts mentaux qu’il a reçu sont conséquents. Reprogrammé tel un androïde, sa personnalité interne a fusionné avec les envies des chercheurs pour enfin devenir un tout nouveau caractère.

En plus de cela, son corps peut effectuer une surchauffe, comme s’il était une véritable machine. Si jamais il venait à utiliser de façon trop conséquente ses attributs mécaniques, il pourrait en perdre les fonctions de son côté cybernétique temporairement, ce qui le mènerait automatiquement à un état de veille, où il perdrait conscience le long du sommeil.

Dernier point qui lui a valu le titre de machine défectueuse, il lui est possible de manifester sa force robotique que lorsqu’il en voit réellement le besoin, telle qu'une urgence qui sauterait devant lui. Ainsi, impossible pour lui de devenir une machine de guerre si son tempérament se voit être trop gentil, vu qu’il ne peut envisager à se battre pour tuer.
physique + mental
C’est sous un rayon lumineux que coule l’ombre de sa gestuelle.

Si ce n’est dans une pureté inégalée que trouve refuge l’attitude de ce jeune homme, on le doit à sa formalité si noble. Rares sont les gestes déplacés qui occurrent au milieu de ses gracieux mouvements. Une allure sans aucun doute suivi grâce à la flamme qui brûle pour l’honneur. Respectant le code des guerriers chevaleresques, il en vient à garder cette démarche princière, sans perdre sa modestie. Ceci dit, la clarté se révèle souvent être un reflet des ténèbres. L’obscurité rongeant l’âme de cet homme n’étant toutefois des plus envahissantes, son aura en reste séduisante ne se plongeant point encore dans un abîme noir et profond.

Ce crépuscule se manifeste toutefois sous la forme d’un visage orné d’un constant sourire. Si celui-ci démontre des notes variées, il ne représente en aucun cas ses sentiments intérieurs. La chaleur de ses véritables expressions ne se dévoilent que lors de moments réellement particuliers, une heure à noter dans son carnet. Néanmoins, son attitude n’en est pas pour autant agressif, gardant des traits calmes, voire même jovials. Il est aisé d’attribuer cet état de joie à ce personnage tant son éclat se trouve être persuasif et naturel. Malgré tout, sous une profonde analyse, il est aussi possible d’apercevoir ce côté regrettable qu’il émet parfois, ce regard embrasé se perdant dans le passé.

Cette braise enchanteresse libère un fort halo d’innocence, ajoutant une certaine profondeur à l’émeraude de ses yeux. Si le reste de son visage ordonne une cohésion essentielle afin de le rendre crédible dans son sérieux, il détache toutefois cet aspect noble qu’il est possible de ressentir. Les fines lignes qui tissent son faciès associent aise à optimisme, laissant paraître ce radieux sourire de nombreuses fois, harmonisant l’élégance de sa frimousse. Cette longue crinière ne fait que renforcer cette globale impression de sa teinte brune aux reflets ébènes.

Prenant en compte son naturel vertueux, son style vestimentaire suit une logique rationnelle à en perdre sa cohérence. Il n’est pas rare de le voir porter un accoutrement tout particulièrement léger et exotique. Le jeune cyborg se permet d’afficher une note orientale à l’aide de kimono ou d’haori plus ou moins colorés. Malgré tout, il est tout à fait possible de l’apercevoir avec des habits cérémonieux, ou encore des costumes et ensembles plus sérieux voire classiques.

Ces vêtements de soie se réfugie sur une hauteur d’un petit mètre soixante huit. Malgré la faible taille du châtain, il est sûr d’y voir, ou au moins de s’y imaginer et de s’y faire une idée, sa musculature parfaitement dessiné à travers le tissu. Les résultats des expériences lui ont permis de lui offrir un corps robuste, athlétique et majestueusement formé, couplé à une once de fermeté pour compléter l’intégrité poétique.

Cette dernière se retrouve néanmoins perturbée de par des attraits de corruption. Ces formes non originelles parcourent le corps du jeune homme, notamment le long de son dos. Les traces se découvrent sous la forme de grandes cicatrices désordonnées, rendant presque discrète cette marque au fer rouge. En plein milieu, la prestation théâtrale de trois demi-cercles tient la figure triangulaire au centre de leur danse.

Une âme charitable puise sa foi dans ses devoirs.

Lukifeira propose un archétype chevaleresque exemplaire si l’on omet les attraits spéciaux qui encombrent son idéal. Comme braise et flamme, le caractère noble se confond avec le sien, aussi bien qu’il en est difficile de le voir autrement avec un simple coup d’œil. Néanmoins, ses spécificités empêchent la floraison d’un chevalier blanc, réduisant sa bonté à un niveau unique.

Ceci dit, nul besoin d’affirmer qu’un chevalier se doit de faire bonne figure. Le jeune Aurora  n’oublie en rien cette ultime règle, l’imprégnant même dans sa façon d’être du mieux possible. En l’observant un tant soit peu, il est aisé de percevoir ce sourire constant sur son visage. Cette affreuse placidité subsiste malgré les mauvaises situations et les drames, non pas par manque de monstruosité, mais justement par ingéniosité. Il n’est guère dépourvu de sentiments, au contraire. Il s’efforce uniquement à les cacher du mieux possible, même s’il reconnaît une difficulté consternante au vu des afflux d’émotions pouvant couler en lui. D’une certaine façon, il joue les insensibles afin de ne guère troubler la quiétude d’autrui, détestant embringuer d’autres personnes dans une aventure qui pourrait se révéler dangereuse, préférant prendre sur lui que de leur attirer des ennuis.

Par extension, il est facile de le définir en tant que protecteur acharné. Ceci étant, loin de lui l’idée d’apporter une présence étouffante à quiconque pour le protéger. Cette attitude l’a au contraire rendu solitaire. S’il semble aimable de figure, il n’est pas du genre à quémander de l’aide pour une tâche. Étant un maître dans l’art du sacrifice, il n’hésite pas à agir dans l’ombre pour y cacher ses périples.

Malgré cet aspect détaché, il refuse de se voir seul, se créant même une peur de la solitude. S’écartant lui-même de la masse, il tient tout de même à ce que l’on remarque, à ce qu’on l’apprécie, à ce qu’on l’aime.

En complément de son attitude de serviabilité se situe la première incohérence d’attitude. L’ombre cybernétique possède des connaissances limitées en ce qui concerne la vie. Ainsi, il est pour lui parfois difficile de représenter le bien tant qu’il n’aura une définition propre à lui du mal. Cette ignorance se présente comme un rempart pour la vie qu’il souhaite avoir.

Toutefois, il démontre un remarquable optimisme pour éloigner les mauvaises pensées de son être, fuyant tout particulièrement les messages ténébreux. Son esprit adopte instinctivement une amabilité surprenante, en plus de développer une concerne sensible envers chacun.

Même s’il peut se montrer distant pour protéger ceux à qui il porte une affection particulière, il n’en est néanmoins pas froid dans ses propos. De manière très naturelle, il converse avec chacun sans perdre un certain respect omniprésent envers eux. Le cyborg emploie un langage très courtois, autant pour ceux qu’ils n’apprécient guère que ses potentiels amis proches ou camarades. Son parlé se démontre être à la fois poétique et respectueux envers quiconque.

En outre, se mêle une certaine puérilité dans ses propos. Non pas que ses dires sont des plus simplets, mais sa franchise à toute épreuve ajoute une difficulté supplémentaire à cause de son talent à révéler ses pensées en toute innocence. Impossible pour lui de mentir. Impossible, excepté des propos concernant sa détresse.

histoire
La température comblait sur tous les aspects les sujets non de chair mais au moins de sang. De nombreux allers ramassaient les biens des retours. Encore un aujourd’hui. Puis un autre… Un sourire en coin et plus rien. Les nouvelles étaient bonnes pour les affaires. Les liasses s’entassaient dans le fond de la pièce. Impossible de fermer les yeux une seconde, ni même de prendre le moindre repos. L’enjeu de l’entreprise était trop crucial, et chaque minute perdue inutilement était fortement sanctionnée. Les recherches portaient leurs fruits, en aucun cas il était permis de stopper la soudaine avancée de cette branche. Et les heures passèrent… Et des jours passèrent… Et de nouveau, les bruits des vas et viens vers cette fameuse place emplirent la bâtisse. Un autre flacon en moins, rapidement remplacé par un nouveau.

« - Êtes-vous sûre de ce mélange madame ?

- Avez-vous mieux ? Non, n’est-ce pas ? Voilà l’argent. Aller, j’ai assez attendu comme cela. »

Pouf. Une lourde valise fut déposée sur le comptoir avant d’être tournée vers l’homme en blouse blanche. A l’intérieur, une somme colossale s’y trouvait. Le pas se pressa alors afin que le contenu de cette mallette rejoigne le coffre-fort, agrandissant la fortune de ces pseudos docteurs. La manipulation put alors débuter. La demoiselle suivit l’individu à la veste neige jusqu’à ce qu’ils atteignent l’une des salles de travail. S’installant rapidement, la jeune femme compléta chaque étape de la procédure, et tout se finit sans aucun soucis.

« Toi… Tu seras ma plus belle création. J’ai choisi les meilleurs pour toi… Tu ne seras pas comme les derniers… Porte-toi bien, mon beau… »

Neuf mois plus tard.

« N’est-il pas parfait ? »

La grimace de la femme parlait pour elle. Même si de ses mots, ni même de ses mouvements elle ne rejeta pas immédiatement l’enfant qu’elle venait de mettre au monde, le portant dans ses bras, son visage sévère et déçu dénonçait ses véritables sentiments à sa place. Parfait, idéal, complet… Ce n’était pas son cas. La mère reniait le nouveau-né. Il n’était pas comme elle l’espérait. Elle voulait que son fils corresponde totalement à l’image qu’elle avait en tête. Ceci dit, c’était un échec. Encore un. La demoiselle n’avait pas de père à qui abandonner le petit. Il n’était pas mort. Il n’avait pas fui. Il n’existait juste point. La riche insatisfaite avait minutieusement choisi les gênes porteurs pour les introduire dans une semence récupérée au hasard, tout cela pour avoir le bébé parfait. Elle s’était ralliée à la manipulation génétique pour avoir une descendance qui lui correspondrait. La marge d’erreur était quasiment nulle. Elle était sûre d’elle, puis fut grandement affligée en apercevant les yeux vairons de sa progéniture.

Dès que cette dame fut en état pour quitter l’hôpital, elle se débarrassa au plus vite du châtain à la porte d’un orphelinat. Elle attaqua alors en justice l’entreprise à qui elle avait fait appel… Mais ce n’est point son histoire que nous suivons.

______________________

21 ans.

« Mon… Histoire ?

- Oui. J’aimerai la connaître pour en déterminer d’où provient votre problème, et s’il est possible de le traiter.

- Mmh… Je… »

Une force tierce perça mon âme. Mon esprit se tourna inconsciemment dans de sombres mémoires, alors que mon corps se figeait d’une blessure interne. L’émeraude de mes pupilles se focalisèrent sur mon poignée droit, tandis que mon regard fuyait tout simplement l’affront avec celui du psychologue. En un instant, une nuée de souvenirs effrayants envahirent ma tête. Mécaniquement, je laissai un tendre sourire se dessiner sur mon visage afin de garder une placidité visuelle qui m’était propre. Fermant finalement les paupières, je mis un terme à la parution de ma détresse en portant ce masque protecteur, ce perpétuel sourire qui cachait ce sentiment obscur.

« Par où devrais-je commencer… ? »

______________________

7 ans et demi.

« Toi… Toi, tu as le talent. Tu as tout ce qu’il nous faut. Je le vois dans tes yeux. »

Alors que l’ambiance enfantine de la salle régnait en maître, la seule zone fade se languissait de tenir compagnie à un unique personnage sans entrain. Marmonnant dans mon coin, j’entretenais mon humeur en chantonnant à voix basse, restant à l’écart des nombreux groupes que formaient les autres orphelins. Ce n’était pas tant l’aversion de sympathiser qui me menait à ternir isolé de tous, mais plutôt cette différence physique et mon attitude déplaisante qui m’empêchait de fraterniser avec autrui. Au final, j’instaurais cette ambiance maussade autour de moi de par ma propre faute, excluant les possibilités de bonne entente pour m’esseuler.

Si l’on s’était adressé à ma petite personne, je n’accordai aucune attention à la source de cet appel, n’ayant l’habitude que l’on m’honore d’une quelconque importance. Dans cette coquille infernale, je me retirais au loin du monde pour me protéger d’un futur rejet. Mon cœur fendu couvrait sa fragilité d’une couche de solitude afin de prévenir les chocs émotionnels, ayant déjà subi de nombreuses blessures morales. « T’es étrange, ne viens pas ! » « J’ai peur… T’approche pas… » Alors que je ne voulais que connaître cette sensation que l’on appelle amitié, j’avais été rejeté trop fréquemment, à en perdre mon envie de découvrir les sentiments des éclats de joie collectif, et à refuser de moi-même à faire partie d’une communauté, d’un groupe d’amis.

« Oui… On donnera un sens à ta vie, si jamais… Tu viens à nous. »

Je dédaignais alors à fuir ses propos, lui portant enfin une considération certaine. D’un vert envoûtant et d’un rouge enflammé, mes yeux se relevèrent pour scruter cet individu sans oser dévoiler la moindre émotion sur mon visage si ce n’est le stoïcisme parfait. Il réussit à me porter intérêt à l’aide de ces quelques mots employés. Un sens à la vie… En toute franchise, le suivre ou non ne changerait guère mon état d’esprit. Toutefois, j’étais curieux de savoir comment il pourrait bien m’implanter une signification aussi floue. Ce fut l’unique raison pour laquelle je ne m’étais opposé à son adoption. D’autre part, je n’avais également aucune motivation qui bloquerait mon âme à ces lieux. Personne ne m’aimait. Personne.

Malgré mon caractère mauvais, il m’arrivait parfois d’ouvrir mon cœur, et cela en était même bien plus simple avec des étrangers. Me laissant porter au vent, je suivis cet instinct qui me guida à déguerpir de cet orphelinat. Après tout, rien de bien pire ne pouvait m’arriver que cette présente totale isolation. Les formalités se finirent bien assez vite. Je profitai de mes derniers instants de délaissement comme si un tournant majeur entachait l’amère régularité de ma vie.

Ce changement de décor allait me permettre d’entrevoir une nouvelle toile colorée, une peinture qui se façonnerait d’un pinceau magique, une œuvre sur laquelle je régulais les teintes pour y changer le paysage. Néanmoins, je doutais d’une telle poésie enchanteresse, n’ayant guère eu le plaisir d’admirer le moindre spectacle naturel au cours de mes sept années de vie. Je n’avais eu droit qu’à ces horribles remarques blessantes qui me forcèrent à me replier sur moi-même. Un tournant majeur… Sans doute s’était-il déjà construit depuis longtemps. J’espérais juste ne point entrer dans une boucle infernale interminable. Réfléchir autant me rappelait que j’étais encore en vie… Qu’être renié de tous faisait mal. Mais bon… Je préférais me heurter à la solitude que de refaire face à des rejets. Malgré cela, je restais un enfant. Je ne pouvais m’empêcher de ressentir une joie extrême au fond de mon cœur en apprenant que ma présence n’était nuisible auprès de certaines personnes.

... Maison. Ce genre de mot n’avait aucune signification pour moi. Et ce, encore plus après l’adoption.

______________________

15 ans.

« Tu n’as vraiment aucun pouvoir, Luki ? Je pensais bien que tu étais spécial, mais que ce soit comme cela… C’est plutôt embêtant.

- Père, suis-je retiré de la formation ? C’est… Ce but que vous m’avez offert, c’est tout ce que j’ai. Si jamais je ne peux accomplir cette tâche uniquement du fait que je ne possède aucun don, ma situation n’aurait pas évolué depuis le jour où vous m’avez trouvé.

- Je comprends tes sentiments. C’est bien moi qui aie dit que j’allais donner un sens à ta vie… Ce serait indigne de te le retirer après l’avoir fait. Cependant. Je préfère te retirer ce sens à ta vie que te mener vers une probable mort certaine.

- Je ne possède aucun don, certes… Mais. Je redoublerai d’efforts. Non, je ferai trois ou même dix fois plus d’efforts. Je repousserai mes limites. Si je perds le sens de ma vie… Alors vivre sera bien plus une torture que cet entraînement bestial. Je ne vis que pour cette probabilité. Je continuerai à vous servir, qu’importe ce que je dois endurer. Après tout… Durant toutes ces années, vous m’avez élevé uniquement pour que je me batte. Alors, je resterai votre marionnette de combat, jusqu’à la fin, et ce même si je ne suis qu’un simple humain. »


Même si ces mots semblaient sortir d’une passion démesurée pour mon père adoptif, ce n’étaient rien d’autres que de simples dires. Cela faisait huit ans, huit ans que j’avais perdu de vue ma liberté. Avant cela, je ne savais point pourquoi je vivais. Cela arrivait à me troubler. Désormais, je ne pensais plus. Je ne faisais plus que bouger. Oui, exactement comme un pantin.

Je n’étais pas le seul à participer au projet de mon cher père. Des jeunes, des plus vieux, nombres de personnages plus imposants et plus agiles subissaient une éducation spéciale à mes côtés. De ce que je pouvais me remémorer, cela ne ressemblait en rien à ce que j’apprenais dans l’établissement de la solitude. Ici, je renforçais mon corps à en vomir mes tripes. Je devais être rapide un jour. La semaine suivante, il me fallait aller encore plus vite. Je devais me montrer fort… Puis je devais l’être encore plus après. Si jamais je ne montrais aucun progrès, on me servait ce qu’ils appelaient « la correction ». C’était pareil pour tout le monde. Tout cela avait pour but de nous entretenir, de faire de nous de véritables armes vivantes… Tout cela pour le bien du projet préventif : « Delta Force ».

______________________

20 ans et demi.

« J’ai entendu dire que le Terrien que l’on cherche avait des pouvoirs… Explosifs. Ça ira pour nous ?

- Nous avons vécu pour ce moment. Père l’avait prédit. Si nous mettons en pratique notre vécu, aucune raison que la situation nous échappe. Nous la sommes la Delta Force de mon père après tout.

- Oui oui, fais attention à toi, le petit génie. Apprend un peu à sourire, t’es pas vraiment réconfortant.

- Sourire… ? Que veux-t…

- Allons-y. »

Repoussant ma curiosité, mon sérieux me submergea de nouveau. Il était temps de lancer la capture de cet énergumène. Nous ne faisions que suivre les ordres… Les ordres. A cette pensée, je ressentais comme un vide s’agrandir en moi. Je m’étais pourtant résolu… J’avais fini par abandonner ma vie à mon père, lui, le seul être qui avait besoin de moi. Pourtant. Pourtant… « Et si jamais j’avais choisi un autre chemin, aurais-je eu à souffrir autant ? Aurais-je pu entrevoir ce qu’était la ‘vie’ ? ». Ces doutes eurent raison de moi. Mon corps n’était point en harmonie avec mon esprit. Moi qui n’avais aucun pouvoir était déconcentré. Cela m’avait été fatal.

Je n’étais pas prêt.

« Aaarrrrhg ! Mon bras… Mon bras… ! Eh… ? Aaaaaaar ! … »

Quelques instants plus tard.

« Tiens bon ! T’as toujours été endurant ! Tiens bon ! Tu peux le faire, pas vrai ? Hé, Luki ! »

Je ne ressentais plus rien. La douleur s’était envolée. Toutefois, je n’arrivais à me mouvoir. Je n’arrivais à ouvrir les yeux. Je n’arrivais même pas à réfléchir. Petit à petit, mon corps s’empreignait d’une froideur morbide. Je ne m’étais jamais senti aussi bien… Mais. Mais… « Je ne veux pas mourir… Père… »

Se mêlant au sang sur mon visage, perlèrent des gouttes cristallines emplies de vie.

______________________

La lumière parcourut de nouveau mon être. A ma grande surprise, je n’avais péri lors de l’intervention contre cette créature. Plus encore, je n’avais pas perdu mon bras, ni même mon œil. Bien que cela semblait dangereusement réel, tout cela n’avait l’air d’être qu’un simple rêve… Ou non. J’eus le privilège de pouvoir me regarder dans une glace assez rapidement pour y remarquer la disparition de la différence de couleur… Je n’avais plus de yeux vairons. Ma pupille gauche était identique à celle de droite. Ou du moins, l’émeraude y était parfait. L’un des objets de mes souffrances d’enfance avaient disparu. Un sourire mécanique s’installa sur mon visage, m’étonnant davantage. Moi qui avais perdu le sourire y arrivait aussi facilement… Trouvant cela suspect, j’inspectais les alentours à la recherche d’indices sur ce qu’il m’arrivait.

‘Sujet n°3, Lukifeira Aurora. Perte du bras gauche et du globe oculaire droit suite à une mission. Dommages cérébraux élevés. Mis à disposition pour l’avancée scientifique. Étude sur l’avancée cybernétique…’

Le sourire ne quittant pas mon visage, je commençais à comprendre ce qu’il m’était arrivé. Une fois que j’eus envisagé cela, je vins à ressentir quelques changements en mon corps, comme s’il ne m’appartenait plus. Toutefois, cette malfaisante sensation avait disparu. Ces chaînes du mal m’avaient quitté.

‘Échec. Mort du sujet à 17h 04. Incapacité à supporter les machines incorporées dans son corps…’

J’étais pourtant en vie. Je ne comprenais aucunement ce qu’il se passait.

« Un intrus ! Attrapez-le !

- Père… ? »

J’avais perdu ma vie. J’avais perdu le sens de ma vie. J’étais devenu une ombre. Ne pouvant rester auprès d’eux, je me résolus à quitter les lieux, emportant ce dossier avec moi.

______________________

Présent.

« Monsieur ? Vous n’avez pas dit un mot depuis… Vous allez bien ?

- Mes excuses, mademoiselle. Il semblerait que je ne sois pas prêt à vous conter mon histoire.

- Alors, à la prochaine…

- Mes plus humbles excuses, mais je ne reviendrai pas. Toutefois, vous pouvez toujours venir me voir. Je vous ferai de bons plats en guise davantage d’excuses. »

Sous un éclat étoilé, je quittais le bureau de la psychologue, ne laissant que l’image d’un sourire sur les lieux.

icône 1icône 2
Pseudos: Lukifeira, Shaporo
Âge: 19 ans
Mot de passe:
Comment as-tu connu le forum ?: Top-site
Que penses tu du forum ?: Il est encore tôt pour donner un avis détaillé, mais si je m'y suis attardé c'est qu'il a piqué mon attention
Acceptes-tu l'intervention d'un PNJ ?: Bien entendu
Un p'tit mot ?: Bulub


© By Quartz (Kristen)
Une ombre à l'ignorance androïde
Hybride
avatar
Messages : 238
Date d'inscription : 23/04/2017
Age : 21

Description
Avatar: ©Rag my love pour l'avatar d'Holo ♡
Pouvoir/Hybridité: Loup
Âge: Dix-huit ans
Sam 29 Avr - 9:08
OLA ♥️ Il est tout beau tout plein ton petit monsieur yeah Ma foi, quel personnage intéressant tu as !mouche J'adore son caractère ~ J'espère en apprendre davantage sur lui très bientôt, en tout cas, hâte de lire l'intégralité de ta fiche ! J'aime beaucoup ton style d'écriture, le vocabulaire est si riche et varié !

La bienvenue sur Ariesten ♥️ (Je suis aussi nouvelle maybon. Je tenais à te le souhaiter ! o/) En espérant que tu te plairas ici et que tu y resteras longtemps, longtemps ♥️



Fighning pour la suite !
Une ombre à l'ignorance androïde
Invité
Sam 29 Avr - 9:09
CYBOOOORG !♥
(Bon OK, une ombre, mais cyborg ! *W*)

(Re)Bienvenue !
J'adore ta plume et Luki est intéressant ^-^
Hâte d'en savoir plus sur lui :3

Bon courage pour la suite de ta fiche !
Une ombre à l'ignorance androïde
Rang Alesund
avatar
Messages : 71
Date d'inscription : 22/02/2017

Description
Avatar: Colette Brunel - Tales of Symphonia
Pouvoir/Hybridité: Parle aux fruits ❁
Âge: 17 ans
Sam 29 Avr - 12:12
Harrrrro. ♥️

Je plussoie mes compères, tu as une bien jolie plume. Et Souji, argh. ♥️

Bon courage pour la fin de ta fiche et bienvenue par-ici ! hola
Une ombre à l'ignorance androïde
Terrien
avatar
Messages : 34
Date d'inscription : 13/04/2017

Description
Avatar: Kasuga de Sengoku Basara
Pouvoir/Hybridité: Anima Possessionem
Âge: 25
Sam 29 Avr - 12:57
Yaho l'homme à boulon ~

Bienvenue sur le fow, en espérant que tu te plaises bien :3
Ton perso est funky et ta fiche se lit toute seule, c'est un pur bonheur ❤ (et puis Hakuouki. Voilà quoi.)
Une ombre à l'ignorance androïde
Invité
Sam 29 Avr - 13:03
Tout ce que je pouvais dire sur ta fiche a été dit par les autres! Ton début de fiche est super!
En espérant évidement que tu vas te plaire par ici et bienvenue. ♥
Une ombre à l'ignorance androïde
Invité
Sam 29 Avr - 16:59
Merki à vous >//< ♥ ♥

Ca fait plaisir que mon style d'écriture vous plait !

J'essaie de terminer ma présentation au plus vite, en espérant que l'histoire vous plaira autant ♥
Une ombre à l'ignorance androïde
Dérivé
avatar
Messages : 420
Date d'inscription : 29/11/2015
Age : 23

Description
Avatar: The Legend of Ragnar - Link
Pouvoir/Hybridité: Loupe
Âge: 19 ans.
Sam 29 Avr - 19:42
Bienvenue ♥️

Bon je vais radoter, mais il est vrai que ta plume est waw peur personnage prometteur, j'ai hâte d'en savoir plus sur lui !
Bon courage pour la fin de ta présentation :suchwow:

_________________


merci Lacinou ♥♥♥♥

Citation :
Droits de modération donnés à Ragnar le batard par Fuji la tapette

Une ombre à l'ignorance androïde
Invité
Jeu 4 Mai - 1:52
Merki Ragny ♥

Du coup, voilà, j'ai terminé ma présentation !
Je suis pas vraiment sûr de moi, surtout concernant l'histoire.
Toutefois, au niveau des zones d'ombres de celle-ci, c'est fait exprès °^°

En espérant que ça plaira quand même >//<
Une ombre à l'ignorance androïde
Humain à don
avatar
Messages : 328
Date d'inscription : 29/11/2015
Age : 18

Description
Avatar: Tsurumaru Kuninaga
Pouvoir/Hybridité: Reine du vent
Âge: 17 ans
Dim 7 Mai - 1:08
Bonswere ♥️
Je te redis encore bienvenue ! èwé J'espère que tu te plairas parmi nous. Je ne saurais quoi dire sur ta fiche, tu sais très bien ce que j'en pense rpz high school musical sisi. ♥️
FIN BREF, JE TE VALIDE !

Je te conseille de passer sur le recensement de l'avatar ! Nous t'invitons par la même occasion à te trouver un ou des compagnons de rp, ainsi que de faire ta fiche de relation si l'envie t'en dit ! Amuses toi bien parmi nous et n'hésite pas à venir mp l'un des staffiens si tu as une question !

Bye bye ! byebye

_________________



Citation :
Droits de modération donnés à Ragnar le batard par Fuji la tapette


Spoiler:
 

Spoiler:
 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'ombre furtive est là, mais vous ne la voyez pas...[En attente d'autres validations]
» Togoria- L'ombre d'un doute
» Voyage en ombre et disparition d'armée
» L'Ombre du Vent. [ Free. ][ UC]
» [Entraînement] A l'ombre du grand chêne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ariesten :: Cimetière RPs-
Sauter vers: